Nouvelles découvertes sur les dangers du cannabis

À propos du cannabis, vient d’être découvert un risque nouveau. Sans entrer dans les détails disons que fumer le cannabis accélère le cœur, fait monter la tension ‘où une diminution de l’oxygène qui arrive au cœur. Voilà qui expose à faire des troubles des coronaires de l’angine de poitrine et des infarctus. Chez les sujets jeunes le risque est très faible de l’ordre de 2 %. Mais compte-tenu du nombre de fumeurs qui ne cesse de progresser, il est évident que globalement cela représente une quantité de cas non négligeable. Mais surtout 25 % d’entre eux mourra. Ce sont des formes d’insuffisance coronaires difficiles à diagnostiquer car elles concernent des jeunes qui se plaignent de douleurs au niveau du cœur ; mais s’y ajoute souvent un contexte d’anxiété, d’excitation, voire de confusion.

De plus 250 enfants en très bas âges sont intoxiqués par du cannabis qui a traîné et qu’ils ont ingéré.

Nous avons de multiples fois mis en garde contre le « cannabis récréatif » qui entraîne une atteinte cérébrale se traduisant par un déficit cognitifLe Figaro du 15/11/2018 rend compte d’une étude effectuée auprès de jeunes âgés de 16 à 25 ans par le Massachussetts General Hospital. Le texte en est paru dans la fameuse revue Clinical Psychiatry.

Arrêter la consommation du cannabis entraîne une amélioration immédiate de la mémoire. « Cette évidence clinique est désormais prouvée par des études robustes en termes de qualité et de suivi des sujets sélectionnés, explique le Dr Geneviève Lafaye, spécialisée dans la prise en charge des adolescents et jeunes adultes » (Hôpital Paul Brousse de Villejuif). 

Outre la mémoire, sont altérés le sens de l’attention et le pouvoir concentration. Monsieur Trudeau le gauchiste qui dirige le Canada ferait bien de lire Le Figaro, lui qui vient de légaliser l’usage du « cannabis récréatif ».

À Denain dans le Nord près de Valenciennes, un jeune père du nom de Raphaël Gamez était addict des jeux vidéo. Il jouait de 20 heures à 4 heures du matin ; en tout 50 heures par semaine. Or le « trouble du jeu vidéo » est défini comme apparaissant à 30 heures. Alors qu’il jouait, son bébé Djason, 6 mois, s’est mis à pleurer. Il l’a frappé à mort. Son avocate a plaidé le « manque » de cannabis ; ce qui était tout à fait exact mais ce qui n’a pas arrangé son cas aux yeux du tribunal. Il a été condamné à quinze ans de prison. (Voix du Nord, 08/11/2018).

Jean-Pierre Dickès

Source

La consommation de cannabis en France n’a pas été aussi élevée depuis 25 ans

La France comptait 5 millions de consommateurs de cannabis en 2017, dont 700 000 usagers quotidiens, selon les chiffres officiels. (PHOTO D'ILLUSTRATION)
La France comptait 5 millions de consommateurs de cannabis en 2017, dont 700 000 usagers quotidiens, selon les chiffres officiels. (PHOTO D’ILLUSTRATION) | JOSHUA RESNICK / FOTOLIA

En 2017, « le cannabis demeure la première substance illicite diffusée dans la population » avec 44,8 % des Français à l’avoir expérimenté, selon le Baromètre santé 2017 de Santé publique France sur plus de 20 000 personnes âgées de 18 à 64 ans.

Si la part des consommateurs dans l’année (11 %) n’a que légèrement progressé par rapport à la dernière enquête de 2014 (10,6 %), « les niveaux de 2017 s’avèrent être les plus élevés depuis 25 ans », soulignent les deux organismes.

Les 18-25 ans sont ceux qui consomment le plus

La tranche 18-25 ans reste la plus consommatrice, avec plus d’un jeune sur quatre (26,9 %) déclarant avoir fumé dans l’année, mais l’étude « observe avec le vieillissement des expérimentateurs, une consommation de plus en plus fréquente après 25 ans ».

« Il y a eu à la fin des années 90 une large diffusion du cannabis, avec près d’un ado sur deux à l’avoir expérimenté. C’est cette première génération expérimentatrice que l’on retrouve aujourd’hui », parmi les consommateurs plus âgés, explique à l’AFP Stanislas Spilka, l’un des auteurs de l’étude à l’OFDT. « Désormais, toutes les tranches d’âge sont concernées par des niveaux d’usage élevés », ajoute-t-il.

« L’entrée dans la vie professionnelle » n’arrête plus la consommation

Ainsi, la consommation dans l’année de cannabis concerne désormais 17,7 % des 26-34 ans, 9,4 % des 35-44 ans et 5,7 % des 45-54 ans. Cela démontre que « l’usage de cannabis […] persisterait après l’entrée dans la vie professionnelle », selon le baromètre.

À l’instar de l’alcool et du tabac, la situation professionnelle influence le niveau de consommation du cannabis : on trouve deux fois plus de consommateurs réguliers chez les chômeurs (6,6 %) que chez les actifs occupés (3 %). Mais, l’étude note « une progression de la consommation parmi les actifs occupés et une stabilisation de celle des chômeurs », entre 2014 et 2017.

Le mode d’approvisionnement est également un marqueur générationnel, les consommateurs de plus de 35 ans ayant davantage recours à l’autoculture (10 %, contre 7 % dans l’ensemble de la population), même si le « deal de rue » reste largement majoritaire pour près de deux tiers des usagers

Source