Sabotage du mois sans alcool par le gouvernement de Macron. C à dire.

Cette émission est visible du 4 au 10 Décembre 2019

Cliquez sur la photo Source Médiapart

Alcool : le défi du « janvier sec » lancé « malgré les efforts du lobby alcoolier et la pression de l’Elysée »

Les associations de promotion de la santé font valoir les bienfaits d’initiatives similaires au Royaume-Uni et en Belgique.

Emmanuel Macron, accompagné du président de la Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset (à gauche), goûte des produits locaux, à Anglet, le 24 août.
Emmanuel Macron, accompagné du président de la Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset (à gauche), goûte des produits locaux, à Anglet, le 24 août. IAN LANGSDON / AFP

Les associations d’addictologie et de promotion de la santé, dont notamment la Fédération Addiction, Aides, la Ligue contre le cancer… ne baissent pas les bras, loin de là.

Elles ont annoncé dans un communiqué commun, mardi 3 décembre, qu’« il y aura bien » une campagne de « Dry January » en France, « malgré les efforts du lobby alcoolier, malgré l’annulation, sous pression de l’Elysée, de l’opération “Mois sans alcool” initialement prévue par Santé publique France ».

France Assos Santé, qui regroupe 85 associations de patients et usagers, veut encore y croire. Dans un communiqué, lundi 2 décembre, intitulé « Monsieur le Président, clarifiez votre position », elle appelle Emmanuel Macron à dissiper cet « affreux malentendu » et demande que « ce soit bien à l’agenda de janvier 2020 ». En attendant, France Assos Santé soutient le Dry January à la française.

Source : Le Monde

L’ecstasy à Paris : 10 morts depuis Janvier 2019

La MDMA, la « drogue de l’amour », fait son retour en Europe

Plus connue quand elle se trouve sous la forme d’ecstasy, cette drogue ne détrône pas le cannabis en termes de consommation en Europe, mais elle talonne la cocaïne.

Comprimés d’ecstasy.
Comprimés d’ecstasy. DOMINIQUE FAGET / AFP

La « drogue de l’amour », la « D », la « MD »… Autant de petits noms pour désigner la MDMA (3,4-méthylènedioxyméthamphétamine), un stupéfiant plus connu quand il se trouve sous la forme d’ecstasy, qui signe son retour en Europe. La substance, qui s’est fait connaître dans les années 1990, ne détrône pas le cannabis en termes de consommation, loin de là, mais elle talonne la cocaïne depuis quelques années. C’est ce que montre le rapport 2016 de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT), publié mardi 31 mai, et qui porte sur les données des années 2013 et 2014.

Ce rapport estime que 13 millions des 15-64 ans ont déjà consommé de la MDMA, soit près de 4 % de cette population (5,1 % a déjà testé la cocaïne et 24,8 % le cannabis). La MDMA séduit majoritairement des jeunes adultes : sur les 2,5 millions de personnes en ayant consommé au cours de l’année, 2,1 millions ont moins de 35 ans.

Substance présente dans les raves à ses débuts, « la MDMA/ecstasy n’est plus une drogue de niche ou liée à une sous-culture » et se trouve dans les bars ou les fêtes à domicile, indique par ailleurs le rapport.

« Peu chère, facile d’accès, de bonne qualité », la MDMA remplit tous les avantages d’une consommation « festive » de drogue, reconnaît Muriel Grégoire, psychiatre à l’hôpital Marmottan, spécialisé dans la prise en charge des addictions. « Elle a vraiment bonne réputation », ajoute la soignante, soulignant qu’il y a peu de risque de devenir accro : « C’est une drogue qui n’accroche pas. »

« En addictologie, ce n’est pas le problème principal, explique-t-elle. La MDMA stimule d’abord la sérotonine, et non la dopamine, comme le fait la cocaïne. Et si la cocaïne peut être discrète socialement, les effets de la MDMA sont visibles, si bien que les gens n’ont pas envie d’être dans cet état tout le temps. »

La MDMA est aussi « empathogène », c’est-à-dire qu’elle génère de l’empathie, d’où son surnom de « drogue de l’amour ». Les personnes qui en consomment décrivent un sentiment d’amour universel, l’envie de câliner son voisin, ils ressentent de l’énergie pour danser tout en restant « tranquille, sans devenir irritable », rapporte le docteur Muriel Grégoire.

« Bad trip » et attaques de panique

Pourtant, cette drogue a aussi des effets indésirables. Muriel Grégoire reçoit ainsi en consultation une poignée de consommateurs de MDMA qui ont l’impression de « ne pas redescendre » :

« Souvent, ce sont des patients qui en ont pris de manière abusive, de fortes doses ou tous les week-ends pendant plusieurs semaines. Ils ont fait un “bad trip” et ils gardent des signes résiduels quelques jours voire quelques semaines après. Ils peuvent souffrir de troubles anxieux ou dépressifs (attaque de panique, anxiété du matin au soir), ou, plus rarement, de troubles psychotiques comme un sentiment de persécution, de déréalisation ou de dépersonnalisation, c’est-à-dire qu’ils ne reconnaissent plus où ils sont ou qui ils sont. »

Les personnes fragiles ou alcoolisées sont plus sujettes à ces « mauvais voyages » mais « ces effets indésirables peuvent arriver à n’importe qui », souligne Muriel Grégoire. Le risque de surdose, pouvant entraîner la mort, n’est pas exclu non plus. « La situation est d’autant plus préoccupante que la MDMA […] est de plus en plus disponible via les marchés en ligne », précise Alexis Goosdeel, directeur de l’OEDT.

Le rapport de l’OEDT rappelle que la MDMA, après une phase de grande popularité dans les années 1990, a connu « une longue période pendant laquelle sa piètre qualité et son adultération [frelatage] se sont traduites par une diminution de sa consommation ».

Mais, aujourd’hui, « un marketing sophistiqué et ciblé » serait en œuvre, selon les auteurs de l’étude, afin de relancer cette drogue. Ils décrivent ainsi des « poudres, cristaux et comprimés fortement dosés, avec toute une série de logos, de couleurs et de formes ». « Il pourrait s’agir d’une stratégie délibérément mise en œuvre par les producteurs afin d’améliorer la réputation de cette drogue », suggère l’observatoire.

Substituts « légaux »

Par ailleurs, sur Internet, on voit apparaître des produits de synthèse vendus comme des substituts « légaux », indique l’étude. Ces nouvelles substances psychotiques jouent sur une zone grise juridique, éphémère : le temps que la « nouvelle » molécule soit officiellement reconnue comme illicite, elle peut être considérée comme légale par défaut.

Or la cathinone, par exemple, un substitut de stimulants tels que les amphétamines, la MDMA et la cocaïne, « a causé près de 200 intoxications aiguës et une centaine de décès depuis 2011 » en Europe, souligne le rapport. Plus risquées, ces substances sont aussi « clairement addictives », constate Muriel Grégoire.

Source 1

Source 2

Le Monde annonce la victoire de la Russie sur l’alcoolisme

Avec un récent rapport de l’OMS à l’appui, Le Monde a mis en valeur la baisse de la consommation d’alcool en Russie au cours de ces dernières années. Une hausse de l’espérance de vie en a résulté.

La Russie «a fait chuter l’alcoolisme», a indiqué Le Monde en se référant à un rapport ad hoc publié en octobre dernier par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon ce rapport, la consommation d’alcool par individu a reculé de 43% entre 2003 et 2016, résultat notamment d’une politique de restrictions appliquée depuis le début des années 2000, note le journal.L’OMS «va jusqu’à présenter les progrès réalisés par Moscou en matière de lutte contre l’alcoolisme comme « une success story »  à même de « donner des leçons » à d’autres pays», s’étonne le journaliste du Monde.

La diminution de la consommation des alcools forts entre 2003 et 2016 se monte à 67%, principalement au profit de la bière et du vin, note le journal. En 2017, chaque Russe de plus de 15 ans avait consommé en moyenne 11,1 litres d’alcool pur, soit moins que les Français (11,7 litres), pour une moyenne européenne à 9,8 litres.

Espérance de vie en hausse

La baisse massive de la consommation d’alcool a également contribué à accroître l’espérance de vie, qui s’est établie à 78 ans pour les femmes et 68 ans pour les hommes en 2018. Un niveau record, selon les auteurs du rapport de l’OMS. Au début des années 1990, l’espérance de vie masculine n’était que de 57 ans, contre 71 ans pour les femmes.Pour l’OMS, il y a «une corrélation forte» entre cette amélioration des indicateurs démographiques et la baisse de la consommation d’alcool, même si d’autres facteurs sont à prendre en compte. Par exemple, le stress des sauvages années 90, la mauvaise alimentation, le tabagisme et la détérioration drastique des services sociaux et de santé à cette époque.

Alcool : les Français, deuxièmes plus gros consommateurs en Europe

Par LEXPRESS.fr ,
Des personnes buvant un verre de vin (illustration)

Des personnes buvant un verre de vin (illustration Kelsey Knight / Unsplash

D’après les données de la Commission européenne, cette consommation élevée s’expliquerait notamment par la faible taxation du vin en France.

Seuls les Lituaniens boivent plus. D’après le dernier rapport de la Commission européenne publié jeudi, les Français sont parmi les plus gros consommateurs d’alcool en Europe.

LIRE AUSSI >> Le vin, « un alcool comme les autres pour se saouler »

Les données de l’OCDE montrent cependant que cette consommation hexagonale a tendance à diminuer. En 2017, elle s’élevait en moyenne à 11,7 litres d’alcool pur par adulte en un an. En 1990, ce chiffre était de 15,4 litres et 20,1 litres en 1980, et 23,2 litres en 1970. Selon Santé Publique France, un Français sur dix en boit tous les jours, et ces 10% de gros consommateurs boivent à eux seuls plus de la moitié (58%) de l’alcool vendu en France.

41 000 morts chaque année en France

« En moyenne, en France on boit 2,5 bouteilles de vin par semaine par adulte », explique sur Franceinfo Eileen Rocard, économiste à l’OCDE. « On a encore tendance à boire un ou deux verres de vin par jour, tandis que chez les Suédois par exemple ou les Anglais, on va davantage trouver des consommations d’alcool en soirée, les week-ends. »

Pour la Commission européenne, cette consommation élevée s’explique notamment par la faible taxation du vin en France, par rapport aux autres pays européens. D’après une étude de Santé publique France, l’alcool est responsable chaque année de 41 000 morts en France.

Source

Cigarette électronique : y aura-t-il aussi des morts en France ?

La Maison Blanche se dit inquiète des effets du vapotage après la mort d’une quarante septième personne liée à l’usage de cigarettes électroniques.

Atlantico : Comment expliquer ces décès ? Les Etats-Unis sont-ils les seuls à être touchés de la sorte ?

Gérard Dubois : L’épidémie d’atteintes pulmonaires (2290 cas) a commencé fin juillet et sa cause est connue depuis début septembre. C’est le détournement de l’usage de la cigarette électronique (vaporette) pour inhaler des produits achetés en dehors des circuits légaux contenant du THC (principe actif du cannabis) dilué dans de l’acétate de vitamine E. Ce mélange huileux est très mal supporté par les poumons et a tué 47 utilisateurs. Ce qui est curieux, c’est que les agences fédérales américaines de santé (Center for Disease Control and Prevention et la Food and Drug Administration) ont longtemps persisté à mettre en cause le vapotage en tant que tel et n’ont reconnu la vraie cause que mi-novembre, soit très tardivement. On peut ou non considérer comme fortuit que ce revirement soit concomitant avec le changement d’opinion du Président des Etats-Unis. D’abord bruyamment favorable à une interdiction des liquides aromatisés pour vaporette, il a ensuite changé d’avis.

Il faut signaler que si tous les médias du monde ont parlé de cette épidémie (qui est finissante), elle n’a concerné que les Etas-Unis. Un seul cas est survenu au Canada et un en Belgique, avec la même cause. Il est évident qu’interdire la vaporette pour un détournement d’usage comme en Inde, est aussi aberrant que d’interdire la fabrication des verres parce que quelqu’un est mort en buvant un verre de poison. C’est confondre le contenant non nocif avec le contenu toxique.

Qu’en est-il de la législation en France ? Y aura-t-il également des morts à cause du vapotage ?

Comme demandé par les experts et l’Académie de médecine dès 2015, la réglementation en France es très différente. La sûreté des produits est assurée et les substances dans les e-liquides font l’objet d’une déclaration. La limite autorisée en nicotine de ces liquides est le tiers de ce qui est autorisé aux Etats-Unis! La vente aux mineurs et la publicité sont interdites. Malgré une surveillance renforcée, aucun cas n’a été déclaré en France. Y aura-t-il des morts à cause du vapotage en France? Comme aux Etats-Unis, oui si des produits huileux sont mis sur le marché illégal. Non pour les utilisateurs de produits légaux.

Quelles peuvent être les solutions pour éviter ces morts ? La cigarette électronique est-elle aussi dangereuse que le tabac ?

Il y aura de nombreux morts chez les vapoteurs désinformés qui reviennent au tabac et les fumeurs prêts à vapoter qui y ont renoncé. Il faut retenir que le jour du premier décès dû au THC avec huile de vitamine E, 1500 fumeurs sont décédés le même jour aux Etats-Unis, 22000 dans le monde. Le pire inconvénient de cette crise, c’est d’avoir sciemment nui à la réputation de la vaporette alors que Santé Publique France indique qu’au moins 700 000 fumeurs ont décroché grâce à elle. La vérité est que les Etats-Unis paient leur manque de surveillance et de règlementation comme avec la crise des opioïdes. Alors que le tabac tue la moitié de ses consommateurs assidus, il ne faut pas se tromper d’ennemi. Les avantages de la vaporette sont certains, ses inconvénients hypothétiques.

Source

Victimes de l’alcool au volant, ces étudiants ont lancé une appli pour désigner le « Sam » de soirée

Par Maxime HUTEAU
Maxime Nivot et Julien Béliard, deux étudiants angevins, ont pour point commun d’avoir été victimes d’un accident de la route causé par l’alcool. Avec Lévy Naly à l’informatique, ils ont développé et lancé Sammy, une application mobile dont ils espèrent qu’elle sauvera des vies.

Sammy pourrait devenir un partenaire incontournable de soirée. Cette application a été pensée pour désigner, via une plateforme commune, un capitaine de soirée qui ramène ses amis sains et saufs de soirée.

À l’origine de cette application mobile, Maxime Nivot et Julien Béliard, deux étudiants angevins de 22 ans, potes dans la vie. Ils ont un point commun : celui d’avoir été victimes d’un accident de la route quand ils étaient plus jeunes. En rentrant de soirée, Maxime a loupé un virage et foncé dans un mur à 100 m de son domicile. Bilan : une épaule fracturée et un permis retiré. Son passager et ami s’en sortira indemne. Julien a lui perdu sa mère à 14 ans après qu’une voiture les a percutés sur la route. Dans les deux cas, l’alcool et la fatigue ont frappé.

Être Sam n’est plus une punition mais une récompense

Pour les deux jeunes, cette expérience a eu l’effet d’une prise de conscience. « Quand on est jeunes, on a tendance à toujours contourner les règles. Encore plus quand on vit en campagne. Entre rentrer soûl de soirée et payer un taxi qui coûte cher, le choix est souvent vite fait. »

Quand ils ont cherché quelles solutions existaient pour répondre à la problématique de la conduite sous l’emprise de l’alcool, ils n’ont rien trouvé de mieux que le classique éthylotest. « C’est à ce moment-là que l’on a commencé à réfléchir à une idée autour du concept de Sam. »

Sam, tout le monde le connaît. C’est l’abréviation de Sans accident mortel ou encore celui qui conduit, c’est celui qui ne boit, comme le dit l’adage. Porter ces trois lettres sur le dos lors d’une soirée est souvent vu comme une punition. Les créateurs de Sammy ont voulu inverser la tendance. Avec cette appli, le capitaine de soirée sera récompensé.

Au préalable, il faudra le désigner. Avant une soirée, l’un des participants créé un groupe sur l’application. Les membres peuvent le rejoindre via un code. Chacun a ensuite dix secondes pour dire s’il est volontaire ou pas pour être Sam.

Lorsqu’il a ramené tout le monde à bon port, ces passagers valident la course et chacun lui fait remporter 30 kaps (crédits). Il pourra les utiliser pour débloquer des offres commerciales des partenaires de l’application.

Près de 500 utilisateurs

Sammy, dans sa version bêta, existe depuis cinq mois. L’application est disponible gratuitement sur les plateformes Android et IOS et comptabilise 500 utilisateurs selon ses créateurs, confiants par ce démarrage. « En moyenne, il y a entre 30 et 70 groupes qui sont créés par week-end. »

Lévy Naly, étudiant de 21 ans, est le développeur de l’équipe. Il passe une grande partie de son temps à corriger les bugs et à faire les mises à jour. De nouvelles fonctionnalités doivent voir le jour. L’appli a été déjà été repérée : elle a reçu, en février 2019, le prix de l’innovation de la sécurité routière.

« Notre objectif, détaille Julien Béliard, c’est de banaliser la désignation d’un Sam et bien sûr de sauver des vies, même si on ne saura combien on en sauvera. »

Après son accident, Maxime Nivot a passé deux ou trois ans à faire Sam. « Et ce n’est pas si grave, j’ai appris que l’on s’amusait très bien même quand on ne boit pas. »

Source

%d blogueurs aiment cette page :