L’autre épidémie qui frappe les États-Unis.

Ce sont de petites pilules, des médicaments vendus légalement dans des pharmacies et qui font des ravages. Ils ont le même composant qu‘une drogue dure : l’héroïne et sont même parfois jusqu’à mille fois plus concentrés en opium.

Les États-Unis consomment 80% de la production mondiale de ces cachets. À leur insu donc, les Américains ingèrent de l’opium, présent dans ces médicaments, prescrits par leurs médecins et en deviennent dépendants.

Ces pilules tuent près de 200 personnes chaque jour.
Ce film, signé Sophie Przychodny et produit par Babel Doc, nous emmène au cœur de ce système mortel en Oklahoma, l’un des États les plus touchés. Pendant un an, la réalisatrice a suivi le combat d’une petite communauté face aux grands laboratoires et au corps médical. Une enquête remarquable et édifiante.

En ces temps de confinement, découvrez ce film et tout Spicee en illimité, en profitant de l’offre  de Spicee:
2 mois d’abonnement pour 1 euro seulement avec le code promo ALAMAISON

Cliquez ici pour vous inscrire

Coronavirus et toxicomanies, impérities au sommet

2 Mai 2020

Professeur Costentin

N’étant pas sortis de cette inquiétante coronavirose, il est prématuré d’évoquer les changements qui s’imposeront dans sa suite. Néanmoins, une analyse « à chaud » pourra inspirer de nécessaires aggiornamentos.

Si de deux maux il faut choisir le moindre, cela n’apparaît pas évident dans l’arbitrage opéré par le gouvernement entre la coronavirose et les toxicomanies.

Rappelons qu’en France, et depuis longtemps, tabac et alcool sont responsables, quotidiennement, de plus de 300 décès ; un chiffre de l’ordre de grandeur de la létalité du Covid-19 en sa phase aiguë.

Pour rendre plus supportable le confinement imposé à nos concitoyens, le gouvernement l’a assorti d’un libre accès au tabac (civettes restant ouvertes) et à l’alcool (les magasins qui en vendent restant également ouverts).

Schématisant, le message est clair : « Fumez, alcoolisez-vous, le temps passera plus vite. » Pourtant, qui peut ignorer que l’oisiveté et l’ennui aggravent les addictions ? Cette tolérance peut conduire à la rupture d’une abstinence difficilement obtenue, à l’intensification de consommations qui restaient modérées et même, pour l’alcool, à
l’entrée dans sa consommation.

Le tabac, en milieu confiné, menace les commensaux de tabagisme passif. En l’absence d’activité physique, les calories apportées par l’éthanol font
prendre du poids. L’alcool peut majorer les troubles psychologiques induits par le confinement ; il peut susciter ou exacerber une agressivité dirigée contre le/la conjoint(e) et/ou les enfants.

Le tabac, malgré des allégations d’effets protecteurs de la nicotine sur l’infection par le Covid-19, ne peut qu’aggraver le cours de la maladie, de par ses goudrons, son oxyde de carbone et les altérations broncho-pulmonaires constituées.
Le cannabis a été le grand oublié des recommandations du ministre de la Santé (fervent défenseur, jusqu’il y a peu, du « cannabis thérapeutique ») et du directeur général de la Santé.

Alors qu’ils avaient très opportunément déconseillé les anti- inflammatoires non stéroïdiens et les corticoïdes qui, en déprimant l’immunité, peuvent faire flamber l’infection, ils sont demeurés muets sur la consommation de cannabis.

Son tétrahydrocannabinol / THC a pourtant des effets immunodépresseurs avérés, diminuant les défenses que l’organisme peut opposer au virus. De plus, les goudrons, irritants pour l’arbre respiratoire, et l’oxyde de carbone (CO), produits par la combustion de la résine de cannabis, sont sept fois plus abondants que ceux issus de la combustion du tabac.

Cet oxyde de carbone ampute l’hémoglobine sanguine de son pouvoir de transporter l’oxygène, depuis les poumons qui le captent jusqu’aux tissu qui le consomment. Cet effet est particulièrement délétère dans une infection où dominent les troubles respiratoires.

Ce « Passez, il n’y a rien à voir » est particulièrement dommageable, Monsieur le Ministre, dans notre nation qui compte 1.500.000 usagers réguliers de cannabis, dont 900.000 sont des consommateurs quotidiens et multi-quotidiens. S’il s’agit d’une
omission, réparez-la vite ; si, par contre, ce mutisme est délibéré, il faudra l’expliquer.

On ne veut pas imaginer que dans l’inconfort du confinement, ce soit conçu pour majorer le « réconfort » du duo tabac-alcool, en y ajoutant le cannabis.
En cette période de grande confusion, certains, en toute impudence, avancent leurs pions et tendent leur sébile.

Sans aucune preuve, d’aucuns prétendent que le cannabidiol pourrait être souverain sur l’agression pulmonaire du virus… N’avez-vous pas été sollicité, Monsieur le Ministre, avec des trémolos compassionnels débridés, pour autoriser dans les EHPAD la dispensation de cannabis à nos anciens ?

Notre nation a plongé, sans y opposer de réactions appropriées (législatives, policières, éducatives…) dans la fosse des drogues et des toxicomanies. De puissants lobbies, de
l’alcool, du tabac, du cannabis, et même des industries pharmaceutiques, mus par de sordides intérêts (sordides car aux antipodes de tout humanisme), ont subverti une part de l’opinion, des médias, des décideurs qui, ensemble, ont installé cette situation désastreuse.

Ils agissent pour l’entretenir et même s’appliquent à l’aggraver. La France, pour améliorer la santé physique ainsi que psychique de ses citoyens et pour redresser
son économie, devra brûler tout ce que ceux-là lui ont fait adorer.

Les pétitionnaires du cannabis : le retour pendant la crise sanitaire ! par Jean Costentin

Faisant feu de toute herbe, c’est sur celui de la coronarovirose et du drame qui frappe nos EHPAD, qu’ils viennent réchauffer leur vieille gamelle.

Ils s’adressent au Premier ministre ainsi qu’au ministre de la Santé qui était, il y a peu, fervent défenseur du cannabis dit « thérapeutique » ; on peut même se demander s’il ne leur a pas suggéré l’idée de venir l’interpeller. Cela prend la forme, dans L’Obs, d’une tribune intitulée « Donnons du cannabis médical à nos aînés qui en ont besoin pour passer la période de confinement », parue ce 23 avril.

Avec des trémolos, ils requièrent de toute urgence la mise à disposition du « cannabis médical » pour nos seniors confinés dans les EHPAD. « Nous le devons bien à celles et ceux qui ont déjà payé un si lourd tribut à la pandémie et qui vivent dans l’angoisse et le désespoir. » Pour éviter d’être grossier, je ne qualifierais pas leur rouerie, qui me donne la nausée.

Ne pas citer les noms de ces miles militis du chichon les priverait d’une des rares occasions qu’ils ont encore de faire parler d’eux ; donnons-leur cette satisfaction, mais ce sera vraiment la seule.

Parmi la quinzaine de signataires, certains excipent de leur titre de médecin. Espérons qu’ils se souviennent mieux de leur formation médicale que du serment d’Hippocrate, qu’ils ont manifestement oublié. Un professeur d’addictologie fraîchement nommé, Amine Benyamina ; un ancien président de la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, Didier Jayle (qui n’a toujours pas réalisé que, dans l’intitulé de sa mission, il y avait le mot lutte) ; Bernard Kouchner, ancien ministre, ancien de beaucoup d’autres fonctions ayant laissé des souvenirs variés ; William Lowenstein ; Bertrand Leibovici et comparses.

Pour apaiser le chaland, ils indiquent qu’il s’agirait d’une ATU (autorisation temporaire d’utilisation).

Pour justifier leur demande, ils prétendent que le cannabidiol/CBD pourrait avoir un intérêt dans la forme terminale du Covid-19. La preuve, disent-ils, c’est qu’un centre médical israélien vient de lancer une étude ! Cela rappelle l’histoire de celui qui n’était jamais allé aux États-Unis mais qui avait vu le paquebot qui y allait. Ils n’éludent pas le fait que, le CBD n’ayant pas les effets addictifs du THC, le compte n’y serait pas pour ceux qui voudraient être shootés. Aussi, nos pétitionnaires ont prévu la mise à disposition d’associations de CBD et de THC ; sauvés !

Cet effet putatif du CBD dans la coronarovirose, c’est nouveau, ça vient de sortir, on n’en sait rien mais « nos » médecins y croient.

Ce qui est avéré, par contre, c’est que le THC, lui, est dépresseur de l’immunité et qu’ainsi, il diminue les défenses que l’organisme peut opposer au virus.

Dans cette logique, le ministère a recommandé de s’abstenir des anti-inflammatoires non stéroïdiens ainsi que des corticoïdes en cas d’infection par le Covid-19. Il eût fallu tordre le bras du ministre pour qu’il ajoute, à ces contre-indications, le cannabis et son THC.

C’eût été trop lui demander quand, trois mois avant d’être ministre, il était, à l’Assemblée nationale, la figure de proue du « cannabis médical ». C’eût été aussi trop demander à nos pétitionnaires d’intégrer cette contre-indication dans leur raisonnement.

Source

Tabac – cannabis : face au Coronavirus, le pire ennemi n’est pas celui que vous croyez…

Une étude chinoise et une autre américaine affirmerait que la nicotine contenu dans la cigarette pourrait protéger certains patients du COVID-19. Sur quoi se basent de telles études ? Quels autres dangers y-a-t-il à cautionner de tels pratiques ?

Jean Costentin : Alors que  le ministère de la Santé a, très opportunément,  indiqué que les Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ainsi que les corticoïdes anti inflammatoires étaient contre-indiqués en cas de coronavirose; il a « omis »  d’y ajouter le cannabis. Drogue oh combien importante dans notre Nation qui, parmi les 28 Etats membres de l’Union européenne, en est, de loin, le plus grand consommateur, avec 1.500.000 usagers réguliers, parmi lesquels 900.000 usagers quotidiens et multiquotidiens.

Serait-ce parce que le ministre, avant de l’être était à l’Assemblée nationale, la figure de proue du cannabis dit « thérapeutique » et qu’il ne voulait pas se dédire, qu’il a oublié de le dire? ;  Cette question mérite d’être posée.

Pourquoi le cannabis doit-il être manifestement contre-indiqué?

1° par ce que son principe actif majeur, le tétrahydrocannabinol / THC,  en agissant sur les récepteurs aux endocannabinoïdes, du type périphérique , CB2, déprime la machinerie immunitaire, en d’autres termes est immunodépresseur; en réduisant l’activité des macrophages,  de certains types de lymphocytes, et de diverses autres cellules impliquées dans la lutte anti-microbienne.

2° parce que la combustion de la résine de  cannabis, élève la température de combustion de l’élément végétal (cannabis ou tabac) qui lui est associé, de 200°; ce qui pousse plus avant leur décomposition thermique, la pyrolyse, engendrant (selon la façon de « tirer » sur le « joint » ou sur le « pétard ») de 6 à 8 fois plus de goudrons, très  irritants pour l’arbre respiratoire; le fragilisant à l’action du Covid19.

3° parce que cette combustion engendre la production de 6 à 8 fois plus d’oxyde de carbone (CO)  gaz éminemment toxique ( à ne pas confondre avec le gaz carbonique, CO2). Sa toxicité est due à sa fixation sur l’hémoglobine, le pigment sanguin qui confère à nos hématies leur teinte  rouge intense. Le CO, se fixant sur l’hémoglobine,  là où se fixe normalement l’oxygène (O2) capté par les poumons, il s’ensuit une diminution de la capacité de capter cet oxygène au niveau des poumons pour l’amener aux tissus qui le consomment. Quand les capacités respiratoires sont amputées par l’infection virale, y ajouter une réduction du pouvoir oxyphorique de l’hémoglobine est particulièrement malencontreux.

4° Le cannabis  est  utilisé  associé au tabac, souvent après un long passé de tabagisme, dont on sait qu’il affecte très significativement l’état du poumon, situation qui culmine dans la broncho pneumopathie chronique obstructive.

Source

 

Pourquoi j’ai eu tort de prendre la weed à la légère

Arrêter le cannabis, ce n’est pas si facile que ça peut en avoir l’air. Une jeune femme raconte sa relation à la weed, une drogue pas vraiment anodine…

Pourquoi j’ai eu tort de prendre la weed à la légère

Un mot de la rédacNous sommes le 20 avril, 4/20 selon la datation américaine. Et il se trouve que 420 est devenu outre-Atlantique le chiffre symbolisant la consommation de cannabis.

À cette occasion, voici donc le témoignage d’une jeune femme qui explore sa relation à la weed, de la découverte à l’arrêt en passant par une période pas très fun…

Hier, je suis tombée sur une vidéo du youtubeur Anthonin dans laquelle il raconte à cœur ouvert qu’il a eu des problèmes de dépendance avec le cannabis.

Je me suis retrouvée dans certains points de son histoire (bien que mon rapport à la fumette a été moins intense que le sien).

Entendre quelqu’un raconter un récit similaire au mien m’a fait du bien. Ça m’a rappelé une histoire qui est maintenant derrière moi et que je me sens prête à partager.

Peut-être que ça pourra t’éclairer d’une manière ou d’une autre !

Le cannabis et moi : ma petite histoire avec la weed

Depuis petite, mes parents m’ont ouvertement parlé de la weed (comme de l’alcool), tenant un discours que je pourrais résumer de la sorte :

On a testé, tu vas tester à ton tour, on ne peut pas t’en empêcher, et c’est pas grave, tant que tu fais attention à toi.

J’étais plutôt bien informée, le travail de pédagogie et de prévention de mes proches ou de l’école portait ses fruits : je ne diabolisais pas la fumette mais je savais qu’il était préférable de l’éviter, que des précautions étaient de mise.

La première fois que la prophétie de mes parents s’est réalisée (et donc que j’ai testé), c’était au lycée. J’étais pote avec des fumeurs, c’est donc assez naturellement que j’ai essayé en soirée.

Je n’ai pas su fumer, c’était un vieux bout de shit. Je n’ai pas aimé.

La consommation du cannabis chez les jeunes en FranceSelon l’OFDT, parmi les moins de 17 ans, 4 personnes sur 10 ont déjà fumé du cannabis en France en 2017, au cours de leur vie, (soit 39,1%).

L’enquête de l’OFDT menée sur l’année 2017 révèle aussi que « la consommation actuelle concerne surtout les plus jeunes et les hommes (28% des 18-25 ans, 35% des hommes et 21% des femmes de cette tranche d’âge). »

Il m’arrivait de fumer de temps en temps avec mes potes, mais ce n’était jamais agréable. Le lendemain, mon sommeil était toujours troublé et ma tête me faisait mal.

Ma consommation était donc très occasionnelle, et assez minime. À cette époque de ma vie, je n’avais jamais été vraiment stone (ni de manière plaisante, ni désagréable).

La weed californienne, ma vraie découverte du cannabis

Quelques années plus tard, âgée de 22 ans, j’ai déménagé pour 18 mois à San Francisco en Californie.

Ma vie était géniale, je me suis retrouvée en colocation dans une grosse maison avec plein de gens qui sont devenus mes amis.

J’adorais la ville, ses vibes, j’ai visité les musées, appris les expressions et le vocabulaire des habitants, j’ai exploré les rues biscornues, j’ai goûté les plats locaux…

C’est donc assez naturellement que j’ai testé une autre des spécialités californiennes : la weed.

Et elle n’avait rien à voir avec ce que j’avais pu tester avant.

La beuh, c’est une institution en Californie. Là-bas, elle est légale (sous certaines conditions) et surtout ELLE EST BONNE. Trèèès bonne.

Comme au lycée, je me suis retrouvée entourée de fumeurs. Et si à l’époque, on devait se cacher, à San Francisco, il n’y avait rien de tabou : la weed est plutôt encensée dans le berceau du mouvement hippie.

Pendant mes 18 mois sur place, j’ai fumé de temps en temps pendant les soirées (mais pas trop, sinon j’en perdais mon anglais). Quelquefois, je mangeais un petit bout de brownie magique (et gluten-free) avec ma coloc.

Ce que j’adorais avec ma weed californienne, c’était cette sensation d’exacerbation de ma créativité, de mes pensées, mes idées fulgurantes, la légèreté de mon corps…

Le point négatif que je lui trouvais, c’était ma tendance à faire de petits bad trips en cas de dosages trop importants. L’expérience devenait alors source de stress et d’angoisses absurdes, toujours plus improbables.

Le début de mes problèmes avec le cannabis

Les mois ont passé et la fin du voyage a sonné. J’ai dû quitter mes amis et cette belle petite vie californienne que je m’étais construite — San Francisco était devenue ma maison.

Je suis donc retournée en France à contre cœur, en traînant les pieds autant que ma grosse valise remplie de souvenirs.

La réadaptation à mon pays, à ma ville, à mon appartement a été terrible. Ce furent les pires mois de ma vie.

Je ne voulais pas être ici, mes amis me manquaient, et de retour d’une ville progressiste comme San Francisco, je trouvais ma patrie affligeante de bêtise, emplie de mentalités obtuses.

Bref, le gros bad.

Surtout si tu rajoutes à ça que je ne savais plus où j’en étais dans ma vie. Je suis rentrée au bercail sans plans d’avenir et mon point de vue sur beaucoup de choses avait changé. J’étais perdue comme jamais.

Reprendre des études ? Partir vite et loin ? Trouver un job en attendant ? Faire de l’associatif ? Quitter ma ville ? Rentrer chez mes parents ?

Ma tête était pleine d’interrogations et mes journées étaient vides. J’étais si triste et très angoissée quant à mon avenir. Étant de nature optimiste, c’était la première fois que je n’arrivais pas à voir le positif d’une situation.

Rapidement après mon retour, j’ai retrouvé mes amis de toujours, dont un qui m’a vendu un peu de weed. C’était la première fois que j’achetais en France.

C’est là que les problèmes ont commencé.

J’ai commencé par fumer un joint tous les soirs, tranquille chez moi, devant une série, ou en peignant, en dansant… C’était un moment de bien-être et de créativité, que j’attendais avec hâte dans ma journée.

Mais comme tu peux t’en douter, j’en ai voulu plus, toujours plus. Ça devenait de moins en moins léger.

Très peu de mes amis étaient au courant de cette consommation, qui était un truc personnel pour moi.

J’ai compris que le cannabis était mauvais pour moi

J’ai commencé à tiquer quand j’ai réalisé que j’attendais un peu trop le moment où j’allais fumer, que ce n’était plus occasionnel du tout.

Quand j’ai percuté qu’en plus de creuser mon budget, le cannabis me provoquait de l’anxiété et du stress, une mauvaise respiration, une gorge constamment irritée…

Mais le coup de grâce a été quand je me suis rendu compte que la weed grignotait mon cerveau et altérait ma mémoire.

C’était trop.

J’ai toujours eu une excellente mémoire depuis petite, je suis le genre de meuf capable de ressortir des tirades entières de films vus il y a des années. Que la beuh touche à une caractéristique qui m’a toujours définie, ça m’a fait peur.

C’est à ce moment-là que les désagréments de la weed ont vraiment pesé plus lourd que tous ses aspects « positifs » — ou en tout cas perçus comme tels.

J’ai décidé d’arrêter.

Je n’ai pas réussi tout de suite, il m’a fallu plusieurs essais, il a fallu que je casse le matériel me permettant de fumer : j’ai vu ça comme un signe d’encouragement, et j’ai pu arrêter pour de bon.

Je n’ai pas eu recours à une aide professionnelle mais si tu penses en avoir besoin, si tu n’arrives pas à arrêter seule, n’hésite pas !

De l’aide pour gérer ta relation au cannabisRéussir à demander de l’aide à son entourage quand ça va mal, ce n’est pas forcément évident. C’est même parfois très difficile.

Quelle que soit ta situation, et surtout lorsqu’il s’agit d’un problème d’addiction, à une drogue ou autre, rappelle-toi qu’il est normal d’avoir besoin d’aide, qu’il est important de savoir en demander, et plus important encore de réussir à l’accepter.

Le mieux est d’en parler à une personne de confiance, que ce soit au sein de ta famille, parmi tes amis et amies proches, une connaissance en qui tu as confiance, ou quelqu’un d’extérieur : prof, infirmier, psychologue… Tu n’es pas seule.

Quelques numéros utiles :

  • Drogues info service : 0 800 23 13 13
    Ouverte de 8h à 2h, 7 jours sur 7. Appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe.
    Appel depuis un portable au coût d’une communication ordinaire : 01 70 23 13 13.
    Site internet par ici.
  • Ecoute cannabis : 0 980 980 940.
    Ouverte de 8h à 2h, 7 jours sur 7. De 8h à 2h, 7 jours sur 7. Appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe.
  • Fil santé jeunes : 0 800 235 236.
    Ouverte aux 12-25 ans, tous les jours de 9h à 23h. Appel gratuit et anonyme.
    Le site internet juste là.

Mon rapport au cannabis après mes problèmes avec la weed

Je ne veux pas effacer cette période, cette relation avec la weed, car au final ça fait partie de moi. Ça fait partie de celle que je suis aujourd’hui.

À mes yeux, sans le cannabis, je n’aurais pas eu certaines idées, exploré certaines sensations, certains recoins inconnus de mon cerveau, créé certaines œuvres.

Mais jamais je ne veux retomber dedans.

J’ai « fait mes expériences », comme on dit, et j’ai la chance d’avoir réagi assez vite avant que la situation devienne impossible à vivre. Car la weed m’a quand même apporté tellement de mauvaises choses.

Aujourd’hui je me rends compte que mon discours sur le sujet a complètement changé par rapport à une période plus insouciante de ma vie. Il y a des idées reçues que je ne peux pas ne pas réfuter.

L’idée reçue : « on ne peut pas être accro au cannabis »

Arrêter de fumer, ça a été dur pour moi.

On parle souvent de la weed en des termes bien flatteurs pour vanter ses mérites, en réaffirmant haut et fort qu’elle ne génère pas d’addiction.

Alors, certes, il n’y a pas de dépendance physique comme avec d’autres substances mais les dépendances mentales et émotionnelles sont bel et bien réelles, aussi réelles que difficiles à gérer.

Il se trouve qu’en plus d’Anthonin (dont je te parlais dans l’intro), Carologie, une youtubeuse que j’aime beaucoup, a lancé l’année dernière une série de vidéos qu’elle a intitulée STORIHUANA.

Elle y partage son expérience avec la consommation de cannabis, l’évolution de sa consommation, sa dépendance, son envie d’arrêter, ses rechutes…

Quand j’ai découvert ses vidéos l’année dernière, ma consommation de cannabis était déjà bien derrière moi, mais ça m’a fait un bien fou d’entendre un discours similaire au mien dans la bouche de quelqu’un d’autre.

On ne partage ni le même vécu ni le même niveau d’addiction (ma consommation n’a jamais été si lourde en comparaison), mais j’étais ravie d’entendre quelqu’un parler des phénomènes de dépendance mentale et émotionnelle liés à la weed.

Clarisse, une autre madmoiZelle, racontait d’ailleurs une expérience assez similaire dans ce témoignage sur son addiction au cannabis :

« Le cannabis est considéré comme une drogue douce. C’est sournois comme la clope, et c’est là le vrai piège.

Je ne me suis pas rendu compte tout de suite que j’étais accro, je l’ai vraiment compris seulement après avoir arrêté totalement. Je ne m’attendais pas du tout à tomber là-dedans. »

Arrêter le cannabis, c’est difficile et il faut le dire

Maintenant, le discours « on ne peut pas être accro au cannabis nani nana » m’énerve au plus haut point.

Si on ne peut pas se retrouver en situation de dépendance avec cette substance et ses effets, alors pourquoi est-ce que tout un tas de gens galèrent à arrêter d’en consommer ?

Arrêter la weed, c’est renoncer à des sensations cool. Mais des sensations cool qui ont un prix.

Fumer gaspillait mon énergie, favorisait ma léthargie, nourrissait mes angoisses, avait des répercussions déplorables sur mon état de physique, mettait ma santé en danger…

La fumette m’éloignait de mes proches non-fumeurs, qui n’auraient pas pu tout comprendre, et m’isolait.

En plus, bien sûr, d’être une consommation illégale, ce qui me mettait en danger vis-à-vis de la justice, en plus de plomber mon budget.

Le cannabis cache les problèmes mais ne les résout pas

Avec le recul, ma « période weed » était surtout un symptôme d’un moment down et chelou de ma vie. Alors si je pouvais parler à la moi du passé, je lui dirais :

« Pose ça et réfléchis deux secondes.

Fais attention, peut-être que « tu kiffes », peut-être que « tu gères », mais tu as des failles et la weed saura s’y immiscer si tu ne fais pas attention.

Questionne-toi. Pourquoi à ton avis, ta consommation change pile au moment où tu ne te sens plus bien dans ta vie ? Tu penses vraiment que c’est si sain que ça ?

Essaye de calculer plus tôt le ratio avantages/inconvénients de ta consommation ? Est-ce que ça te correspond vraiment, ce mode de vie ?

Est-ce que les choses positives que tu en tires, tu ne peux pas les retrouver autrement ? Sans substances ? »

Aujourd’hui, je suis épanouie, sans toucher à la weed, et je sais que j’ai de la chance d’y être arrivée. Alors si toi aussi tu galères, j’espère que cet article aura pu t’aider !

Source

Lire la suite