Tous nos voeux pour 2017

Le CNPERT  est heureux de vous souhaiter  une bonne et heureuse année. 

A ses souhaits de bonheur personnel,  il ajoute ceux de voir se développer une véritable  politique de lutte contre les drogues, cohérente et responsable et un enseignement clair et précis des risques graves qu’elles font courir, en particulier aux plus jeunes .

Avec nos sentiments  fidèles, déterminés et dévoués.

 

Publicités

Légalisation du cannabis. Les jeunes Américains consomment davantage

Une étude américaine menée dans deux États américains ayant légalisé la marijuana depuis 2015 assure que la consommation de cannabis a augmenté de 2 % à 4 % chez les adolescents. La perception négative de la substance a, elle, chuté de 14 % et 16 % chez les 13-16 ans. Les chercheurs de l’université de Californie à Davis (UC Davis) et de l’université de Columbia préconisent que la loi sur la légalisation soit accompagnée de programmes de prévention et de sensibilisation.

Depuis 2015, neuf États américains ont légalisé le cannabis pour un usage récréatif et vingt-six pour un usage médical. Les chercheurs de l’université de Californie à Davis (UC Davis) et de l’université de Columbia se sont donc penchés sur les conséquences de cette légalisation sur la consommation de marijuana chez 254 000 adolescents, habitants notamment les États de Washington et du Colorado.

« L’impact potentiel chez les adolescents est préoccupant »

Bilan : Dans leur étude publiée dans la revue Jama Pediatrics, nos experts assurent que chez les 13-14 ans et 15-16 ans, la consommation du cannabis aurait augmenté respectivement de 2 % et 4 % dans l’État de Washington.

Source

Cannabis: la rétine serait moins réactive chez les fumeurs réguliers

La rétine des consommateurs de cannabis réagirait moins vite à la lumière, conclut une étude du CHU de Nancy.

Il faudrait en moyenne 10 millisecondes supplémentaires à la rétine d’un usager régulier de cannabis pour réagir à un signal lumineux. C’est la conclusion d’une première étude pilote publiée par le JAMA Ophtalmology sur les conséquences de la consommation régulière de cannabis. «Cela correspond à un temps de réaction 10% plus important, ce qui est un retard significatif», souligne le Dr Vincent Laprévote, praticien hospitalier au Centre Psychothérapique de Nancy, et coordinateur de l’étude.

Cette étude fait partie d’un programme de recherche, «Causa Map», dirigé par l’équipe du CHRU de Nancy, financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les conduites addictives (MILDECA). Son objectif est d’évaluer «l’impact de l’usage de cannabis sur le cerveau humain au travers de la vision, une fonction impliquée dans la conduite automobile et les accidents de la voie publique.»

10 millisecondes supplémentaires

Dans le cadre de cette étude pilote, 52 individus (28 fumeurs de cannabis réguliers et 24 ne fumant ni cannabis, ni tabac) avaient été recrutés pour passer un électrorétinogramme, examen qui permet de mesurer les réactions de la rétine à des signaux lumineux. Au préalable, ils avaient répondu à un questionnaire sur leurs habitudes de consommation et effectué un test urinaire pour vérifier qu’ils n’étaient pas positifs à d’autres drogues. En moyenne, les consommateurs fumaient depuis six ans, environ 20 joints par semaine. Aucun n’était sous l’effet du cannabis lors du passage du test.

«Chez les consommateurs réguliers, nous avons mesuré un retard de traitement de l’information par leur rétine», affirme Vincent Laprévote. «En revanche, il n’y avait pas de baisse d’amplitude de ce signal.» En d’autres termes, les personnes qui fument régulièrement du cannabis reçoivent le même signal que les individus non-fumeurs. Mais elles le captent au bout de 98.6 millisecondes, contre 88.4 millisecondes pour les personnes abstinentes.

Si les chercheurs ont analysé la vision, c’est qu’ils estiment que «le système visuel peut nous donner des indications sur le fonctionnement du cerveau chez les usagers de cannabis». En effet, la rétine est une extension du système nerveux central, autrement dit, une extension du cerveau.

La question du tabac

«Il reste à définir si ce ralentissement a des conséquences sur le comportement des usagers, et si ces derniers ressentent qu’ils sont plus lents», nuance le Dr Vincent Laprévote. Un enjeu important: 10 millisecondes de retard à réagir, cela correspondrait à près de 3 mètres parcourus par une voiture lancée à 100 km/h. «Par ailleurs, il faut déterminer si les conséquences du cannabis sur la rétine sont réversibles lorsqu’un individu arrête sa consommation.»

« Le système visuel peut nous donner des indications sur le fonctionnement du cerveau chez les usagers de cannabis. »

Dr Vincent Laprévote

Le Dr Vincent Laprévote assure également qu’il faut encore être «extrêmement prudent notamment à propos des effets du tabac sur la rétine». En effet, chez les sujets tests, 21 des 28 consommateurs de cannabis étaient également consommateurs de tabac. Pour le chercheur, il semble malgré tout «peu vraisemblable d’affirmer que le facteur tabac puisse faire varier le temps de réaction de la rétine à la lumière.» Il n’y a en effet pas «d’études qui viennent démontrer l’impact du tabac sur la vitesse de traitement de l’information de la rétine.» Les effets du cannabis avaient, eux, déjà été démontrés sur des rétines de souris.

Causa Map

De nouvelles études, d’ampleur plus importante, vont donc être menées dans le cadre de Causa Map. Ainsi, les chercheurs prévoient notamment une étude sur la persistance des effets chez 30 individus qui sont en passe d’arrêter le cannabis. L’accompagnement est d’ailleurs au cœur du programme Causa Map qui «propose d’aider les consommateurs à diminuer ou à arrêter», assure Vincent Laprévote.

En 2014, 42% des adultes de 18 à 64 ans avaient expérimenté le cannabis et 3 % en étaient des fumeurs réguliers, selon les données de l’OFDT (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies). Chez les jeunes de 17 ans, 48% l’avaient expérimenté et 9% fumaient régulièrement.

Source

Les AVC en hausse chez les moins de 55 ans

L’hypertension avant 50 ans, qui multiplie par six le risque d’AVC, doit absolument être prise en charge.

Étude après étude, la tendance se confirme: les moins de 55 ans sont de plus en plus exposés au risque d’attaque cérébrale. Alors qu’au cours des dernières décennies le nombre d’accidents vasculaires cérébraux n’a cessé de diminuer, il augmente régulièrement chez les plus jeunes, comme l’a encore démontré une étude publiée fin novembre sur le site du journal de l’American Heart Association.

Les chercheurs américains ont analysé les dossiers médicaux ouverts dans le New-Jersey en raison d’un AVC entre 1995 et 2014. Soit 225.000 cas, qu’ils ont répartis par décennies de naissances. Résultat:  sur la période observée, seuls les baby-boomers, nés entre 1945 et 1954, voient leur taux d’AVC diminuer. À l’inverse, sur la même période, chez les 35-39 ans, il a doublé!

Ce résultat conforte les données récoltées par l’équipe du registre des AVC de la ville de Dijon, publiées en mars dernier dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire. Elles confirment la hausse des AVC avant 55 ans aussi bien chez l’homme que chez la femme. «Cette hausse concerne surtout les accidents ischémiques», précise le professeur Yannick Béjot, neurologue au CHU de Dijon et directeur scientifique du registre des AVC. C’est-à-dire les AVC liés à l’obstruction d’une artère. La fréquence des AVC par hémorragie est, elle, restée relativement stable.

Dépression et fatigue

Comment expliquer cette tendance? Un mode de vie plus sédentaire, une augmentation du diabète, de l’obésité et de l’hypertension sont des causes pointées du doigt par les chercheurs américains et l’équipe du Pr Béjot. «À Dijon, 70% des personnes qui font un AVC sont hypertendues. Il faut le répéter, une hypertension avant 50 ans, se prend en charge car elle multiplie par 6 le risque d’AVC», insiste le neurologue.

Autre hypothèse: la consommation de cocaïne ou de cannabis. «Le cannabis pourrait agir selon deux mécanismes d’action: il provoquerait des spasmes des artères et favoriserait la formation de caillots sanguins.»

Les moins de 55 ans représentent aujourd’hui environ 10% des personnes terrassées par une attaque cérébrale. Ce n’est donc pas un événement rare. «Ils doivent se rendre compte que l’accident vasculaire cérébral ne touche pas uniquement les plus vieux, et les conséquences sont souvent plus débilitantes que celles d’une crise cardiaque – vous laissant vivre pour 30 à 50 ans avec un handicap physique», met en garde Joel N. Swerdel, l’auteur principal de l’étude américaine

Entre 10 et 20% des victimes conservent un handicap modéré et 10% un handicap sévère entraînant une dépendance

Car, même si la prise en charge s’est nettement améliorée faisant chuter la mortalité, entre 10 et 20% des victimes conservent un handicap modéré et 10% un handicap sévère entraînant une dépendance. De plus, seules 50 à 70% d’entre elles pourront reprendre le travail dans les huit mois et un quart nécessiteront un aménagement de poste. Autre conséquence de l’AVC chez les plus jeunes: la dépression et la fatigue qui frappent la moitié d’entre eux.

La seule arme efficace pour enrayer cette tendance reste la prévention. Le professeur Yannick Béjot prépare une application, calquée sur un modèle américain, qui permet de calculer son niveau de risque et ainsi d’adapter son mode de vie.

Source

Le débat sur la légalisation du cannabis – version i-Télé.

Le 21 décembre, de 21h30 à 22h, I-Télé organisait un « débat » sur la légalisation du cannabis.

Il réunissait : – un psychanalyste (inconnu) qui était censé restituer les aspects sanitaires de cette drogue, ce dont il ne dit pas un mot (plus habitué par profession à écouter qu’à parler ?) ;

  • – un député socialiste acquis à cette légalisation, balbutiant  quelques réserves mineures, pour faire croire qu’il y avait réfléchi ;
  • – Mr G. Bachelay, député socialiste, porte parole d’un candidat à la primaire du P.S., Benoit Hamon prolégalisateur ; enfin,  était interviewée à distance
  • – une économiste toulousaine, faisant miroiter tous les avantages économiques que comporterait une telle légalisation.

De pluralité politique, nenni ; de diversité d’opinion pas davantage, de présentation des méfaits sanitaires, sociaux et sociétaux, vous n’y pensez-pas.

Quant à me plaindre de cela auprès de la chaine, je dois, pour être sincère, restituer que vers 16h ce jour là j’ai eu un appel téléphonique d’une collaboratrice de la chaine, qui savait que j’étais rouennais et qui me demandait si je pouvais être à 21h dans leur studio, pour porter la contradiction aux invités. C’était impossible, vous l’imaginez,  comme elle devait elle-même l’imaginer. Cependant, si la chaîne avait à s’expliquer sur l’absence criante de pluralisme, elle  pourrait affirmer que les contradicteurs invités s’étaient défilés…

Professeur J. Costentin

  • auteur, aux éditions Odile Jacob, de « Halte au cannabis » (2007)
  • et de « Pourquoi il ne faut pas dépénaliser l’usage du cannabis » (2013)

Cannabis K2 : une drogue de synthèse 85 fois plus puissante que la naturelle

Les drogues de synthèse, à la composition chimique en perpétuelle évolution, sont responsables d’un nombre croissant d’overdose aux Etats-Unis.

Quand 33 personnes se sont effondrées sur les trottoirs de Brooklyn durant une seule journée de juillet dernier, les spécialistes de santé ont tout de suite pensé à un coupable : le cannabis de synthèse, que l’on peut acheter sur Internet et dans certaines épiceries sous le nom de K2, ou de Spice.

Quelques mois après cet incident, une étude publiée dans le New England Journal of Medicine cette semaine confirme ces premiers soupçons. Surtout elle révèle que ce cannabis de synthèse était en fait 85 fois plus puissant que la vraie marijuana.

Pour expliquer cette « épidémie de zombies » – c’est ainsi que les personnes qui ont appelé les secours décrivaient les personnes en train de faire une overdose – Roy Gerona, professeur assistant au laboratoire de toxicologie clinique de l’Université de Californie a analysé la composition chimique d’un des paquets de cannabis de synthèse découverts sur la scène. Il a réussi à déterminer que cette drogue – appelée avec le poétique nom de « AK-47 24 Karat » –  était un cannabinoïde synthétique, le AMB-FUBINACA, c’est-à-dire un analogue à la molécule AB-FUBINACA développée par Pfizer en 2009 comme puissant anti-douleur.

Plus de 540 nouvelles substances psychoactives en un an
Cet épisode tragique est le révélateur d’un mouvement de fonds aux Etats-Unis où les drogues de synthèses sont en plein boom. La composition chimique précise de ces drogues de synthèse est en perpétuelle évolution. Roy Gerona  explique dans son étude que « plus de 540 nouvelles substances psychoactives » ont été rapporté l’année dernière à l’Office des Nations Unies contre les drogues et les crimes. Cela a pour but de contourner la législation sur les drogues : il suffit de changer un tout petit peu la molécule pour qu’elle ne soit plus dans la liste des produits illicites. Mais cela rend également les conséquences médicales de ces drogues totalement imprévisibles.

Résultats : aux Etats-Unis, les overdoses au cannabis synthétique sont en pleine explosion. Selon les centres d’information toxicologiques, cités par la chaîne d’information américaine CNN, 5300 personnes ont été exposées au cannabis synthétique durant la première semaine de juillet, contre 3600 durant toute l’année 2015.

Source

Le fonctionnement de la rétine est fortement perturbé par l’usage du cannabis

Le cannabis a une incidence sur le fonctionnement de l’œil :

les chercheurs du programme CAUSA MAP le mettent en évidence pour la première fois au monde

retine-photo-des-chercheursLe fonctionnement de la rétine est fortement perturbé par l’usage du cannabis : c’est la conclusion de l’étude menée par des chercheurs du CHRU de Nancy et du Centre Psychothérapique de Nancy, le Pr Raymund Schwan et les Drs Vincent Laprévote et Thomas Schwitzer, publiée ce 8 décembre 2016 dans le journal scientifique américain réputé, JAMA Ophtalmology.

L’étude fait partie de CAUSA MAP, vaste programme de recherche initié et dirigé par l’équipe de Nancy, qui fédère des centres de Strasbourg et de Paris, et financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la Mission Interministérielle de Lutte contre les Drogues et les conduites addictives (MILDECA).

Cette étude est dite « préliminaire », parce qu’elle porte sur une partie des volontaires de CAUSA MAP, mais son résultat est jugé suffisamment innovant et important pour être publié avant la fin du recrutement des volontaires qui se poursuit actuellement.

Elle a été menée auprès de 52 volontaires (28 usagers réguliers de cannabis et 24 non exposés) à partir de la mesure des courants électriques des cellules nerveuses de la rétine grâce à un électrorétinogramme. Cet examen, réalisé soit en neurophysiologie clinique ou en ophtalmologie, permet de diagnostiquer certaines anomalies de la rétine.

Cette recherche, qui n’avait encore jamais été menée sur l’être humain, montre scientifiquement que les yeux d’un consommateur régulier de cannabis ont un important retard dans leur réponse à un signal lumineux.Ce résultat est interprété comme une altération dans la communication entre les cellules nerveuses de la rétine sous l’influence du cannabis. Une démonstration qui ouvre de nombreuses perspectives, puisque la vision est impliquée dans les actes de la vie quotidienne, et en particulier, dans la conduite automobile.

Les équipes de recherche nancéiennes entendent poursuivre leurs explorations pour estimer les conséquences de ce retard rétinien sur l’ensemble de la fonction visuelle.

Ce sont les cellules ganglionnaires de la rétine qui ont été explorées car leur fonctionnement est très proche de celui des neurones du cerveau humain et elles sont plus faciles à étudier.

Concrètement, les volontaires, ont répondu à des questionnaires de santé et de consommation de substance, passé un examen urinaire, des tests de mémoire et d’attention, puis des tests visuels par électrorétinogramme et d’autres par électroencéphalogramme pour mesurer l’activité du cerveau.

Les usagers réguliers de cannabis participant à cette étude fumaient au moins 7 joints par semaine et ont été recrutés, tout comme les volontaires non exposés, par un appel presse et affichage. Des conseils pour arrêter de fumer ont été systématiquement proposés à tous les participants.