Recherche

Catégorie

Si j’avais su

Eddy Mitchell : ses révélations cash sur sa santé et ses différentes addictions

Panoramic / Bestimage
  • Eddy MitchellChanteur, parolier, acteur et animateur de télévision français

L’alcool, la cigarette, la drogue… Eddy Mitchell se confie sur ses addictions. Le chanteur a accordé une interview à cœur ouvert dans le journal Le Monde, le 5 novembre 2022. Un article intitulé « Un apéro avec Eddy Mitchell », qui donne le ton d’une interview pleine de confidences.

Et pour trinquer, la star a choisi un verre d’eau minérale, comme l’a rapporté le quotidien. À 80 ans, l’interprète de Sur la route de Memphis dresse un bilan de sa vie. Les hauts, les bas et l’envie d’aller mieux. « Mes toubibs me harcèlent, a-t-il expliqué au Monde. Hier, j’étais à l’hôpital Necker pour des examens, demain je serai à l’hôpital américain.

Je dois faire gaffe. » Eddy Mitchell détaille son « régime drastique », à savoir « pas plus de dix cigarettes par jour ». « C’est chiant mais je n’ai pas le choix », se résigne l’octogénaire. En ce qui concerne la cocaïne, c’est « de l’histoire ancienne », assure-t-il, expliquant en avoir pris lors d’une tournée en 1976 pour : « payer des arriérés de divorce ».

« Je n’ai jamais eu d’accoutumance, a-t-il assuré. La coke, on n’est pas enrhumé quand on en prend. » Eddy Mitchell a également réduit sa consommation d’alcool : « J’y vais mollo ». Il y a toutefois une addiction dont il a réussi à se débarrasser : le jeu. 

C’est sa femme Muriel Bailleul qui lui a posé un ultimatum, le poussant ainsi à faire le grand saut. « J’ai arrêté, tout en me faisant interdire de casino, à ne plus pouvoir mettre un pied dans un établissement de jeu dans le monde entier », a-t-il détaillé. (…)

(…) Cliquez ici pour voir la suite

Patrick Bruel : il se confie sur son rapport à la drogue

©Marechal Aurore/ABACA

De retour sur le devant de la scène, Patrick Bruel s’est confié dans les colonnes de Télé Star. Le chanteur de 63 ans a évoqué de nombreux sujets, tels que son rapport à la famille, ses relations avec son père, ou encore l’impact de la drogue dans sa vie.

Un vrai fléau

La drogue est d’ailleurs un des sujets évoqués dans ce nouvel album intitulé « Encore une fois » et dans lequel on retrouve des collaborations avec les artistes Quentin Mosimann et Hoshi.

« J’ai toujours eu de la drogue devant moi. Il n’y a pas un moment de ma vie où on ne m’en a pas proposé, » explique le chanteur à Télé Star avant de préciser qu’il avait toujours choisi de ne pas toucher à la drogue malgré les tentations et les sollicitations. Comment a-t-il eu la force de résister ? Patrick Bruel évoque son éducation en guise de réponse, ainsi que le fait d’avoir vu une personne mourir d’une overdose alors qu’il n’était âgé que de 17 ans. Un souvenir qui marque à vie et aide à prendre les bonnes décisions.

Mais s’il n’a jamais cédé à la drogue, l’artiste ne cache pas qu’il espère que ses deux fils, âgés de 17 et 19 ans, en feront de même et ne se laisseront pas tenter par ce véritable fléau. Car, comme il l’explique, tout le monde est susceptible de tomber dans l’addiction.

Source

Mort de Dani : sa longue traversée du désert en raison de son addiction à la drogue

DIAPORAMA VOIR LE DIAPORAMA

Dani en a connu des hauts et des bas. Au cours de sa vie, la célèbre chanteuse a même fait une très longue traversée du désert et a sombré dans l’enfer de la drogue. Un cauchemar au sujet duquel elle s’était confiée sans tabou dans un livre mais également au cours d’interviews.

Dani n’a pas toujours été sur le devant de la scène. Malgré un succès dans les années 60 et 70, la chanteuse a fait une très longue traversée du désert marquée par son addiction à la drogue. Un cauchemar dont elle a bien eu du mal à se débarrasser. « J’ai goûté à l’héroïne par curiosité. Et, comme je suis excessive en tout, je suis tombée dedans jusqu’au couavait-elle confié dans les colonnes du Parisien en 2017. Si j’avais partagé la vie d’un surfeur, j’aurais fait du surf. J’ai vécu des très hauts et des très bas. Je suis une miraculée, qui fait du rab depuis longtemps. Mais même les rencontres douloureuses m’ont fait avancer. » Cette expérience, Danièle Graule de son vrai nom l’avait racontée notamment dans le livre Drogue, la galère, paru en 1987. Un moyen pour elle de définitivement en finir avec ses vieux démons mais surtout de revenir sur une surprenante affaire. Un jour, elle a reçu la visite de la Brigade des Stups qui a perquisitionné son domicile car quelqu’un lui avait envoyé trois grammes d’héroïne. Arrêtée par les forces de l’ordre, elle s’était même retrouvée sous contrôle judiciaire et, deux ans plus tard, condamnée par défaut.

Dani et l’enfer de la drogue

Durant ces années sombres, Dani a cependant pu compter sur le soutien inconditionnel de ses proches pour s’en sortir comme elle l’avait expliqué à Voici.fr. « C’est grâce à ma famille, avait-elle révélé. D’abord, ils ont protégé mes enfants. Et m’ont traitée comme une malade, pas comme une droguée. Quand Emmanuel et Julien ont été ados, je leur ai tout dit, cash. Ils ont été surpris, mais je crois qu’ils ont fait très attention à tout ça… » Après une carrière au plus bas, la chanteuse a finalement réussi à remonter la pente et revenir sur le devant de la scène en 2001 grâce à son duo avec Etienne DahoComme un boomerangCe succès était inespéré pour l’artiste qui a même pu conquérir le coeur d’un public plus jeune. Une belle résurrection pour la star qui s’est éteinte dans la nuit du 18 au 19 juillet à l’âge de 77 ans.

Hayden Panettiere confie avoir failli mourir de ses addictions à l’alcool et aux opioïdes

Par Maëlys Peiteado

Publié le 08/07/2022

Hayden Panettiere

Ancienne droguée et alcoolique, la jeune actrice Hayden Panettiere s’est livrée pour la première fois sur son passé. Elle a raconté au magazine « People » comment l’addiction a bien failli lui coûter la vie et a eu un impact sur sa grossesse et sa maternité.

C’est la première fois qu’elle s’exprime sur dépendance secrète aux opioïdes et à l’alcool. Les addictions de l’actrice Hayden Panettiere, 33 ans en 2022, ont failli lui coûter la vie. Pour le magazine People, le 6 juillet 2022, l’Américaine est revenue sur les années sombres de sa vie, de l’explosion de sa carrière alors qu’elle était une jeune adolescente, à sa maternité perturbée par la dépression. 

« J’étais au sommet du monde et j’ai tout gâché. Je pense que j’ai touché le fond », regrette-t-elle aujourd’hui.

Une addiction aux opioïdes sur les tournages

Dès l’âge de quinze ans, un membre de son équipe lui fournit « des pilules du bonheur » dit-elle, censée la booster avant des interviews ou des tapis rouges. Il s’agit en fait de drogues, auxquelles l’actrice a développé une addiction.  « Je n’avais aucune idée que ce n’était pas une chose appropriée, ou quelle porte cela m’ouvrirait en ce qui concerne ma dépendance », admet-elle à People.

En plus de consommer des opioïdes, Hayden buvait également de l’alcool, sur les tournages, entre les prises. Pendant quelques années, elle a su tenir le cap pendant les scènes, mais hors plateau les choses sont devenues « incontrôlables ».

L’interprète de la célèbre pom-pom girl Claire Bennet de la série Heroes (2006) est ainsi tombée dans l’addiction : « En vieillissant, les drogues et l’alcool sont devenus des choses dont je ne pourrais presque plus me passer. »

Hayden Panettiere a souffert de dépression post-partum

Des années plus tard, en 2014, Hayden Panettiere, qui partageait alors la vie du boxeur Vladimir Klitschko, tombe enceinte de leur fille Kaya. Une grossesse difficile, pendant laquelle l’actrice a pris une vingtaine de kilos et a dû composer avec son changement de morphologie. Après avoir accouché par césarienne en décembre de la même année, Hayden Panettiere a souffert d’une grave dépression post-partum.

« Ce furent des années vraiment difficiles », confie-t-elle, « je n’ai jamais eu le sentiment de vouloir faire du mal à mon enfant, mais je ne voulais pas passer du temps avec elle ». Pendant la grossesse, Hadyen Panettiere assure qu’elle est restée loin de l’alcool, mais une fois devenue mère, elle a replongé.

Une descente aux enfers qui a eu raison de sa relation avec Vladimir Klitschko, démarrée en 2009. « Je ne voulais pas être avec moi. Mais avec les opiacés et l’alcool, je faisais n’importe quoi pour me sentir heureuse pendant un moment. Ensuite, je me sentirais pire qu’avant. J’étais dans un cycle d’autodestruction », explique-t-elle à People.

À tel point qu’en 2018, elle pris la décision d’envoyer sa fille Kaya vivre en Ukraine auprès de son père, dont elle était séparée. « C’était la chose la plus difficile que j’ai jamais eu à faire. Mais je voulais être une bonne mère pour elle, et parfois cela signifie les laisser partir. »

La nuit, Hayden Panettiere tremblait à cause du sevrage et devait siroter de l’alcool, décrit-elle. Un jour, elle est hospitalisée après avoir contracté la jaunisse, maladie du foie : « Les médecins m’ont dit que mon foie allait céder. »

Direction la cure de désintoxication, pendant huit mois. Au terme de ce traitement, l’actrice dit avoir retrouvé la paix et continue sa lutte quotidienne pour rester sobre. « Je suis tellement reconnaissante de faire à nouveau partie de ce monde, et je ne le prendrai plus jamais pour acquis », assure Hayden Panettiere.

Source

« Perte de temps et d’argent » : Frédéric Beigbeder se confie sur son addiction à la cocaïne

L’auteur de 56 ans raconte comment et pourquoi il a finalement dit « non » à la drogue.

Frédéric Beigbeder s'est confié sur les affres de son addiction à la cocaïne

Dans un article intitulé « Mes adieux à la coke«  et publié ce jeudi 15 juin chez le Nouvel Obs, Frédéric Beigbeder se livre sans tabou sur son addiction à la cocaïne. (source 1)

Pendant longtemps, la drogue occupait une place importante aussi bien dans sa vie personnelle que dans ses écrits. Mais l’écrivain a fini par constater les ravages provoqués par ses excès, notamment sur le plan sexuel

« Je ne peux pas dénombrer tous les fiascos que j’ai accumulés. Il m’est souvent arrivé de m’excuser au lit pour avoir rendu copie blanche, avant de gober un Stilnox et de me réveiller seul dans une chambre d’hôtel », admet-il.

« La drogue des timides »

Tombé dans l’addiction, Frédéric Beigbeder évoque que nombre de ses proches ont tenté de l’aider, sans succès. Comme beaucoup, la cocaïne lui permettait d’avoir plus de confiance en lui« On ne comprend rien à la coke si l’on ne dit pas que c’est la drogue des timides », résume-t-il.

L’auteur dit avoir arrêté la cocaïne simplement parce qu’elle est devenue « has-been ». Il s’en est rendu compte pour la première fois en 2005 quand, au bord d’une piscine au Festival de Cannes, il a proposé de la cocaïne à un jeune Yann Barthes. Ce à quoi l’animateur de Quotidien lui aurait répondu : « Nan, mais Fred, tu sais, c’est pas trop notre truc »

« Si je fais aujourd’hui solennellement mes adieux à la coke, c’est donc par élitisme, mais aussi pour que mes enfants sachent quelle perte de temps et d’argent cette habitude représente », écrit l’auteur.

Ainsi, il met en garde les nouvelles générations sur cette drogue qui s’est banalisée et « vulgarisée dans la France périphérique« . En effet, le nombre de consommateurs ayant expérimenté la cocaïne aurait été multiplié par quatre ces 20 dernières années. À l’échelle européenne, elle est devenue la deuxième drogue illicite la plus consommée. (source 2)

Pour la remplacer, Frédéric Beigbeder a quelques idées : « le vin de Meursault, les romans, le jardinage… Les trois occupations les plus healthy sont : le sexe, le sexe, le sexe. « 

Sources

Mamans & Célèbres

Les dessous de la télé-réalité, son addiction à la drogue… Une participante fait des révélations inattendues !

Mamans et Célèbres : si aujourd’hui tout va pour le mieux dans sa vie, ce ne fut pas toujours le cas. C’est en tout cas ce qu’a confié la jeune maman face à l’équipe de Sam Zirah.

La dr*gue dans le milieu de la télé-réalité

Il y a peu, Aurélie Dotremont a avoué avoir connu quelques add*ctions par le passé notamment avec la dr*gue. Elle s’était déjà confiée à ce sujet quand un abonné lui avait demandé si elle s’était déjà dr*guée : « Pendant des années, et je n’en suis pas fière …On pense toujours essayer juste une fois. Puis c’est uniquement festif, et puis on fait la fête tous les jours… Très contente de m’en être sortie. »

Dans une vidéo partagée par le blogueur @mayamo_tv, on voit Aurélie se confier : « Tu as beau être entouré de pleins de gens, quand tu te sens seule. Je me suis souvent sentie très seule. Quand je me droguais à la fin ça me mettait mal, ça me mettait au plus mal. 

Le lendemain c’était horrible. Ca te fait kiffer, mais ça te fait kiffer une semaine ».

Dans la foulée, de nombreux internautes ont commenté. Pour eux, le fait d’en parler est salvateur et beaucoup ont trouvé que la jeune femme – qui s’est fait récemment cambrioler – était très courageuse : « C’est déjà un grand pas qu’elle en parle. J’espère qu’elle fait une thérapie pour pouvoir lâcher tous ses fardeaux et être un jour heureuse », « C’est bien qu’elle en parle, courage à elle », « J’espère vraiment qu’elle va s’en sortir, qu’elle va soigner sa maladie (la boulimie) et qu’elle finira par être heureuse », « Elle s’en est sortie, c’est le principal, elle a réagi bravo à elle ».

Source

Fiona Gélin a 60 ans

Visage « changé », « Drogue », Alcool « dès le réveil », « Suicide » et « Maladie »… c’est du passé !

Fiona Gélin fête ses 60 ans le 22 mai. La comédienne, ruinée pendant le confinement, a retrouvé la joie de vivre grâce à son célèbre compagnon, de 20 ans son cadet. Son illustre famille, ses photos de charme, ses regrets (« J’étais une paire de seins et de fesses avant d’être une comédienne »), ses addictions, l’argent, son fils… et tout ce que vous ne saviez pas sur la rayonnante sexagénaire.

Fiona Gélin a 60 ans : Visage "changé", "Drogue", Alcool "dès le réveil", "Suicide" et "Maladie"... c'est du passé !

Fiona Gélin célèbre ses 60 ans ce dimanche 22 mai. Si la comédienne a durablement marqué le cinéma et le théâtre français, elle a eu un parcours semé d’embûches, entaché par des addictions à l’alcool et à la drogue ainsi que par de (récents) problèmes d’argent.

Mais aujourd’hui, la comédienne a retrouvé l’amour en la personne du musicien ChardRy. Sortie du tunnel, l’actrice a gagné le combat contre ses vieux démons. Sa célèbre famille, ses drames, son compagnon, son fils… Voici tout ce que vous ne saviez pas sur Fiona Gélin

Fiona Gélin : une famille en or

Fiona Gélin nait 22 mai 1962 à Boulogne-Billancourt. Elle est la fille de l’acteur Daniel Gélin et du mannequin Sylvie Hirsch, égérie de Christian Dior dans les années 1950. Elle est la demi-sœur des acteurs Xavier Gélin et Maria Schneider, la sœur du comédien Manuel Gélin et la tante du réalisateur Hugo Gélin

Fiona Gélin : son addiction à l’alcool

Fiona Gélin mène un combat acharné contre l’alcoolisme pendant de nombreuses années. L’actrice a commencé à boire étant jeune, sans réaliser qu’elle s’empêtrait dans les sables mouvants de l’addiction. « J’étais extrêmement timide petite. Et quand j’ai commencé à faire les marchés à l’île de Ré le matin, avec les primeurs, le petit coup de vin blanc et j’ai vu que tout d’un coup, ça me désinhibait, ça enlevait ma timidité. Ça a commencé comme ça« , a expliqué la fille Daniel Gélin sur le plateau de Touche Pas à Mon Poste, le 23 février 2022.

Les ravages de l’alcool étaient bien réels pour Fiona Gélin, qui buvait du rhum dès le réveil et consommait la boisson tout au long de la journée. « C’est une sacrée saloperie. On se suicide tous les jours un petit peu si on boit (…) Ça fait du mal et ça abîme énormément. Ça change énormément le visage« , a-t-elle déploré.

Fiona Gélin, transformée grâce à son fils et son (jeune) compagnon

C’est notamment grâce à son fils Milan, 32 ans, né de son ancien amour avec l’acteur Michel Albertini, et à son compagnon de 20 ans son cadet, le musicien Richard Bauduin, alias ChardRy, que Fiona Gélin a pu gagner le combat contre l’alcoolisme. « Il m’a fallu trois fois pour m’en sortir. Ce qui m’a sauvée, c’est la foi et l’amour. Mais c’est vrai que c’est une maladie« , a-t-elle détaillé dans l’émission de Cyril Hanouna. « J’ai eu l’amour qui est entré dans ma vie. Toute seule, je pense que je serais encore sous médicaments« , a-t-elle ajouté. 

La comédienne se souvient parfaitement du jour où elle a décidé de se reprendre en main: « J’ai eu très peur. J’ai arrêté parce que le médecin m’a dit: ‘Madame Gélin, vous voulez continuer de vivre ou pas ?’. J’ai dit : ‘Oui, je suis grand-mère, j’ai mon fils, j’ai des choses à faire’. Ça m’a donné le déclic« .

Source

Si j’avais su !

Kate Moss très inquiète pour sa sœur : comment elle tente de lui venir en aide

Alors que sa demi-soeur Lottie vient de rentrer en cure de désintoxication pour décrocher de la drogue, Kate Moss suit son rétablissement pas à pas

Il est loin le temps où Lottie Moss, encore teenager, s’imaginait un futur de journaliste mode. Ce 2 février dernier la jeune femme, devenue mannequin et désormais âgée de 24 ans, vient de révéler sur Tik Tok avoir fait son entrée en cure de désintoxication mentionnant notamment qu’au moment où on « glamourise » la drogue, elle souffre de ses effets. Sans doute la jeune femme fait-elle référence au succès de la série Euphoria traversée par l’expérience de drogues en tous genres.

Si Kate Moss, 48 ans, ne s’est pas exprimée au sujet de sa sœur, certains proches affirment qu’elle se sent particulièrement concernée. Et pour cause. 

Par le passé, la top model a suivi elle-même deux cures de désintoxication. L’une en 2005 pour une addiction à la cocaïne et une autre en 1998 pour une addiction à l’alcool soignée en Arizona à la clinique « Meadows Behavorial Healthcare. »

C’est d’ailleurs dans ce même établissement très sélect à 31472 euros le mois que Lottie Moss a été internée ajoutant son nom à la liste des VIP passés entre ses murs parmi lesquels Tiger Woods, Elle Macpherson, Selena Gomez ou encore Kevin Spacey.

Source

Nouvelle rubrique : Si j’avais su !!

Pour différentes raisons ils (ou elles) se sont drogués …. Aujourd’hui ils le regrettent

Amandine Pellissard : « J’ai été consommatrice de drogues dures » et il y a encore des conséquences

Par Marie Piat – le 02/02/2022 

Amandine Pellissard fait partie des mamans phares de Familles nombreuses, la vie en XXL sur TF1. Mais la mère de famille a un passé tumultueux, bien moins rose que son quotidien actuel. Elle avait révélé s’être droguée à l’héroïne, après avoir été victime d’inceste. La maman s’est confiée de nouveau sur la drogue qu’elle a consommée et sur les conséquences de cette addiction, qu’elle doit encore traiter aujourd’hui.

Amandine Pellissard revient sur son passé avec la drogue : « L’héroïne rend malade physiquement le corps »

Dans Familles nombreuses, la vie en XXL sur TF1, vous pouvez suivre Amandine Pellissard et ses enfants dans leur quotidien. Mais avant cette vie de famille rangée, elle est tombée dans la drogue après avoir été victime d’inceste étant plus jeune. La maman a évoqué son passé d’addict à l’héroïne avec Jordan De Luxe, dans l’émission 

Chez Jordan pour Télé Loisirs : « J’ai été consommatrice de drogues dures dans ma jeunesse ». L’héroïne, « il s’agit d’une drogue qui rend malade physiquement, l’héroïne rend malade physiquement le corps, ça se traduit par de très gros symptômes physiques » a-t-elle précisé.ÇA VA TE PLAIRE

Totalement honnête et transparente sur le fait qu’elle a consommé de la drogue, Amandine Pellissard a tenu à préciser ces quelques questionnements pour faire de la prévention : « Il faut déjà identifier le problème de base, pourquoi on en vient à consommer, et pourquoi on consomme en plus de cette façon. Bien sûr, les fréquentations y sont pour beaucoup. Si, à un moment, vous flanchez et que c’est une personne un peu malveillante qui vous prend sous son aile, c’est foutu ».

La maman de Familles nombreuses, la vie en XXL parle des conséquences : « Je suis sous traitement méthadone »

Celle qui veut devenir chroniqueuse dans TPMP sur C8 a d’ailleurs des conséquences depuis qu’elle s’est droguée : elle doit suivre un traitement à vie. « Je suis sous traitement méthadone depuis ma jeune vie d’adulte » a expliqué Amandine Pellissard, qui reste cependant positive : « J’ai réussi à intégrer que c’était un traitement comme une personne diabétique par exemple. Il s’agit d’un traitement quotidien dont j’aurai sans doute besoin toute la vie »« Ce n’est pas grand chose mais tous les jours, ça ma rappelle mes erreurs » a-t-elle ajouté, « C’est un boulet que je traînerai toujours ».

Source

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :