« LE TERME ‘CANNABIS THÉRAPEUTIQUE’ EST UN ABUS DE LANGAGE »

Les députés de la mission d’information sur « la réglementation et l’impact des différents usages du cannabis » ont auditionné ce mercredi deux professeurs membres de l’Académie de médecine et de l’Académie de pharmacie.
Une heure de discussion au cours de laquelle le toxicologue (Professeur Jean-Pierre Goullé) et le pharmacologue (Professeur Jean Costentin) ont battu en brèche les arguments en faveur d’une légalisation à court-terme du cannabis pour ses usages thérapeutiques.

Une douche froide. Devant les députés, les professeurs Jean-Pierre Goullé et Jean Costentin, des Académies de médecine et de pharmacie, ont délivré véritable réquisitoire contre les usages supposés bénéfiques du cannabis dit « thérapeutique« . Une intervention qui, selon Robin Reda (LR), le président de la mission d’information, vient « perturber l’unanimité politique » autour de l’expérimentation adoptée à l’unanimité par les députés, en octobre dernier.

Confusion sémantique

Les deux Professeurs ont martelé l’impossibilité, selon eux, d’utiliser le qualificatif « thérapeutique » à propos du cannabis, celui-ci n’étant pas un médicament. Un médicament étant l’extraction d’un principe actif, généralement issu d’une plante, qui est ensuite purifié, raffiné et contrôlé, pour déboucher sur une substance dûment contrôlée par la méthode des doubles panels, l’un avec un placebo, l’autre avec le principe actif. Or, selon les deux experts, dans le cas de l’essai lancé, ce qui est testé n’est pas un principe actif mais un « mélange végétal composé de 200 principes actifs différents » ce qui ne peut, indiquent-ils, « apporter les garanties qui définissent un médicament ».

Cliquez sur la flèche

Tout au long de leur audition, les deux professeurs ont assuré que l’étude des principes actifs du cannabis, que ce soit le THC (Tétrahydrocannabinol) ou le CBD (Cannabidiol), n’a jamais débouché sur la création de médicaments, du fait d’un rapport « bénéfice/risque » toujours défavorable.

Seule exception, le Nabilone, un traitement destiné à lutter contre les nausées provoquées par la chimiothérapie et contre les douleurs chroniques. Une rare exception, selon eux, malgré un investissement « considérable » de laboratoires pharmaceutiques pour parvenir à un médicament cannabinoïde bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché.

Le cannabis dit « thérapeutique » est à leurs yeux un « abus de langage », concluent-ils.

« Je vous rappelle que selon la conclusion de l’Académie de médecine c’était ‘un faux-médicament, une vraie drogue’. A ce jour, à cette heure, nous en sommes toujours au même point. »Professeur Jean Costentin

CBD/THC, une distinction trompeuse du ‘cannabis bien-être’ ?

Le pharmacologue Jean Costentin s’est également montré peu disposé à défendre l’intérêt d’un cannabis CBD (Cannabinoïde), vu comme un bon cannabis aux vertus relaxantes, face à un THC (Tétrahydrocannabinol), vu comme le mauvais cannabis avec des molécules psychoactives classées comme produit stupéfiant. Il a notamment mis en garde contre une possibilité méconnue de transformation du CBD, au contact du PH acide de l’estomac, en THC pour « une partie significative » du produit, si celui-ci n’est pas encapsulé dans une gélule protectrice.

Cliquez sur la flèche

Mises en garde sur la schizophrénie

Abordant cette fois la question du cannabis récréatif, les professeurs ont rappelé aux députés les différentes études qui font état d’une forte hausse de la proportion de jeunes adultes développant une schizophrénie après avoir consommé du cannabis durant leur adolescence.

Le professeur Jean Costentin assure qu’une étude néo-zélandaise aurait établi que 2,5% des jeunes adultes développaient une schizophrénie suite à la consommation de cannabis entre 15 et 18 ans (au lieu de 1% habituellement). Un chiffre qui s’élèverait à 10% pour les jeunes ayant consommé du cannabis entre 12 et 15 ans. « Le lien est devenu désormais parfaitement irréfragable ! », a affirmé le pharmacologue devant les députés.

Durant cette audition, les députés de la mission d’information ont questionné les deux professeurs sur les demandes pressantes de patients contraints de se rendre dans d’autres pays pour se procurer du cannabis afin de soulager leurs douleurs. Un effet bénéfique réfuté par Jean Costentin notamment en raison de sa durée limitée dans le temps : « Une des caractéristiques des effets du THC c’est un phénomène de tolérance. Un produit tel que le THC voit au long cours son efficacité diminuer et disparaître. »

A l’issue des débats, le sentiment qui prédomine est que les certitudes d’hier sur les délimitations du cannabis « bien-être », « thérapeutique », et « récréatif », et sa « filière chanvre », sont peut-être plus floues qu’il n’y paraissait sur certains aspects.

Les députés ont poursuivi leurs auditions de l’après-midi avec des associations, un exploitant agricole et un responsable de collectivité locale. La mission d’information a jusqu’à la fin de l’année pour, au fil de son travail et de ses auditions, se forger une conviction sur l’évolution éventuelle de la législation française en matière de cannabis.

Source : LCP (La Chaîne Pärlementaire)

« L’expérimentation du cannabis thérapeutique risque de décevoir malades et scientifiques »

Dans une tribune au « Monde », le neurochirurgien Marc Lévêque, spécialiste de la douleur, doute de l’intérêt médical de ce psychoactif, dont l’expérimentation devrait débuter en France à partir de septembre.

Du cannabis dans une serre, à Fairbanks, en Alaska.
Du cannabis dans une serre, à Fairbanks, en Alaska. ERIC ENGMAN / AP

Bientôt débutera, en France, l’expérimentation du cannabis médical. Une perspective qui insuffle de l’espoir, beaucoup d’espoir, chez de nombreux malades, notamment ceux souffrant de douleurs rebelles. Cette espérance est-elle raisonnable ?

Le chanvre – cannabis en latin – est l’une des premières plantes domestiquées par l’homme ; son usage psychotrope est attesté, en Chine, dès 2500 av. J.-C. Pourtant, depuis cinq ans, le « cannabis thérapeutique » est présenté comme un médicament du futur pour la prise en charge de la douleur. Comment se fait-il que l’on découvre, avec plus de quatre mille ans de retard, les vertus antalgiques de ce végétal ? Cela alors que les propriétés analgésiques du pavot, dont l’incision des capsules donne un suc – opium en grec – laiteux, sont appréciées depuis la haute Antiquité. Pourquoi une drogue aussi ancienne et connue que le cannabis n’a pu être, jusqu’à présent, proposée dans une affection aussi fréquente que la douleur ?

Lire aussi L’expérimentation thérapeutique du cannabis prévue pour « septembre »

A vrai dire, il est fait mention du chanvre indien dans la pharmacopée occidentale du XIXe siècle, mais essentiellement pour la douleur aiguë. L’ivresse et l’assoupissement qu’il procure sont proches de ceux de l’alcool. Au sujet de cet autre analgésique végétal, le chirurgien lyonnais de la Révolution Marc-Antoine Petit déclarait que « le vin a toutes les qualités et tous les dangers de l’opium, il peut donc être administré dans tous les cas où l’opium semblerait convenir ». Tout comme la morphine, un consensus médical existera, jusqu’à il y a peu, pour ne pas prescrire ces substances, en raison de leurs potentiels effets addictifs, dans la douleur chronique non cancéreuse.

Profitable à de rares patients

En 2015, l’analyse de onze études ayant comparé les cannabinoïdes à un placebo a démontré « un effet analgésique modeste » dans la douleur chronique non cancéreuse. Difficile de savoir si ce faible bénéfice est à mettre au crédit des effets anxiolytiques et hypnotiques du produit ou d’une véritable antalgie. Parmi les composants de la plante, le THC (tétrahydrocannabinol), psychotrope considéré comme stupéfiant, est à l’origine des effets relaxants, tandis que le CBD (cannabidiol) serait responsable des vertus antidouleur. Dans la pratique clinique, on peut considérer que le cannabis est profitable à de rares patients : ceux souffrant de douleurs liées à une lésion du cerveau ou de la moelle épinière associée à une spasticité, comme dans la sclérose en plaques.

Source

« Pour une offre plus responsable d’alcool » :

Une nouvelle signalétique pour rappeler l’interdit de vente aux mineurs

charte_vente_alcool_mineur_distrib_princ_300x115_.png

La charte d’engagements « Pour une offre plus responsable d’alcool » a été signée à la MILDECA en 2019 par l’ensemble des acteurs de la distribution : la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD, fédérant 50 enseignes) ainsi que le Groupement Les Mousquetaires et le Mouvement E. Leclerc et Epiciers de France).

Avec cet engagement ce sont au total près de 20 000 points de vente accueillant environ 10 millions de clients par jour, qui se sont engagés aux côtés de la MILDECA pour mettre en œuvre l’une des priorités du Plan national de mobilisation contre les addictions 2018-2022 : « Mieux encadrer la vente des boissons alcooliques ».

Les travaux menés depuis plusieurs mois dans le cadre de la mise en œuvre de ces engagements prévoient notamment l’apposition en magasin et sur les supports commerciaux d’une signalétique visant à rappeler l’interdit de vente d’alcool aux mineurs ainsi qu’à mieux informer le grand public sur les nouveaux repères de consommation d’alcool à moindre risque.

Cette signalétique rénovée prend la forme d’une charte graphique (élaborée par Santé publique France et validée par l’ensemble des représentants des enseignes) associée à différents formats réunis au sein d’un kit complet de communication, jalonnant le parcours client tant en magasin que sur le web.

L’utilisation de ces éléments graphiques est le résultat d’un engagement volontaire des enseignes intégré dans leur démarche de responsabilité sociale d’entreprise (RSE) et ne revêt donc pas de caractère obligatoire ou réglementaire. Par ailleurs, afin d’assurer le suivi conjoint des engagements pris dans le cadre de la charte d’avril 2019, les pouvoirs publics ont demandé aux enseignes signataires d’organiser en interne une remontée d’information afin de pouvoir évaluer la diffusion effective de la signalétique.

Source

Une nouvelle drogue menace les Lycéens

20 adolescents à l’hôpital

TF 1 le 13 Février 2020 : début 14′ 28″

vidéo disponible jusqu’au 21/02/2020

Cette information de TF1 était annoncée dans « La lettre du CNPERT » de Janvier 2020

Alerte N°1 sur les ravages des drogues : l’ecstasy nouvelle, une drogue qui a tué en 2019 Pr J.-P. Goullé

L’ecstasy ou MDMA (méthylène-dioxyméthamphétamine) est une drogue de synthèse de la famille des amphétamines. Historiquement, sa diffusion en France a suivi l’essor du mouvement festif techno, elle est en outre recherchée plus spécifiquement pour ses effets empathogènes /entactogènes [améliorant chez de nombreux sujets leur
capacité à entrer en relation avec les autres (empathie) et à atteindre, pour soi-même, un état de sérénité permettant le contact avec son propre intérieur]. À forte dose, c’est une drogue hallucinogène qui peut entraîner une modification des perceptions sensorielles.

La MDMA est plutôt ingérée ; elle peut être aussi sniffée, et plus rarement fumée ou injectée. Elle provient majoritairement des Pays-Bas, premier pays de production en Europe occidentale. Le prix moyen d’un comprimé est de 10 euros (acheté moins de 1 euro par lot de 1000 en Belgique ou aux Pays-Bas). Après des années d’un oubli croissant, l’usage de ses comprimés fait un grand retour dans l’espace festif, par une
stratégie marketing de trafiquants issus de réseaux mafieux qui infiltrent les clubs, les discothèques et les teknivals.

Cinq pour cent des 18-64 ans ont expérimenté la MDMA/ecstasy en 2017, soit environ
1,9 million d’individus, tandis que la consommation dans l’année concernait 1,0% d’entre elle ; soit une progression d’un facteur 3 depuis 2010. Les tranches d’âge les plus concernées sont les 26 – 34 ans (8,5% d’expérimentateurs) et les 18 – 25 ans (7,0%).

Chez les jeunes de 17 ans, l’expérimentation s’établit en 2017 à 3,4%. Le 16 octobre dernier, le système européen d’alerte précoce (early working system ou EWS) de
l’Observatoire européen des drogues et toxicomanies, via son réseau, a diffusé une alerte destinée à tous les professionnels du secteur en contact avec des usagers
de drogues. Ils ont été prévenus que des comprimés très fortement dosés en MDMA circulaient au cours des derniers mois sur le marché. Il s’agit de comprimés dont les logos et les couleurs changent constamment (tête de singe/no hear, de couleur rose ; Nespresso, de couleur grise ; balance/soul, de couleur bleue ; tête de singe/no see, de couleur jaune) ce qui rend leur repérage extrêmement difficile. Ils renferment tous
entre 150 et 250 mg de MDMA.

Du fait de leur forte teneur en MDMA, Ils présentent un grand danger, la prise d’un seul comprimé pouvant menacer le pronostic vital. Depuis quelques années, les comprimés d’ecstasy ont des teneurs en constante augmentation pour atteindre des niveaux très
supérieurs à ce qui pouvait être observé dans les années 2000. Ainsi, alors qu’en 2009, la teneur moyenne dans un comprimé était de 44 mg, en 2017 elle atteignait en
moyenne 128 mg. Actuellement les teneurs maximales observées peuvent être supérieures à 300 mg par comprimé soit une dose très supérieure à celle
considérée comme toxique (environ 1,5 mg/kg de poids corporel).

Ces nouveaux comprimés, eu égard à leur forte teneur en MDMA, présentent des risques de complications graves (déshydratation, convulsions, coma, hyperthermie ou troubles cardio-vasculaires potentiellement mortels). Cette augmentation
considérable des teneurs est en lien avec les nouvelles formes d’ecstasy apparues sur le marché clandestin : des comprimés plus gros, aux couleurs plus vives et
avec des formes 3D représentant des logos de grandes marques connues. Récemment des jeunes  5 consommateurs festifs occasionnels parfaitement intégrés (étudiants du supérieur, y compris en médecine) se sont fait piéger par cette drogue d’un soir
et sont morts.

L’ecstasy, drogue festive par excellence, considérée jusqu’alors comme peu dangereuse, est devenue une nouvelle drogue tueuse. La cote d’alerte est dépassée dans le milieu de la nuit. Ainsi à Paris intra-muros, la brigade des stupéfiants fait état de 10 morts imputables à cette drogue au cours des 10 premiers mois de 2019, soit plus du tiers des décès par surdose enregistrés au cours de la même période.

L’ecstasy, avec ses 10 morts, a tué davantage que la cocaïne (8 morts) ou que l’héroïne (7 morts). De plus, il s’agissait de victimes qui étaient en parfaite santé, contrairement à la plupart de celles dues à la cocaïne ou à l’héroïne. Face à ce nouveau danger, il convient d’informer et de prévenir non seulement les adolescents et les parents, mais aussi d’appeler les autorités à la plus grande vigilance.

La chute du business du cannabis au Canada

Près de 18 mois après la légalisation, le bilan est désastreux pour les entreprises du secteur, concurrencées par le marché noir.

Par Ludovic Hirtzmann
Dans l’usine de Smith Falls (Ontario), Canopy Growth fabrique des produits dérivés du cannabis (ici, du chocolat).
Dans l’usine de Smith Falls (Ontario), Canopy Growth fabrique des produits dérivés du cannabis (ici, du chocolat). Blair Gable/REUTERS

Les espoirs des entreprises du secteur du cannabis partent en fumée. Après une année 2019 décevante, les géants de la marijuana canadienne accumulent les mauvaises nouvelles depuis le début du mois. Aurora Cannabis a annoncé en fin de semaine le licenciement de 500 employés sur 1600. Un autre producteur, Tilray, a fait part de sa volonté de se séparer de 10% de ses effectifs début février. Plusieurs autres sociétés ont procédé à des suppressions de postes ces dernières semaines.

Presque un an et demi après la légalisation du «pot» comme les Québécois appellent le cannabis, le marché s’effondre. Depuis la légalisation de la marijuana le 17 octobre 2018, l’indice boursier du secteur, le Canadian Marijuana Index, s’est écroulé de 781 points à 178 points le 12 février. D’une capitalisation boursière de 4,9 milliards de dollars canadiens (3,3 milliards d’euros) au jour de la légalisation, le producteur de cannabis Aphria ne vaut plus aujourd’hui que 1,1 milliard (750.000 euros).

Méfiez-vous de vos souvenirs, surtout si vous consommez du cannabis

La consommation de cannabis augmente le risque de faux souvenirs, créés sous l’influence de la drogue.

Lors d’une étude auprès de 64 consommateurs occasionnels de cannabis, une équipe internationale de chercheurs a déterminé que le fait de fumer du THC (la partie psychoactive du cannabis) pouvait inciter les fumeurs à se créer de faux souvenirs ou à considérer comme réels des souvenirs qui leur ont été suggérés. Une découverte qui n’est pas anodine car cela augmente le risque de faux aveuxou de déclarations de témoins inexactes lors des enquêtes judiciaires.

Dans cette étude, oubliée dans le PNAS, les chercheurs ont évalué l’impact de l’intoxication au cannabis sur la production de faux souvenirs à la fois spontanés et basés sur des suggestions (désinformation) chez les consommateurs de THC. Ces derniers ont reçu une dose cannabis et ont ensuite été invités à participer à trois tests de mémoire distincts comprenant la lecture, la récitation de mots et le rappel d’événements basés sur la réalité virtuelle. Les chercheurs ont formulé leurs questions de manière à influencer les souvenirs des volontaires, parfois même en introduisant de fausses informations.

« Le cannabis semble augmenter la propension aux faux souvenirs » soulignent les auteurs de l’étude.

Source

« Les politiques n’ont pas pris la mesure du Défi de janvier sans alcool »

TRIBUNE

A l’issue de la première édition française du Défi de janvier, portée par des associations, trois personnalités du monde de l’addictologie s’interrogent sur le décalage entre la prise de conscience générale sur le sujet de l’alcool et celle des politiques.

Tribune. Pendant des décennies, les acteurs de santé publique ont semblé prêcher dans le désert lorsqu’ils détaillaient les conséquences, pourtant spectaculaires, de la consommation d’alcool dans notre pays.

Ni les dizaines de milliers de morts, ni les malades (bien plus nombreux encore), ni les handicaps, ni les violences ne semblaient en mesure de contrebalancer un discours sur l’alcool qui serait l’unique déclencheur de la fête, ou sur les traditions et l’art de vivre, dont seul le lobby alcoolier serait le détenteur et le gardien.

La mobilisation exceptionnelle, et inattendue à ce niveau, qui s’est produite autour du Défi de Janvier (Dry January à la française), est à cet égard révélatrice d’une bascule progressive de l’opinion. La consommation d’alcool, jusqu’alors naturelle, sinon obligatoire lors des rencontres amicales, amoureuses professionnelles ou autres, est désormais soumise à interrogation.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « Dry January », malgré le veto de l’Elysée

La prise de position du président de la République, dont l’opposition au Défi de janvier a été annoncée sur le site internet Vitisphere.com, a certainement attiré l’attention sur l’événement, mais ne saurait expliquer son retentissement.

Les médias, tous les médias, se sont d’ailleurs davantage intéressés à l’opération de mobilisation sociale qu’à sa péripétie politicienne. Les débats ont porté, à juste titre, sur l’intérêt pour chacun de faire le point sur sa consommation, sur la place que l’alcool prend dans sa vie, sur la capacité à maîtriser cette consommation et sur les bénéfices qu’on peut attendre d’une pause.

C’est d’ailleurs ici qu’est la révolution dans cette campagne de prévention : il s’agit d’expérimenter soi-même les bénéfices d’une pause et non simplement se voir rappeler les risques à consommer.

Source  Le Monde

%d blogueurs aiment cette page :