Elections présidentielles 2017 : Marine Le Pen

Positions des candidats sur plusieurs aspects des toxicomanies.

A l’approche de cet événement très important de notre vie démocratique qu’est l’élection présidentielle, le CNPERT a voulu interroger les cinq candidats crédités par les sondages d’un score supérieur à 10% des suffrages exprimés, à savoir : Madame M. Le Pen, messieurs F. Fillon, B. Hamon, E. Macron et J.-L. Mélanchon.

Notre questionnaire comportait 7 questions : Etes-vous :

  • Pour l’interdiction du  tabac aux mineurs ?
  • Pour un renforcement des actions contre l’alcoolisme ? 
  • Pour un contrôle de la consommation de cannabis au collège et au lycée
  • Pour la légalisation du cannabis ? 
  • Pour la suppression des « salles de shoots » pour les toxicomanes ?
  • Pour ériger la lutte contre les toxicomanies en une grande cause nationale ? 
  • Pour exercer un véritable contrôle de l’usage fait de l’argent publique par les associations censées « œuvrer » dans le domaine des toxicomanies.

Elections présidentielles 2017 ; François Fillon

 Positions des candidats sur plusieurs aspects des toxicomanies.

A l’approche de cet événement très important de notre vie démocratique qu’est l’élection présidentielle, le CNPERT a voulu interroger les cinq candidats crédités par les sondages d’un score supérieur à 10% des suffrages exprimés, à savoir : Madame M. Le Pen, messieurs F. Fillon, B. Hamon, E. Macron et J.-L. Mélanchon.

Notre questionnaire comportait 7 questions : Etes-vous :

  • Pour l’interdiction du  tabac aux mineurs ?
  • Pour un renforcement des actions contre l’alcoolisme ? 
  • Pour un contrôle de la consommation de cannabis au collège et au lycée
  • Pour la légalisation du cannabis ? 
  • Pour la suppression des « salles de shoots » pour les toxicomanes ?
  • Pour ériger la lutte contre les toxicomanies en une grande cause nationale ? 
  • Pour exercer un véritable contrôle de l’usage fait de l’argent publique par les associations censées « œuvrer » dans le domaine des toxicomanies.

Trois réponses étaient possibles : Oui, Non, Ne se prononce pas ; un espace restreint  permettait de donner quelques précisions ou justifications ; il était indiqué qu’un bref commentaire pouvait être annexé au questionnaire.

Ce questionnaire était adressé par lettre recommandée avec accusé de réception ; la date limite de réponse était fixée au 23 Mars.

Chaque candidat(e), à l’exception de Mr. Mélanchon a accusé  réception de notre questionnaire.

Une seule réponse nous est parvenue, émanant de Monsieur F. Fillon, sous une forme rédigée, s’affranchissant de notre questionnaire.

Il nous dit en substance :

 « Dans mon projet sur la Santé, j’ai prévu de lancer un grand plan Santé à l’école, débutant dès l’école maternelle et reposant sur l’éducation à la santé des enfants  (nutrition, activité physique, sommeil) et sur la prévention des addictions (écran, tabac, alcool, cannabis et autres drogues).

Je souhaite accompagner ce plan d’une revalorisation de la médecine scolaire dont l’importance est décisive pour orienter les comportements sanitaires des enfants et des adolescents.

Je  vous invite à consulter mes propositions sur mon site (« Mon projet » page 39) cliquez ici

Nous sommes sensibles à sa lettre aimable de réponse, même si nous regrettons qu’il se soit affranchi du cadre de notre questionnaire

Jean Costentin, Président du CNPERT

Bernard de la Villardière « parano » et « agressif » sous cannabis,

il se confie dans C à Vous (Vidéo)

Bernard de la Villardière raconte ses… par nonstopzappingofficiel

Lundi 27 mars sur « M6 », Bernard de la Villardière présentera un nouveau numéro de « Dossier Tabou ». Et cette fois-ci, le journaliste s’est intéressé aux effets du cannabis et son trafic. Pour les besoins d’une séquence, il n’a d’ailleurs pas hésité à fumer un joint. Vendredi soir dans « C à Vous », il s’en est expliqué.

Avant même la diffusion de l’émission de Bernard de la Villardière « Dossier Tabou », consacrée au cannabis, le programme fait déjà le buzz. En effet, lors d’une séquence qui a fait le tour des médias, Bernard de la Villardière fume un joint de marijuana avant de prendre le volant.

Une scène plutôt surprenante.

Dans « Télé-Loisirs », le journaliste a tenu à s’expliquer. « Cela a été très instructif sur les conséquences de la prise de cannabis sur l’état d’esprit du conducteur et la manière de gérer le risque et les réflexes. » Et d’ajouter : « Je ne me suis pas prêté à cet exercice pour le plaisir de faire le buzz mais parce qu’il peut avoir un effet dissuasif, notamment auprès des jeunes conducteurs. Le cannabis, c’est comme l’alcool, ça altère les réflexes au volant. »

LES CONFIDENCES DE BERNARD DE LA VILLARDIÈRE

Invité sur le plateau de « C à Vous » vendredi soir, Bernard de la Villardière a bien évidemment été questionné sur cette séquence. « On dit souvent que ça altère les réflexes, ça altère aussi le discernement, ça fait que vous vous concentrez sur ce qui est devant et pas du tout ce qui se passe sur les côtés. Il y a un renversement des priorités. Ce qui était accessoire quand vous étiez dans un état normal devient essentiel et inversement ». Puis, il a avoué avoir fumé du cannabis pour la première fois lors d’un concert de David Bowie en 1978. « Moi j’ai pas beaucoup fumé parce que ça me rendait un peu parano en fait, je m’enfermais dans ma bulle et j’étais de moins en moins sociable, encore moins que d’habitude. Et je devenais agressif même… », a-t-il expliqué.

Par Nicolas Cardinale

Source

Un dérivé du cannabis en vente libre ?

Cannaphytol

Mars 2017

Au hasard de lectures, l’un de nous a découvert  une préparation de Cannabis Sativa appelée Cannaphytol°  commercialisée sous forme de capsules, proposée en traitement chronique et en vente libre !

Bigre, cette préparation aurait-elle passé au travers des mailles du filet réglementaire et échappé à notre vigilance ?

Sa présentation commerciale rassemble de nombreux témoignages de satisfaction, plus de 3000, parfois très enthousiastes, tous très élogieux pour des raisons diverses. Les meilleurs résultats sont obtenus sur des douleurs, on s’en doutait ! De localisations diverses, vertébrales, articulaires, un cas d’hernie discale. D’autres évoquent la suppression de  crampes intestinales, une disparition d’angoisse et  le retour d’un tonus perdu, et même d’une certaine vigueur masculine bien placée.

Quelle est donc cette substance ? Une huile extraite de différentes variétés de graines de Cannabis Sativa. Mais alors pourquoi est- elle autorisée ? L’explication est donnée par sa teneur affichée en THC (Tetra hydrocannabinol) qui est très faible, inférieure à 0,2% ce qui en fait une dose exonérée. Cela veut dire que l’administration sanitaire considère qu’elle est  inférieure au seuil d’activité, considérée comme inactive.

Autant de témoignages de satisfaction, même si nous savons leur fragilité, oblige à accepter que cette « cure » a été satisfaisante, sinon utile, à ses utilisateurs.

Pour nous,  force est de constater que l’effet placebo a encore de beaux jours devant lui.

Jean-Paul Tillement et Jean-Pierre Goullé

Une addiction pour une autre: les ados américains se drogueraient moins grâce à leur smartphone

Les jeunes américains consomment de moins en moins de drogues, en ce compris l’alcool.

Pour expliquer ce constat, les avis divergent.

Mais une équipe de chercheurs y voit un lien avec l’utilisation accrue de smartphones et d’écrans d’ordinateurs ou de tablettes. 

On répète aux ados à longueur de journée qu’ils doivent un peu lâcher leur smartphone. Pourtant, une équipe de scientifiques voit une corrélation entre les stimulations constantes de nos appareils avec une diminution de la consommation de drogue.

Cette diminution s’observe depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis sans trop qu’on sache pourquoi. Certains experts pensent que cela peut être lié à la chute de de la consommation de cigarettes, qui fait presque toujours office de premier pas avant l’essai d’autres drogues.

Le New York Times s’est penché sur la nouvelle théorie de ces scientifiques, et il est intéressant de constater que la période qui correspond à la diminution de prise de drogues chez les ados s’emboîte parfaitement avec la montée de l’utilisation des smartphones.

Ton écran est une drogue

Les médias interactifs joueraient en fait le même rôle que les drogues et stimuleraient les mêmes impulsions, notamment au niveau de la recherche de sensations et le désire d’indépendance. Les smartphones bouffent aussi pas mal de temps, et du coup, les ados ne s’ennuient plus vraiment.

Nora Volkow, la directrice du National Institute on Drug Abuse, trouve l’étude des scientifiques « intéressante » et prévoit de faire des recherches complémentaires à ce sujet dans les prochains mois. La diminution de cette consommation de drogue a encore été remarquée l’année dernière: l’étude « Monitoring the Future » a établi un constat clair: l’utilisation de drogues, excepté la marijuana, a atteint son niveau le plus bas pour les ados en 40 ans.

Dans les détails, la consommation de marijuana a augmenté chez les ados de 18 ans mais a diminué chez les 14-16 ans. Tandis que la prise de cocaïne, d’hallucinogènes, d’ecstasy et de crack a baissé parmi toutes les catégories d’âges. Il en est de même pour l’héroïne alors que le LSD reste constant.

Les jeux vidéos te font planer

« Il se passe quelque chose », a jouté le Docteur Volkow, « les adolescents peuvent littéralement planer en jouant à ces jeux (sur leur smartphone ou tablette) ». Le Docteur Silvia Martins de l’université de Columbia va dans le même sens: « Jouer à des jeux-vidéo, utiliser les réseaux sociaux, remplit le besoin de recherche de sensations. » Même si « tout cela doit encore être prouvé, conclut-elle.

Donc voilà, maintenant tu sauras quoi répondre quand on te demandera d’arrêter de faire le geek sur ton smartphone…

Jean-Henri COSTENTIN Commandeur de l’Ordre National du Mérite

Le Président du CNPERT est promu Commandeur dans l’Ordre National du Mérite

Le J.O. du 15 novembre 2016 nous apprend la bonne nouvelle : Le Professeur Jean Henri Costentin est promu Commandeur dans l’Ordre National du Mérite.

Nous lui adressons nos plus vives félicitations. Cette promotion récompense et distingue un travail quotidien, déterminé et sans concession  de  lutte contre l’usage des drogues et contre toutes les velléités de s’en accommoder.

Nous sommes heureux et fiers de constater qu’en France, des voies officielles reconnaissent la justesse de ce combat et l’enjeu de santé publique qu’il représente.  Cette promotion est aussi celle du CNPERT, souvent à contre courant de la pensée médiatique. Elle nous permet de rappeler avec force que nous sommes contre l’ouverture des salles de shoot, contre le cannabis médicament ! Et contre sa dépénalisation.

Pr Jean- Paul Tillement, Vice-Président du CNPERT

——————-

Par Claude Pierre Giudicelli

Votre notoriété vous offrait un large choix de parrains. Que vous m’ayez préféré est un grand honneur, mais c’est surtout une marque d’amitié qui me touche profondément.

Nous devons à Pierre Delaveau, le bonheur de nous connaître.

Derrière l’agréable confrère, j’ai vite découvert un grand scientifique et un lutteur acharné.

Vous avez commencé par des études de pharmacie pour suivre une tradition familiale, vous avez sans délai, poursuivi par les études de médecine. Votre soif de connaissances n’étant pas assouvie, vous avez soutenu une thèse de doctorat d’Etat de sciences. Votre haut niveau scientifique vous a valu d’être élu membre des Académies de pharmacie et de médecine auxquelles s’ajoute l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Rouen dont vous aller assurer la présidence.

Professeur, vous avez communiqué votre enthousiasme à vos étudiants. Un de vos élèves m’a confié que vous étiez un véritable « bulldozer ». C’est le mot qu’il a employé. Sous votre impulsion, pratiquement tous ses camarades de promotion ont été candidats à l’internat.

Vous avez rédigé de nombreux ouvrages, trop nombreux pour que je les cite.

Aussi a-il-été particulièrement justifié que vous soit conférée une première cravate, celle de Commandeur de Palmes académiques.

Avec votre maître Jean-Charles Schwartz, membre de l’Académie des sciences, que je salue avec une grande déférence, vous avez minutieusement étudié la neuro-psychopharmacologie.

Aussi n’est-il pas surprenant que vous vous soyez lancé, avec une énergie et une fougue inépuisables, dans la lutte contre les toxicomanies. Vous parcourez inlassablement les établissements scolaires pour prémunir les adolescents. Vous avez donné de nombreux enseignements post-universitaires et de multiples conférences à des publics variés. Vous présidez le Centre national de prévention, d’études et de recherche sur les toxicomanies. Parmi celles-ci, l’usage du cannabis est devenu l’objectif primordial en raison des fautes de jugement, du laxisme des instances dirigeantes de notre pays. Loin de vous décourager, l’ouverture des « salles de consommation des drogues à moindre risque », salles de shoot, qui traduisent une méconnaissance béate des dangers, ainsi que les projets de légalisation du cannabis attisent votre combativité.

Nous partageons malgré tout l’espoir de gagner.

Depuis quelques mois, vous avez été appelé à participer à une autre action, dans un proche domaine, au sein du Collège de l’Agence française de lutte contre le dopage.

L’énergie que vous déployez trouve sa source dans l’harmonie de votre vie familiale et dans votre sens de l’humour.

Vos blagounettes sont toujours très drôles et sans cesse renouvelées. Votre curiosité toujours en éveil se manifeste également dans ce domaine, vous conduisant à demander, à un de vos collègues, des blagounettes suédoises !

En réalité votre goût, je dirai votre talent de la contrepèterie, traduit à la fois une très grande vivacité intellectuelle et une maîtrise approfondie de notre langue. La connaissance du sens précis des mots, de leurs synonymes, de leurs antonymes, de leurs homonymes est indispensable pour pratiquer avec autant d’élégance cet art subtil.

Vous avez le talent de communiquer généreusement votre joie de vivre à tous ceux que vous fréquentez. Nos déjeuners, rue Saint-Benoît, entre deux séances de l’Académie, sont pour moi des instants de bonheur où je retrouve le rire provoqué par une ambiance que je n’ai plus ressentie depuis la fin de ma vie estudiantine.

Une lecture récente m’a fait découvrir une phrase de Paul Valéry qui correspond à votre personnalité. Paul Valéry exprime son estime pour un de ses amis ces termes :

« Un des plus sérieux hommes que j’aie connus, et du plus de suite dans les pensées, ne paraissait ordinairement que la légèreté même ; une seconde nature le revêtait de balivernes».

Monsieur le Professeur Jean-Henri Costentin, au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous faisons Commandeur de l’Ordre National du Mérite.

Claude Pierre Giudicelli

Vendredi 10 mars 2017

Message à tous les Conseillers Municipaux de Condom (Gers)

Monsieur Madame le Conseiller Municipal,

La lutte contre la drogue se base sur trois piliers:

La répression – La prévention – Les soins –

Si la répression est organisée dans votre commune avec beaucoup de compétence et de détermination , l’organisation des soins  aux toxicomanes peut-être déviée et contre productive comme par exemple la malheureuse « expérimentation » des salles de shoot à Paris qui se révèle déjà comme catastrophique ( Art Le figaro du 07 03 17  Le cri d’alarme de riverains );

Mais le plus grave est le développement en France, depuis hélas de nombreuses années, d’une prévention déviée qui se  » démarque prolégalisatrice » suivant la triste constatation du le Pr Jean Henri Costentin membre de l’ Académie Nationale de Pharmacie.

Hélas nous avons le regret de voir évoluer à Condom dans le cadre de rencontre comme  LA SEMAINE DE LA CITOYENNETE ou d’autres rencontres avec les jeunes et le cadre scolaire, une association,  l’ANPAA qui remets en cause de façon frontale et répétitive le cadre légal de la pénalisation de la drogue dans notre pays tout en minimisant les risques que l’usage du cannabis entraînent. Le mauvais exemple actuel de la légalisation dans le Colorado illustre notre crainte.

Nous vous joignons à ce message 4 articles du Centre National de Prévention et de Recherche sur la Toxicomanie qui illustrent notre crainte de voir dans votre ville, les risques,  la poursuite et le développement de l’usage de drogues parmi les adolescents.

Pour lire ces 4 articles, cliquez sur Article 1 – Article 2Article 3Article 4

Nous vous prions respectueusement de réformer votre politique de mauvaise prévention de lutte contre la drogue et vous proposons notre compétence et notre expérience pour qu’au moins la parole soit donnée à ceux qui défendent notre loi face à un discours militant favorable à la remise en cause de la loi.

Nous sommes à votre disposition pour vous rencontrer.

Avec nos sentiments respectueusement dévoués
Dr Faraj Daher
Président du CNID32 (Comité National d’Information sur la Drogue)