«Les jeunes qui fument doivent réfléchir»..

«Les jeunes qui fument doivent réfléchir»..Sécurité routière – Interview de Bernard Ladevèze, Directeur départemental et régional de la Prévention routière

«Les jeunes qui fument doivent réfléchir»..

La Prévention routière se réjouit de la généralisation des tests de dépistage aux stupéfiants…

C’est effectivement une bonne chose. Grâce au “DrugWipe”, le test anti-drogues, on a un test en quelques minutes seulement, très fiable qui plus est du point de vue de ses résultats. Et si le contrôle s’avère positif, la prise de sang obligatoire qui s’ensuit montre à la fois l’importance de la consommation de drogue et de quel produit il s’agit exactement. Je précise que Toulouse était en phase d’expérimentation depuis de longs mois sur ce test du DrugWipe.

Quel est le lien exact entre drogue au volant et accidentologie ?

Il est démontré que dans 14 % des accidents, on multiplie par deux le risque d’accident dès lors que l’on a fumé du cannabis.

Ce risque est certes multiplié par 8,5 en cas d’alcoolisation au volant, mais il est hélas démontré que l’association des deux, alcool et drogue, multiplie le risque d’accident par 14 ! Je crois que ce pourcentage doit vraiment faire réfléchir, à commencer les jeunes qui fument de plus en plus, je parle de consommation de drogue, la plupart du temps de cannabis.

Certains spécialistes parlent de catastrophe sociale sans mentionner les problèmes au volant…

C’est évidemment un tort. Je vais vous lister les conséquences de la consommation de cannabis au volant : difficulté à se concentrer et à rester attentif à l’activité routière autour de soi ; altération de la vision, de l’audition et des capacités de coordination ; temps de réaction allongé et capacité de contrôle de la ligne droite amoindri avec un conducteur qui zigzague facilement ; réponse détériorée en situation d’urgence, etc. Tout cela, on le constate dans bon nombre d’accidents mettant en scène des jeunes.

Celui qui prend ou fume de la drogue doit attendre combien de temps avant de reprendre le volant ?

Là aussi, il est prouvé que le cannabis reste plusieurs jours dans l’organisme avant de disparaître. Beaucoup croient alors être redevenus négatifs et pouvoir reprendre le volant sans risque, mais cela peut être une erreur. Il peut en effet y avoir résurgence de la positivité dans le sang en cas de choc émotionnel. C’est un élément loin d’être négligeable.

Quand le cannabis abîme la mémoire

Quels sont les effets de la consommation de cannabis à long terme sur les fonctions cognitives? Telle est la question que se sont posée les Drs Emilio Albanese et Reto Auer des universités de Genève et Lausanne. Leur étude, publiée dans la revue JAMA Internal Medecine*, a mis en évidence une diminution de la mémoire.

La consommation de cannabis est devenue très commune. Addiction suisse estime ainsi qu’un quart de la population des 15 ans et plus a expérimenté la fumette. C’est la substance illicite la plus souvent consommée en Suisse. Dans la plupart des cas, ce sont surtout les jeunes qui sont concernés. Mais, alors que plusieurs villes en Suisse envisagent une forme de légalisation du cannabis, quel est l’effet d’une consommation quotidienne sur le long terme?

Pour répondre à cette question, les docteurs Emiliano Albanese et Reto Auer, des universités de Genève et Lausanne, ont analysé les données d’une étude américaine menée pendant vingt-cinq ans (lire encadré). Les participants, hommes et femmes, étaient âgés de 18 à 30 ans au début de l’étude.

Parmi les 3385 personnes sur lesquelles des données sur la fonction cognitive étaient disponibles, 2852 (84,3%) ont dit avoir consommé du cannabis. Seules 392 (11,6%) ont continué à en consommer régulièrement, soit environ une fois par jour, pendant les 25 années de l’étude.

Perte de mots

Trois fonctions cognitives ont été évaluées. La fonction exécutive, soit la faculté de répondre à une question en tenant compte du contexte plutôt que de manière automatique. L’attention et la vitesse de traitement de l’information. Et enfin la mémoire verbale à court et long terme. Les deux premiers tests n’ont pas montré d’association directe entre des déficits et la consommation de cannabis de longue durée. Or on sait que le cannabis a un effet sur ce type de performances. Mais après corrections de différentes variables, les chercheurs n’ont pas pu le démontrer.

Par contre, ce lien était évident pour l’évaluation de la mémoire verbale. Il s’agit d’un test neuropsychologique classique. La personne évaluée doit se souvenir d’une liste de quinze mots. Là, les consommateurs réguliers de cannabis ont été désavantagés. Ils perdent en moyenne un mot de plus que les autres par cinq années de consommation cumulée.

Une perte significative, en particulier autour de la cinquantaine, moment où la mémoire commence souvent à flancher. «C’est un peu comme si les consommateurs réguliers de cannabis étaient plus vieux de cinq ans que les autres. Or cela survient à un moment où la perte de mémoire progressive est tout à fait physiologique. Si bien que les adeptes du cannabis subissent un vrai désavantage par rapport aux autres. Il importe qu’ils en soient avertis», estime Emiliano Albanese.

La poule et l’œuf

Est-ce que l’on n’inverse pas les données du problème en disant que le cannabis provoque des dommages cognitifs? Les gens qui ont déjà un léger déficit cognitif sont-ils plus enclins à consommer du cannabis? Une hypothèse qui pourrait aussi expliquer les résultats de l’étude.

Pour répondre à cette objection, les chercheurs ont retrouvé les tests cognitifs plus généraux passés par les participants au début de l’étude, alors qu’ils étaient encore jeunes. Et ils ont pu démontrer qu’il n’y avait aucune relation entre la fonction cognitive et le choix de consommer du cannabis. Voilà donc une idée reçue qui a vécu!

Informer le consommateur

Au fond, qu’apporte cette étude? On savait déjà que la consommation aiguë de cannabis était problématique pour les fonctions cognitives. Mais cette étude est la première à montrer que c’est aussi le cas pour une consommation quotidienne, sur le long terme.

Jusqu’ici la discussion sur la légalisation du cannabis n’a pas pris en compte cette réalité.

«Du point de vue de la santé publique, il faut informer le consommateur de possibles dommages sur le cerveau lors d’une consommation continue. Ce n’est pas acceptable de ne pas en parler. De la même manière que l’on avertit les fumeurs sur les paquets de cigarettes du risque de cancer encouru. Pour le cannabis, on peut imaginer de légaliser la consommation mais il faut aussi bien renseigner les individus. Leur dire qu’ils devront faire face à des troubles cognitifs à un âge pas très avancé finalement, soit après 50 ans environ», commente Emiliano Albanese.

Cela complète aussi le constat d’une étude néozélandaise qui a évalué la relation entre la consommation continue de cannabis et l’intelligence entre 15 ans et 30 ans. Ses résultats ont montré une légère réduction du développement de l’intelligence chez les consommateurs réguliers.

Plus de THC, plus de dommages?

Aujourd’hui, le cannabis en circulation contient beaucoup plus de substances actives ou THC (tétrahydrocannabinol) que dans les années 80. Est-ce que cela voudrait dire que les consommateurs actuels, qui auront 50 ans dans dix ou vingt ans, courent un plus grand risque de dommages cognitifs que ceux qui ont été évalués dans l’étude?

«Pour notre étude, nous n’avons pas pu analyser bien sûr le cannabis consommé, commente le professeur. C’est de toutes façons difficile à évaluer. Il faudrait mesurer ces quantités avec des biomarqueurs. C’est infaisable sur plusieurs années et dans une large population. Mais on peut partir de l’hypothèse qu’une consommation d’un produit plus concentré pendant une période plus courte, a les mêmes effets sur les fonctions cognitives qu’une consommation sur le long terme avec des produits moins concentrés (gradient biologique). »

CARDIA

Les données sur la consommation de cannabis ont été récoltées dans une vaste étude de cohorte réalisée aux Etats-Unis, nommée CARDIA, et incluant 5115 personnes, hommes et femmes, noirs et blancs, entre 18 et 30 ans. Le but de CARDIA était d’évaluer le risque de développer une maladie cardiovasculaire chez les jeunes adultes. De nombreuses données ont été collectées, dont la consommation de cannabis. Un suivi qui a duré 25 ans (1986-2011). Des tests cognitifs ont également été réalisés au début de l’étude et à la fin.

Source

Drogue: Une molécule contre les effets du cannabis en test dès le mois de septembre

Un laboratoire bordelais lancera dans quelques mois un essai de phase 1 pour une molécule révolutionnaire dans le domaine de l’addiction au cannabis…

Historiquement, elle aurait dû s’appeler « 007 ». Mais pour des raisons de protocoles scientifiques, c’est finalement un autre nom de code, un peu moins vendeur, qui a été choisi : « AEF117 ». Une molécule pour l’heure cantonnée aux pipettes des labos avant, peut-être, d’aider des fumeurs de cannabis dans les années à venir. En France, un demi-million de personnes roulent quotidiennement leur joint à base d’herbe ou de ­résine, avec les conséquences désastreuses que cela engendre à long terme sur la cognition ou la motivation, notamment chez les jeunes.

Pour y remédier, une équipe de recherche de l’Inserm à Bordeaux dirigée par Pier Vincenzo Piazza a mis au point cette molécule révolutionnaire contrant l’effet de l’addiction au cannabis. Après des expériences fructueuses sur le rat, le chat et le singe, un premier essai de phase 1 sur des volontaires sains (humains, donc) sera lancé en septembre, avant deux autres essais de phase 1 sur des toxicomanes au cannabis.

« Bloquer la plus grosse partie des effets intoxiquant du cannabis »

Pour comprendre l’effet de cette molécule, il faut d’abord saisir l’action de cette drogue sur le cerveau. Quand on fume, le principe actif du cannabis, le THC, active des récepteurs et provoque l’intoxication. Celle-ci s’accompagne d’effets de plaisir, sensation de relaxation, problèmes de mémoire, etc. Quand les concentrations de THC sont très élevées, chez des fumeurs fortement intoxiqués, le cerveau développe un mécanisme de détente en produisant une hormone, appelée prégnénolone.

« Nous avons prouvé que cette hormone va se développer dans un endroit spécifique des récepteurs et bloquer la plus grosse partie des effets intoxicants du cannabis », poursuit Pier Vincenzo Piazza. En clair, la prégnénolone constitue un mécanisme naturel de défense contre les effets néfastes du cannabis en empêchant le THC d’activer pleinement les récepteurs cérébraux.

Les chercheurs ont donc administré à leurs cobayes de la prégnénolone externe – non produite par l’organisme – pour en augmenter le taux dans le cerveau, permettant ainsi de bloquer les effets du cannabis (sensation de plaisir, relaxation, problèmes de mémoire). En réalité, « elle n’inhibe pas le cannabis, mais elle va le transformer. C’est comme si vous preniez une molécule différente qui n’est plus le cannabis. »

Le fumeur ressent autre chose

Dans le langage médical, on dit que ce médicament n’est pas « antagoniste ». Il n’empêche pas le THC de se lier à son récepteur, comme certains médicaments déjà présents sur le marché, mais il bloque l’effet d’addiction et de plaisir du THC. Le fumeur va donc ressentir un plaisir atténué. Le produit devient moins attractif pour le cerveau. Mais pour autant, la molécule ne transforme pas le cannabis en produit aversif, comme c’est le cas pour certains traitements contre l’alcoolisme, par exemple.

Les chercheurs se sont enfin heurtés à un écueil : en tant que telle, la prégnénolone n’est pas un produit ingérable. Elle est très mal absorbée par voie orale et sa durée de vie reste très brève dans l’organisme (20 minutes). Il a donc fallu en recréer une de façon artificielle : « Comme on ne peut pas l’utiliser, nous avons créé une classe pharmacologique qui ne connaît pas ces problèmes-là. On a fait appel à la chimie », glisse le chercheur avant de lancer ses essais de phase 1. S’ils sont concluants, l’équipe bordelaise enchaînera les phases de tests en espérant la commercialisation de ce médicament. Au mieux, à l’horizon 2020.

Source

Surdoses fréquentes de cannabis chez les visiteurs du Colorado depuis la légalisation

WASHINGTON | Un nombre grandissant de visiteurs qui se rendent dans le Colorado, premier État américain à avoir légalisé la vente du cannabis en 2014, se retrouvent aux urgences après avoir consommé cette drogue de manière excessive, révèle une étude publiée mercredi.

«Les visites aux urgences dues à la consommation de cannabis ont augmenté davantage chez les personnes qui ne résident pas dans le Colorado que chez celles habitant cet État», a ainsi constaté le Dr Howard Kim, de la faculté de médecine de l’Université Northwestern, principal auteur de cette étude parue dans le New England Journal of Medicine.

«Cela pourrait indiquer que les non-résidents de l’Etat ne sont pas bien informés sur les effets néfastes de la marijuana», estime-t-il.

Ces effets peuvent être de l’anxiété, des hallucinations, une altération des capacités mentales, des symptômes cardiovasculaires (accélération du rythme cardiaque, palpitations et hypertension), des douleurs gastro-intestinales ou des vomissements.

Plus fréquent avec des produits comestibles

Les chercheurs relèvent que les surdoses se produisent plus souvent quand cette drogue est consommée sous forme comestible, dans des biscuits par exemple, car les utilisateurs ne se rendent pas compte immédiatement des effets du cannabis.

«Les gens qui mangent des produits contenant de la marijuana ne ressentent aucun effet sur le moment, ce qui les conduit à en consommer davantage», explique le Dr Kim. «Et quand les effets se font sentir ils sont beaucoup plus puissants».

De plus, le contenu en cannabis de ces produits comestibles varie énormément, il est ainsi difficile de savoir quelle dose exactement est absorbée.

Les visiteurs dans le Colorado venant d’un autre Etat ou de l’étranger qui se sont retrouvés aux urgences hospitalières avec des symptômes de surdose de cannabis ont représenté 163 visites pour 10.000 en 2014, contre 78 pour 10.000 en 2012, soit une augmentation de 109%.

Parmi les habitants du Colorado, le nombre de ces visites est passé de 70 pour 10.000 en 2012 à 101 pour 10 000 en 2014, ce qui représente un accroissement de 44%.

«Nous avons noté que ces visiteurs extérieurs étaient venus dans le Colorado pour de toutes autres raisons que de consommer du cannabis: ils venaient rendre visite à de la famille ou pour affaires», précise le Dr Kim. Et «ils se sont retrouvés à l’hôpital parce qu’ils ont voulu essayer un peu de marijuana».

La plupart ont été soignés et ont pu rentrer chez eux après quelques heures.

Source

L’addiction au cannabis favoriserait la dépendance à l’alcool

Selon deux études récentes, les fumeurs réguliers de cannabis sont plus à même de développer une dépendance à d’autres substances addictives, dont l’alcool, à court terme.

L'addiction au cannabis favoriserait la dépendance à l'alcool

Attention, une addiction peut en cacher une autre. Deux nouvelles études viennent en effet de montrer que les fumeurs réguliers de cannabis présentent plus de risques de développer une dépendance à l’alcool que les non-fumeurs. La première étude, menée par des psychologues et des épidémiologistes des universités américaines de Columbia, de la ville de New-York et de Yeshiva, est publiée dans la revue Drug and Alcohol Dependence . Elle utilise les données d’une large enquête menée aux Etats-Unis (National Epidemiologic Study of Alcohol Use and Related Conditions ou NESARC) pendant deux périodes (2001-2002 puis 2004-2005). Les scientifiques se sont intéressés à un panel de 27 461 adultes volontaires. Principal résultat de cette étude : les participants qui fumaient de la marijuana pendant la première période (2001-2002) étaient 5,4 fois plus nombreux à souffrir d’alcoolisme en 2004-2005 que les personnes qui n’en fumaient pas. « L‘usage du cannabis est associé à une augmentation du risque d’abus d’alcool persistant sur une durée de trois ans chez les adultes américains« , concluent les auteurs de ces travaux. Une affirmation que semble confirmer une seconde étude, publiée quelques jours plus tard dans le JAMA Psychiatry  et menée cette fois-ci par des chercheurs américains et français en psychiatrie et en épidémiologie, de l’Institut National de la Toxicomanie (Bethesda, Etats-Unis), des universités de Columbia (Etats-Unis) et de Paris Descartes (France). Ces scientifiques ont ici aussi utilisé les données de l’enquête NESARC. Ils ont alors estimé la force de l’association entre usage de cannabis en 2001-2002 et désordres psychologiques liés à l’alcoolisme en 2004-2005 pour 34 653 personnes. Parmi tous ces participants, 1 279 adultes fumaient du cannabis en 2001-2002 et, trois ans plus tard, ceux-ci présentaient plus de troubles psychiques et addictifs (pour l’alcool, la nicotine et les autres drogues) que les autres sujets.

Prévenir sur les risques de dépendances multiples

Ce qui conduit ce second groupe de chercheurs à la conclusion suivante : « au sein de la population générale, l’usage de cannabis est associé à un risque élevé de dépendance à de nombreuses autres substances. » C’est pourquoi les deux études préconisent aux décisionnaires des programmes cliniques de cibler spécifiquement ce risque de dépendance multiple dans les actions de prévention. Selon Alcool Info Service, 8,8% des Français présentent une consommation d’alcool à risque chronique ou de dépendance, soit près de six millions de personnes. En parallèle, l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) estime à 1,4 million le nombre de personnes consommant régulièrement du cannabis dans notre pays.

Source

Cannabis : avant 16 ans, il altère le développement cérébral (Sciences et Avenir)

Les fumeurs réguliers de cannabis, qui ont commencé avant 16 ans, ont un développement du cerveau altéré.

ALERTE. En France, 2 % des élèves de classe de 3e et 6 % des élèves de 2nde consomment du cannabis au moins 10 fois dans le mois (chiffre 2011, enquête Inserm).

Alerte ! Car chez les fumeurs réguliers de moins de 16 ans, le cerveau risque de connaître une altération du développement.

Tel est le constat du Center for BrainHealth de l’université du Texas de Dallas, dans une étude publiée dans Developmental cognitive neuroscience. Cette étude s’est intéressée à 42 fumeurs adultes réguliers (au moins une fois par semaine), âgés entre 21 et 50 ans, qui ont accepté de répondre à un questionnaire et de passer une IRM. L’objectif était de comparer les anatomies cérébrales de deux catégories de fumeurs : ceux qui déclarent avoir commencé leur consommation avant l’âge de 16 ans (13,1 ans en moyenne) et les autres après (16,9 ans en moyenne).

Des changements cérébraux majeurs durant l’adolescence

Pour rappel, pendant l’adolescence le cerveau est soumis à des changements majeurs. Il connaît un affinement de la matière grise (neurones et connexions) du cortex, du à un élagage massif des synapses « inutiles » et au renforcement des plus utilisées. Par ailleurs, les fibres conductrices des neurones (matière blanche), elles, se myélinisent, c’est-à-dire s’entourent d’une couche de myéline qui va accélérer la conduction électrique. Globalement le ratio matière grise / matière blanche diminue donc, signe que le cerveau se spécialise et devient plus performant!

Telles sont les caractéristiques anatomiques que les chercheurs de Dallas, menée par le Dr Francesca Filbey, ont mesuré par IRM chez les fumeurs réguliers de cannabis, vingt fumeurs « précoces » et vingt-deux fumeurs « tardifs ».  Leur observation est sans appel : les vingt volontaires qui ont commencé à consommer du cannabis avant 16 ans présentent (à l’âge adulte !) un développement cérébral différent des autres. Pour être plus précis, l’IRM révèle que chez les fumeurs précoces l’épaisseur du cortex est plus importante (au lieu de s’affiner) et le ratio matière grise / matière blanche ne diminue pas.

Le plissement du cerveau, lui, décroit également. Et ce, notamment dans les zones du cortex temporal et frontal impliquées dans les fonctions cognitives supérieures incluant les fonctions exécutives, la mémoire et l’apprentissage.

La quantité de cannabis consommée influence l’étendue de l’altération du développement du cerveau

« Il n’y a pas que l’âge qui compte, ajoute de surcroît Francesca Filbey, auteure principale de l’étude. La quantité de cannabis consommée influence l’étendue de l’altération du développement du cerveau ». Avant l’âge de 16 ans, en effet, l’étendue des altérations du développement est directement proportionnelle à la quantité (en grammes) de cannabis consommée par semaine au cours des années.

Quid des fumeurs « tardifs »? Leur maturation du cerveau est-elle « normale »? Impossible à dire car la comparaison avec des cerveaux de non fumeurs n’a pas été faite. La question de savoir à quel âge la consommation n’altère plus le cerveau reste donc en suspend : « C’est une question intéressante, assure Francesca Filbey. Nous n’avons pas la réponse bien que nous commençons à la regarder de près. »

Source

SEVRAGE TABAGIQUE: Il ne justifie pas la banalisation du cannabis – Académie Nationale de Médecine

C’est l’avertissement lancé par l’Académie Nationale de Médecine qui dénonce et met en garde, depuis longtemps, contre les conséquences de l’usage du cannabis (*).

16 02 19 sevrage tabagiqueUne proposition faite récemment dans les médias sur l’intérêt de cette pratique pour aider au sevrage tabagique vient encore une fois inciter à la banalisation de l’usage de cette drogue.

L’Académie nationale de médecine a le devoir de rappeler que :

  • Les Français sont les plus grands consommateurs de cannabis parmi les 28 états membres de l’Union européenne ;
  • Le cannabis est une drogue dont le principe toxicomanogène, le tétrahydrocannabinol (THC), perdure plusieurs jours dans le cerveau.
  • Tout indique que la  » rencontre  » avec cette drogue intervient chez des sujets de plus en plus jeunes (dès le collège) ;
  • Les produits actuellement disponibles comportent un taux accru (d’un facteur 4 à 8) de leur teneur en THC comparativement au cannabis disponible il y a quelques années ;
  • Des dispositifs de plus en plus en usage (pipes à eau, nébuliseurs, vapoteurs) délivrent davantage de THC que le simple joint ;
  • Les effets enivrants du THC, utilisé isolément et plus encore en association avec l’alcool, les antihistaminiques, les benzodiazépines, et les reliquats matinaux d’hypnotiques, sont responsables d’accidents routiers, professionnels, ainsi que de comportements auto- ou hétéro agressifs ;
  • Les perturbations des activités éducatives, cognitives, induites par le cannabis ont un impact sur les performances intellectuelles ; le THC favorise la survenue de troubles neuro-psychiatriques qui peuvent être irréversibles.

 

L’éradication du tabac, qui doit constituer un objectif majeur de santé publique, ne saurait se faire au prix de la banalisation d’une drogue encore plus nocive.

 

Source : Communiqué 16 février 2016 Académie nationale de Médecine, Nicole Priollaud

lire aussi :

CANNABIS: L’Académie rappelle sa toxicité somatique et psychique

CANNABIS: Pourquoi il n’est pas et ne saurait être un médicament

Biblio

(*)   Dubois G. Le cannabis. Bull. Acad. Natle Méd. 2012, 196 : 759-760.

Costentin J. La situation actuelle du cannabis en France. Bull. Acad. Natle Méd. 2014, 198 : 517-526.

Goullé J.P., Guerbet M. Les grands traits de la pharmacocinétique du delta-9-tétrahydrocannabinol (THC) ; les nouveaux cannabinoïdes ; le cannabis et la sécurité routière. Bull. Acad. Natle Méd. 2014, 198 : 541-557.

Dervaux A., Krebs M.O., Laqueille X. Les troubles cognitifs et psychiatriques liés à la consommation de cannabis. Bull. Acad. Natle Méd. 2014, 198 : 559-577.

Costentin J., Goullé J.P., Olié J.P. A propos de l’expansion de la consommation de cannabis. Bull. Acad. Natle Méd. 2014