Cannabis : les messages de prévention visant à réduire les risques sont perfectibles

Une enquête réalisée sur près de 500 consommateurs de cannabis aux Etats-Unis laisse penser que ces derniers n’ont pas toujours conscience des risques que cette habitude peut avoir sur leur santé. Selon les auteurs de l’étude, ce problème vient surtout de la qualité des messages délivrés par les politiques de santé publique du pays.

Dans quelle mesure les consommateurs de cannabis ont-ils conscience des risques pour leur santé associés à cette substance ? Des chercheurs de l’université du Michigan et de l’université d’Etat de New-York à Buffalo (Etats-Unis) ont sondé 472 américains fumeurs de cannabis afin d’évaluer le degré d’efficacité des campagnes de prévention menées aux États-Unis. Les participants ont été recrutés lors du Hash Bash 2019, festival qui célèbre la marijuana et qui a lieu chaque année sur le campus de l’université du Michigan.

Publiée dans Health Promotion Practice, la recherche montre que les consommateurs fréquents de cannabis ne sont pas aussi bien informés qu’ils devraient l’être sur les stratégies de réduction des risques. Moins de la moitié d’entre eux (42%) est par exemple consciente qu’il est préférable d’éviter de fumer de la marijuana pendant la grossesse, tandis que seuls 36% connaissent la recommandation de ne pas conduire dans les six heures suivant la consommation de cannabis.

Environ un quart des participants estime par ailleurs que consommer des produits contenant du cannabidiol (CBD) et du tétrahydrocannabinol (THC), de l’huile de cannabis ou encore de mettre de la glace dans un bang s’avèrent des stratégies efficaces pour réduire la puissance du cannabis. Or, les auteurs de la publication rappellent que seuls les produits équitablement dosés en CBD et THC sont connus pour produire cet effet.

Bien que les connaissances ne garantissent pas automatiquement un comportement plus responsable, les chercheurs notent que le fait de fournir aux consommateurs de cannabis des informations précises sur les risques et les avantages de cette drogue aiderait au moins à prendre des décisions en toute connaissance de cause.

« Alors que de plus en plus d’États légalisent l’usage médical et récréatif du cannabis, il est important que la santé publique fournisse aux gens des connaissances adéquates sur l’utilisation du cannabis. Nous savons que l’abstinence n’est ni réaliste ni souhaitable pour certains consommateurs. Nous pouvons minimiser les coûts et les risques liés à la consommation de cannabis en sensibilisant les gens aux stratégies de réduction des risques », estime Lorraine Collins, co-autrice de l’étude.

Source