Etre allergique au cannabis, c’est possible et cela peut même être mortel

Un article publié dans le numéro de mars de the Annals of Allergy, Asthma, and Immunology, qui combine différentes recherches sur le cannabis, démontre que «les allergies au cannabis non seulement existent, mais qu’elles peuvent aussi être mortelles», relate The Daily Beast.

Les docteurs Thad Ocampo et Tonya Rans, auteurs de l’article, soulignent que les cas d’allergie au cannabis sont encore rares et «peu cités dans la littérature médicale malgré le fait que la marijuana est la drogue illicite la plus largement consommée au monde». Mais avec la récente légalisation du cannabis dans différents Etats des Etats-Unis, la drogue pourrait devenir une source d’ennui de plus en plus récurrente pour les allergologues, selon les auteurs.

Leur article se concentre particulièrement sur les allergies au cannabis sativa, une sous-espèce connue pour ses effets psychotropes, qui peuvent se manifester sous «de nombreuses formes, allant de l’asthme et l’eczéma à la conjonctivite et l’anaphylaxie», note The Daily Beast.

Le docteur Purvi Parikh, allergologue et immunologiste, interrogée par The Daily Beast, relève aussi que: «le cannabis sativa peut causer jusqu’au choc anaphylactique», une réaction allergique qui peut engager le pronostic vital. Ce pourquoi l’étude des docteurs Ocampo et Rans doit être «prise très au sérieux», souligne Purvi Parikh.

D’autant plus que les allergies au cannabis ne concernent pas que les consommateurs.«L’inhalation peut causer des problèmes à ceux souffrant d’allergies qui ne consomment pas nécessairement de marijuana mais qui sont exposés à sa fumée de façon passive», dit Purvi Parikh. «Les spores de pollen issus de l’agriculture et de la production de marijuana seraient aussi un autre mode d’exposition aux allergènes.» Et «la production de cannabis va augmenter», estime l’immunologiste.

Le diagnostic des allergies au cannabis se réalise en général grâce à un test cutané, explique The Daily Beast. Mais les scientifiques cherchent à élaborer des moyens de dépistage plus sophistiqués. Et certains travailleraient sur des tests in vitro pour trouver des anticorps.

Source

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s