Drogue dans le métro à Paris: le ras-le-bol des usagers et des conducteurs

Par  

Crack dans le métro parisien : certaines stations ne sont plus desservies
Des conducteurs de métro décident volontairement de ne pas marquer l’arrêt à certaines stations du nord de Paris, pour assurer la sécurité des voyageurs.

L’association «SOS Usagers» et le syndicat Unsa RATP fustigent les agressions liées au trafic de drogue dans le métro parisien. Certains conducteurs reconnaissent même parfois ne plus s’arrêter à certaines stations. Un mouvement de grève est prévu sur la ligne 12 ce vendredi afin de protester contre l’insécurité.

Les conducteurs du métro parisien et certains usagers tirent le signal d’alarme. Un mouvement de grève est prévu sur la ligne 12 du métro parisien ce vendredi afin de protester contre l’insécurité. «Beaucoup de conducteurs veulent marquer le coup pour que le problème évolue», nous confie une source syndicale, qui estime que 40% des conducteurs participeront à ce mouvement.

Vendredi dernier, l’association «SOS Usagers» et le syndicat Unsa RATP avaient dénoncé les trafics de drogue dans le métro dans un communiqué commun. «Depuis des années, le métro est envahi par des groupes de dealers qui attirent des toxicomanes souvent agressifs et dangereux. Après avoir séjourné sur la ligne 4, actuellement en travaux, ces groupes d’individus se sont déplacés en masse sur la ligne 12 et ses environs», indiquaient les deux organisations. «Le nombre d’agressions sur les voyageurs et sur le personnel RATP est en constante augmentation et prend des proportions de plus en plus dramatiques», était-il aussi précisé.

«SOS Usagers» et Unsa RATP avaient également interpellé par courrier le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, la maire de Paris Anne Hidalgo, ainsi que la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse.

Bagarres, agressions et traversée des voies

Damien Villette, 29 ans, est conducteur de métro sur la ligne 12 et délégué syndical FO. Contacté par Le Figaro, il évoque la présence d’une «quarantaine de SDF toxicomanes essentiellement installés aux stations Marx Dormoy, Marcadet-Poissonniers et porte de la Chapelle», au nord de Paris. Ces toxicomanes sont «très mobiles» car ils vont régulièrement se «ravitailler» auprès de dealers de crack et «font de nombreux allers-retours», nous précise un policier de la brigade des réseaux franciliens (BRF). Ces dealers, que ce policier qualifie de «modous» (un mot d’origine sénégalaise, NLDR), sont très présents aux stations Saint-Lazare, Strasbourg Saint-Denis, gare du Nord et gare de l’Est.

Mais que se passe-t-il concrètement au quotidien sur la ligne 12? «Les toxicomanes se piquent avec des seringues et fument du crack sur le quai ou dans les rames», explique Damien Villette. Le conducteur évoque également des bagarres sur les quais entre eux, des agressions verbales ou physiques envers les passagers, des malaises nécessitant l’intervention des secours ou encore la traversée intempestive des voies, ce qui oblige les machinistes à «couper le courant» et provoque de nombreux retards sur la ligne.

«Lorsqu’il y a 15 ou 20 toxicomanes sur le quai, il arrive qu’on ne s’arrête pas» Damien Villette (conducteur de métro sur la ligne 12)

Ce n’est pas tout. Parfois, les conducteurs de métro ne marquent même plus l’arrêt à certaines stations. «Lorsqu’il y a 15 ou 20 toxicomanes sur le quai, il arrive qu’on ne s’arrête pas», poursuit Damien Villette. Avant de préciser: «Le collègue précédent nous informe de la situation et on dit aux passagers que la station suivante ne sera pas desservie: ça se fait de plus en plus, notamment en journée». L’objectif est de «préserver l’intégrité physique des voyageurs».

Quant aux usagers que nous avons rencontrés au nord de la ligne 12, ils ne sont pas avares en anecdotes. Il y a tout d’abord Cécile, une mère de famille de 36 ans, qui vit dans le quartier de Château Rouge depuis 2015. «J’évite la ligne 12 au maximum, notamment avec mes enfants», nous confie-t-elle. Avant d’enchaîner sur un ton fataliste: «Je suis dégoûtée car l’an dernier j’étais avec ma fille de 4 ans et nous avons vu un mec avec une seringue dans le bras à la station Marcadet-Poissonniers». C’était à 16h, en plein après-midi. Elle évoque aussi ce trajet ubuesque – toujours sur la ligne 12 – au cours duquel elle a vu «un mec préparer tranquillement sa pipe à crack juste à côté de moi sur son strapontin». Cécile se dit aujourd’hui «choquée»: «Cela fait des mois que les usagers sont face à ce problème et que personne ne réagit», s’indigne-t-elle. Il y a aussi Emma, 23 ans, qui habite près de la station Jules Joffrin et «prend la 12 tous les matins». Si elle estime que «les toxicomanes ne sont pas méchants», elle raconte tout de même avoir dû un jour tirer le signal d’alarme du métro car l’un d’entre eux «était en train de faire une overdose dans la rame».

D’autres se montrent un peu moins alarmistes. C’est le cas de Robert, 70 ans, qui sort tout juste du métro Marcadet-Poissonniers et évoque «un quartier calme». Le retraité, qui vit là depuis 35 ans, concède toutefois un «afflux de gens en provenance de la Chapelle» et explique qu’il ne «passe plus par le tunnel souterrain qui relie la ligne 4 à la ligne 12 le soir». Ce tunnel – devenu un véritable terrain de jeu pour les dealers -, beaucoup nous diront le craindre. Quant à Yvonne, 65 ans, elle nous explique que «le quartier a toujours été un peu ‘craignos’ mais qu’elle n’a rien vu de particulier dans le métro concernant les dealers». Ce qui la préoccupe davantage, ce sont les «vols de portable».

«Toi, je vais te tuer», Un toxicomane s’adressant à un voyageur (station «Grands Boulevards»)

Lors de nos déplacements sur la ligne 12, nous n’avons pas pu constater la non-desserte de certaines stations par les conducteurs de métro. En revanche, nous avons observé la présence de nombreux toxicomanes, en particulier à la station Marcadet-Poissonniers. Une dizaine d’individus – les yeux injectés de sang – occupent le quai. Certains sont assis tandis que d’autres arpentent les lieux en fouillant dans les poubelles ou en demandant de l’argent aux voyageurs. Plus ou moins agressifs – certains se mettent parfois à hurler sans raison -, ils ont tous une pipe à crack à la main. Ces toxicomanes sont également présents à d’autres stations. Nous avons notamment pu en apercevoir une petite dizaine sur le quai de la ligne 9, à la station Grands Boulevards (en direction de Pont de Sèvres). Lors de notre passage, l’un d’eux a hurlé – sans motif apparent – «Toi, je vais te tuer» en s’adressant à un usager qui attendait son métro. Plus loin, une agent de la RATP nous confiait: «Ça craint ici, ça fait un moment. Pourtant, on fait remonter les informations».

La RATP «partage l’inquiétude de ses agents»

De son côté, la direction de la RATP semble pleinement consciente de la présence de toxicomanes sur certains quais du métro. «On partage l’inquiétude de nos agents et on se mobilise depuis plusieurs mois», explique au Figaro Stéphane Gouaud, directeur de la sécurité à la RATP. «On a un axe répressif avec la présence accrue du GPSR (groupe de protection et de sécurisation des réseaux, NLDR) aux stations les plus sensibles, en lien avec la préfecture de police», détaille-t-il. Au total, la RATP compte 1.000 agents de sûreté pour tout le réseau.

Quant à l’aspect préventif, «la RATP a signé une convention en décembre 2017 avec la préfecture d’Île-de-France pour une meilleure prise en charge des toxicomanes». Le dispositif prévoit notamment des maraudes dans les stations avec des acteurs associatifs. De son côté, la préfecture de police explique au Figaro que «la question de la consommation et du trafic de stupéfiants dans le métropolitain est une préoccupation constante (…) et tout particulièrement sur les lignes 4 et 12». «Celles-ci font l’objet d’un plan d’action spécifique axé principalement sur l’interpellation des vendeurs par des policiers en civil et en tenue de la brigade des réseaux franciliens (BRF), avec l’appui d’un patrouilleur vidéo», poursuit la préfecture de Police. Selon elle, du 14 janvier 2016 au 15 décembre 2017, 283 vendeurs et 406 consommateurs ont été interpellés. La préfecture de police indique enfin une accentuation, actuellement en cours, de la présence des effectifs de la préfecture de police et du GPSR (groupe de protection et de sécurisation des réseaux de la RATP) sur ces lignes afin de sécuriser les usagers mais également les conducteurs des lignes concernées.

Afin de répondre aux inquiétudes grandissantes des agents de la RATP et des usagers, une table ronde aura lieu ce vendredi avec les syndicats, la direction et la police pour «avancer des pistes».

Source

 

 

Publicités

Un spray nasal contre l’addiction au jeu

 Sciences et Avenir Camille Gaubert le 11.01.2018 à 10h06

Un spray nasal pour enrayer l’envie de jouer chez les joueurs compulsifs grâce à une molécule indiquée dans le traitement d’urgence des overdoses, c’est le projet d’une nouvelle étude finlandaise.

Roulette

Le jeu pathologique est une addiction compulsive aux jeux et aux paris malgré les conséquences négatives ou le désir d’arrêter.

Une pulvérisation dans les narines et l’envie de jouer disparaît : des chercheurs finlandais ont annoncé lundi 8 janvier 2018 lancer une étude unique en son genre pour mesurer l’efficacité d’un spray nasal contre l’addiction aux jeux de hasard. Le spray contient du naloxone, un traitement d’urgence des overdoses aux opiacés qui permet d’agir sur la production de neuro-transmetteurs liés au plaisir et au besoin, au rôle central dans les addictions.

La naloxone, indiquée depuis juillet 2017 dans le soin d’urgence des overdoses

La naloxone, principe actif du médicament Nalscue, bloque l’action des opiacés sur l’organisme en occupant leur place sur les récepteurs responsables de leurs effets. Titulaire d’une autorisation de mise sur le marché en France depuis juillet 2017 après avoir été sous distribution restreinte pendant un an, le Nalscue est indiqué comme traitement d’urgence en cas d’overdose aux opiacées (héroïne, morphine, opium) par intraveineuse ou spray nasal, le nez étant une zone fortement vascularisée permettant une action rapide du médicament. Objectif : sauver la vie des personnes prises en charge en cours d’overdose, et ce sans nécessiter d’actes médicaux techniques du fait de son mode d’administration. Avec son autorisation définitive de mise sur le marché en France, elle peut aujourd’hui élargir sa distribution aux pharmacies et aux structures d’accueil des toxicomanes.

Le naloxone pour enrayer les comportements addictifs ?

Comme dans le cas des troubles liés à l’usage de drogues, l’addiction au jeu semble dépendre de neurotransmetteurs spécifiques produits par l’activation des récepteurs aux opioïdes : la sérotonine est supposée être liée au contrôle des impulsions, la dopamine aux comportements liés aux récompenses, la norépinéphrine à l’excitation, et les opioïdes endogènes (comme l’endorphine) aux motivations et aux envies, selon une publication américaine. Comme c’est le cas pour les troubles liés à la consommation d’alcool, les bloqueurs des récepteurs opioïdes peuvent ainsi agir en réduisant le besoin de jouer. « Jouer répond à un comportement très impulsif (…). Le besoin de jouer est immédiat, c’est pour cette raison que nous cherchons un médicament à effet rapide (…). Le spray nasal agit en quelques minutes« , a expliqué à l’AFP Hannu Alho, professeur de toxicologie à l’Institut national de la santé et du bien-être de Helsinki.

C’est l’efficacité de la naloxone sur l’envie compulsive de jouer que veulent vérifier les chercheurs dans une nouvelle étude dans laquelle chaque volontaire – M. Ahlo compte en rassembler 130 – pourra utiliser son spray pendant trois mois. La moitié d’entre eux recevra un spray placebo. Selon le chercheur, l’étude est la première en son genre. Des scientifiques avaient auparavant essayé d’utiliser une substance similaire au naloxone sous forme de gélules, mais le traitement n’était pas efficace car au moins une heure s’écoulait avant que le médicament ne fasse effet. Les résultats de l’étude devraient être connus dans un an et demi.

Source

Inquiétante épidémie de décès par overdose aux États-Unis

Le NIH (National Institute on Drug Abuse – Institut national sur les toxicomanies, américain) a publié la progression des taux de décès par overdose entre 1999 et 2016. Le moins qu’on puisse en dire est qu’elle est profondément inquiétante. Établie à partir des données du National Center for Health Statistics, des Centers for Disease Control and Prevention et de la base de données du CDC (Center for Disease Control, fédéral), elle concerne aussi bien les drogues licites qu’illicites.

En 2016, le nombre total de décès par overdose s’est élevé à 42.249. Il s’élèverait à plus de 64.000 pour 2017. Il a presque doublé en dix ans. Les états les plus concernés sont ceux de l’Est, du Middle West et du Sud.

Plus de 20.000 de ces décès sont corrélés à l’usage d’opiacés, licites ou non. Leur nombre s’est accru de 2,8 fois entre 2002 et 2015. Cette augmentation est due essentiellement aux opioïdes illégaux, y compris le fentanyl fabriqué clandestinement : le nombre de décès a augmenté de 5,9 entre 2002 et 2015. Parmi ces produits illégaux, le principal responsable est l’héroïne, associée à une augmentation de 6,2 fois de la mortalité par overdose. Cependant, la progression des décès associés à une prescription d’analgésiques opiacés est également préoccupante, puisqu’elle a été de 1,9 fois entre 2002 et 2011. Le nombre de ces décès est resté relativement stable depuis.

La mortalité associée à la cocaïne a augmenté de 1,6 fois entre 2010 et 2015 (un peu moins de 7.000 morts cette année). Cependant, la progression n’est que de 9% quand la cocaïne est utilisée seule, alors qu’elle fait plus que doubler quand elle implique aussi un opiacé. La mortalité associée aux benzodiazépines a été multipliée par un peu moins de 5 entre 2002 et 2015 quand elles sont utilisées avec un opiacé. Au total, elle a été multipliée par 4,3 pendant la même période.

Source

Vapoteur, e-cigarette, cigarette électronique

Hymne raisonné à cette bouée tendue aux victimes du tabac

La gravité du drame tabagique, en France, tient en quelques chiffres : treize millions de fumeurs ; le tabagisme débutant dès le collège ; 79.000 morts par an, soit 230 chaque jour (20 fois plus que par les accidents de la route) ; de multiples estropiés d’artérites, de séquelles d’accidents vasculaires cérébraux, d’infarctus du myocarde, de bronchites chroniques asphyxiantes, d’accidents de la grossesse et de troubles chez l’enfant qui en naîtra…

L’addiction au tabac est surtout celle à sa…. cliquez ici pour lire la suite

Billet d’humeur : Ça commence mal pour le cannabis ! par le Pr. Jean Costentin

Président du Centre National de Prévention d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT).
Les aspects sanitaires de la légalisation sont totalement occultés. 

Radio Classique, mardi 2 janvier, 7 h 50.

À l’heure où le thé trop chaud doit être bu trop vite pour arriver à l’heure nous était infligée « l’information » rapportée ici, comme il m’en souvient :

« Le cannabis vient d’être légalisé en Californie, non seulement à l’usage thérapeutique, mais aussi récréatif. On pourra y fumer des pétards… Les conditions climatiques, dans cet État de quarante millions d’habitants, vont faire de lui un très gros producteur de cannabis. Avec des taxes de 40 %, cela va lui rapporter de l’ordre d’un milliard de dollars chaque année (petite larme écologique) mais cette culture est grande consommatrice d’eau, ce qui pourrait aggraver les problèmes de disponibilité hydrique. »

Et c’est tout !

Les aspects sanitaires de cette légalisation sont totalement occultés : la dépendance à cette drogue ; sa toxicité physique (immunodépression, toxicité cardio-vasculaire, cancérogénèse, conséquences gravidiques et sur l’enfant à naître…) ; sa toxicité psychique ; ses méfaits psychiatriques (anxiété, dépression, schizophrénie, incitation au passage à d’autres drogues, crétinisation de ses jeunes consommateurs…).

Occultées, également, ses conséquences sociales : aboulie, syndrome amotivationnel, accidentalité routière et professionnelle, désinhibition rendant l’individu dangereux pour lui-même et pour autrui… « Passez muscade », « il n’y a rien à voir », « sonnez hautbois, résonnez musettes ».

Voilà comment « l’information » nous a été servie en ce début d’année. Ce journaliste eût présenté l’explosion nucléaire d’Hiroshima en disant qu’un impressionnant champignon blanc s’était élevé dans le ciel et qu’un Ginkgo biloba, arbre multiséculaire, y avait survécu…

Cela est confondant et je suis impatient que ce type de journalisme soit très vite fondu…

Source

Quand la consommation chronique de cannabis provoque des vomissements à répétition

Source

Un syndrome de plus en plus rapporté chez les consommateurs chroniques de cannabis commence à prendre des proportions épidémiques, rapportent des pharmacologues réunis au sein du réseau français d’addictovigilance. Le syndrome d’hyperémèse cannabique, caractérisé par des épisodes répétés de nausées et vomissements, fait l’objet d’une étude à paraître le 1er janvier 2018 dans la revue Drug and Alcool Dependance.

Ce syndrome a été initialement décrit en Australie en 2004. En France, les premiers cas n’ont été rapportés qu’en 2013. Le nombre de cas a régulièrement augmenté depuis 2015, jusqu’à atteindre aujourd’hui 29 notifications, indiquent les membres du réseau français d’addictovigilance.

Le syndrome d’hyperémèse cannabique (SHC), également appelé syndrome cannabinoïde, progresse en trois phases. La première débute par des signes avant-coureurs, comportant des nausées matinales, une peur de vomir et un inconfort abdominal. Ces symptômes cycliques évoluent pendant plusieurs semaines ou mois.

La deuxième phase est caractérisée par des épisodes de vomissements incoercibles, accompagnés de nausées intenses, persistantes, invalidantes, ainsi que de fortes douleurs abdominales. Dans certains cas, les vomissements incontrôlables peuvent entraîner une déshydratation sévère. Ces crises douloureuses durent généralement moins d’une semaine.

Prise compulsive de douches chaudes

Les symptômes ont l’étonnante particularité d’être temporairement soulagés par la prise compulsive de douches chaudes ou de bains chauds, voire très chauds. Cet effet bénéfique est un élément clé du diagnostic de SHC.

Il se produit ensuite une phase de Poursuivre la lecture « Quand la consommation chronique de cannabis provoque des vomissements à répétition »

Des scientifiques ont découvert où pourrait être bloquée l’addiction à la nicotine

Grâce à des tests réalisés sur des souris, les chercheurs ont réussi à identifier la partie du cerveau où la dépendance à la nicotine pourrait être enrayée

Des chercheurs spécialisés dans l’étude du système cérébral de l’Université Rockefeller, aux Etats-Unis, ont réussi à localiser chez des souris la partie du cerveau où l’addiction à la nicotine pourrait être bloquée.

Les scientifiques ont réussi à identifier des cellules nerveuses particulièrement réceptives à la substance. En sollicitant ces neurones dans le cerveau de souris, les scientifiques ont été capables d’endiguer l’addiction à la nicotine de ces animaux.

Des cellules baptisées Amigo1

L’étude s’est principalement concentrée sur deux petites régions interconnectées du cerveau, l’habenula et l’interpeduncular nucleus (IPN), connues pour être impliquées dans l’addiction aux drogues.

Quand l’hanebula reçoit une dose de nicotine, elle répond en envoyant un signal à l’IPN. Celui-ci réduit les effets de la drogue, limitant finalement l’envie de fumer. Cependant, après une exposition chronique à la nicotine, un groupe de neurones, surnommé Amigo1 par les chercheurs, altère cet effet de freinage. En d’autres termes, le message d’arrêt de fumer n’est pas délivré.

Pour voir si ces neurones Amigo1 sont vraiment des facteurs de dépendance, l’équipe a exposé un groupe de souris-test à la nicotine pendant six semaines. Sur une partie d’entre elles, les chercheurs ont modifié un gène récepteur de la substance dans ces cellules Amigo 1. Toutes ont été placées dans une chambre «pure», juste à côté d’une autre où elles avaient précédemment reçu une eau traitée avec de la nicotine

Des résultats visibles uniquement chez la souris

Dans les faits, les souris dont les neurones Amigo1 ont été réduits au silence n’ont pas montré une préférence pour la nicotine, tandis que leurs pairs dépendants ont continué à revenir dans la chambre exposée pour en recevoir plus.

Si jusqu’à présent, ces résultats n’ont été visibles que chez la souris, le cerveau humain partage des caractéristiques similaires avec ces animaux.

Les chercheurs sont ainsi convaincus que cette découverte peut nous apprendre beaucoup sur la dépendance humaine et donner des pistes pour de futurs traitements.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, le tabagisme tue plus de 6 millions de fumeurs chaque année. Près de 8 millions de décès devraient être causés par le tabac chaque année dès 2030.

Source

Les dangers de l’usage du cannabis

Mise en garde de l’Académie de médecine.

Jean-Pierre GOULLÉ, Jean COSTENTIN et Jean-Pierre OLIÉ au nom de la Commission V.
Malgré son interdiction, la consommation de cannabis n’a cessé d’augmenter dans notre pays alors que les conséquences médicales néfastes du cannabis ne sont plus à prouver. Entre 2010 et 2014 l’usage de cannabis a  progressé de 38% chez les 16-64 ans et l’usage régulier a cru de 41%, selon les dernières données de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) et de l’Institut national de prévention et d’éducation  pour la santé (INPES). Les jeunes français sont les plus gros consommateurs de cannabis en Europe ; cette consommation débutant de plus en plus tôt, pour certains vers l’âge de 12 ans (OFDT et INPES).

Près de un jeune sur deux qui meurt d’un accident de la route était sous l’emprise du cannabis.
Parallèlement à cette progression des consommations, la teneur en principe actif du cannabis, le T.H.C. proposé à l’achat, n’a cessé de croître ; sa concentration moyenne dans les résines saisies en France a été, en 23 ans,
multipliée de 6,4 (Ann. Tox. Anal. 2006, OFDT 2013, SINTES 2016).

Ceci constitue un facteur d’aggravation des risques d’effets indésirables sur la santé physique et psychique. L’usage du cannabis est associé à des troubles
psychiques tels que les schizophrénies dont les taux d’incidence sont plus élevés chez les consommateurs de cannabis qu’en population générale.

Depuis des décennies, l’Académie nationale de médecine a porté une grande attention aux risques engendrés par l’usage et l’abus des drogues licites (tabac, alcool) ou illicites (cannabis et autres telles que cocaïne, héroïne,
amphétamines…), tout particulièrement chez les adolescents et les jeunes adultes.
L’Académie estime devoir rappeler que la consommation de cannabis ne doit pas être banalisée.

Elle recommande donc :
la mise en œuvre d’intenses campagnes s’adressant de façon prioritaire aux parents, aux éducateurs et aux personnels enseignants ;
– que l’information des jeunes, en particulier adolescents et jeunes adultes, sur les risques liés à l’usage du cannabis soit érigée en une priorité nationale, englobant des actions de prévention du tabagisme, et des consommations de cannabis et d’alcool

Pour plus d’informations, visitez : www.academie-medecine.fr
CONTACT PRESSE : Virginie Gustin (00 33) 6 62 52 43 42 virginie.gustin@academie-medecine.fr
Académie nationale de médecine 16, rue Bonaparte 75006 Paris –

Tel (00 33) 1 42 34 57 70

Contresens sur l’A6 : le conducteur positif à l’alcool et aux stupéfiants

Jeudi 28 décembre 2017 à 17:28

Par Lisa GuyenneFrance Bleu Bourgogne

L’automobiliste à l’origine de la collision mortelle en contresens sur l’A6, dans la nuit de mardi à mercredi, présentait un taux d’alcool élevé et était positif au cannabis, selon les dernière analyses.

Mâcon, France

On en sait davantage sur les circonstances de ce drame qui a fait trois morts, dont un père de famille et une fillette de 4 ans. « Le conducteur en face présentait un taux d’alcool de 1,91 g/l de sang et était positif au cannabis« , a indiqué ce jeudi la substitut du procureur de Chalon-sur-Saône, Mme Martin. Soit un taux presque 4 fois supérieur à ce qui est autorisé. Cela pourrait expliquer pourquoi il n’a pas réagi aux nombreux appels de phares et coups de klaxon du patrouilleur autoroutier qui avait tenté de l’alerter.

Le pronostic vital de l’adolescent n’est plus engagé

On ignore en revanche, pour l’heure, le tracé exact qu’a emprunté cet homme de 69 ans, originaire de Saône-et-Loire, pour se retrouver à contresens, ce mardi soir, sur l’autoroute A6 à hauteur de Mâcon.

Quant à l’adolescent de 13 ans qui avait été évacué en urgence absolue, « son pronostic vital n’est plus engagé, et les nouvelles sont rassurantes« , a complété le parquet. Son frère de 13 ans également, ainsi que la mère de famille, sont toujours pris en charge à l’hôpital.

Les contresens, pas si rares dans la région

Ce n’est pas la première fois que ce type d’accident se produit sur nos routes. Au mois de juillet, toujours sur l’A6 mais à hauteur de Montigny-lès-Beaune, deux personnes étaient décédées. Même scénario en septembre 2016, sur l’A38 : un mort et deux blessés graves, dont le sénateur François Patriat, dont la voiture avait été heurtée par un chauffeur qui roulait en sens inverse.

En Saône-et-Loire, selon les chiffres de la préfecture, le dernier accident mortel remonte à avril 2015, encore une fois sur l’A6, au niveau de Charnay-lès-Mâcon. En mars 2013, sur la RCEA, un autre contresens avait fait un mort et un blessé grave près de Ciry-le-Noble. Un à deux contresens sont signalés chaque mois sur la RCEA, dont « la configuration des accès est plus propice », indique la préfecture.

Adolescents et cannabis … Que faire ?

L’usage de cannabis est souvent un objet de tension entre l’adolescent et sa famille inquiète des conséquences. L’expérience acquise par les auteurs auprès des familles ayant vécues ces situations montre l’intérêt de les aider à mieux se mobiliser pour accompagner l’adolescent dans la construction de sa motivation au changement.
L’objectif de ce manuel est de permettre aux parents de comprendre leur rôle et les outiller pour interagir avec leur adolescent. Il s’agit de les renforcer dans leurs compétences parentales, expliquer les particularités de l’accompagnement d’un adolescent usager et identifier des structures d’aide.

Jeunes et cannabis : « une priorité nationale » pour l’Académie de médecine

« La consommation de cannabis ne doit pas être banalisée », rappelle l’Académie de médecine qui s’inquiète d’une constante augmentation du produit dans notre pays en particulier malgré son interdiction.

Les jeunes sont particulièrement touchés avec une consommation débutant de plus en plus tôt, pour certains vers l’âge de 12 ans, rappelle l’Académie citant les derniers chiffres de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) et de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). Près d’un jeune sur deux qui meurt d’un accident de la route était sous l’emprise du cannabis. Les jeunes Français sont les plus gros consommateurs de cannabis en Europe.

L’Académie souligne que la teneur en T.H.C. a été multipliée par plus de 6 en 20 ans, ce qui est un facteur d’aggravation des risques pour la santé physique et mentale, les schizophrénies, notamment, sont plus fréquentes chez les consommateurs de cannabis.

L’Académie recommande donc « la mise en œuvre d’intenses campagnes s’adressant de façon prioritaire aux parents, aux éducateurs et aux personnels enseignants ; que l’information des jeunes, en particulier adolescents et jeunes adultes, sur les risques liés à l’usage du cannabis soit érigée en une priorité nationale, englobant des actions de prévention du tabagisme, et des consommations de cannabis et d’alcool ».

Source

Cannabis : l’information des jeunes doit devenir « une priorité nationale » (Académie de médecine)

L’information des jeunes sur les risques du cannabis, dont la consommation ne cesse d’augmenter en France, devrait être élevée « au rang de priorité nationale », selon l’Académie nationale de médecine.

Les jeunes Français sont les plus gros consommateurs de cannabis en Europe, souligne l’Académie jeudi dans un communiqué sur « les dangers du cannabis ».

Cette consommation « ne doit pas être banalisée », estime l’Académie, qui dit se préoccuper depuis des décennies de l’usage de drogues licites (alcool, tabac) et illicites (cocaïne, héroïne, cannabis…).

L’Académie rappelle que la consommation de cannabis est « associée à la survenue de troubles psychiques tels que les schizophrénies« .

Elle recommande aussi que l’information des jeunes sur les risques du cannabis englobe « des actions de prévention du tabagisme et des consommations de cannabis et d’alcool ».

La consommation de cannabis « débute de plus en plus tôt, pour certains vers l’âge de 12 ans », poursuit-elle en citant l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes).

Près d’un jeune sur deux qui meurt d’un accident de la route était sous l’emprise du cannabis, ajoute-t-elle.

Entre 2010 et 2014, l’usage de cannabis a progressé de 38% chez les 16-64 ans et l’usage régulier de 41%, note-t-elle, selon des données de l’OFDT et de l’Inpes.

La progression de la consommation est aggravée par l’augmentation de la teneur en principe actif du cannabis, le THC. Ainsi, sa concentration moyenne dans les résines saisies en France a été, en 23 ans, multipliée par 6,4″, poursuit l’instance conseillère des pouvoirs publics.

Source

Le cannabis est plus présent dans le sang des conducteurs morts au volant

OTTAWA : Le nombre de conducteurs qui perdent la vie sur les routes canadiennes après avoir consommé du cannabis ne cesse d’augmenter depuis 2000, révèlent des données de la Fondation de recherches sur les blessures de la route.

En 2000, près de 12 % des automobilistes blessés mortellement dans un accident de la route avaient des traces de cannabis dans le sang. Ce pourcentage a augmenté à 19 % en 2014.

Cette tendance est encore plus marquée chez les jeunes. La marijuana a été la drogue la plus détectée chez les conducteurs mortellement blessés âgés de 16 à 19 ans et de 20 à 34 ans (29,8 % et 27,2 %, respectivement).

Toutefois, les automobilistes plus âgés étaient plus susceptibles de mourir sur la route lorsqu’ils avaient consommé d’autres types de drogues, notamment les dépresseurs du système nerveux central (23,6 % chez les 65 ans et plus).

Il faut noter que les automobilistes chez qui on détecte du cannabis dans le sang n’ont pas nécessairement les capacités affaiblies par la drogue; puisque le THC, l’ingrédient actif du cannabis, peut être trouvé dans le sang dix heures après la consommation.

Les nouvelles sont plus réjouissantes en ce qui concerne l’alcool. En 2000, près de 35 % des conducteurs mortellement blessés présentaient un test de dépistage d’alcool positif, tandis que ce pourcentage a diminué à 28 % en 2014, d’après la Fondation de recherches sur les blessures de la route.

Source

VIDÉO – Le joint électronique crée la polémique (RTL)

Le cannabidiol (CBD), une molécule dérivée du cannabis, inquiète l’agence du médicament. Le ministère de la Santé, de son côté, ne le considère pas comme illégal. Il ne fait pas partie des psychotropes.

Le joint électronique crée la polémique
 Selon une enquête du Parisien, le cannabidiol (CBD), une molécule dérivée du cannabis aux vertus relaxantes inquiète l’ANSM, l’agence du médicament, sur les effets à long terme du produit, car aucune étude n’a été réalisée sur lui.

Ce e-liquide, utilisé dans les cigarettes électroniques, provoque un effet antistress et relaxant sur le consommateur, sans pour autant entrer dans la catégorie des psychotropes.

Pour le ministère de la Santé, le produit « apparaît comme légal », puisqu’il respecte une quantité inférieure à 0.2% de contenance en THC, la molécule psychoactive du cannabis. Un flou juridique concerne ce e-liquide.

S’il ne le considère donc pas comme illégal, le ministère de la Santé proscrit tout de même son utilisation à d’autres fins que celles du vapotage. De plus, il ne doit pas dépasser la barre des 0.2% de THC, et tout revendeur se doit de ne pas pas en faire une publicité positive.

Voir la vidéo

%d blogueurs aiment cette page :