Une désinformation démasquée

Un de nos fidèles lecteurs a attiré notre attention sur un article au titre ronflant et évocateur :

Le coronavirus fait exploser les ventes de cannabis au Canada

Bigre ! Alors que de multiples officines cherchent sans grand succès un intérêt médical au cannabis, difficile de croire à une découverte, à l’évidence le COVID-19 fait de la résistance ! Alors, pourquoi ce titre et pourquoi faire ?

La réponse est dans l’article : aider ceux et celles qui doivent rester à la maison, adoucir leur temps de confinement, leur permettre de« supporter (l’épreuve d’) une quarantaine, de gérer leur stress ».
Une preuve semblait être apportée par l’observation d’un afflux de clients aux magasins de vente.
Ces témoignages rapportés sont ceux de quelques canadiens et de touristes….. français, enthousiastes !

Nous l’avons vérifié en interrogeant plusieurs de nos amis québécois incluant un
psychiatre (on ne sait jamais). Aucun n’a observé de ruée dans les boutiques, d’engouement spectaculaire, au contraire Montréal et Québec se vident, les habitants partent à la campagne, dans leurs chalets, les magasins ferment.
Le confinement est volontaire et bien réel, c’est le bon sens bien connu des québécois : ils s’abritent et laissent passer la pandémie.

On imagine facilement que dans un pays aussi grand et beau que le Canada, il est facile de s’isoler dans la belle nature du printemps. On peut aussi rester chez soi et
attendre la décrue. Souhaitons seulement que la pandémie ne dure pas trop longtemps .
J’ai l’idée que cet article, bien que paru dans un journal étranger, nous est destiné et veut suggérer aux français de recourir au cannabis pendant la pandémie.

Si la quarantaine dure, au risque de COVID-19, on ajoutera alors celui d’une addiction. Nous voici prévenus avant d’être immunisés

JP Tillement
L’auteur de ces lignes est un des responsables des relations franco-québécoises de l’Académie nationale de médecine