PRINCIPALES OBJECTIONS À LA LÉGALISATION DU CANNABIS

par JEAN COSTENTIN

700 000 français fument quotidiennement du cannabis

La revendication d’une légalisation du cannabis (chanvre indien) réapparait périodiquement ; les périodes électorales étant propices à son émergence. La loi sur les stupéfiants (1970) a déclaré le cannabis illicite ; malgré son ancienneté, elle n’a rien perdu de sa pertinence, de nombreuses données récentes confirmant sa nocivité. La France, au premier rang des états Européens pour sa consommation, compte 1 600 000 usagers réguliers et 700 000 usagers quotidiens.

Pourquoi le cannabis est-il mauvais ?

? Le cannabis, par son tétrahydrocannabinol (THC), induit une dépendance psychique, ainsi qu’une dépendance physique. C’est une drogue lente qui s’attarde des jours et même des semaines dans l’organisme, ce qui distille le syndrome d’abstinence attaché à sa privation.

? Le taux de THC des produits en circulation a été multiplié d’un facteur 3 à 8 au cours des dernières décennies. Les effets ébriants ne sont plus ceux d’une cannette de bière (5°) mais à ceux d’une flasque de whisky (40° alcoolique).

? Les premiers usages sont précoces : 300 000 collégiens l’ont expérimenté ; or, plus tôt l’essayer, c’est plus vite l’adopter et plus intensément se détériorer. Il s’abat ainsi sur des jeunes en pleine maturation cérébrale et en phase construction psychologique ; 20% des expérimentateurs l’adoptent (en deviennent dépendants) alors qu’on ne dispose d’aucun traitement pour les en détacher.

? L’usage de la pipe à eau, en vogue chez les adolescents, multiplie d’un facteur 100 la cession du THC à l’organisme.

? Le THC est la seule drogue qui se stocke durablement dans les lipides/graisses de l’organisme. Derrière son effet aigu (5 à 8 heures), associant sédation, ivresse, délire, hallucinations, d’autres effets, plus discrets, persistent plusieurs jours. Le cannabis n’est pas une drogue douce, c’est une drogue lente !

? Le cannabis est un passage vers d’autres drogues. Associé au tabac, il aide à la combustion de sa résine (haschich – shit) ; Il incite à la consommation d’alcool (avec lequel il fait mauvais ménage) ; Il incite au passage à la cocaïne, aux amphétamines et, pire encore, aux morphiniques.

? Ajouté au tabac il accroit sa toxicité chronique, responsable en France de 78 000 morts chaque année et de beaucoup d’estropiés.A l’heure où l’on voudrait éradiquer ce tabac, l’ajout du cannabis est criminel.

? La toxicité aigue du THC peut se manifester par :

Les « bad trips », faits d’anxiété, de sentiment de dépersonnalisation, d’impressions de devenir fou ou de sensation de mort imminente. L’ivresse, l’ébriété, sont à l’origine de comportements dangereux pour soi et pour autrui.

La désinhibition peut inciter à des prises de risque, à des relations sexuelles non consenties, ou sans prophylaxie contraceptive et sans prophylaxie des maladies sexuellement transmissibles (hépatites B ou C, SIDA..).

Des risques au volant, comme au travail (plus de 300 morts de la route lui sont imputables). Son association à l’alcool multiplie par 14 le risque d’un accident mortel. La lutte contre les accidents de la route et du travail passe par l’éradication du cannabis.

? Le cannabis diminue la sécrétion de l’hormone mâle, la testostérone ; réduisant la libido ; avec régression des caractères sexuels masculins ; diminution du nombre de spermatozoïdes et de leur capacité de féconder l’ovule. Il est responsable d’une variété de cancer du testicule (le « germinome non séminome »).

? 3/4 des femmes fumant tabac et cannabis sont incapables d’arrêter en cas de grossesse. Il s’ensuit : une prématurité ; une hypotrophie plus marquée que du fait de la seule prématurité ; un retard du développement psychomoteur dans l’enfance ; une incidence accrue de mort subite inexpliquée du nourrisson ; le développement fréquent du syndrome d’hyperactivité avec déficit de l’attention ; une vulnérabilité accrue à développer des toxicomanies à l’adolescence.

? Le THC diminue les défenses immunitaires (qui luttent contre les intrus microbiens). Ç’en est fini du cannabis chez les sidéens, où il peut tenir en échec les trithérapies coûteuse qu’on leur applique.

? La fumée du cannabis est plus agressive que celle du tabac pour les voies respiratoires. Elle comporte davantage d’oxyde de carbone, qui réduit la capacité de l’hémoglobine à transporter l’oxygène des poumons aux muscles («mauvaise pioche» pour les sportifs). Elle comporte 7 fois plus de goudrons cancérigènes (pour la gorge, les bronches et les poumons) que la fumée du tabac.

? Anesthésier nos jeunes au cannabis diminue leur résilience. Les évolutions de notre société les perturbent suffisamment pour ne pas ajouter à leurs troubles.

? Le cannabis est toxique pour le cœur et les vaisseaux (3ième cause de déclenchement d’infarctus du myocarde ; il induit chez des sujets jeunes des artérites des membres inférieurs, ainsi que des accidents vasculaires cérébraux).

? Des études récentes éclairent les mécanismes par lesquels le cannabis peut induire des cancers, des anomalies génétiques et des monstruosités chez les fœtus de mamans exposées au cannabis, ainsi que des modifications génétiques chez des enfants issus de parents qui en ont consommé avant de procréer.

? Le « cannabis médicament » est un subterfuge (cheval de Troie, pour le faire accueillir dans notre société). L’Académie Nationale de Médecine a conclu : « le cannabis : un faux médicament, une vraie drogue ».

? Ce sont les mêmes qui prônent la légalisation du cannabis et l’ouverture de « salles de shoots » pour toxicomanes ; leur dernière gare pour accueillir ceux qui ont débuté ce voyage sans retour dans le wagon cannabis.

? L’anxieux, apaisé par le cannabis, en use et bientôt en abuse ; quand il devient inopérant l’anxiété réapparait, bien plus vive qu’elle était primitivement. Il en va de même avec les troubles dépressifs qui, après avoir pu être apaisés, cessent de l’être pour réapparaitre plus gravement alors, avec un risque suicidaire accru.

? Le cannabis perturbe les processus éducatifs : par l’ivresse ; par diminution de l’éveil ; par défocalisation de l’attention ; en perturbant l’analyse des concepts, la synthèse des données, la formation de la mémoire à court terme, sans laquelle ne peut se constituer une mémoire au long cours. Il induit un syndrome amotivationnel. La France, qui dépense tant de moyens pour l’éducation de ses jeunes ne devrait tolérer que ses efforts soient ruinés par cette drogue (27 ième place au classement

? La relation est bien établie entre la consommation du cannabis et le développement de la schizophrénie (la folie). L’éradication du cannabis réduirait de près de 80 000 le nombre de schizophrènes. Le drame que constitue cette affection, pour ses victimes, leur famille et la société, justifie les efforts que l’on devrait déployer pour y parvenir.

Une étude néo-zélandaise montre que sur 1000 gamins ayant débuté leur consommation de cannabis entre 12 et 15 ans, 10 % d’entre eux (100 gamins) étaient devenus schizophrènes à 18 ans. Une autre, en Suède (1983), établit qu’avoir fumé plus de 50 « joints » avant 18 ans multiplie par 6 le risque de devenir schizophrène dans les 10 années suivantes.

La Suède qui s’était égarée dans la permissivité a redressé la barre, après en avoir mesuré les méfaits. Elle peut s’enorgueillir aujourd’hui de compter dix fois moins de toxicomanes que la moyenne Européenne.

Pour affronter la compétition internationale, il faut stimuler et développer l’intelligence de nos jeunes et non leur faciliter l’accès à une drogue qui, outre sa toxicité physique, rend dangereux, apathique, indifférent, résigné, revenu de tout sans être allé nulle part, anxieux, dépressif, voire fou.

La consommation des drogues licites, à l’origine d’une alcoolo-dépendance concernant en France quatre millions d’individus, faisant 49 000 morts tout comme l’addiction au tabac affectant quatorze millions d’entre nous et responsable de 78 000 morts annuelles, montre, grandeur nature, vers quels niveaux se situerait le nombre des fumeurs de cannabis si cette drogue était aussi librement dispensée.

Source

Publicités

Neurobiologie de l’addiction

Brain Illustration Reward

François Coudoré est professeur de toxicologie à l’Université Paris Sud, ainsi que spécialiste des questions de neuropharmacologie et de neurobiologie de la douleur. Ce texte revient en détail sur les mécanismes neurobiologiques communs aux diverses addictions, et notamment sur  la libération de dopamine induite par la stimulation artificielle de la zone dopaminergique mésocorticolimbique, voie finale commune de la récompense. L’addiction est ainsi à comprendre comme une neuroadaptation du cerveau.

La drogue est une substance à l’origine d’une addiction, appelée aussi comportement addictif, consistant en la recherche compulsive de la consommation de cette substance pour des raisons que nous détaillerons plus tard. L’augmentation de consommation est à l’origine de l’abus ou usage nocif, mais l’arrêt reste encore possible. L’abus est défini comme une consommation qui expose à des complications, soit secondaires à la consommation aiguë (accidents ou violence avec l’alcool, syndrome coronarien aigu avec la cocaïne, coma ou décès avec l’héroïne), soit secondaires à la consommation chronique, mais ces complications ne sont pas encore présentes.

Lors de l’usage nocif, les dommages physiques, psychoaffectifs et sociaux sont présents, ils sont associés à une répétition de la consommation, mais … LIRE LA SUITE

L’exposition à la fumée de cannabis nocive pour nos artères

L’exposition à la fumée de cannabis serait plus dangereuse pour les artères que le tabagisme passif, selon une nouvelle étude.

En cas d’exposition chronique, les risques cardiovasculaires pourraient ainsi être augmentés.

cannabis fumée

Selon une étude américaine, la fumée secondaire de cannabis aurait un effet plus délétère sur nos artère que le tabagisme passif.

Avec les chercheurs, les rats ont du pot

Pour juger de l’effet sur notre système cardiovasculaire des effets de la fumée de cannabis, les chercheurs ont utilisé un modèle animal : le rat. « Les artères de rats et d’hommes réagissent de la même façon face à la fumée secondaire du tabac, donc la réponse des artères de rat à la fumée de marijuana est susceptible de refléter la façon dont nos artères pourraient réagir« , a déclaré Matthew Springer, Ph.D., professeur de médecine à l’Université de Californie (San Francisco).

Après avoir exposé les rongeurs à de la fumée de cannabis à des niveaux comparables avec une « exposition normale », les chercheurs ont évalué l’état de la fonction endothéliale au niveau de leur artère fémorale (femoral artery flow-mediated dilation). Plus simplement, ils ont jugé de la capacité des artères à permettre une bonne circulation sanguine. Une altération de la fonction endothéliale est l’une des premières étapes conduisant à l’obstruction des vaisseaux par des plaques graisseuses (athérosclérose) et donc à un risque d’accident cardiovasculaire.

 La fumée de cannabis montre un effet plus durable que la fumée de tabac

Résultat : les vaisseaux sanguins des rats ont mis trois fois plus de temps pour récupérer leur fonction initiale (90 minutes) après seulement une minute d’exposition à la fumée de marijuana, par rapport à la fumée du tabac (30 minutes).

« Bien que l’effet soit temporaire pour la fumée de cigarette et de marijuana, ces soucis temporaires peuvent se transformer en problèmes à long terme si les expositions sont chroniques et peuvent favoriser l’athérosclérose et une obstruction des artères« , a déclaré Matthew Springer.

Les chercheurs ont également découvert que la simple combustion de la matière végétale induit un effet délétère sur les vaisseaux sanguins, indépendamment de la présence de produits chimiques comme la nicotine et le tétrahydrocannabinol (THC), l’ingrédient psychoactif de la marijuana, ou de papier à rouler.

Eviter de respirer toutes les fumées

Le Pr Springer juge que, dans le contexte américain où de nombreux états légalisent la marijuana médicinale et récréative, il est important de comprendre les conséquences sanitaires de l’exposition à la fumée secondaire de marijuana. Il conclut que l’inhalation de la fumée doit être évitée, indépendamment du fait qu’elle vienne de tabac, de marijuana, ou d’autres sources.

David Bême

Créé le 29 juillet 2016

Sources :

One Minute of Marijuana Secondhand Smoke Exposure Substantially Impairs Vascular Endothelial Function. – Wang X, Derakhshandeh R, Liu J, Narayan S, Nabavizadeh P, Le S, Danforth OM, Pinnamaneni K, Rodriguez HJ, Luu E, Sievers RE, Schick SF, Glantz SA, Springer ML. – J Am Heart Assoc. 2016 Jul 27;5(8).(abstract accessible en ligne)

L’addiction aux drogues moins répandue en outre-mer qu’en métropole (Le Monde)

On fume moins, on boit moins, on se drogue moins dans les collectivités d’outre-mer qu’en métropole.

Ces affirmations, si elles vont à l’encontre des idées reçues, ne sont pas tout à fait nouvelles. Mais pour la première fois, l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) dispose d’une photographie complète et détaillée des usages de « drogues » (tabac, alcool, cannabis et autres) en Guadeloupe, en Martinique, à la Réunion et en Guyane, et ce, pour les personnes âgées de 17 à 75 ans. Les résultats, recueillis en 2014 par l’OFDT et l’agence Santé publique France et comparés aux données de la métropole, ont été rendus publics jeudi 28 juillet.

Lire la suite

La marijuana synthétique, tout sauf inoffensive

Imitation chimique du THC, l’élément actif contenu dans la marijuana en feuilles, le cannabis synthétique a une appellation faussement innocente. Comme l’explique à Dominique Arnoldi le professeur à l’Université de Montréal Jean-Sébastien Fallu, ce stupéfiant attire les consommateurs américains par son bas prix, mais il contient des produits variés et très peu connus qui peuvent causer des effets très néfastes sur la santé.

En plus d’être potentiellement addictif, le cannabis synthétique a des effets plutôt désagréables, explique Jean-Sébastien Fallu : « Beaucoup d’utilisateurs se sont plaints de palpitations, de sensations qu’ils ne connaissaient pas, et c’est pour ça d’ailleurs que plusieurs se retrouvent à l’urgence. » La marijuana synthétique a entraîné plus de 30 surdoses en une seule journée à Brooklyn, aux États-Unis, au début de juillet.

Cela fait longtemps que le cannabis synthétique est arrivé à Montréal, mais il est bien moins répandu qu’aux États-Unis. Les hypothèses avancées pour expliquer cette différence sont que la marijuana naturelle est beaucoup plus accessible et moins dispendieuse ici, en plus d’engendrer de plus faibles conséquences légales que lorsqu’elle est consommée chez nos voisins du sud.

AUDIO : La marijuana synthétique et ses risques : Entrevue avec Jean-Sébastien Fallu

Source

Drogue : «Quand je consommais, j’étais un vrai tyran…»

Comme les Alcooliques anonymes, les narcodépendants se rendent à des réunions hebdomadaires pour soigner leur addiction. Nous avons suivi l’une d’entre elles.

Comme leurs grands frères des Alcooliques anonymes, ils sont installés en cercle autour d’une table. Comme eux, ils se présentent par un prénom suivi de la formule : « Bonjour, je suis dépendant », à laquelle les autres répondent en écho. Dans cette salle de l’hôpital européen Georges-Pompidou (Paris XVe), ces hommes et ces femmes (une vingtaine au total) sont membres des Narcotiques anonymes. Les NA, pour faire plus simple. Et ce qui frappe immédiatement lorsqu’ils se mettent à parler, c’est qu’à aucun moment le « produit », source de leur dépendance, n’est nommé. Héroïne, cocaïne, médicaments… on n’en saura rien.

Si l’association existe depuis 1953 aux Etats-Unis, elle n’a vu le jour en France qu’en 1984. Mais elle compte désormais 146 réunions hebdomadaires sur tout le territoire, dont 65 à Paris. Et c’est en France que se tient jusqu’à ce soir à Port-Marly (Yvelines) une convention européenne des NA, accueillant spécialistes des addictions et dépendants en rétablissement venant de toute l’Europe. La seconde chose qui marque chez les NA, c’est leur jeunesse. Beaucoup de trentenaires dans cette salle parisienne. En France, la moyenne d’âge des membres de cette fraternité est de 44 ans. L’âge de raison nécessaire sans doute pour reconnaître qu’on souffre d’« une maladie incurable mais dont on peut arrêter la progression ». C’est Sophie* qui vient de donner cette définition de la dépendance en lisant à haute voix l’une des douze étapes du programme de rétablissement.

Après cet autre rituel, inspiré aussi des Alcooliques anonymes, le modérateur de la réunion souhaite faire parler ses camarades « de l’envie de consommer ». Les mains se lèvent pour prendre la parole. Eric se dit « speed et angoissé ». Il va bientôt déménager à Barcelone, en Espagne, avec femme et enfants. Cela fait plus de vingt ans qu’il vient dans ces salles. « Je suis ravi mais j’ai peur. Barcelone est une ville pleine de tentations… et je bosse avec un mec qui consomme. Je ne dirai pas que j’ai eu une envie de consommer, mais plutôt une petite pensée pour un produit que je n’ai pas pris depuis très, très longtemps. »

38% de femmes

Un autre se lance. Lui a arrêté depuis huit ans. « Je me rends bien compte que j’ai déplacé ma dépendance vers mon travail. Je suis dans un tel état de fatigue que j’ai l’impression d’être défoncé, et je n’aime pas du tout cet état flottant. » Au tour de ce quadra, amateur de musiques électro. « J’ai fait mon premier concert clean, mais j’y suis allé avec ma femme car, comme je le redoutais, j’ai eu très envie de consommer. Quand je consommais, j’étais un vrai tyran domestique. J’ai toute une pile de tabourets cassés à la maison… mais j’en ai recollé deux ce week-end. »

Chez les NA, les femmes sont moins présentes (38 %). Laurence est l’une d’elles. Elle travaille dans un hôpital et raconte la minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat de Nice. « Si j’avais consommé, soit je ne serais pas venue, soit je me serais effondrée en larmes pour que 300 personnes s’occupent de moi. » Fin de l’intervention, silence respectueux. Le modérateur enchaîne, bouleversant. « Je n’arrive pas à vivre avec ça à proximité. J’ai quitté un associé qui consommait, un pote en rechute et là, après quinze ans de mariage, c’est ma femme qui découvre la consommation. Elle trouve ça génial, tout lui réussit, mais moi, comment je gère ça, moi ? Un pote, un associé, on peut arrêter de les voir mais sa femme ? »

* Tous les prénoms ont été changés.

280 000 accros en France

280 000 personnes sont considérées comme des consommateurs problématiques de drogues, parce qu’ils se l’injectent par voie intraveineuse, qu’ils prennent régulièrement des opiacés (héroïne, anti-douleurs à base de codéine ou de morphine), de la cocaïne ou des amphétamines. Plus grande association mondiale d’entraide pour les dépendants aux drogues, Narcotiques anonymes (NA) organise 63 000 réunions par semaine dans 132 pays. Avant de venir, près de 90 % des gens ont tenté d’arrêter seuls et 66,7 % fait des cures de sevrage. Si l’alcool est un sérieux problème pour 88,5 % des membres, la plupart sont polyconsommateurs. Plus de 80 % fument du cannabis, 71,5 % prennent de la cocaïne, 62 % des opiacés, 59 % des anxiolytiques.

D’après une étude de 2014, 43 % des personnes ayant suivi un programme NA n’ont pas rechuté et reconstruisent leur vie. 89 % ont retrouvé des liens sociaux et 79,2 % voient une amélioration des relations familiales. 72,2 % admettent redécouvrir des centres d’intérêt.

Source 

Les drogues et la race en Grande-Bretagne

La pénalisation de la consommation de stupéfiants au cours du XXe siècle en Grande-Bretagne s’est développé comme moyen de contrôler les classes « dangereuses », en particulier les populations racisées. Ce texte est une version adaptée, avec l’autorisation de l’auteure, du chap. 2 du livre Race and Drug Trials: The Social Construction of Guilt and Innocence (1999). Traduction et adaptation : A. C. Zielinska. Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :