par le Professeur Jean Costentin, Président du Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT)

Une radio nationale (pas moins) et pendant cinq minutes (pas moins), nous a infligé le discours d’un économiste justifiant, en termes économiques, la légalisation du cannabis. Il faisait abstraction de toutes autres considérations.

Utilisant sa seule calculette, son cerveau en bandoulière, il nous asséna le message suivant : La politique répressive contre le cannabis est un échec.

Traquer les contrevenants, trafiquants et consommateurs, est inopérant et de surcroît très couteux (policiers, magistrats, personnels pénitentiaires…) ; cela obère le budget
de la nation d’un milliard d’euros.

Aussi, la dépénalisation ferait l’économie de ce milliard.

Il ne faut pas s’arrêter là ; il faut légaliser cette drogue afin de pouvoir la taxer.

Démarche oh combien opportune dans une période de grand déficit budgétaire. Son mentor, Arnold Schwarzenegger, alors gouverneur de la Californie, avait imaginé cela, bien avant lui, pour redresser les comptes de son Etat. Il alla même jusqu’à soumettre par référendum cette idée à ses administrés (ce qui nous fut très abondamment
présenté) ; lesquels s’y sont largement opposés (ce qui nous a été à peine communiqué).

Au-delà de la dépénalisation du cannabis, « notre » économiste génialement propose sa légalisation….. lire la suite de l’article