60 milliards par an: l’Asie du Sud-Est, épicentre mondial de la « méth »

Drogue Thailande methamphetamine

Les gangs de la drogue en Asie du Sud-Est gagnent plus de 60 milliards de dollars par an en distribuant des quantités record de méthamphétamine, puis en blanchissant les profits grâce aux innombrables casinos qui prolifèrent dans la région, a révélé jeudi une étude des Nations Unies.

Les organisations criminelles tirent également parti de l’amélioration des infrastructures permettant de d’essaimer la méthamphétamine fabriquée en Birmanie vers les marchés voisins, et jusqu’en Australie et au Japon, indique le rapport.

L’étude réalisée par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) met en garde sur la baisse conséquente des prix à la revente au détail qui risque de développer le phénomène d’addiction.

« Selon une estimation prudente, de plus de 60 milliards de dollars par an » sont actuellement aspirés par les seuls barons de la méthamphétamine d’Asie du sud-est, a déclaré Jeremy Douglas, représentant régional de l’UNODC, à la presse à Bangkok, lors de la publication du rapport.

L’épicentre mondial des drogues synthétiques

Selon le rapport, les saisies de méthamphétamine – les comprimés «yaba» coupés à la caféine et la version beaucoup plus addictive et plus puissante, la «ice» ou méthamphétamine en cristaux – ont triplé au cours des cinq dernières années.

L’année dernière, 120 tonnes de méthamphétamine ont été saisies en Asie de l’Est et du Sud-Est, contre 40 tonnes environ en 2013, selon le rapport. Les chiffres étaient basés sur les chiffres des saisies de drogue et les renseignements de la police régionale.

Une grande partie de la méthamphétamine provient des laboratoires situés dans l’Etat Shan du Nord, en Birmanie, isolé et sans Etat de droit, qui a relancé le commerce de la drogue du «Triangle d’or».

« Cette région est l’épicentre du commerce mondial des drogues synthétiques », a déclaré Jeremy Douglas.

L’héroïne du Triangle d’or continuerait de générer environ 10 milliards de dollars par an, la Chine constituant le plus grand marché du monde, selon le rapport.

Mais la méthamphétamine est la nouvelle poule aux œufs d’or.

Des motards convoyeurs de mort à la rescousse

L’étude évoque des bandes de trafiquants de plus en plus sophistiquées et diversifiées qui transportent la drogue à travers l’Asie, préparée par des chimistes taïwanais, le tout orchestré par des financiers obscurs de Thaïlande, de Macao et de Chine, et dirigé par des producteurs birmans qui mettent leur « ice » en paquets de thé.

Des bandes de motards hors-la-loi venus d’Australie et de Nouvelle-Zélande apportent leur contribution pour transférer des livraisons massives d’Asie du Sud-Est vers les marchés d’où ils sont issus. Des marchés où les prix explosent, selon l’étude intitulée « Transnational Organized Crime in Southeast Asia: Evolution, Growth and Impact » selon laquelle les revenus illicites colossaux sont ensuite blanchis dans les dizaines de casinos qui poussent comme des champignons dans la région du Mékong – de la Birmanie jusqu’au Cambodge en passant par le Laos.

« Les producteurs et les trafiquants dominants blanchissent l’argent sale en utilisant des activités basées sur d’importants flux d’argent liquide telles que les casinos, les hôtels et l’immobilier« , a ajouté Douglas.

Le rapport indique également que des dizaines de milliards de dollars proviendraient de médicaments, de vêtements et de cigarettes de contrefaçon, ainsi que du commerce illégal d’espèces sauvages et de bois et de la traite des êtres humains.

La Thaïlande se trouve au cœur de la région du Mékong, avec des frontières difficiles à contrôler par la terre et la mer, ce qui en fait un passage idéal pour la drogue, les espèces protégées et les contrefaçons.

Source

Publicités

« La science ne saurait avoir de parti-pris ».

L’appel de 250 scientifiques aux journalistes L’opinion — 15/07/19

« L’état de nos connaissances ne saurait être un supermarché dans lequel on pourrait ne choisir que ce qui nous convient et laisser en rayon ce qui contredit nos opinions »

Le collectif NoFakeScience, qui regroupe une vingtaine de scientifiques et de spécialistes de la vulgarisation, s’alarme du traitement réservé à l’information scientifique dans les médias, souvent dévoyé. Il appelle à un sursaut et souligne l’existence de consensus scientifiques parfaitement établis sur certains sujets. Il est soutenu en cela par près de 230 autres grands noms de la recherche mondiale, qui ont signé cet appel. Ce texte est publié en France en exclusivité par l’Opinion.

Il est simultanément publié au Canada par Le Soleil, en Suisse par Heidi.news et en Belgique par La Libre. Nous, scientifiques, journalistes et citoyens préoccupés, lançons un cri d’alerte sur le traitement de l’information scientifique dans les médias, ainsi que sur la place qui lui est réservée dans les débats de société. À l’heure où la défiance envers les médias et les institutions atteint des sommets, nous appelons à une profonde remise en question de toute la chaîne de l’information, afin que les sujets à caractère scientifique puissent être restitués à tous et à toutes sans déformation sensationnaliste ni idéologique et que la confiance puisse être restaurée sur le long terme entre scientifiques, médias et citoyens.

Dans une démocratie, les journalistes portent une lourde responsabilité puisque, de la liberté dont ils disposent ainsi que de la qualité de l’information livrée, dépend la qualité du débat public et des choix qui en découlent.

La méthode scientifique, de son côté, permet de produire des connaissances fiables pouvant servir de base de réflexion pour les politiques publiques portant sur des questions complexes telles que l’alimentation, la santé publique ou l’écologie (1). Il apparaît alors évident que la communauté scientifique et les journalistes doivent travailler main dans la main, la première ne devant pas s’isoler médiatiquement par crainte de voir ses travaux déformés, les seconds ne pouvant se permettre de travestir ni le travail de la première, ni les faits.

C’est sur ce dernier point que nous alertons les acteurs et actrices des médias. Nous assistons aujourd’hui à un dévoiement grandissant du travail des scientifiques. Leurs résultats ne sont bien souvent mis en avant que s’ils confortent des opinions préexistantes. Dans le cas contraire, certains iront sous-entendre leur rémunération par un lobby malveillant.

Soyons clairs : l’état de nos connaissances ne saurait être un supermarché dans lequel on pourrait ne choisir que ce qui nous convient et laisser en rayon ce qui contredit nos opinions. Il existe en effet des consensus scientifiques sur des sujets aussi divers que :

La santé

– La balance bénéfice/risque des principaux vaccins est sans appel en faveur de la vaccination (2,3).

– Il n’existe aucune preuve de l’efficacité propre des produits homéopathiques (4)

L’agriculture

– Aux expositions professionnelles et alimentaires courantes, les différentes instances chargées d’évaluer le risque lié à l’usage de glyphosate considèrent comme improbable qu’il présente un risque cancérigène pour l’homme (5,6,7).

– Le fait qu’un organisme soit génétiquement modifié (OGM) ne présente pas en soi de risque pour la santé (8).

Le changement climatique

– Le changement climatique est réel et d’origine principalement humaine (9).

– L’énergie nucléaire est une technologie à faible émission de CO2 et peut contribuer à la lutte contre le changement climatique (10).

Ces points ne sont pas de simples opinions. Ce sont les conclusions issues de la littérature scientifique et soutenues par des institutions scientifiques fiables, comme l’OMS, l’Académie européenne des sciences, l’Académie nationale de médecine, l’Académie d’agriculture ou encore le Groupe d’experts intergouvernemental sur le climat (Giec).

« Nous comprenons que des “marchands de doute”, y compris certains scientifiques, aient tenté et tentent encore de détourner le public du consensus. Cependant, les journalistes se trompent de cible s’ils croient que la communauté scientifique est leur ennemie »

Bien entendu, la science n’a pas réponse à tout. Il existe des questions qui n’ont pas conduit à un consensus clair, voire qui restent sans réponse. Il est alors tout à fait légitime pour un média de présenter et d’expliquer le débat qui a lieu. Mais si un consensus existe, le journaliste doit être capable de l’identifier, de chercher à le comprendre et à en rendre compte. Il n’est pas souhaitable de donner autant de poids à un fait scientifique dûment établi qu’à sa négation. Il serait par exemple impensable qu’après quinze minutes d’un sujet sur la station spatiale internationale, l’on donne quinze minutes d’antenne aux adeptes de la Terre plate.

Nous comprenons que des « marchands de doute », y compris certains scientifiques, aient tenté et tentent encore de détourner le public du consensus. Cependant, les journalistes se trompent de cible s’ils croient que la communauté scientifique est leur ennemie. Cette dernière risquerait de s’éloigner plus encore des journalistes. Enfin, nous soulignons la différence entre les échelles de temps scientifique et médiatique. La surinterprétation de résultats préliminaires et de petites avancées, sitôt contredits ou nuancés, brouille le message adressé au public.

S’il est légitime de chercher à informer dans les délais les plus brefs, cette réactivité peut s’avérer contre-productive, en particulier sans les clés de compréhension de l’actualité scientifique. Il est urgent que la place de l’information scientifique dans nos médias et dans le débat public soit revue, pour éviter de creuser le fossé entre scientifiques et journalistes.

Réfléchissons ensemble à la façon de rendre à la science la place qu’elle mérite. Pour un débat public apaisé et rationnel, pour le bien de notre vie politique, pour nos concitoyens. « La science n’a pas de patrie », nous dit Louis Pasteur. Nous ajoutons qu’elle ne saurait avoir de parti-pris idéologique

[1] Assemblée Nationale. Résolution sur les sciences et le progrès dans la République. Session ordinaire de l’Assemblée
Nationale du 21 février 2017.
[2] Académie nationale de Médecine, Académie des Sciences. Les difficultés de l’information du public sur les vaccinations. Académie nationale de médecine –
Académie des Sciences. Novembre 2011.
[3] OMS. 10 menaces pour la santé mondiale en 2019. OMS. Consulté le 20 février 2019.
[4] EASAC. L’homéopathie : nuisible ou utile ? Les scientifiques européens recommandent une approche fondée sur la preuve scientifique. Académie des Sciences. Communiqué de presse du vendredi 29 septembre 2017.
[5] EFSA Journal. Conclusion on the peer review of the pesticide risk assessment of the active substance glyphosate. Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA). EFSA Journal, 12 novembre 2015.
[6] FAO. FAO specifications and evaluations for agricultural pesticides – Glyphosate. Consulté le 20 février 2019.
[7] ANSES.Avis de l’Anses sur le caractère cancérogène pour l’homme du glyphosate. 12 février 2016.
[8] OMS. Sécurité sanitaire des aliments – questions fréquentes sur les aliments génétiquement modifiés. OMS. Mai 2014.
[9] GIEC. Climate Change 2013: The Physical Science Basis. Contribution du 1er groupe de travail au 5e rapport du GIEC, 2013.
[10] GIEC. Réchauffement climatique de 1,5°C – Rapport spécial du GIEC. Chapitre 2 : voies d’atténuation compatibles avec 1,5°C dans le contexte du développement durable. GIEC. Consulté le 20 février 2019.

Bientôt davantage de salles ouvertes aux fumeurs de crack

Journal International de Médecine – Publié le 19/07/2019

Paris, le vendredi 19 juillet 2019 – Le gouvernement a pris ce jeudi un arrêté visant à favoriser la création de nouvelles salles de consommation à moindre risque (SCMR), plus connus sous le nom de salles de shoot. Ces locaux seront également désormais ouverts aux fumeurs de crack.

Le 17 octobre 2016 ouvrait, à l’hôpital Lariboisière à Paris, la première salle de shoot de France, un local où les toxicomanes peuvent consommer de l’héroïne dans les meilleures conditions sanitaires possibles, grâce à un matériel stérile et une assistance médicale.

Depuis, une seule autre SCMR a ouvert en France, à Strasbourg, au nouvel Hôpital civil. Le gouvernement a cependant ouvert la porte à la création de nouvelles salles de shoot ce jeudi. Le ministère de la Santé a en effet pris un arrêté qui fait passer la durée minimum d’ouverture d’un SCMR de trois à un an. Les municipalités pourront donc ouvrir de tel locaux sans craindre de dépasser la fin de la période d’expérimentation de ce dispositif, prévu pour 2022. Une réforme particulièrement pertinente alors que les administrations locales sont actuellement très réticentes à ouvrir de tels lieux à l’approche des élections municipales de mars 2020. Les projets de salles de shoot de Bordeaux et de Saint-Denis sont en de fait au point mort et, à Marseille, le conseil municipal a, le mois dernier, repoussé l’ouverture de sa SCMR sine die.

Il faut dire que les salles de shoot de Strasbourg et surtout de Paris sont très peu appréciées par les riverains, beaucoup se plaignant de l’augmentation de l’insécurité et de la consommation de drogue aux abords de la salle. À ces critiques, l’association Gaia, qui gère la salle de shoot parisienne, répond que la création de la salle a grandement amélioré la qualité de vie des toxicomanes.

En outre, l’arrêté prévoit que les salles de shoot ne seront plus réservées aux consommateurs de drogues injectables, mais également aux usagers de drogue par inhalation, c’est-à-dire aux fumeurs de crack. Cependant, l’association Gaia, qui accueille déjà 200 héroïnomanes par jour dans ses locaux, a d’ores et déjà annoncé qu’elle n’était pas en capacité d’accueillir les fumeurs de crack, bien trop nombreux dans la capitale.

Elisabeth Avril, directrice de l’association, demande donc l’ouverture de nouvelles salles à Paris. « Tant qu’il n’y aura pas de nouvelle salle à Paris, on continuera à n’accueillir que les injecteurs. Il y a 5 000 fumeurs de crack dans le nord-est parisien et on ne peut pas se permettre de les attirer tous dans le quartier », a-t-elle expliqué à l’AFP. À l’inverse, à Strasbourg, l’association Ithaque, en charge de la SCMR, accueillera « immédiatement tous les usagers, quel que soit leur mode de consommation ».

Q.H.

 

Femmes : les 4 bonnes raisons d’arrêter l’alcool

  • Femmes : les 4 bonnes raisons d’arrêter l’alcool
En France, la consommation d’alcool des femmes n’a jamais été aussi proche de celles des hommes. Les 30-50 ans sont les plus concernées par les ivresses à répétition. Les usages modérés mais réguliers touchent davantage les femmes plus âgées. Or la vulnérabilité féminine face à ces abus, chroniques ou ponctuels, n’est pas anodine. Voilà les principaux risques dont vous vous protégez en arrêtant de boire.

Chez les femmes, l’arrêt de la consommation d’alcool protège contre le risque de :

Fragilité mentale. Pour le prouver, l’équipe japonaise du Dr. Michael Ni a suivi 10 386 volontaires non buveurs ou buveurs modérés (ne dépassant pas les 14 unités par semaine pour les hommes et 7 pour les femmes). Une étude menée entre 2009 et 2013. Résultats, 64% des  hommes et 88% des femmes ne buvaient pas. Le degré de bien-être en terme de santé mentale était bien plus élevé chez les abstinents. Et les femmes qui buvaient modérément et celles qui mettaient fin à leur consommation voyaient leur santé mentale s’améliorer ;

Démence. Selon une étude de l’Inserm menée entre 2008 et 2013 auprès de 57 000 cas de démence, plus de la moitié des épisodes précoces (survenant avant 65 ans) sont provoqués par l’alcool. Chez les personnes atteintes d’une maladie neurodégénérative type Alzheimer, on répertorie 3 fois plus de patients alcooliques comparé à la population générale. Parmi les sujets déments en lien avec l’alcool, 4% sont des femmes. Ce phénomène peut s’expliquer par l’impact neurotoxique de l’alcool provoquant d’importantes lésions cérébrales ;

Cancer du sein. Aujourd’hui, tous sexes confondus, l’alcool constitue le 2e facteur de risque de cancer, après le tabac. Chez les femmes, 15% des cancers du sein sont déclenchés par l’alcool. Et l’incidence de cette tumeur a quasiment doublé entre 1990 et aujourd’hui. ;

Décès. Cette diminution de la consommation constitue une priorité de santé publique : l’alcool est en effet à l’origine de 60 maladies (cardiovasculaires, cancers, diabète, épilepsie, hémorragies…). Plus de la moitié des décès dont 11 000 femmes.

A noter : les repères de consommation d’alcool comportent 3 recommandations : pas plus de 10 verres par semaine, pas plus de 2 verres par jour et maintenir toutes les semaines des jours d’abstinence.

Source

«Légaliser le cannabis, c’est risquer une catastrophe sanitaire!»

FIGAROVOX/TRIBUNE – Alors que la France est le plus grand pays consommateur de cannabis de l’Union européenne, le professeur de biochimie Jean-Pierre Pujol pointe du doigt les dangers que représenterait la légalisation de cette drogue.


Jean-Pierre Pujol est professeur émérite de biochimie à l’université de Caen. Il est membre du Centre national de Prévention, d’Études et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT).


Nous assistons actuellement à une pression redoublée des partisans de la légalisation du cannabis qui s’exerce sur tous les médias. Les lobbyistes qui mènent cette campagne à grande échelle sont d’une part des capitalistes avides d’exploiter le marché très prometteur du cannabis (la firme Leviathan Cannabis a vu sa côte à la bourse de Toronto augmenter de 13 900 % en un an!), mais aussi quelques députés qui prétendent que la répression n’a pas donné de résultats dans notre pays et que la légalisation permettrait de mieux contrôler l’usage de cette drogue. Selon eux, cette démarche permettrait également de démanteler le trafic maffieux et de fournir des recettes fiscales qui soutiendraient des campagnes de prévention. S’ajoutent à ces lobbies quelques médecins qui voient en cette drogue des vertus thérapeutiques qui soulageraient entre autres les patients souffrant de douleurs chroniques.

Les dangers du cannabis

La consommation de cannabis conduit souvent vers des drogues plus dures.

Face à cette campagne effrénée, il convient de rappeler ce qu’est le cannabis et quels ravages il provoque sur la santé de nos concitoyens, tout particulièrement chez les adolescents. En effet, la France est malheureusement en tête des vingt-huit États européens pour la consommation de cette drogue (1,6 million de consommateurs). Les enfants de 12 à 15 ans ayant déjà expérimenté cette drogue sont au nombre de 300 000. Chez ces jeunes, dont le cerveau est en cours de maturation, le cannabis produit des effets particulièrement néfastes, souvent irréversibles.

De nombreux troubles physiques et psychiques sont observés, pouvant mener à la schizophrénie. Le mécanisme d’action du cannabis est bien connu: la substance psychotrope, le tétrahydrocannabinol (THC) est très soluble dans les lipides et, de ce fait se fixe aux membranes cellulaires. Il franchit aisément la barrière hémato-encéphalique et s’accumule dans le cerveau. Il y persiste très longtemps: le THC d’un seul joint demeure plus d’une semaine dans cet organe. Son élimination dans les urines dure huit semaines.

Après plusieurs joints, cela peut durer au moins deux mois. Au niveau du cerveau, il provoque de nombreux troubles: perturbation de la mémoire, défocalisation de l’attention, incoordination motrice, désinhinbition conduisant à des prises de risques, potentialisation des effets ébriants ou hallucinogènes, schizophrénie, anxiété et dépression. Les enseignants constatent que les élèves ont des difficultés à ordonner leurs pensées et manquent d’attention pendant les cours. La situation s’est encore aggravée avec l’augmentation constante de la concentration en THC dans les cannabis vendus actuellement: il y a cinquante ans, le joint contenait 2 à 3 % de THC alors qu’aujourd’hui le taux peut atteindre 40 % et devient plus puissant qu’un rail de cocaïne.

Un des dangers du cannabis est que son addiction conduit souvent vers la recherche de drogues plus dures, comme la cocaïne. On estime que 10 à 20 % des patients passent à une consommation plus forte et deviennent accros au crack. Le cannabis seul est responsable de 300 morts de la route et les risques d’accidents mortels sont 14 fois plus élevés lorsque l’alcool est associé.

Un des arguments des partisans de la légalisation est de prétendre qu’un contrôle pourra être exercé sur la qualité du cannabis produit légalement, en particulier sa teneur en THC. Ainsi, le marché noir serait appelé à disparaître, faute d’acheteurs. Autrement dit, cela mettrait fin au trafic maffieux.

Qui peut croire que les trafiquants vont s’avouer vaincus et vont prendre leur retraite! L’exemple du Colorado démontre le contraire: malgré la légalisation du cannabis dans cet État, il existe toujours un marché noir et le taux de THC n’a pas diminué. Mieux encore, les trafiquants achètent le cannabis produit légalement dans le Colorado et le revendent au prix fort dans les États voisins où il est toujours interdit!

Un autre argument invoqué est l’inefficacité de la répression, telle qu’elle est pratiquée en France. En vérité, ceci n’est pas fondé. En effet, d’après le rapport de 2017 de l’Observatoire européen des Drogues et Toxicomanies (OEDT), la loi française semble répressive mais elle n’est pas réellement appliquée, tant pour l’usage simple que pour le trafic. De plus, son application a été encore assouplie par la loi Tubiana et ses décrets d’application. En France, souvent l’aménagement conduit au paiement immédiat d’une amende et éteint l’action publique. La loi de 1970, déjà pas appliquée pour l’usage simple de cannabis, est devenue définitivement inopérante par la loi de 2014 et son décret de 2015.

Le cannabis, un médicament?

Enfin, certains justifient cette campagne pour la légalisation par la présence de vertus thérapeutiques chez le cannabis et n’hésitent pas à parler de «médicament». Or, en l’état actuel, le cannabis ne répond pas à la définition d’un médicament. À ce stade, il convient de rappeler ce qu’est un médicament et les étapes successives qu’il doit traverser avant d’être mis sur le marché.

D’après le Code de la Santé Publique, il s’agit d’une molécule pure possédant des propriétés préventives ou curatives à l’égard des maladies humaines et animales, susceptible de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions organiques. De la découverte de la molécule à l’autorisation à l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM), un médicament doit franchir avec succès différentes phases, s’étalant sur environ dix ans: phase de recherche et développement, étude de toxicologie, recherche clinique – cette dernière comprenant elle-même une phase 1 (étude de la tolérance), une phase 2 (étude de l’efficacité), une phase 3 (essai comparatif), et une phase 4 (administrative). La mise au point d’une nouvelle spécialité coûte environ 800 millions d’euros. Enfin, pour que le médicament obtienne l’AMM, il doit présenter un bon rapport bénéfices/risques.

Aucun individu responsable ne devrait utiliser l’argument du médicament pour justifier la légalisation du cannabis.

Environ 75 types de cannabinoïdes ont été identifiés dans la plante, parmi lesquels le THC (Térahydrocannabinol) et le CBD (Cannabidiol) sont les plus documentés. À ce jour, aucun de ces composés d’origine végétale n’a fait l’objet d’un protocole d’étude en vue d’une AMM et donc aucun ne peut être qualifié de médicament. Néanmoins, se basant sur les effets biologiques évidents du THC, certains prétendent utiliser la plante cannabis elle-même. Or, la composition en THC et autres composés est extrêmement variable suivant le plant.

Cette variabilité s’oppose à la conception que l’on a d’un médicament, qui doit être une substance pure, agissant à des doses déterminées. De plus, jusqu’à présent, étant donné l’insolubilité du THC, traiter des patients en leur faisant fumer soit la plante elle-même, soit sa résine, reste une méthode peu contrôlable, tant le passage des principes à l’organisme est aléatoire. Enfin, le THC étant essentiellement soluble dans les lipides, sa rémanence et son élimination sont des paramètres difficiles à appréhender: encore une difficulté qui s’oppose à la notion de médicament.

Sauver nos enfants du cannabis

Comme on le voit, seule une substance issue du cannabis et ayant obtenu une AMM pourrait être qualifiée de «médicament», comme ce fut le cas pour bon nombre de molécules d’origine végétale présentes aujourd’hui dans notre pharmacopée. Ceci n’exclut pas que les recherches puissent se poursuivre pour mieux connaître les mécanismes d’action du cannabis. Pour autant, nul individu responsable ne devrait en conscience utiliser l’argument du «médicament» pour justifier sa légalisation.

Légaliser le cannabis serait synonyme de catastrophe sanitaire.

Il nous faut sauver nos enfants du cannabis avant qu’il ne soit trop tard. Pour cela il faut que les pouvoirs publics prennent conscience qu’il est indispensable d’appliquer réellement notre arsenal répressif, mais également de mettre en place un plan de prévention destiné à informer nos jeunes élèves, dès l’école primaire, sur les dangers de cette drogue. Inspirons-nous de la Suède, dont la politique affichée en matière de toxicomanie a porté ses fruits.

Depuis 1968, le gouvernement suédois a organisé une campagne antidrogue massive dans les écoles et les médias, de sorte qu’une génération a déjà grandi parmi les messages fondés sur la théorie de la drogue d’introduction. La création d’un poste de coordonnateur national antidrogue a permis de coopérer avec les autorités, les conseils municipaux, les conseils de comté, les ONG, etc… et d’influer sur l’opinion publique. La plupart des municipalités ont nommé une personne chargée d’organiser la prévention, auprès des écoliers et des parents.

Les programmes commencent dès l’école élémentaire et figurent à tous les niveaux scolaires. Cette politique a l’appui de tous les partis politiques et de 95 % des citoyens (on croit rêver, quand on pense à l’attitude de certains de nos politiciens). Certes cette politique coûte entre 0.2 et 0.4 % du PIB suédois alors que la France n’y consacre que 0.1 % de son PIB.

En conclusion, l’expérience vécue par les pays ou les états américains qui ont légalisé le cannabis doit nous inciter à refuser cette éventualité dans notre pays. La logique financière et économique ne doit plus primer sur la santé de notre société. Introduire la légalisation du cannabis serait synonyme d’une catastrophe sanitaire dont nos pouvoirs publics porteraient une lourde responsabilité devant l’histoire et nos générations futures.

Source Le Figaro

Harcèlement, agression physique, accidents : une étude liste les conséquences de l’alcool passif

  • Les menaces ou le harcèlement étaient les préjudices les plus fréquents, signalés par 16% des personnes interrogées.
Les menaces ou le harcèlement étaient les préjudices les plus fréquents, signalés par 16% des personnes interrogées.PeopleImages / IStock.com
Publié le 
Une étude américaine a analysé les ravages d’une consommation excessive d’alcool sur l’entourage des personnes qui boivent. 

Menée par des chercheurs de l’Institut de santé publique d’Oakland en Californie et financée par l’Institut national sur l’abus d’alcool et l’alcoolisme des Etats-Unis, l’étude a porté sur les données de 8 750 répondants âgés de 18 ans et plus. Elle a été publiée ce dimanche 30 juin sur le site du Journal of Studies on Alcohol and Drugs.

Selon l’enquête, un adulte sur cinq a subi un préjudice à cause de la consommation d’alcool d’une autre personne en l’espace d’un an. Ces atteintes désignent à la fois des menaces verbales et/ou physiques, des agressions, du harcèlement, des destructions de biens, des conduites dangereuses au volant ou encore des problèmes d’ordre financier et/ou familial. Les menaces ou le harcèlement étaient les préjudices les plus fréquents, signalés par 16% des personnes interrogées.

L’étude explique également que les conséquences de l’alcoolisme sur l’entourage différent selon le sexe. Les femmes étaient plus susceptibles de signaler des problèmes financiers et familiaux, tandis que les hommes ont davantage mentionné des actes de vandalisme et des agressions physiques. « Il y a un risque considérable pour les femmes au sein du ménage, souvent représenté par l’homme. Alors que pour les hommes, le danger se situe plutôt en dehors du cadre familial », notent les auteurs de l’étude.

Les chercheurs recommandent un prix minimum sur l’alcool

L’âge joue également un rôle important : les personnes de moins de 25 ans courent un risque plus élevé de subir les méfaits de la consommation d’alcool d’une autre personne, montre l’étude. Pour les chercheurs, l’une des solutions les plus efficaces pour réduire la consommation d’alcool consiste à instaurer un prix minimum pour la vente d’alcool.

« Les recherches récentes sont particulièrement pertinentes dans ce contexte. Des études menées au Canada révèlent des réductions de la violence après l’introduction de la tarification minimale », précise Madhabika B. Nayak, qui a dirigé l’étude. Recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé pour lutter contre l’alcoolisme, la mise en place d’un prix minimum sur l’alcool est également expérimentée en Ecosse depuis mai 2018.

En France, cette question a été abordée (sans pour autant être appliquée) à plusieurs reprises ces dernières années. D’abord en avril 2018 par un groupe de médecins qui préconisait un prix minimum par unité d’alcool autour de 50 centimes d’euros, puis en janvier dernier par le Conseil économique social et environnemental, qui avait proposé l’instauration d’un prix minimum pour la vente d’alcool dans « les lieux de fêtes ».

Source

Légalisation du cannabis par Emmanuel Le Taillandier

Au Malawi on dit que « les bœufs sont tenus par des cordes et les hommes par leurs paroles ».

C’est toute l’habileté des lobbyistes de diffuser les paroles que les hommes s’approprieront pour aller dans le sens recherché.  La campagne qui vient de démarrer à grande échelle en faveur de la légalisation du cannabis est, de ce point de vue, un modèle du genre qu’il convient d’analyser en nous libérant de tous ces mots qui nous tiennent lieu de cordes.

Prenons par exemple un argument largement colporté : « puisque la répression n’a pas marché, mieux vaut libéraliser le marché du cannabis et le légaliser ». Cela me rappelle l’aventure que j’avais connue avec un ami un peu trop éméché qui m’avait emmené un soir faire un tour au volant de sa vieille guimbarde. Inutile de vous dire que ce tacot sans le moindre entretien échappait allègrement aux échéances des contrôles techniques.

A un moment donné le freinage, mal assuré, avait commencé à lâcher et la pédale pompait dans le vide.

« Arrête-toi », lui dis-je. Mais lui de me rétorquer : « Si quelque chose ne fonctionne pas il faut faire le contraire ». Et il se mit à appuyer aussitôt sur l’accélérateur, me causant, comme vous pouvez l’imaginer, la frayeur de ma vie.

Vous avez compris : Si la répression ne marche pas, faites le contraire : légalisez.

Le deuxième argument qui surgit, comme par enchantement, partout en même temps est destiné aux représentants des pouvoirs publics et aux parlementaires : « Si vous légalisez sous votre contrôle la vente de cannabis, vous en tirerez des recettes fiscales confortables qui vous permettront de mener les campagnes de prévention nécessaires ». Autrement dit il faut vendre pour empêcher la vente ! Un argument aussi absurde pourrait être avancé que sur la distinction spécieuse faite entre un cannabis qui serait thérapeutique et donc fondamentalement différent d’un cannabis qui serait récréatif, les bénéfices de l’un venant favoriser la prophylaxie de l’autre. Encore une absurdité.

Il est aisé de citer d’autres arguments de ce genre employés dans la campagne de communication en cours. Mais qui est à l’origine de ce tohu-bohu ?  Ce ne sont pas des hippies attardés, ou des politiciens trop « verts » qui transforment leur baignoire en jardinière. Non ! Ce sont des firmes sérieuses pratiquant un libéralisme débridé et alimentant de façon sauvage une économie financière déchaînée. Qu’on en juge  avec ces chiffres vertigineux. Par exemple ceux de LEVIATHAN CANNABIS à la Bourse de Toronto :

Ou encore ceux de CANOPY GROWTH CORPORATION (Bedrocan, déjà présent en Europe à partir des Pays-Bas) :

L’action a bondi en cinq ans de 1353,18 % faisant pâle figure devant celle de Leviathan Cannabis.

Quand la spéculation produit de tels résultats, il est évident que tous les coups sont permis et que, pour continuer sur une aussi belle lancée, on achètera des hommes politiques, des médias, des consciences. C’est de la folie.

C’est ce qui se passe sous nos yeux.