Vente d’alcool dans les stades: «cet article de loi scélérat doit être retiré!»

Vente d’alcool dans les stades: «cet article de loi scélérat doit être retiré!»

INTERVIEW – Le Pr Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer, est fermement opposé à la proposition de loi visant à autoriser la vente d’alcool dans les stades. Il explique pourquoi.

Médecin généticien, le Pr Axel Kahn est président de la Ligue contre le cancer

Le 24 juillet dernier, 70 députés LaREM déposaient une proposition de loi «visant à faire de la France une nation sportive», cinq ans avant les Jeux Olympiques de Paris. L’un des 18 articles qui figurent dans cette proposition a provoqué la colère et l’indignation de plusieurs associations de santé publique. Il s’agit d’une mesure visant à autoriser la vente d’alcool dans les stades.

Vendredi après-midi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a pris fermement position contre les parlementaires, rappelant sur Twitter que «l’alcool tue 41.000 personnes chaque année dans notre pays» et demandant à ne pas inciter davantage à la consommation. Une réaction aussitôt qualifiée d’hypocrite par l’Association nationale des supporters.
Le Pr Axel Kahn, médecin généticien aux multiples casquettes, actuellement président de la Ligue contre le cancer, explique en quoi cet article de loi n’est pas une bonne chose d’après lui.

LE FIGARO. – Qu’est-ce qui vous pose problème dans cet article?

Axel Kahn. – Depuis 1991, la loi Évin interdit la vente, la distribution et l’introduction d’alcool lors d’événements sportifs. Toutefois, les municipalités peuvent accorder 10 dérogations à des clubs amateurs par an. Cet article de loi vise à étendre ces dérogations aux clubs professionnels. L’argumentaire des auteurs de cette loi est le suivant: les grands clubs professionnels ont tous des clubs amateurs qu’ils utilisent pour contourner la loi et ainsi vendre des boissons alcoolisées, donc autant faire cesser l’hypocrisie.

Or il ne devrait pas être question d’adapter la loi à la réalité d’une situation, mais plutôt de tout faire pour empêcher que la consommation d’alcool ne s’aggrave en interdisant son introduction dans les grandes manifestations sportives. C’est dans ce contexte que la ligue dénonce totalement cette proposition. Cet article de loi scélérat doit être retiré, nous nous battrons pour cela.

L’alcool circule déjà dans les événements sportifs amateurs. Qu’est-ce que cela changerait?

Le problème, c’est que les événements sportifs organisés par des clubs professionnels sont de très grands événements. Vendre de l’alcool dans un stade où il va y avoir des dizaines de milliers de personnes, ce n’est pas la même chose qu’en vendre dans un petit événement sportif, ce que de toute façon je regrette. Les parlementaires devraient plutôt s’offusquer que dans le sport amateur, avant et après les matchs, l’alcool coule à flots, et essayer de faire mieux appliquer la loi Évin!

Quelles conséquences sanitaires pourraient avoir une telle loi?

En France, la lutte contre l’alcoolisme est largement un échec. Et ceci pour plusieurs raisons dont le développement de l’alcoolisation festive chez les jeunes, via le milieu estudiantin et les événements sportifs.

L’alcool est responsable de 45.000 décès par an dans notre pays, dont 15.000 par cancer qui sont pour près de la moitié d’entre eux évitables. Il est du devoir de la République de protéger les jeunes, de faire passer des messages de prévention. Cet article 18 fait exactement l’inverse, c’est totalement déplorable. Il banalise, relativise la gravité de la consommation d’alcool. Si des morts peuvent être évités au moyen d’une loi, il ne faut pas s’en priver. Il faut se battre d’arrache-pied sur ce point

Source

Publicités