Alcool au volant : l’option de l’éthylotest antidémarrage

Parmi les nouvelles mesures de sécurité routière annoncées mercredi 19 septembre, l’une concerne l’alcool au volant, avec le recours aux éthylotests antidémarrage (EAD).

Cliquez pour voir la Vidéo

Un ensemble de mesures de sécurité routière a été adopté mercredi 19 septembre. Parmi elles, l’une concerne l’éthylotest antidémarrage (EAD).

Une alternative au retrait de permis. 

Notre journaliste Manon Bougault, présente en plateau, fait le point. « Vous sortez d’un dîner entre amis, vous êtes arrêté au volant pour un contrôle routier et on vous demande de souffler. Si votre taux d’alcoolémie est compris entre 0,8 et 1,8 gramme d’alcool par litre de sang, c’est un délit. Jusqu’à aujourd’hui, c’était la suspension de permis automatique et pour beaucoup, cela signifiait perdre son emploi. Désormais il y a une nouvelle alternative pour éviter cette suspension. Le préfet peut vous autoriser dans les trois jours, à installer dans votre véhicule, un éthylotest antidémarrage. Et en l’installant, vous gardez l’usage de votre véhicule. »

1 035 morts sur les routes en 2017

Comment fonctionne cet éthylotest ? « Le circuit est branché sur le circuit d’alimentation de votre véhicule. Vous soufflez. Si c’est vert, votre voiture peut rouler. Comptez 1 300 € pour l’installer« . Ce dispositif existait déjà « mais cela n’était proposé qu’au tribunal« .

En effet, « il fallait d’abord être jugé pour en bénéficier », et en attendant le jugement, on ne pouvait pas utiliser sa voiture. Et en 2017, « 1 035 personnes ont perdu la vie dans un accident lié à l’alcool. Cela représente un quart des morts sur les routes », souligne notre journaliste.

Source FranceInfo

Le vin et l’alcool : de la fête papillaire à l’anesthésie des papilles

Il a été prétendu, récemment, que le vin, ce n’était pas de l’alcool. Analysons cette assertion au deuxième degré (si l’on peut dire).

Le degré alcoolique d’un vin (°) correspond au volume d’alcool pur présent dans 100 ml de ce vin. Dans une bouteille (750 ml) d’un vin au titre alcoolique de 13° (niveau qui tend à devenir la règle, oubliez les beaujolais nouveaux d’antan à 9°), le volume d’alcool pur est de 13 (comme degré) x 750 (comme millilitres), divisé par 100 (c’est un pourcentage), soit de 97,5 ml d’alcool pur. La densité de l’alcool pur étant de 0,789, la quantité d’alcool pur dans cette bouteille est de 77 g (97,5 x 0,789). Ce calcul ne tient pas compte du fait que, lors du mélange de l’alcool et de l’eau, survient une contraction de volume, mais ne compliquons pas davantage, afin que Bacchus, à la différence de Jupiter, ne rende pas fou ceux qu’il veut perdre.

Ce détour pour affirmer que, dans le vin, il y a de l’alcool ; et même qu’il y en a beaucoup. Dans chaque verre à vin (100 ml), ce vin étant à 13°, il y a environ 10 grammes d’alcool pur. Donc, un verre standard de vin apporte 10 grammes d’alcool pur.

Cette assertion doit être analysée.

S’il s’agit d’une horrible « piquette » (brise-ménage, gingin, pinard, vinasse, picrate, tutu, rouge qui tache), celui qui l’engloutit ne s’inflige cet inconfort que pour satisfaire sa soif d’alcool.

S’il s’agit d’un « bon vin », l’alcool n’est sûrement pas absent des mobiles de sa consommation, mais avec des circonstances atténuantes : saveurs, arômes, longueur en bouche, qui en font une fête, que les œnologues animent avec talent.

Même avec les meilleurs vins rouges, la dégustation en dehors des repas est d’une certaine rudesse, qui vous coagule les papilles. C’est, alors, davantage un entretien de l’alcoolémie qu’une dégustation.

Ces bons vins, voire ces « grands vins » (ce qui n’est pas inéluctablement synonyme), expriment leurs qualités dans une alternance entre bouchées et gorgées ; le mets vient alors épauler le nectar, et réciproquement. Un fromage de qualité moyenne et un vin du même niveau, par une épiphanie réciproque, peuvent aboutir à une fête papillaire.

Notre gastronomie s’est développée en symbiose avec des boissons alcooliques, en des couples désormais indissociables : choucroute – bière blonde ; huîtres- muscadet ; sancerre, pouilly-fumé, menetou-salon, équidistants de Chavignol, se mariant à merveille avec son crottin ; cidre – camembert ; lièvre à la royale avec un bordeaux charpenté ; homard à l’armoricaine avec un corton-charlemagne. Mais trêve de salivation et de paraphernalia.

Il faudrait être un « pisse-froid » pour fustiger de telles associations. Ces embuscades gastronomiques sont erratiques ; le prix de ces bouteilles est élevé ; un équilibre entre ce que l’on mange et ce que l’on boit s’installe spontanément ; autant d’éléments qui prémunissent d’un excès franc.

Un tout autre discours devrait être tenu sur les « alcools forts » : gin, whisky, cognac, calvados, vodka, bukha, saké… Leur saveur discrète est éteinte par l’anesthésie des papilles produite par l’alcool à 40° ; leur séjour buccal est bref ; leur lampée est essentiellement au service d’une ascension de l’alcoolémie.

Le cheminement toxicomaniaque débute par l’expérimentation (40 millions de Français) ; il peut évoluer vers usage régulier et virer à l’alcoolodépendance (5 millions de Français) ; il donne accès à l’alcoolisme, dont meurent chaque année 49.000 des nôtres, sans compter les multiples handicapés physiques et/ou psychiques qu’il recrute

Source

Canada: «la légalisation du cannabis est une catastrophe annoncée»

Jérôme Blanchet-Gravel

Le Canada s’inspire-t-il de la ville d’Amsterdam? On pourrait le croire, car la consommation du cannabis sera bientôt légalisée à l’échelle du pays. Pour le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu et l’ex-enquêteur Paul Laurier, cette décision aura de graves conséquences. Sputnik s’est entretenu avec eux.

Le 17 octobre prochain, la marijuana deviendra légale au Canada. Le Canada deviendra ainsi le premier pays du G7 à légaliser «l’or vert». L’usage du cannabis était interdit depuis 1923, mais l’État fédéral autorisait sa consommation à des fins médicales depuis 2001.

Concrètement, le gouvernement canadien autorisera la possession d’une quantité de cannabis allant jusqu’à 30 grammes. La commercialisation du produit sera assurée par des sociétés d’État, gérées par les gouvernements provinciaux. Sans surprise, la consommation du pot sera également réservée aux adultes, l’âge minimal pouvant varier en fonction des provinces (18 ans au Québec, 19 ans en Ontario).

Jusqu’à 30 grammes autorisés pour les adultes

Le Premier ministre Justin Trudeau est si fier de son coup qu’il estime que le Canada pourrait donner l’exemple à des pays alliés. Selon lui, la légalisation de la marijuana est une décision «progressiste», qui serait avant tout prise pour le bien commun des Canadiens, du point de vue de la santé et de la sécurité publiques.

Le premier argument invoqué est que la légalisation de la marijuana privera de nombreux criminels de leur lucratif commerce. On pense effectivement que les sociétés d’État chargées de vendre le pot remplaceront les revendeurs illégaux. Dans cette optique, le gouvernement canadien pense assurer un meilleur contrôle, surtout auprès des jeunes.

«Le Règlement sur le cannabis contribuera à protéger la santé et la sécurité des Canadiens, en particulier les jeunes, et favorisera une industrie légale concurrentielle en mesure de supplanter le marché illicite. Il énoncera les règles relatives à la production, à la distribution, à la vente, à l’importation et à l’exportation de cannabis en toute légalité», peut-on lire dans le communiqué de presse du gouvernement.

Mais surtout, en légalisant le cannabis, le gouvernement canadien espère renflouer ses caisses. Statistique Canada estime qu’environ 4,9 millions de Canadiens âgés de 15 à 64 ans ont acheté du cannabis en 2017, leurs dépenses totalisant environ de 5,7 milliards de dollars canadiens (3,75 milliards d’euros). Parmi eux, 90% ont acheté du cannabis à des fins récréatives.

Vente de pot: un marché lucratif pour les gouvernements?

Après la légalisation, pour chaque gramme de cannabis vendu à moins de 10 dollars canadiens (6,60 €), une taxe d’environ 0,98 dollar canadien (0,65 €) sera prélevée par l’État fédéral, lequel redistribuera un quart de la somme aux provinces. À ce montant s’ajouteront les taxes fédérales et provinciales à la consommation, qui oscillent entre 10% à 15%.

À première vue, le projet peut donc paraître prometteur, mais plusieurs voix se sont élevées pour le critiquer, voire le dénoncer. Ainsi, le sénateur conservateur Pierre-Hugues Boisvenu se dit complètement opposé à la légalisation du cannabis.Interrogé par Sputnik, M. Boisvenu a rapidement évoqué «une catastrophe appréhendée» dans ce dossier. Et ce, pour plusieurs raisons. Premièrement, le sénateur met en garde contre l’engorgement du système judiciaire. Le gouvernement canadien pense décharger le système en limitant les arrestations pour possession de marijuana, mais en fait, il ne fera que déplacer le problème. Notamment en raison du nombre élevé de contestations de la loi qui est à prévoir.

«Beaucoup de dossiers vont aller jusqu’en Cour Suprême. On pensait libérer les palais de justice des causes [cas, nldr] de « pot », mais il va y avoir beaucoup plus de causes de contestation du règlement, notamment car les lois des provinces sur la marijuana ne sont pas totalement en phase avec la loi fédérale.»

Deuxièmement, Pierre-Hugues Boisvenu pense que le projet de loi nuira aux peuples autochtones et ne contribuera pas vraiment à éradiquer la production illégale. D’ailleurs, la Gendarmerie royale du Canada s’était déjà prononcée sur le sujet: selon le plus haut corps policier du pays, le crime organisé ne sera pas écarté du marché.

«À mon avis, les conséquences de la légalisation sont sous-estimées par les gouvernements. Il y a d’abord des problèmes majeurs au niveau des réserves autochtones. Pour les Premières Nations, la légalisation sera un fléau. Déjà, ces peuples étaient aux prises avec des problèmes de drogue, et maintenant ils vont être aux prises avec plus de trafiquants et de production illégale. Il faut bien comprendre que la légalisation ne va pas du tout abolir le marché noir», a affirmé M. Boisvenu à Sputnik.

Le sénateur québécois s’inquiète aussi du nombre de gens intoxiqués qui conduiront leur véhicule, estimant dangereuse la conduite sous l’effet du stupéfiant. Il rappelle de plus que le test permettant de détecter cette substance dans l’organisme est beaucoup plus élaboré que l’alcotest… alors qu’il ne permet même pas de démasquer les gens qui ont mangé et non fumé de la marijuana… Et encore une fois, il craint une multiplication des contestations judiciaires, car les autorités ne seront pas prêtes à composer avec le phénomène.

Marijuana et conduite automobile: un cocktail explosif

L’ex-enquêteur de la Sûreté du Québec, Paul Laurier, partage l’avis de M. Boisvenu à ce sujet. Ce qui l’inquiète le plus est la sécurité routière. Non seulement la consommation de marijuana est dangereuse en soi pour les automobilistes, mais combinée à l’alcool et à d’autres drogues, elle pourrait faire des ravages. M. Laurier parle aussi de la combinaison fatale de textos et de marijuana au volant. Il rappelle qu’une fraction de seconde d’inattention suffit souvent pour créer des accidents mortels.

«Ma plus grande crainte, ça va être sur les routes. On va déplacer le problème. La police n’interviendra pas dans la rue, mais va devoir s’occuper des accidents causés par la consommation de pot. Les policiers vont intervenir sur beaucoup plus d’accidents. […] On va donc se retrouver avec une période de flottement. On a forcé le Sénat à passer cette loi-là, à dire oui, mais c’est évident qu’on n’est pas prêts. Les rapports scientifiques n’ont pas été considérés».

Un petit chien

Paul Laurier est aussi convaincu que la légalisation de la marijuana contribuera à démystifier, voire à banaliser sa consommation. En faisant du cannabis un produit comparable à l’alcool, le gouvernement Trudeau envoie le message que son usage n’est pas dramatique, voire tout à fait normal.

«La légalisation va généraliser et banaliser la consommation de la marijuana. Il va y avoir des effets nocifs sur la santé, c’est certain. Il y aura aussi des effets nocifs sur la santé mentale. Ce sont les gens qui vont payer pour cette expérience-là. […] La légalisation du cannabis, c’est un écran de fumée», s’est insurgé M. Laurier dans une entrevue avec Sputnik.

M. Laurier a aussi souligné que le crime organisé n’allait pas cesser du jour au lendemain de vendre du cannabis et que le Canada entrerait dans une «difficile période de transition». Ce que pense aussi M. Boisvenu. Paul Laurier a ajouté que beaucoup d’argent du crime organisé avait même été investi dans la production légale de marijuana.

marijuana

Enfin, si le Canada est le premier pays du G7 à légaliser la marijuana, il faut toutefois rappeler qu’il n’est pas le premier État nord-américain à le faire. Le gouvernement fédéral des États-Unis n’a jamais légalisé le pot, mais le Colorado, Washington, l’Oregon, l’Alaska, le Nevada et la Californie l’ont fait en tant qu’États. Le Canada s’est inspiré de l’expérience américaine pour mettre en œuvre sa propre politique.Justin Trudeau sait-il qu’en 2014, les cas d’ingestion involontaire de cannabis par des enfants de moins de neuf ans ont augmenté de 34% au Colorado et que les accidents de la route impliquant des fumeurs de pot ont bondi de 75% en trois ans dans ce même État?

Source

Cannabis thérapeutique: un comité officiel va évaluer son intérêt

De l’Insane OG, une souche de marijuana présentée au « Dr. Greenthumb », le dispensaire phare de médecine et de loisirs qui a ouvert le 15 août 2018 à Sylmar en Californie AFP/ARCHIVES – FREDERIC J. BROWN

L’Agence du médicament ANSM a créé un comité pour « évaluer la pertinence de développer en France l’utilisation thérapeutique du cannabis », et ses premières conclusions seront connues « d’ici la fin de l’année », a-t-elle annoncé lundi.

Les propositions de ce comité « seront basées sur l’analyse de l’ensemble des données scientifiques disponibles et l’expérience d’autres pays l’ayant déjà mis en place, en prenant en compte le point de vue des patients », a indiqué l’ANSM dans un communiqué.

« Des représentants associatifs, des professionnels en santé et en sciences humaines seront étroitement associés aux travaux de ce Comité, soit en qualité de membres, soit en étant auditionnés », a précisé l’Agence, selon laquelle les membres de cette structure seront nommés « dans les prochaines semaines ».

« Une première réunion se tiendra courant octobre et le Comité remettra ses premières conclusions d’ici la fin de l’année », selon l’ANSM.

Nommé pour un an, ce comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) devra évaluer « l’intérêt thérapeutique du cannabis pour le traitement de certaines pathologies » et « les modalités de mise à disposition du cannabis dans le cadre d’une utilisation médicale ».

Dans une tribune publiée en juillet, plusieurs élus PS, LREM et EELV ont demandé la légalisation du cannabis à usage thérapeutique, qui pourrait selon eux apaiser les souffrances de 300.000 patients, en rappelant qu’une trentaine de pays ont légalisé partiellement ou totalement le cannabis à usage médical.

Ces élus et médecins font valoir « l’efficacité du produit dans la gestion de la douleur chronique, les troubles physiques provoqués par les chimiothérapies et les spasmes musculaires liés à la sclérose en plaques ».

En France, les médicaments à base de cannabis peuvent faire l’objet d’une Autorisation de mise sur le marché (AMM) depuis 2013.

Dans les faits, un seul en a bénéficié: le Sativex, spray destiné à soulager des malades atteints de sclérose en plaques. Il a obtenu cette autorisation en janvier 2014 mais n’est toujours pas commercialisé, en raison d’un désaccord sur son prix de vente.

En revanche, la consommation des joints de cannabis est pénalisée quel qu’en soit l’usage: la loi française ne fait pas de distinction entre leur usage récréatif et thérapeutique.

En juillet, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait affirmé qu’elle n’excluait pas d’autoriser les cigarettes de cannabis à usage thérapeutique si elles apportent « un plus » par rapport aux médicaments déjà autorisés.

Source

K2, la drogue de synthèse qui inquiète les USA

PAR BRUNO ALVAREZ

ACTUALITÉ
Les autorités sanitaires américaines ont lancé l’alerte devant le nombre croissant et préoccupant d’overdoses ces derniers mois. Le « K2 » ou « Spice », un cannabis de synthèse 100 fois plus puissant que la marijuana, fait des ravages aux États-Unis. Pour le moment, la France est encore épargnée par le phénomène.

Un cannabis de synthèse environ 100 fois plus puissant que la marijuana inquiète les autorités sanitaires américaines. Car cette drogue fait des ravages aux États-Unis où, à la mi-août, une soixantaine d’étudiants de la prestigieuse université de Yale ont été victimes d’overdose liée à ce produit. Et les cas se multiplient de plus en plus chez les jeunes Américains.

À la mi-juillet déjà, la Food and Drug Administration avait averti les consommateurs que du cannabis synthétique, coupé avec de la mort-aux-rats, avait provoqué l’hospitalisation de centaines de personnes victimes de graves hémorragies et entraîné au moins quatre décès.

Un effet très nocif et parfois fatal

Appelé « K2 », « Spice », ou encore « Black Mama » par les initiés, le cannabis de synthèse contient des substances psychotropes qui reproduisent les effets du cannabis naturel. « Mais ces molécules, les cannabinoïdes synthétiques, sont nombreuses et diffèrent selon les produits. Elles sont surtout beaucoup plus puissantes que le THC, le composant actif du cannabis », explique le Dr Agnès Cadet-Taïrou, responsable du pôle Tendances récentes et nouvelles drogues à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

Comparé au principe actif du cannabis traditionnel, la version synthétique dite « K2 » contient des molécules beaucoup plus nombreuses et plus puissantes. (Photo : d’illustration : EPA)

 

« Ces produits peuvent être vendus sur internet sous forme de poudre ou de liquide, mais ils sont surtout mélangés à des feuilles broyées ressemblant au cannabis standard, poursuit la spécialiste. Il s’en vend également sous forme dite « e-liquide », utilisée avec des cigarettes électroniques. Et comme il existe une multitude de molécules, il est à la fois difficile de savoir précisément ce qu’il y a dedans et il n’existe pas d’effets standards : pour certains, le produit aurait un effet relaxant, sédatif ; pour d’autres, c’est un euphorisant. Mais les effets secondaires sont nombreux. »

Accidents cardiaques, problèmes de rein et de foie, confusions, malaises, tensions artérielles, états psychiatriques délirants et paranoïaques… Et donc de récents cas de décès aux États-Unis.

Drogue apparue au début des années 2000

C’est là-bas que cette drogue est apparue au début des années 2000. 11 % des adolescents américains avaient déjà testé au moins une fois cette substance en 2012, selon le National Institute on Drug Abuse.

La famille des cannabinoïdes de synthèse comprend une centaine de substances différentes, interdites en France depuis 2009. La plus connue, présente dans la variété dite « Spice », est composée de l’AMB-Fubicana, un dérivé de l’AB-Fubicana, qui n’est autre qu’un antidouleur.

Mais si les effets varient, c’est que les trafiquants modifient la formule pour élaborer ce cannabis ultra-puissant. Ainsi, ils compliquent le travail des autorités qui établissent la liste des substances illicites aux États-Unis.

Pas encore répandue en France

En France, cette drogue de synthèse n’est pas encore très répandue même si l’on sait que les adolescents consomment beaucoup de cannabis. En 2017, l’étude ESCAPAD de l’OFDT évaluait que 4 % des jeunes de 17 ans déclaraient « avoir déjà consommé un produit imitant les effets d’une drogue », en majorité un cannabinoïde de synthèse.

« À Mayotte, il y a eu une vague de surdoses avec un produit similaire appelé « la chimique » en 2015, précise le Dr Agnès Cadet-Taïrou. Mais en métropole, la situation n’est pas dramatique. En tout cas, pas comparable à celle des États-Unis. Mais cela ne veut pas dire que la menace n’existe pas », prévient la spécialiste française, qui reste très mesurée.

Source

Lettre du CNPERT N° 56

Sécurité routière et drogues le double combat à mener

(Lettre à Monsieur le Premier Ministre)

Pr. Jean Costentin

Pour un Homme d’Etat, au-delà de toutes considérations politiques, l’imperium réside dans le sens du Devoir, de l’Honneur, de la Morale (quand bien même ces mots soient en obsolescence). C’est ce qui le distingue du politicien, ne pouvant détacher son regard du compteur qui dénombre ses électeurs potentiels. Cet imperium inclut l’attention qu’il porte à la….

Télécharger la suite

L’alcool serait dangereux pour la santé dès le premier verre

TF1    JT 20H

D’après une étude scientifique récente, les dégâts de l’alcool apparaissent dès le premier verre consommé.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 02/09/2018 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 2 septembre 2018 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 02/09/2018 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 2 septembre 2018 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

SOURCE

Le cannabis persiste jusqu’à 6 jours dans le lait maternel

Le cannabis persiste jusqu’à 6 jours dans le lait maternel
Le cannabis persiste jusqu’à 6 jours dans le lait maternel

Selon des chercheurs américains, le THC (principe actif du cannabis) pourrait persister jusqu’à 6 jours après consommation dans le lait maternel. Devant le manque de données concernant l’impact neurologique sur les nourrissons, les scientifiques appellent naturellement les femmes allaitantes à stopper toute prise de marijuana.

Des scientifiques de l’Université de Californie à San Diego ont cherché à savoir quels composants du cannabis pénètrent dans le lait maternel et combien de temps ils y restent. Pour cela, ils ont étudié 54 échantillons provenant de jeunes mères consommant du cannabis à des degrés divers.

Résultat, ils ont détecté du tétrahydrocannabinol, ou THC, le principal composant psychoactif de la marijuana, dans 63% des échantillons de lait maternel. Et ce jusqu’à six jours après la dernière consommation déclarée par la mère.

« La quantité de THC potentiellement absorbée par le nourrisson était relativement faible », explique Christina Chambers, principale auteure de ce travail. « Mais nous ne savons toujours pas si cette dose peut être délétère pour le bébé. » Les conseils des chercheurs ne peuvent donc aller que dans le sens de ceux de l’Académie américaine de pédiatrie. A savoir, s’abstenir de toute consommation au cours de l’allaitement.

Source

Bientôt quatre nouvelles salles de shoot à Paris ?

Anne Souyris, adjointe Santé et Relations avec l’AP-HP du maire de Paris, vient de proposer la création de quatre nouvelles salles de shoot. Une aberration ne venant jamais seule, elle y adjoint (évidemment), pour satisfaire toute la population des toxicomanes, un bus itinérant pour aller au-devant des fumeurs de crack, dans les rues de la capitale.

Il y a quatre ans, le ministre de la « Santé », Marisol Touraine, assignait à ces salles de shoot un caractère expérimental dont les résultats devaient être analysés pendant six ans ; leur existence serait alors reconsidérée. Les résultats doivent être jugés si positifs que madame Souyris propose déjà d’en ouvrir plein d’autres. Ce fut pourtant dans la douleur que les habitants du quartier de la gare du Nord accueillirent cette salle ; douleur qui, d’ailleurs, n’est toujours pas calmée.

Cette grande première, qui n’a que deux ans d’existence, n’a été suivie que par Strasbourg, après une inconvenante course-poursuite pour savoir qui, de Paris ou de Strasbourg, pourrait se glorifier d’être la première ville à s’en doter – ainsi qu’à s’endetter, car leur coût de fonctionnement est exorbitant.

La proximité de l’hôpital Lariboisière venait sécuriser le processus d’accueil des « overdoses », justification principale du « Shootez-vous en toute sécurité ». Cela a été une incitation à l’auto-administration de plus fortes doses de drogues ; ainsi, le nombre d’« overdoses » s’est accru, mais la mortalité s’est réduite, du fait de la sécurité apportée par l’hôpital voisin.

Les deux arguments principaux de ces salles de shoot étaient, au nom de la « réduction des risques », la prise en charge des overdoses et la prévention de la contamination par les virus du SIDA et de l’hépatite C, résultant de l’échange de seringues contaminées. Ces deux arguments sont fallacieux.

On dispose, désormais, d’un agent bloquant les récepteurs sur lesquels agissent l’héroïne, la morphine, la méthadone et d’autres opioïdes, pour déclencher l’inhibition de la respiration, qui caractérise « l’overdose » ; il s’agit de la naloxone : Nalscue®, qui peut être administrée, en spray, par quiconque, en tous lieux, hors les salles de shoot.

Depuis longtemps, la contamination par le virus du SIDA n’est plus le fait des toxicomanes, qui accèdent librement et le plus souvent gratuitement à la fourniture de seringues et d’aiguilles. Elle est, principalement, le fait de pratiques homosexuelles masculines, avec des partenaires multiples, s’adonnant à des injections de drogues stimulantes pour leur permettre d’« assurer » (les cathinones sont très en vogue dans cette « indication »). On lira sur ce sujet le bulletin épidémiologique hebdomadaire du 19 septembre 2017 qui donne des chiffres précis obtenus à partir d’un questionnaire auto-anonyme réalisé en 2015.
On peut alors se poser la question si, plutôt que de salles de shoot supplémentaires, ce n’est pas d’« homo-sexodromes » dont la capitale devrait se doter.

Un collectif d’une dizaine d’associations agissant contre les toxicomanies (dont j’avais assuré la coordination) avait contesté, avec maints arguments à l’appui, le principe de ces salles de shoot ; l’Académie nationale de médecine ainsi que celle de pharmacie avaient exprimé, d’une façon très argumentée, leurs réserves. Ils n’ont pas été entendus.

Aujourd’hui, les personnels de ces salles s’appliquent à en justifier le bien-fondé (défense de leur emploi oblige) alors que les objections et critiques précédemment émises se vérifient chaque jour. Et l’on aboutit à ce grand écart entre ceux qui voudraient les faire fermer et ceux qui voudraient les multiplier.

Source

Voici ce qui accélère le vieillissement du cerveau

Des chercheurs américains ont dressé la liste des facteurs responsables du vieillissement précoce du cerveau. Ils sont parvenus à ces résultats suite à l’examen de plus de 30.000 personnes, révèle la plateforme informatique McKnight’s Senior Living.

Les employés de l’Université Johns Hopkins et de l’Université de Californie ont détaillé les facteurs accélérant le processus de vieillissement cérébral, lit-on sur la plateforme d’information McKnight’s Senior Living.

Il s’est ainsi avéré que l’abus de cannabis et d’alcool accélérait le vieillissement cérébral ainsi provoquait des problèmes psychiques à cause de la diminution flux sanguin.

Une consommation modérée d'alcool est-elle vraiment bénéfique?
Plus de 30.000 participants âgés de 9 mois à 105 ans ont pris part à l’étude. Les chercheurs ont basé leurs conclusions sur 62.454 analyses SPECT, une tomoscintigraphie par émission monophotonique qui permet de récupérer des images ainsi que des reconstructions en trois dimensions d’organes et de leur métabolisme à l’aide d’un ensemble de gamma-caméras tournant autour du patient.

Selon les résultats, la schizophrénie faisait vieillir le cerveau en moyenne de quatre ans, l‘abus de cannabis de 2,8 ans, le trouble bipolaire de 1,6 an, le trouble déficitaire de l’attention ou l’hyperactivité de 1,4 an et l’abus d’alcool de 0,6 an.

Les chercheurs n’ont pas observé de vieillissement accéléré auprès des personnes atteintes de dépression ou de démence, ce qui pourrait être dû à différents types de schémas cérébraux occasionnés par ces troubles.

Source

Les parents ont fumé le cannabis vert et ….

…..leurs enfants en ont eu les neurones agacés

Cette formule inspirée du Livre d’Ézéchiel (chapitre 18) m’est revenue en mémoire pour aborder, avec humour mais gravité, les dernières nouvelles publiées cette semaine sur le cannabis.

Une information vient de faire état d’un accroissement important des admissions hospitalières de bambins et d’enfants ayant consommé du cannabis que leurs parents avaient laissé traîner. À Nice, il y a un an, des parents ont été condamnés à un an de prison pour « détention, usage de stupéfiants et abandon moral de leur bébé de 14 mois » qui s’était intoxiqué, au domicile familial, en ingérant du shit.

Une étude du réseau d’addictovigilance (surveillance des addictions) montre une « hausse constante, depuis 2014 » (multiplié par 2,5 en trois ans), du nombre de ces intoxications. Elles se traduisent, indique l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), par une somnolence ou, au contraire, mais de façon deux fois moins fréquente, par une une agitation, une dilatation des pupilles, un relâchement musculaire et, dans les cas les plus graves, une accélération du rythme cardiaque, une détresse respiratoire, des convulsions, voire un coma.

Si ce constat se suffit à lui-même, il incite à plusieurs commentaires, concernant des problèmes en amont.

Quatre femmes sur cinq fumant du cannabis et qui « tombent » enceintes sont incapables d’arrêter leur consommation de tabac et de cannabis, infligeant à leur fœtus une triple agression : de la nicotine, du tétrahydrocannabinol (THC) et de l’oxyde de carbone (CO). Elle s’exprime par une prématurité, avec une hypotrophie plus marquée que ne le voudrait l’âge de la gestation, associée à d’autres graves conséquences : retard du développement, hyperactivité avec déficit de l’attention, risque accru de mort subite « inexpliquée » et, à l’adolescence, une attirance accrue pour les drogues.

Ce risque accru de toxicomanies paraissait dû aux carences éducatives et au déplorable exemple de parents consommateurs de drogues. Ces carences parentales expliquent, certes, beaucoup de choses, auxquelles s’associent le défaut d’attention portée à la santé de leur progéniture, parfois le choix de l’allaitement, alors que persiste la consommation du cannabis, et aussi la négligence qui laisse traîner les drogues en tous lieux…

Une découverte récente vient compléter l’explication du risque plus important de toxicomanies à l’adolescence. Elle concerne le phénomène de l’épigénétique.

Les travaux de l’équipe de Hurd montrent que la consommation de cannabis par les parents (avant la conception) ou par la maman (pendant la gestation) modifie non pas le code génétique (l’ADN chromosomique, le plan, en quelque sorte) mais l’expression de celui-ci, la façon de le lire.

Cela aboutit à une moindre expression des récepteurs D2 de la dopamine dans une structure cérébrale que l’on pourrait appeler le centre du plaisir – le noyau accumbens. Ces récepteurs D2, stimulés par la dopamine, déterminent la sensation de plaisir 1 qui est diminuée au prorata de leur réduction.

C’est pourquoi cet adolescent qui, comme tout un chacun, a besoin de cette sensation de plaisir recourt à des drogues dont l’effet commun, quelle que soit leur nature, est d’augmenter la libération de dopamine dans le noyau accumbens. Ainsi, ces récepteurs D2, moins nombreux, sont, sous l’effet de ces drogues, à tout instant, stimulés davantage (ce qui corrige leur raréfaction).

Des données importantes, comme celle des effets épigénétiques du cannabis, s’accumulent. On comprend aisément l’impatience de certains à obtenir la légalisation du cannabis, qui deviendra impossible quand de telles informations seront portées à la connaissance d’un large public

Jean Costentin  Docteur en médecine

L’idée d’une dose d’alcool « inoffensive » serait un mythe, affirme une vaste étude

Par Sarah Sermondadaz le 24.08.2018

Sciences et Avenir

Une vaste méta-analyse du Lancet a enquêté sur la consommation d’alcool et son effet sur la santé de 28 millions de personnes entre 1990 et 2016. Sa conclusion : l’alcool est dangereux, même à faible dose.

L'alcool est dangereux dès le premier verre

Un verre, ça ne va pas : c’est dès le premier que commencent les dégâts.

Juste un verre d’alcool de temps en temps, c’est bon pour la santé croyez vous ? Erreur.

L’idée d’une dose d’alcool « inoffensive » voire même bénéfique serait un mythe. Car les bénéfices de l’alcool contre certaines pathologies cardiaques (les cardiopathies ischémiques) seraient contrebalancés par une augmentation du risque de cancers… dès le premier verre.

Il semblerait que ses effets soient nocifs même à faible dose. C’est ce qu’indiquent les conclusions d’une vaste méta-analyse publiée le 23 août 2018 dans The Lancet. L’alcool est impliqué dans la mort de 2,8 millions de personnes par an, ce qui en fait le 7ème facteur de risque d’une mort prématurée dans le monde. Pour les gens dont l’âge est compris entre 15 et 49 ans, c’est même le principal facteur.

Une méta-analyse sur 28 millions de personnes entre 1990 et 2016

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs ont procédé à une vaste méta-analyse. Ces dernières participent au projet Global Burden of Disease Study (GBD), qui voit collaborer plus de 1800 chercheurs à travers 127 pays avec notamment le soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ce vaste projet de recherche, financé par la fondation Bill et Melinda Gates, recueille de nombreuses données relatives à la santé publique dans le monde. Il est mis à jour tous les 5 ans, et ce depuis 1990. Pour ce travail, ils se sont appuyés plus de mille études distinctes. Tout d’abord 694 études évaluant la consommation d’alcool dans le monde, puis 592 autres études s’intéressant aux risques sanitaires liés à la consommation d’alcool, couvrant au total un échantillon de 28 millions de personnes de 195 pays entre 1990 et 2016.

Conclusions : un seul verre par jour suffit à augmenter de 0,5% le risque de développer l’un des 23 problèmes de santé associé à l’alcool. (voir ci-dessous.)

L’augmentation de ce risque reste toutefois à nuancer : comme l’analyse le statisticien britannique David Spiegelhalter, on peut interpréter ces 0,5% différemment. Il faudrait que 25.000 personnes consomment, par an, 400.000 bouteilles d’alcool fort pour développer, chaque année, une maladie grave supplémentaire liée à l’alcool. Cela correspond à la consommation de 16 bouteilles d’alcool fort par an et par personne. De quoi rassurer, dans une certaine mesure, les buveurs très occasionnels.

Cliquez pour ouvrir le graphe dans une autre fenêtre / Crédits : GBD 2016 Alcohol Collaborators

BIAIS. La méthodologie des chercheurs leur permet d’éliminer plusieurs biais : contrairement à de précédentes études, elle ne se base pas seulement sur du déclaratif. Autrement dit, les quantités d’alcool que les personnes affirment consommer sont recoupées avec d’autres données, comme la consommation d’alcool dans les lieux touristiques ou encore des estimations du commerce illicite. De quoi corriger des déclarations parfois sous-évaluées… mais puisque l’étude n’a pas tenu compte des adolescents de moins de 15 ans, les auteurs alertent que les chiffres restent certainement sous-évalués.

Pas d’effet protecteur de l’alcool à faible dose

De précédentes études avaient suggéré qu’une faible consommation pouvait avoir un effet protecteur contre certaines maladies cardiaques et formes de diabète, et qu’il existait un niveau de consommation non dangereux. Ce travail vient les contredire. « Nous avons découvert, en combinant tous les types de risques liés à la consommation d’alcool, que ce risque augmentait à n’importe quel niveau de consommation, et vient compenser les éventuels effets protecteurs », a déclaré dans un communiqué Max Griswold, auteur principal, de l’université de Washington. « L’augmentation des risques est faible à un verre par jour, mais augmente ensuite rapidement. »

SANTÉ PUBLIQUE. Pour les chercheurs, il est urgent d’adapter les politiques de santé publique. « L’alcool entraîne des conséquences graves pour la santé des populations en l’absence d’action politique adaptée », a également indiqué Emmanuela Gakidou, chercheuse ayant participé à ce travail. « Nous devons réévaluer nos recommandations de santé publique sur l’alcool. Cela peut passer par la mise en place de taxe, des heures de vente, voire l’interdiction de la publicité. » En France, en juin 2018, plus d’une personne sur 2 se déclarait favorable à une hausse du prix de l’alcool.

Le palmarès des plus grands buveurs dans le monde

De quoi également établir le palmarès des pays où l’on boit le plus… et où l’on souffre le plus des maladies liées à l’alcool. C’est au Danemark qu’on est le plus malade de l’alcool, hommes et femmes confondus. Mais c’est en Roumanie qu’on boit le plus, si on est un homme (8,2 consommations par jour en moyenne), et en Ukraine (4,2 consommations par jour) si on est une femme. Quant à la France, elle est le 6e pays pour les hommes, le 8e pour les femmes, où l’on souffre le plus de maladies liées à l’alcool, derrière notamment l’Argentine, l’Allemagne et la Suisse.

Source

Facebook combat (enfin) la vente de drogue sur son réseau social

Une crise majeure aux USA

Facebook a pris très au sérieux la vente de stupéfiants qui était facilitée par son réseau social depuis quelques années. Plusieurs mesures ont été mises en place à la suite d’un rapport du CDC qui rapporte que 30 000 Américains sont morts d’une overdose de substances opioïdes.

Facebook et drogue.jpg© iStock / maselkoo99

Pour lutter contre la vente de drogues sur son réseau social, Facebook a banni de sa recherche de nombreux termes relatifs à ces substances illicites. Sont notamment concernés les noms de nombreuses drogues opioïdes, très addictives. Il s’agit d’un changement qui arrive quelques heures après la publication d’un rapport par le CDC (Centre de contrôle des maladies et de la prévention aux USA) selon lequel 30 000 Américains sont morts en 2017 suite à une overdose d’opioïde, soit 50 % de plus qu’en 2016.

Il s’avère que Facebook est devenu au fil du temps une véritable place de marché pour vendeurs et acheteurs de drogues, où sont organisées rencontres et transactions. Avec la mise en place de ce filtrage, Facebook espère pouvoir contrer ce phénomène. À noter qu’il ne s’applique qu’aux pages et non pas aux profils. On peut donc trouver des utilisateurs qui contournent le changement opéré par Facebook en modifiant le nom de leur profil, avec celui d’une drogue en particulier. Facebook va donc devoir encore travailler sur son outil pour le rendre plus efficace.

L’idée est aussi de se servir de ce système pour faire de la prévention. Ainsi, aux États-Unis, si vous tapez « acheter Xanax », un seul résultat s’affiche et présente la mention « Besoin d’aide ? Si vous ou une personne que vous connaissez lutte contre une substance opioïde, nous souhaitons aider en offrant confidentiellement un traitement, en plus d’informations sur la prévention. » Le message est suivi d’un lien vers le site gouvernemental d’aide contre l’addiction aux drogues.

capture d'écran message drogue.jpg© TechCrunch

Facebook travaille dessus depuis plusieurs mois

Précisons que cette volonté de Facebook de mettre un terme à la vente de stupéfiants ne date pas d’hier. En novembre 2017, Mark Zuckerberg s’étonnait d’apprendre que son réseau social était le théâtre d’un gigantesque réseau de vente de drogues. Cinq mois plus tard, en avril, le PDG de Facebook était entendu au Capitole pour répondre aux questions de personnalités politiques, suite au scandale Cambridge Analytica.

L’homme politique David McKinley avait alors demandé à Mark Zuckerberg : « Votre plateforme est utilisée pour acheter des drogues très addictives sans prescription. Avec le respect que je vous dois, Facebook permet ce genre de pratique, par conséquent vous faites du mal aux gens. Êtes-vous d’accord avec ces propos ? » Le PDG n’avait alors pas répondu directement à la question en se justifiant : « Il y a de nombreux secteurs de contenus où nous devons faire un meilleur travail pour faire respecter nos règles. »

En juin, Facebook annonçait travailler sur de nombreuses restrictions en matière de drogue. Il avait notamment annoncé qu’un lien vers un site d’aide contre l’addiction à la drogue serait mis en place. L’objectif était clairement de montrer que le réseau social ne fermait pas les yeux devant certaines dérives de sa plateforme. À voir si ces nouvelles dispositions seront, à terme, déployées sur d’autres versions que la seule mouture américaine de Facebook.

Les intoxications au cannabis chez les enfants ont triplé en 4 ans

 

Les intoxications au cannabis chez les enfants ont triplé en 4 ans
  • VIDÉO – Les ingestions accidentelles de résine de cannabis par de jeunes enfants sont en constante augmentation depuis 2014. Avec des conséquences parfois sévères.

Rien n’échappe à la curiosité des enfants. Une sucrerie qui traîne sur la table du salon? Hop, dans la bouche. Il faut donc faire attention à tout ce qui se trouve à la portée de ces mains baladeuses… En particulier s’il s’agit de substances dangereuses, comme le cannabis. Les intoxications accidentelles d’enfants ne cessent d’augmenter, révèle une nouvelle étude de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), publiée au mois d’août 2018. Entre 2015 et septembre 2017, près de 200 cas ont été recensés par les centres d’addictovigilance. Un chiffre qui a presque triplé par rapport à la période 2010-2014.

La consommation de cannabis en quelques chiffres
Un rapport parlementaire préconise des amendes de 150 à 200 euros plutôt que la prison pour les consommateurs de drogue. Cette mesure vise surtout les fumeurs de cannabis. Quelques chiffres sur la substance illicite la plus consommée de France.
Cinq fois plus de cas graves

Ces intoxications se font le plus souvent par l’ingestion de résine de cannabis (appelée aussi «haschich»). Elles ont lieu à la maison, dans un cadre familial, avec une recrudescence au cours de la période estivale et lors des fêtes de fin d’année, observe l’Agence du médicament. Les très jeunes enfants en sont les principales victimes. En 2014, 7 intoxications sur 10 concernaient des tout-petits d’un an et demi ou moins, constatait une étude menée par des médecins français, publiée en août 2017 dans la revue Pediatrics . C’est toujours le cas en 2017, souligne l’ANSM, le plus jeune patient étant âgé de seulement 7 mois.

Les principaux symptômes retrouvés sont la somnolence avec des phases d’agitation, des vomissements, la dilatation des pupilles, une faiblesse du tonus musculaire (hypotonie), et des battements du cœur rapides et irréguliers (tachycardie). Heureusement, l’agence n’a relevé aucun mort mais l’intoxication aiguë peut aboutir à un coma, une insuffisance respiratoire et des convulsions.

Ces conséquences graves semblent de plus en plus récurrentes, selon l’ANSM. En effet, entre 2015 et 2017, les hospitalisations ont doublé par rapport à la période 2010-2017, et le nombre de cas graves avec mise en jeu du pronostic vital est cinq fois plus élevé. Une tendance qui existe depuis 2004, puisque 2 comas ont été observés entre 2004 et 2009 contre 29 entre 2010 et 2014, ajoute l’étude parue dans Pediatrics.

Des substances de plus en plus dangereuses

Cette gravité croissante s’expliquerait par un changement dans la production du cannabis. Celui-ci est de plus en plus concentré en THC (la substance psychoactive du cannabis). «Les formes hybrides de cannabis qui permettent une récolte plus abondante mais contiennent plus de THC ont remplacé les plants traditionnels», constatait l’étude de Pediatrics. La teneur moyenne en THC dans le haschich «a triplé en dix ans pour atteindre 23%», souligne l’ANSM.

La consommation et la détention de cannabis sont interdites en France, et y exposer son enfant peut être passible d’une peine de prison. Devant le moindre soupçon d’ingestion, il faut immédiatement appeler le Samu (le numéro 15).

Source

%d blogueurs aiment cette page :