Cannabis ‘more harmful than alcohol’ for teen brains

Le cannabis ‘plus nocif que l’alcool’ pour le cerveau des adolescents (traduction en bas de cette page)
A teenager smoking cannabisImage copyright GETTY IMAGES

Teenagers using cannabis are causing long-lasting damage to their developing brains, a Canadian study suggests.

It found the impact on thinking skills, memory and behaviour was worse than that of teenage drinking.

The researchers, from the University of Montreal, urged teenagers to delay their use of cannabis for as long as they felt able.

The study tracked and tested 3,800 adolescents over four years, starting from around the age of 13.

Drinking alcohol and taking drugs, such as cannabis, at a young age is known to cause problems with cognitive abilities such as learning, attention and decision-making as well as academic performance at school.

This study found these problems increased as cannabis use increased – and the effects were lasting, unlike those of alcohol.

The teenagers, from 31 different Canadian schools, gave details of their drug and drinking habits once a year.

Their brain skills were also tested every year in school using computer-based cognitive tests.

Developing brains

Although levels of cannabis use in the study were low compared with alcohol use, 28% of the teenagers still admitted to some kind of use.

This compared with 75% of the teenagers who said they drank alcohol at least occasionally.

Prof Patricia J Conrod, lead study author, from the department of psychiatry at Montreal, said she had expected alcohol to have had more of an impact on the teenagers’ brains.

CannabisImage copyrightGETTY IMAGES

But, instead, the research detected greater increases in errors in cognitive tests on the teenagers using cannabis – while they were taking the drug and after they had stopped.

These effects were seen in working memory, reasoning and their ability to control their behaviour.

« Their brains are still developing but cannabis is interfering with that, » Prof Conrod said, of teenagers.

« They should delay their use of cannabis as long as they can. »

She also said the findings highlighted the importance of drug-prevention programmes.

Cannabis is thought to be the most widely used illegal drug in the UK.

It can be addictive and using it has been shown to increase the risk of developing psychotic illnesses, particularly in adolescents.

Giving up cannabis can lead to withdrawal symptoms, such as sleeping problems and mood swings, experts say.

The study is published in the American Journal of Psychiatry.

Une étude canadienne suggère que les adolescents qui utilisent le cannabis causent des dommages durables à leur cerveau en développement.

Il en ressort que l’impact sur les capacités de réflexion, la mémoire et le comportement était pire que celui de la consommation d’alcool chez les adolescents.

Les chercheurs, de l’Université de Montréal, ont exhorté les adolescents à différer leur consommation de cannabis aussi longtemps qu’ils le pourraient.

L’étude a suivi et testé 3 800 adolescents sur une période de quatre ans, à partir d’environ 13 ans.

Boire de l’alcool et se droguer, comme le cannabis, dès le plus jeune âge est connu pour causer des problèmes d’aptitudes cognitives comme l’apprentissage, l’attention et la prise de décision, ainsi que le rendement scolaire à l’école.

Cette étude a révélé que ces problèmes augmentaient à mesure que la consommation de cannabis augmentait – et les effets étaient durables, contrairement à ceux de l’alcool.

Quels sont les risques pour la santé de la consommation de cannabis?
Les adolescents, issus de 31 écoles canadiennes différentes, ont donné des détails de leurs habitudes de consommation de drogue et d’alcool une fois par an.

Leurs habiletés cérébrales ont également été testées chaque année à l’école à l’aide de tests cognitifs informatisés.

Développer les cerveaux
Bien que les niveaux de consommation de cannabis dans l’étude aient été faibles par rapport à la consommation d’alcool, 28% des adolescents ont néanmoins admis une certaine forme de consommation.

Ceci comparé à 75% des adolescents qui ont déclaré avoir bu de l’alcool au moins occasionnellement.

La professeure Patricia J Conrod, auteure principale de l’étude, du département de psychiatrie de Montréal, a déclaré qu’elle s’attendait à ce que l’alcool ait davantage d’impact sur le cerveau des adolescents.

Mais au lieu de cela, la recherche a mis en évidence une plus grande augmentation des erreurs dans les tests cognitifs chez les adolescents consommateurs de cannabis – pendant qu’ils prenaient la drogue et après l’avoir arrêté.

Ces effets ont été observés dans la mémoire de travail, le raisonnement et leur capacité à contrôler leur comportement.

« Leurs cerveaux sont encore en développement, mais le cannabis interfère avec cela », a déclaré le professeur Conrod, à des adolescents.

« Ils devraient retarder leur consommation de cannabis aussi longtemps qu’ils le peuvent. »

Elle a également déclaré que les résultats soulignaient l’importance des programmes de prévention de la toxicomanie.

Le cannabis est considéré comme la drogue illicite la plus largement utilisée au Royaume-Uni.

Il peut entraîner une dépendance et son utilisation augmente le risque de développer des maladies psychotiques, en particulier chez les adolescents.

L’abandon du cannabis peut entraîner des symptômes de sevrage, tels que des problèmes de sommeil et des sautes d’humeur, selon les experts.

L’étude est publiée dans l’American Journal of Psychiatry.

Publicités