Recherche

Mois

septembre 2017

La drogue qui rend zombie

La drogue qui rend zombie : le cannabis synthétique qui fait des ravages au Royaume-Uni et en Europe du nord s’implante en France

Moins cher, plus violent, et particulièrement prisé des jeunes pour qui il a la réputation de procurer des sensations particulièrement fortes, le cannabis de synthèse débarque en France. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les effets sont désastreux. 

Au secours

 

La drogue qui rend zombie : le cannabis synthétique qui fait des ravages au Royaume-Uni et en Europe du nord s'implante en France

 

En Angleterre, en Allemagne, en Belgique, une même scène se reproduit : des personnes inconscientes gisant sur le pavé suite à une forte prise de cannabis de synthèse. Ce cannabis low-cost serait 100 fois plus dévastateur que l’original, quels sont les risques liés à sa consommation? Quels-sont ses effets sur les consommateurs ?

Le Cannabis de synthèse entraîne des effets secondaires semblables à ceux observés suite à la prise de Cannabis végétal .Mais leur  intensité se révèle souvent décuplée en raison de la surdose des jeunes consommateurs qui sous-estiment  la forte concentration des substances utilisées.

Ils recherchent avant tout à ressentir des sensations immédiates ,si possibles plus intenses (voir plus extrêmes) lors de chaque prise .

Mais pour y parvenir ,ils y associent de plus en plus l’alcool (consommé rapidement et à jeun) , la cocaïne ou les amphétamines ( « les tases », la Mdma., le speed…).

Découvrez le savoir-faire et les perspectives d’avenir des entrepreneurs soutenus par Bpifrance dans la série « Paroles d’Entrepreneurs »

Cette prise de risque s’inscrit bien au carrefour de l’immédiateté et des conduites « festives »plus globales  , avec la recherche de plaisir dans un comportement initiatique de groupe .

Quelle est cette nouvelle drogue, encore assez peu connue en France?

De quoi est-elle composée?

Le Cannabis de synthèse entre dans le groupe des cannabinoides , avec une action sur les récepteurs nerveux centraux (CB1) dont les effets psychotropes sont les plus connus (euphorie, désinhibition, somnolence, voir véritable dissociation avec confusion , hallucination, bouffée délirante ,effets « psychédéliques »).

Les récepteurs cannabinoides CB2 se retrouvent sur des cibles plus périphériques pouvant influencer les effets immunosuppresseurs et anti-inflammatoire(d’où de possibles actions antalgiques et autres )

Ces substances évoluent au rythme de leurs découvertes ,Avec noms plus ou moins attractifs qui réveillent l’imaginaire , comme Le « SPICE DIAMOND! »

Jusqu’à présent, la consommation de cette drogue semble assez marginale en France. Quelles sont les tendances de consommation aujourd’hui? Faut il s’inquiéter d’une hausse de la consommation dans les années à venir?

Le prix et l’accès rapide aux substances cannabinoides de synthèse favorise leur utilisation.

Mais il me paraît essentiel de souligner les risques inhérents aux associations de produits aux effets  qui s’additionnent avec des risques de ralentissement cardiaque voir d’accélération avec arrêt cardiaque .

Les troubles les plus fréquents justifient une surveillance clinique dans un lieu médicalisé calme .

Selon moi ,Les jeunes consommateurs ne doivent pas se sentir traqués et jugés dans leurs conduites addictives ;mais il me paraît essentiel de maintenir l’écoute .

Elle permet en effet d’expliquer les risques secondaires des poly-consommations et elle aide les liens familiaux et sociétaux à mieux fonctionner .

Les consultations jeunes consommateurs ne s’attaquent pas à des produits Mais s’adressent à des jeunes qui ont besoin d’être entendus et conseilles pour limiter les prises de risques !

Source

Augmentation du nombre et de la sévérité des intoxications liées à la consommation de cocaïne

Point d’Information ANSM.

Une augmentation préoccupante du nombre et de la sévérité des intoxications liées à la consommation de cocaïne a été constatée par le réseau des centres d’addictovigilance français (CEIP-A*) et rapportée à LAgence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

L’ANSM souhaite donc rappeler aux médecins des services d’urgences, des services d’urgences psychiatriques, cardiologiques, neurologiques et du SAMU, les symptômes d’une intoxication par la cocaïne afin de permettre une prise en charge médicale plus rapide de ces patients.

Les données du réseau des CEIP semblent montrer un nombre de signalements d’intoxication à la cocaïne multiplié par deux entre 2015 et 2016 et cette augmentation continue d’être constatée pour l’année 2017. Elle pourrait être liée à l’augmentation de la concentration du produit vendu (augmentation de la « pureté » de la cocaïne) et à sa plus grande disponibilité.

Une enquête nationale d’addictovigilance est en cours afin de mieux circonstancier les cas et l’évolution de la consommation de cocaïne en France. Les résultats seront présentés prochainement.

L’ANSM rappelle aux professionnels de santé :

————–
*Centre d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance – Addictovigilance

« Nuggets »

Le court-métrage d’animation qui met en lumière les ravages de l’addiction

Le nombre hallucinant d’overdoses aux États-Unis en lien avec les opioïdes a fait resurgir un court métrage d’animation percutant. Réalisée en 2014, l’œuvre épurée du réalisateur allemand, Andreas Hykade, fait aujourd’hui le tour des réseaux sociaux. (plus de 12 millions de « vu » sur Youtube)

Source

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :