Nouvelles découvertes sur les dangers du cannabis

À propos du cannabis, vient d’être découvert un risque nouveau. Sans entrer dans les détails disons que fumer le cannabis accélère le cœur, fait monter la tension ‘où une diminution de l’oxygène qui arrive au cœur. Voilà qui expose à faire des troubles des coronaires de l’angine de poitrine et des infarctus. Chez les sujets jeunes le risque est très faible de l’ordre de 2 %. Mais compte-tenu du nombre de fumeurs qui ne cesse de progresser, il est évident que globalement cela représente une quantité de cas non négligeable. Mais surtout 25 % d’entre eux mourra. Ce sont des formes d’insuffisance coronaires difficiles à diagnostiquer car elles concernent des jeunes qui se plaignent de douleurs au niveau du cœur ; mais s’y ajoute souvent un contexte d’anxiété, d’excitation, voire de confusion.

De plus 250 enfants en très bas âges sont intoxiqués par du cannabis qui a traîné et qu’ils ont ingéré.

Nous avons de multiples fois mis en garde contre le « cannabis récréatif » qui entraîne une atteinte cérébrale se traduisant par un déficit cognitifLe Figaro du 15/11/2018 rend compte d’une étude effectuée auprès de jeunes âgés de 16 à 25 ans par le Massachussetts General Hospital. Le texte en est paru dans la fameuse revue Clinical Psychiatry.

Arrêter la consommation du cannabis entraîne une amélioration immédiate de la mémoire. « Cette évidence clinique est désormais prouvée par des études robustes en termes de qualité et de suivi des sujets sélectionnés, explique le Dr Geneviève Lafaye, spécialisée dans la prise en charge des adolescents et jeunes adultes » (Hôpital Paul Brousse de Villejuif). 

Outre la mémoire, sont altérés le sens de l’attention et le pouvoir concentration. Monsieur Trudeau le gauchiste qui dirige le Canada ferait bien de lire Le Figaro, lui qui vient de légaliser l’usage du « cannabis récréatif ».

À Denain dans le Nord près de Valenciennes, un jeune père du nom de Raphaël Gamez était addict des jeux vidéo. Il jouait de 20 heures à 4 heures du matin ; en tout 50 heures par semaine. Or le « trouble du jeu vidéo » est défini comme apparaissant à 30 heures. Alors qu’il jouait, son bébé Djason, 6 mois, s’est mis à pleurer. Il l’a frappé à mort. Son avocate a plaidé le « manque » de cannabis ; ce qui était tout à fait exact mais ce qui n’a pas arrangé son cas aux yeux du tribunal. Il a été condamné à quinze ans de prison. (Voix du Nord, 08/11/2018).

Jean-Pierre Dickès

Source

Publicités

La consommation de cannabis en France n’a pas été aussi élevée depuis 25 ans

La France comptait 5 millions de consommateurs de cannabis en 2017, dont 700 000 usagers quotidiens, selon les chiffres officiels. (PHOTO D'ILLUSTRATION)
La France comptait 5 millions de consommateurs de cannabis en 2017, dont 700 000 usagers quotidiens, selon les chiffres officiels. (PHOTO D’ILLUSTRATION) | JOSHUA RESNICK / FOTOLIA

En 2017, « le cannabis demeure la première substance illicite diffusée dans la population » avec 44,8 % des Français à l’avoir expérimenté, selon le Baromètre santé 2017 de Santé publique France sur plus de 20 000 personnes âgées de 18 à 64 ans.

Si la part des consommateurs dans l’année (11 %) n’a que légèrement progressé par rapport à la dernière enquête de 2014 (10,6 %), « les niveaux de 2017 s’avèrent être les plus élevés depuis 25 ans », soulignent les deux organismes.

Les 18-25 ans sont ceux qui consomment le plus

La tranche 18-25 ans reste la plus consommatrice, avec plus d’un jeune sur quatre (26,9 %) déclarant avoir fumé dans l’année, mais l’étude « observe avec le vieillissement des expérimentateurs, une consommation de plus en plus fréquente après 25 ans ».

« Il y a eu à la fin des années 90 une large diffusion du cannabis, avec près d’un ado sur deux à l’avoir expérimenté. C’est cette première génération expérimentatrice que l’on retrouve aujourd’hui », parmi les consommateurs plus âgés, explique à l’AFP Stanislas Spilka, l’un des auteurs de l’étude à l’OFDT. « Désormais, toutes les tranches d’âge sont concernées par des niveaux d’usage élevés », ajoute-t-il.

« L’entrée dans la vie professionnelle » n’arrête plus la consommation

Ainsi, la consommation dans l’année de cannabis concerne désormais 17,7 % des 26-34 ans, 9,4 % des 35-44 ans et 5,7 % des 45-54 ans. Cela démontre que « l’usage de cannabis […] persisterait après l’entrée dans la vie professionnelle », selon le baromètre.

À l’instar de l’alcool et du tabac, la situation professionnelle influence le niveau de consommation du cannabis : on trouve deux fois plus de consommateurs réguliers chez les chômeurs (6,6 %) que chez les actifs occupés (3 %). Mais, l’étude note « une progression de la consommation parmi les actifs occupés et une stabilisation de celle des chômeurs », entre 2014 et 2017.

Le mode d’approvisionnement est également un marqueur générationnel, les consommateurs de plus de 35 ans ayant davantage recours à l’autoculture (10 %, contre 7 % dans l’ensemble de la population), même si le « deal de rue » reste largement majoritaire pour près de deux tiers des usagers

Source

Prévention par la loi de la diffusion du cannabis – d’un extrême dans l’autre.

Pr. Jean Costentin Président du centre national de prévention, d’études et de recherches sur les toxicomanies (CNPERT)

 L’Assemblée nationale a voté, ce vendredi 23 novembre, l’instauration d’une amende forfaitaire de 200 euros pour les « fumeurs de joints ».

L’objectif affiché était de mieux sanctionner l’usage illicite de stupéfiants qui, jusqu’alors, pouvait être passible d’une peine d’un an de prison et/ou d’une amende de 3750 euros.

Ces peines maximales pouvaient être aménagées, mais les magistrats, se sont situés presque systématiquement dans « le tout ou rien » ; ce fut leur erreur. Dans leur logique ils répugnaient (on ne les blâmera pas) à prononcer la peine maximale de prison ; quoique le sursis aurait pu participer fortement à la prévention. La valeur rédemptrice de la prison, surtout dans son fonctionnement actuel, exclut d’y recourir comme moyen de dissuasion ; certaines prisons semblent des super-discounts des drogues et, dans l’oisiveté et la désespérance qui y règnent, celui qui n’est pas consommateur de drogues très « dures » peut être converti à celles-ci.

Il suffisait au législateur qui estimait nécessaire d’agir, de demander aux magistrats d’utiliser les différentes nuances allant du non lieu à la peine maximale. Le caractère dissuasif de la loi aurait persisté sans être anéanti par son mauvais usage. La rigueur maximale n’aurait été appliquée que lorsque le deal aurait atteint les dimensions de la grande distribution. La prison systématique était évitée, mais toujours possible, le niveau de la contravention dépendant du constat d’éventuelles récidives et des ressources du contrevenant ou de ses parents. Une mémoire était constituée par le casier judiciaire ; l’infraction pouvant être effacée après cinq ans, en l’absence de récidive.

Au lieu de cela, a été instaurée une amende forfaitaire de bas niveau : 200 euros ; c’est trois fois moins que le budget mensuel tabac-cannabis d’un cannabinophile ! Cette amende ne sera bientôt perçue que comme une taxe pour abonder le budget de la Nation d’une insatiable voracité.

L’article a été adopté par les députés, lors de l’examen en première lecture du projet de réforme de la justice, avec 28 voix pour et 14 contre. On regrettera qu’un sujet de cette importance mobilise si peu de membres de la « représentation » nationale.

Par surcroît, le montant de cette amende forfaitaire est moindre que ce qui était prévu. Initialement madame Belloubet, ministre de la Justice, la prévoyait de 300 euros.  Elle avait déclaré en avril 2018 que :« Le montant de l’amende forfaitaire minorée serait de 250 euros et celui de l’amende forfaitaire majorée de 600 euros ». Les 28 députés ont suivi les préconisations du rapport des députés Poulliat (LREM) et Reda (LR), proposant une amende entre 150 et 200 euros. Souvenons nous de leurs noms, en vue de leur intégration dans le panthéon des médiocres œuvrant à la banalisation des drogues, qui prépare à leur légalisation.

Un «cannabis à point », à l’instar du permis du même nom, aurait constitué un intéressant moyen de prévention. Il aurait comporté un fichier électronique informant extemporanément celui qui verbalise du nombre de récidives dont le contrevenant est l’auteur, lui permettant de fixer le montant de la peine, voire d’enclencher une autre procédure en cas de récidives multiples tel que l’obligation de suivre un stage payant, avec contrôle des connaissances acquises, puis, le cas échéant, une injonction de soins. Au lieu de cela : une aumône au budget, non dissuasive, sans trace, sans un interrogatoire permettant de remonter les filières, sans la possibilité de rachat des incriminés qui balanceraient ceux qui font « leur blé », surfant sur la faiblesse d’autrui, par la vente de leur « herbe ».

« Trop de clémence avec l’alcool au volant ! »

Au terme du verdict du Tribunal correctionnel du 13 novembre, Vincent Julé-Parade revient sur ce procès de la violence routière.

Vincent Julé-Parade, avocat de deux jeunes plaignantes blessées en novembre 2017.
Vincent Julé-Parade, avocat des deux jeunes plaignantes blessées en novembre 2017. (©L’Action Républicaine.)

Chartres (Eure-et-Loir). Avocat spécialisé dans la violence routière, Vincent Julé-Parade a perdu sa mère en 1995, tué par un chauffard ivre.

L’homme de loi s’est alors impliqué dans de nombreuses associations en lien avec la Sécurité Routière.

Il a contribué, avec cinq de ses amis, à la création de l’opération « Sam, celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas ! »

« Aujourd’hui, la poche de résistance est plus du côté de l’alcool que sur celui de la vitesse. Le problème de l’alcool c’est qu’il y a un fort lobby qui fait que l’on est encore très très clément avec l’alcool au volant », explique le pénaliste.

L’alcool, un puissant lobby

Ce 13 novembre 2018, Vincent Julé-Parade défendait deux jeunes filles, originaire de Thiron-Gardais blessées lors d’un accident de la route en novembre 2017.

L’une d’entre elle avait été très gravement blessée à la colonne vertébrale ainsi qu’à l’abdomen.

Au final, la prévenue, qui était sous l’emprise de l’alcool, écope de huit mois de prison avec sursis accompagné d’une mise à l’épreuve de deux ans. De plus, en peine accessoire, elle a interdiction de repasser le permis pendant un an.

« Ce jugement m’interpelle ! »

Et l’avocat de poursuivre son réquisitoire : « Pour la prévenue, cette décision du tribunal de huit mois de prison avec sursis ne changera pas la face du monde. Le but ce n’est pas d’envoyer les gens au trou mais c’est le message. Il n’y a aucun fléau sociétal contre lequel on a lutté, notamment d’autres faits (vitesse, drogue au volant, etc.) sans que la justice n’y joue un rôle d’application. La conductrice qui a blessé mes clientes encourait jusqu’à cinq ans d’emprisonnement au vu de son casier judiciaire. Et au final, elle n’a aucun jour de prison ferme. Ce qui m’interpelle, c’est de savoir que si on lui offre encore une chance, ne lui offre-t-on pas, en plus, l’opportunité de récidiver ? Enfin, lors des débats, on a pu constater que plusieurs dossiers étaient en lien avec des gens qui ont eu une conduite dangereuse qui n’a pas fait de blessés. On leur envoie quoi comme message : Allez-y continuez ! »

Source

Facebook détecte les potentiels dealers de drogue grâce à l’IA

Par Thibaut Popelier Le 18 novembre 2018

facebook piratage
Même s’il est, par principe, impossible de « modérer Internet », les réseaux sociaux comptent bien lutter contre le crime et les addictions. C’est par exemple le cas de Facebook qui a développé une intelligence artificielle pour s’attaquer aux dealers de drogue.

Cette IA peut donc repérer les images liées à la drogue qui ont été postées par des utilisateurs.

L’intelligence artificielle contre le crime

Cette technique permet de les détecter avant même qu’elles ne soient signalées par d’autres internautes comme étant du contenu inapproprié. La nouvelle manière procéder permettra notamment aux modérateurs humains de se consacrer à d’autres tâches, comme trouver des pages, des groupes ou encore des hashtags en rapport avec la drogue.

Kevin Martin, en charge de la politique publique américaine chez Facebook, a expliqué le fonctionnement de cette intelligence artificielle : « Notre technologie peut détecter du contenu comme des images en rapport avec la drogue et les tentatives de vendre cette drogue avec des informations telles que des prix, des numéros de téléphone ou des identifiants pour d’autres réseaux sociaux ».

Une solution contre la crise américaine des opioïdes ?

Dans le même temps, Facebook a rejoint Twitter et Google dans le but de former une coalition nommée « Tech Together ». Elle aura pour but de lutter contre la crise liée à l’addiction aux opioïdes (substances psychotropes comme l’héroïne par exemple), qui toucherait plus de deux millions d’américains à l’heure actuelle. D’après les autorités, ces addictions auraient causé la mort de plus de 49 000 citoyens américains l’année dernière.

D’après Kevin Martin, les plus gros acteurs d’internet, tels que Facebook et Google, travailleront ensemble pour offrir les ressources nécessaires afin d’aider les personnes victimes des différentes addictions liées à la drogue. Une tâche qui semble presque impossible…

Paris : un nouveau décès près de la salle de shoot

Cécile Beaulieu|16 novembre 2018
Un homme a trouvé la mort, ce jeudi, rue Ambroise-Paré (Xe). A côté de la salle de shoot. DR

Ce jeudi, un homme a trouvé la mort près de la salle de consommation de drogue, rue Ambroise-Paré (Xe). Il s’agirait du troisième décès ces deux dernières années.

« C’est le mort de trop. Nous savons tous que cette sanisette est une salle de shoot bis ». Rue Ambroise-Paré (Xe), où est installée depuis deux ans la salle de consommation à moindre risque (SCMR), le constat est le même, d’immeuble en immeuble.

Le décès, ce jeudi, d’un homme de 37 ans devant les toilettes publiques ne fait que rendre plus tendue encore la situation.

De sources judiciaires, une enquête pour « recherche des causes de la mort » est diligentée, mais il est évident que le lieu et les circonstances de son décès posent une multitude de questions, dans un secteur où les habitants dénoncent sans relâche les scènes ouvertes de toxicomanie et la dégradation de leurs conditions de vie : « Notamment l’utilisation des toilettes comme lieu d’injection, souligne une riveraine. Les gens font même la queue, chaque jour, pour s’y injecter. »

L’homme décédé ce jeudi a été retrouvé en possession d’un passeport suédois, d’un kit d’injection et d’un pochon contenant du crack. Il « n’était pas inscrit à la salle de consommation » du Xearrondissement, où plus de 1100 personnes sont enregistrées, tient toutefois à préciser la Ville.

« Je ne me voile pas la face, assène de son côté Alexandra Cordebard, la maire (PS) du Xe. Je voudrais que ces toilettes soient fermées, définitivement. Mais plus encore, que les horaires de la salle de consommation soient étendus à la matinée, alors qu’elle n’ouvre qu’à 13 heures. J’ai parfaitement conscience du mal-être des personnes qui vivent là, et je compte bien obtenir les crédits nécessaires à l’extension des horaires de la SCMR. La salle joue son rôle sanitaire, et il ne faudrait pas que l’impression inverse domine ».

Mais, dans le quartier Lariboisière, colère et lassitude dominent. « Nous venons, nous et nos enfants, d’assister au troisième décès sous nos fenêtres », s’agace Pierre (*), habitant du quartier depuis 15 ans. « Avant, les toxicomanes étaient là, mais ils faisaient partie de notre environnement. On les connaissait. Depuis l’installation de la salle et le démantèlement de la colline du crack (XVIIIe), il y a eu un véritable appel d’air, on découvre des gens qui arrivent de partout. Très agressifs, pas du tout enclins à partager notre vie. Bref, des tox très durs. On est démunis… Et changer les horaires de la salle, franchement, ça reviendrait à valider les problèmes plus qu’à les résoudre ».

En juillet dernier, un homme d’une quarantaine d’années avait déjà été découvert sans vie, au pied du 9, rue Ambroise-Paré. Et quelques jours seulement après l’installation de la salle en 2016, un homme serait également mort d’overdose. Jamais les enquêtes n’ont été rendues publiques.

La Ville de Paris réfléchit actuellement à l’installation d’une deuxième salle de shoot dans le nord-est parisien, ainsi qu’à la mise en place d’un bus itinérant qui permettrait d’assurer la prise en charge médicale des toxicomanes et de les accompagner dans un parcours de réinsertion.

Source