En haut de cette page découvrez une nouvelle rubrique en cliquant sur « Cannabis et faits divers »

Vendus dans des petits sachets à l’air inoffensif, les cannabis de synthèse sont potentiellement dangereux, voire mortels. Populaires depuis une dizaine d’années chez les jeunes et « légales » tant qu’elles contournent la législation, ces drogues de synthèse sont plus puissantes que le cannabis dont elles imitent les effets, tant au niveau de leur puissance, de leurs effets secondaires, que de leur potentiel addictif. Brenda et Vincent témoignent aujourd’hui du traumatisme causé par leur consommation de cannabis de synthèse.

Spice, K2, Bizarro, Yucatan Fire, Black Mamba, Eclipse… Autant de noms exotiques que de graphiques sophistiqués et colorés sur ces petits sachets d’herbes dont le secret inavoué est de faire planer celui qui les fume.  Estampillés “impropres à la consommation humaine” et désignés comme encens à brûler, ces drogues, vendues surtout sur Internet, ont la particularité de passer entre les mailles du filet de la réglementation, d’où leur popularité chez les jeunes et les amateurs de substances psychoactives. Ce qui ressemble à de la marijuana est en fait un mélange de plantes imprégnées de molécules de synthèse qui agissent sur les mêmes récepteurs que pour le THC (principe actif du cannabis) dans le cerveau. Si l’on se sent l’âme d’un chimiste, on peut même confectionner son propre cannabis de synthèse en se procurant ces molécules sous forme de poudre via Internet. Enfin, depuis 2014, des e-liquides aux cannabis synthétiques ont fait leur apparition. La réglementation peine à suivre ces produits dont les fabricants, essentiellement chinois, peuvent modifier à l’infini le dosage, la variété, et l’appellation. Parmi les 130 cannabis de synthèse dénombrés en Europe, 34 ont été répertoriés et classés comme stupéfiants sur le sol français.

VAGUES D’INTOXICATIONS CHEZ LES ADOLESCENTS

Indétectables via les tests de dépistage classiques parce qu’ils ne contiennent pas de THC, ces cannabis synthétiques, au moins pour certains d’entre eux, sont bien plus puissants, plus dangereux et plus addictifs que le cannabis naturel.

Hallucinations, paranoïa, agitation, comportements agressifs, troubles de la parole, détresse respiratoire, infarctus du myocarde, décès, ont été observés chez de jeunes consommateurs aux Etats-Unis, où l’augmentation du nombre des passages aux urgences, depuis cinq ans, alarme les autorités. En Europe, Lire la suite