« Drogue – Le cri d’alarme des policiers contre les salles de shoot » (Le Figaro)


Le Figaro fait savoir que « depuis que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, s’est déclarée prête à tester «assez rapidement» les salles d’injection de drogue sous contrôle médical, les policiers affichent au mieux une certaine circonspection. Au pire, une vraie colère ».
Le journal continue : « Alors que quelques villes comme Paris, Marseille, Toulouse ou Saint-Denis étudieraient la possibilité d’un tel dispositif, les critiques se multiplient tant sur son efficacité que sur les risques possibles de troubles à l’ordre public ».

Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat Synergie Officiers, estime ainsi que « ces lieux, qui sont peut-être bons d’un point de vue sanitaire et pour les drogués eux-mêmes, entraîneront inéluctablement une situation apocalyptique dans les quartiers. L’afflux programmé de toxicomanes provoquera au bout de quelques semaines le cauchemar des riverains. Ils seront en proie à des comportements asociaux de toute une faune que l’on connaît, hélas, trop bien et qui n’hésite pas à se livrer à des vols, des agressions ou à se prostituer pour se fournir leur produit ».

Le ministère de l’Intérieur précise de son côté qu’« il s’agit de bien distinguer la lutte contre les trafics, qui doit rester intraitable, de la problématique de santé publique et de prévention ».
Le Figaro constate par ailleurs que la question « divise également médecins et professionnels de santé. […] Certains spécialistes se refusent à condamner a priori ce genre d’initiative ».

Le Pr Michel Lejoyeux, addictologue et chef du service de psychiatrie à l’hôpital Bichat (Paris), note ainsi que « les salles d’injection ne sont certainement pas la panacée. Mais si cela permet à certaines personnes dépendantes, marginalisées, qui refusent de se faire soigner, d’entamer une démarche thérapeutique, alors cela mérite d’être essayé. […] Si de tels centres sont ouverts uniquement pour des raisons d’hygiène ou de sécurité publique, si c’est juste pour acheter la paix sociale, alors on sera très loin du respect dû à ces malades ».

Salles de shoot : une majorité de Français n’en veulent plus

Publié sur Le Quotidien du Medecin (http://www.lequotidiendumedecin.fr)

55 % des Français se déclarent opposés à l’ouverture de lieux légaux de consommation de drogue sous contrôle médical et sanitaire, selon un sondage IFOP pour le magazine Valeurs actuelles à paraître jeudi. 31 % s’y disent « très opposés », et 24 % « plutôt opposés ». À l’inverse, 45 % sont favorables à de tels lieux, dont seulement 8 % « très favorables ».

Les résultats de cette enquête contrastent fortement avec ceux d’un autre sondage IFOP publié en 2010 : 53 % de Français se disaient alors favorables aux salles de shoot. Ce revirement d’opinion intervient alors que le gouvernement de Jean-marc Ayrault a justement annoncé son intention d’expérimenter très prochainement ces lieux de consommation, une mesure à laquelle l’UMP est opposée