Recherche

C.N.P.E.R.T.

Centre National de Prévention, d Etudes et de Recherches en Toxicomanies

Date

7 janvier 2021

Lancement d’Ivresse, un média dédié aux boissons sans alcool

Le nouveau média Ivresse, crée par Xuoan, qui se présente comme « auteur sobre », explore les alternatives les plus élaborées en matière de boissons sans alcool (BSA).

Que vous ayez décidé de ne plus boire d’alcool pour le mois de janvier (Dry January), pour la vie ou juste un lundi sur deux, une question se posera rapidement. Que pouvez-vous boire d’intéressant, de surprenant voire de réconfortant lors d’un apéritif ? Fort heureusement depuis quelques années, des brasseurs, viticulteurs, vignerons, distillateurs et entrepreneurs osent créer des boissons sans alcool pour adultes exigeants. Que ce soit pour moins boire, ou ne plus du tout boire d’alcool.

Un nouvel écosystème

Imaginez un apéritif entre amis, à la terrasse d’un bar. L’ardoise affiche une douzaine de vins, des bières pression, des cocktails… L’embarras du choix. Du côté des « softs », a contrario, on navigue entre les sodas de multinationales et les sirops pour enfants. Face à ce constat et pour éclairer ceux qui pour de multiples raisons ont fait le choix de dire non à l’acool, Ivresse propose d’explorer éditorialement la thématique des boissons sans alcool, en interviewant les principaux acteurs, et permettant d’identifier les BSA les plus intéressantes d’un point de vue organoleptique.

Pour éclairer le consommateur, chaque vendredi, Ivresse propose des recommandations, enquêtes, débats, interviews et recettes autour des boissons sans alcool pour adultes, à boire à l’apéritif ou lors d’un repas.

Source

Le chiffre du jour : 45 % des Français souhaitent boire moins d’alcool en 2021

6 janvier 2021 – U.B.

En fin d’année dernière, Bacardi-Martini France a commandé un sondage auprès de l’institut OpinionWay. Parmi les 1 000 Français interrogés, il ressort notamment que 45 % souhaitent boire moins d’alcool et de manière plus consciente tout au long de l’année. Toujours selon ce sondage, 34 % des personnes interrogées prévoyaient de passer la fin d’année avec davantage de boissons non alcoolisées. De quoi valider la nouvelle voie du « slow drinking » que trace Bacardi-Martini depuis le lancement des versions sans alcool de Martini.

« Outre les cocktails sans alcool et les cocktails à faibles degrés d’alcool, il s’agit également de profiter de la qualité et du goût des spiritueux haut de gamme et de prendre le temps de créer des cocktails à siroter et à savourer », commente Marine Rozenfeld, responsable du développement de l’innovation pour Bacardi pour l’Europe occidentale, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Cette consommation plus modérée est particulièrement marquée chez les jeunes générations puisque 52 % des 18-34 ans en France avaient déclaré vouloir boire moins selon un sondage de l’IWSR réalisé en 2019.

L’alcool prenait trop de place dans ma vie, un matin, j’ai décidé d’arrêter

Quand on devient sobre, on n’a pas d’autre choix que d’apprendre à s’aimer.

Par Stéphanie Braquehais Écrivaine et traductrice

SANTÉ – La bouche pâteuse, des marteaux piqueurs dans la tête, l’impression d’avoir la joue cousue à l’oreiller. Et cette conviction d’être la plus nulle et la plus moche de la terre. Cette tempête du corps et de l’âme a un nom. La gueule de bois. GDB pour les intimes.

J’ai connu mon lot de GDB. Je ne buvais jamais seule, je pouvais passer des semaines sans boire. Mais quand je buvais, pendant des fêtes, des soirées, c’était souvent trop. Jusqu’au jour où j’en ai eu assez. Les inconvénients dépassaient les avantages. J’ai décidé d’arrêter. Et de tenir un journal.

Comprendre le mécanisme de la dépendance

J’ai voulu comprendre ce qui se passait dans le cerveau quand on boit. Je me suis intéressée aux neurosciences. Nous sommes tous, en tant qu’êtres humains, conditionnés par le circuit de la récompense, qui nous pousse à rechercher le plaisir et à éviter ce qui nous fait du mal. La dépendance envers un produit, que ce soit l’alcool ou autre chose, le cannabis, le shopping, les jeux vidéo, les réseaux sociaux n’est qu’une question de degré.

Plus nous buvons, plus nous renforçons les chemins neuronaux qui renforcent une habitude, un comportement. L’addiction va s’installer en raison d’un ensemble de paramètres: antécédents familiaux, facteurs génétiques, contexte social, économique, personnalité, etc.

Le petit verre à la fin de la journée pour se détendre après une journée stressante, celui qu’on boit pour se sentir plus confiant dans une soirée où on ne connaît personne. Si on est vraiment honnête avec soi-même, est-il possible, à tout moment, de faire la différence entre un verre-plaisir et un verre nécessaire?

La zone grise

Je suis partie en quête des mots qui me définiraient correctement. Je ne me reconnais pas du tout dans le mot alcoolique. Je n’étais pas malade. Je n’ai pas eu besoin de médicament ni d’aller voir un médecin pour arrêter de boire. Comme des millions de personnes, j’avais une consommation souvent excessive, ce qu’on appelle une consommation à risque.

Je me suis penchée sur la zone grise, ceux qu’on nomme les bons vivants, les fêtards ou les gros buveurs, ceux qui –et ils sont nombreux– ne voient pas l’intérêt de s’arrêter à “deux verres par jour (et pas tous les jours)” comme le recommandent les messages de santé.

L’alcool tient une place énorme dans nos relations sociales. La réaction des gens quand j’annonçais que j’avais arrêté de boire me le confirmait. “Ah bon? T’es enceinte? T’es malade?”. Ma sobriété les gênait et avait un effet miroir. Bien malgré moi, je les forçais à se poser des questions sur leur propre consommation.

Ma consommation a été un acte féministe, tenir l’alcool autant que les hommes, les battre à leur propre jeu, séduire, me libérer sexuellement. Puis, je me suis aperçue que ce que je prenais comme une libération était en fait une forme d’emprisonnement. Je me croyais chasseuse et j’étais devenue proie.

Apprendre à s’aimer

J’ai arrêté depuis deux ans et demi et je constate que ma personnalité a changé. Je suis devenue (relativement) plus sûre de moi, plus forte à l’intérieur. Je n’ai plus besoin de béquille pour fuir les situations difficiles.

L’autre jour, une amie qui a aussi arrêté me disait: quand on devient sobre, on n’a pas d’autre choix que d’apprendre à s’aimer. Ça paraît un peu cul-cul, mais il y a quelque chose de cet ordre-là.

J’étais une fêtarde. Je le suis toujours. La seule différence, c’est que je me couche plus tôt et que le lendemain, je n’ai pas de GDB, j’ai l’esprit clair et je suis pleine d’énergie.

Je ne dis pas que l’abstinence est la seule solution pour régler une consommation problématique. Dans mon livre, Jour Zéro (Ed. L’Iconoclaste), j’ai voulu partager une expérience et décortiquer notre relation à l’alcool. Elle est souvent plus bien plus compliquée qu’on le ne croit.

Source

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :