La France, mauvaise élève de la lutte contre le cannabis

par Xavier Raufer

En décembre 2014, la Fondation Terra Nova publiait ‘Cannabis, réguler le marché pour sortir de l’impasse’. Excellent sujet d’étude pour un think tank, mais, hélas, traité comme la gauche le fait souvent pour la sécurité, en noyant sous les mensonges ses propres échecs.

Pour Terra Nova, en France, la répression des drogues est un échec ; on y lutte durement contre le cannabis en interpellant des foules d’usagers. On peut, dit le think tank, prendre dix ans de prison pour avoir vendu du cannabis ; vingt ans si on en a produit ; plus des millions d’euros d’amende.

Fariboles. Mais d’abord ceci : les criminologues n’ont pas à décider des politiques publiques ; pénaliser, légaliser ou non l’usage des stupéfiants, est une décision de l’État. En revanche, ils doivent s’exprimer si les arguments échangés sont biaisés ou trompeurs, ce qui est le cas ici.

• Niveau de la répression : il y a en France (“Baromètre Santé” 2010-2014), environ 5 millions d’usagers de cannabis “au moins une fois par an”. Pourquoi Terra Nova calcule-t-il donc la répression sur les seuls usagers “au quotidien” (570 000, dit-il) ? Sur quelque 120 000 gardes à vue par an pour usage de cannabis, le taux réel de répression est ainsi de moins de 2,5 % sur tous les consommateurs, ce qui est peu dissuasif. Conclusion : la dure répression vue par Terra Nova est plutôt factice.

“il y a en France environ 5 millions d’usagers de cannabis “au moins une fois par an””

• Niveau de l’usage : il aurait quadruplé de 1992 à 2014. Oui, mais à quel rythme ? Vers 2010-2011, cet usage stagnait, voire baissait (‘Revue française de socioéconomie’, 2011/1-7, étude sur le marché du cannabis). Depuis 2003 “une légère baisse des niveaux de consommations pour tous les types de consommateurs apparaît”. L’Inpes-Santé-Territoires 2005-2010 (oct. 2013) constate une stabilité nationale de l’usage pour les 15-30 ans. L’explosion date donc de 2012, quand arrivent au pouvoir les amis de Terra Nova, qui camoufle maladroitement cette gênante réalité.

Les drogues en Europe : la France, mauvaise élève, oui, car c’est le seul pays où elles “explosent” ; ailleurs en Europe, l’usage des drogues stagne ou baisse. Exemple, celui de l’Angleterre (principal marché d’Europe pour les stupéfiants) : de 2008 à 2013, les saisies (douanes et police) s’y effondrent de – 25 %, le Home Office britannique y voyant “une rétractation objective du marché”.

Source

Publicités

Haute-Savoie : six adolescents intoxiqués par du « cannabis de synthèse »

Six jeunes gens d’Annecy ont été intoxiqués après avoir fumé « un produit de synthèse s’apparentant à de l’herbe de cannabis », et au moins trois d’entre eux ont été hospitalisés, a-t-on appris vendredi auprès du parquet et de la préfecture.

« Deux jeunes se sont évanouis dès la première bouffée de ces cigarettes. Ils se sont effondrés dans la cour de leur établissement scolaire », a indiqué le procureur d’Annecy Éric Maillaud. « Une jeune fille n’avait que 9 de tension plusieurs heures après les faits », a ajouté le procureur.

Une ado de 15 ans en garde à vue

La principale vendeuse de ce produit, une jeune fille de 15 ans, a été interpellée et placée en garde à vue vendredi par la police d’Annecy. Elle « a reconnu en avoir cédé à des élèves de plusieurs établissements scolaires d’Annecy et des alentours », a indiqué la préfecture dans un communiqué. « On a trouvé plusieurs sachets lors de perquisitions à son domicile. Elle achetait ça sur internet et gagnait 7 euros du gramme à la revente. Elle voyait là matière à se faire de l’argent de poche », a indiqué M. Maillaud.

Herbe et produit de synthèse

Le produit en question doit encore être analysé. Il est présenté sur internet comme ayant les mêmes effets que le cannabis. « Ce n’est pas un produit interdit à la vente car il n’est pas référencé », a précisé le procureur. La direction départementale de la sécurité publique de Haute-Savoie a mis en garde les consommateurs face à « la dangerosité avérée » de ce produit. « Il est conditionné la plupart du temps dans un petit sachet en plastique transparent et présenté sous la forme d’herbe hachée sur laquelle est fixé un produit de synthèse. Ce produit est vaporisé à plus ou moins forte dose sur cette herbe, de manière aléatoire et non maîtrisée, la dangerosité est ainsi proportionnelle à la quantité projetée », a précisé la préfecture. Ce produit « est ensuite consommé sous forme de cigarette artisanale, ses effets sont immédiats et peuvent provoquer malaises ou évanouissements« , a-t-elle ajouté.

Source

Cannabis : Les mauvais comptes font le trou de la santé par Jean Costentin

Dr CostentinJean Costentin est membre des Académies Nationales de Médecine et de Pharmacie. Professeur en pharmacologie à la faculté de Rouen, il dirige une unité de recherche de neuropsychopharmacologie associée au CNRS. Président du Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches en Toxicomanie,  (CNPERT) il a publié en 2006 Halte au cannabis !, destiné au grand public.

La légalisation du cannabis serait une manne pour le budget de la nation et une aubaine pour le chômage…Bizarre qu’en cette période de vaches maigres, notre prix Nobel d’économie n’y ait pas pensé, et que nos gouvernants à court de pactes et autres plans de redressement de la courbe du chômage n’aient pas sauté sur une si belle occasion de jouer au Père Noël ! Pourtant, la Fondation progressiste Terra Nova a fait les comptes et nous n’avons plus qu’à gober, fanfare médiatique à l’appui, son joli conte de circonstance. Sonnez hautbois, résonnez fumettes ! Laissez-nous fumer en paix et ce sera tout bénéfice pour les finances publiques et le moral de la nation ! Laissez-nous nous abrutir en paix, et nous chanterons la vie en rose… avant de déchanter…

DES COMPTES TOXIQUES

Pour « réguler le marché », il faut dépénaliser, avant de légaliser… puisque le cannabis, c’est connu, n’a jamais fait de mal à personne… De qui se moque-t-on ? Le cannabis, c’est prouvé,  est sept fois plus toxique que le tabac qui tue déjà chaque année 73 000 de ses 13 millions de fumeurs. Plus grave, le cannabis tue plus tôt, en pleine activité, et plus fréquemment, ce qui pénalise l’investissement humain de notre pays. Toxique pour les voies respiratoires, il réduit aussi les défenses immunitaires, entraîne des artérites et des accidents vasculaires cérébraux précoces et hypothèque gravement l’avenir de l’enfant à naître quand la mère en consomme pendant sa grossesse. Autant de frais en termes médicaux, hospitaliers, en durée d’arrêts de travail et charges de handicaps dont Terra Nova ne semble pas tenir compte…

Surtout, le cannabis est un poison pour le cerveau. Le THC, son constituant principal, perturbe l’éveil, l’attention, la mémoire, la motivation et l’ambition, avec de graves conséquences sur les facultés d’apprentissage, ce qui explique que, forte de sa première place en Europe pour la consommation de cannabis chez les jeunes, la France se retrouve dans le fond du classement PISA, annihilant en partie ses efforts budgétaires en faveur de  l’Education nationale. Nul ne conteste plus que le cannabis soit aussi à l’origine d’un grand nombre d’accidents de la route, et, encore une fois, ce sont les jeunes qui paient le plus lourd tribut. Ces mêmes jeunes qui, au lieu de se lancer dans la vie active, sombrent dans la polytoxicomanie, et qu’on retrouve en psychiatrie, car le cannabis est à l’origine d’une forte proportion de troubles mentaux, de la simple anxiété à la schizophrénie dont il est un facteur aggravant. Rappelons simplement à nos doux rêveurs de Terra Nova que le cauchemar des maladies mentales représente pour la collectivité un coût annuel de 110 Mds €, soit 5,8% du PIB !

STOP A L’ENFUMAGE !

Le tabac coûte déjà assez cher à la nation pour qu’on ne prenne pas le risque, en légalisant le cannabis, de faire exploser le nombre déjà d’autant plus conséquent de ses usagers que sa consommation est illicite. Les 1 600 000 cannabinomanes d’aujourd’hui auront vite fait de rattraper les 4 millions d’alcoolo-dépendants, voire les 13 millions de fumeurs que seul un triplement du prix des cigarettes pourrait guérir de leur addiction… Mais, on peut craindre de nos décideurs à la vue courte qu’à l’instar de ce qui se passe avec les  lobbies du tabac, ils ne cèdent au chant des sirènes de ces pseudo-économistes cannabinophiles… Pendant ce temps, la première mesure du  nouveau président de l’Uruguay, un cardiologue, a été de repénaliser l’usage du cannabis…

TERRA SANA

Dans la compétition économique internationale n’émergeront que les nations qui sauront préserver leur jeunesse de l’abêtissement des drogues. Il ne sert à rien de se ruiner à vouloir éduquer des individus que la drogue rend réfractaires aux activités éducatives. Faire miroiter la perception de taxes est dérisoire comparé à ce qui n’a pas de prix, la santé et l’intelligence de notre jeunesse. S’il est important de se préoccuper de l’état de la planète que nous léguerons à notre jeunesse, il est plus important encore de se préoccuper de l’état de la jeunesse que nous préparons pour cette planète.

Source

Etre allergique au cannabis, c’est possible et cela peut même être mortel

Un article publié dans le numéro de mars de the Annals of Allergy, Asthma, and Immunology, qui combine différentes recherches sur le cannabis, démontre que «les allergies au cannabis non seulement existent, mais qu’elles peuvent aussi être mortelles», relate The Daily Beast.

Les docteurs Thad Ocampo et Tonya Rans, auteurs de l’article, soulignent que les cas d’allergie au cannabis sont encore rares et «peu cités dans la littérature médicale malgré le fait que la marijuana est la drogue illicite la plus largement consommée au monde». Mais avec la récente légalisation du cannabis dans différents Etats des Etats-Unis, la drogue pourrait devenir une source d’ennui de plus en plus récurrente pour les allergologues, selon les auteurs.

Leur article se concentre particulièrement sur les allergies au cannabis sativa, une sous-espèce connue pour ses effets psychotropes, qui peuvent se manifester sous «de nombreuses formes, allant de l’asthme et l’eczéma à la conjonctivite et l’anaphylaxie», note The Daily Beast.

Le docteur Purvi Parikh, allergologue et immunologiste, interrogée par The Daily Beast, relève aussi que: «le cannabis sativa peut causer jusqu’au choc anaphylactique», une réaction allergique qui peut engager le pronostic vital. Ce pourquoi l’étude des docteurs Ocampo et Rans doit être «prise très au sérieux», souligne Purvi Parikh.

D’autant plus que les allergies au cannabis ne concernent pas que les consommateurs.«L’inhalation peut causer des problèmes à ceux souffrant d’allergies qui ne consomment pas nécessairement de marijuana mais qui sont exposés à sa fumée de façon passive», dit Purvi Parikh. «Les spores de pollen issus de l’agriculture et de la production de marijuana seraient aussi un autre mode d’exposition aux allergènes.» Et «la production de cannabis va augmenter», estime l’immunologiste.

Le diagnostic des allergies au cannabis se réalise en général grâce à un test cutané, explique The Daily Beast. Mais les scientifiques cherchent à élaborer des moyens de dépistage plus sophistiqués. Et certains travailleraient sur des tests in vitro pour trouver des anticorps.

Source

Skunk ou haschich : que choisir ?

Pédagogique, scientifique… et spectaculaire, la chaîne privée Channel 4 fait expérimenter les deux drogues à des volontaires.

Jon Snow, 63 ans, journaliste vedette de la chaîne, coprésentateur et cobaye vedette de la soirée, en inhale sous forme gazeuse dans un ballon, puis se soumet immédiatement à une IRM cérébrale. Pris de panique, il doit interrompre le scanner. L’ancien correspondant de guerre témoigne : « J’ai tenu à Gaza, j’aurais dû tenir… J’ai déjà fumé du cannabis, mais, après avoir pris de la skunk, j’ai été envahi par la pire peur de ma vieJe ne le referai jamais. »

Lire tout l’article

Adolescents: Les troubles du sommeil liés à la consommation de psychotropes

Les troubles du sommeil pourraient être liés à l’usage de psychotropes, notamment le cannabis. C’est ce qu’indiquent les conclusions d’une récente étude américaine, publiée dans le Journal of Clinical Sleep Medicine.

Tests d’endormissement et d’urine

Pendant dix ans, les chercheurs du Nationwide Children’s Hospital (Ohio) ont, en effet, examiné le comportement de 383 adolescents redirigés vers une consultation au Centre des troubles du sommeil de l’hôpital. L’objectif? Tenter de prouver que ces troubles étaient aussi liés à la consommation de cannabis.

Pour comprendre et diagnostiquer leur narcolepsie, les patients ont, donc, d’une part, passé un test appelé Tile (test itératif de latence à l’endormissement ou MSLT en anglais): leurs phases de somnolence ont été observées et leur temps nécessaire à l’endormissement enregistré. Mais ils devaient, d’autre part, également se soumettre à un test d’urine. Et bingo: 43 % des adolescents ayant un test pouvant être lié à la narcolepsie ou à de graves troubles du sommeil étaient également positifs au cannabis.

Un diagnostic avant toute prise en charge

«Nos découvertes soulignent et soutiennent l’importance de faire passer des tests d’urine, au préalable, à tous les patients de plus de 13 ans avant d’accepter de faire des examens complémentaires pour diagnostiquer leur narcolepsie», confie, au MD NewsDaily, Mark L. Splaingard, directeur du Centre des troubles du sommeil, et principal auteur de l’étude.

Un test de dépistage qui apparaît, aujourd’hui, «essentiel avant d’entamer un diagnostic», selon le chercheur, afin de ne pas «envisager une prise en charge de l’adolescent» pour des troubles importants du sommeil qui pourraient être évités tout simplement en arrêtant les stupéfiants.

Source