Recherche

C.N.P.E.R.T.

Centre National de Prévention, d Etudes et de Recherches en Toxicomanies

Mois

novembre 2013

A propos de la cigarette électronique « Vapoteur »,

Sur l’opportunité de réserver sa dispensation en pharmacie

Pr. Jean Costentin, Président du Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT)

Evoquons tout d’abord le mal à combattre : Les 73.000 morts provoqués annuellement  en France par le tabac  (soit 200 morts chaque jour ! un fumeur sur deux meurt d’une cause en relation avec son tabagisme) et, au-delà, pour ceux qui y survivent, des troubles multiples, qui peuvent être très handicapants : les artérites des membres inférieurs, leurs douleurs, restrictions de la marche et leurs amputations, l’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux, la broncho-pneumopathie chronique obstructive, avec la  sensation d’asphyxie permanente….Au premier rang de cette mortalité figurent les cancers de la sphère O.R.L., des bronches et des poumons, provoqués par les goudrons issus de la combustion du tabac.

Conçue en 2003, par un pharmacien chinois, Hon Lik, (dont le père, fumeur,  serait décédé d’un cancer du poumon), la cigarette électronique /  e-cigarette / vapoteur,  après une lente progression voit ses ventes littéralement exploser. Sur les 13-14 millions de fumeurs en France, un million d’entre eux y recourent déjà. Ces vapoteurs  délivrent lors de chaque aspiration de la nicotine, dont la solution est vaporisée par le chauffage d’une petite résistance, alimentée par une petite batterie rechargeable. Le fumeur, irrépressiblement dépendant à la nicotine, peut plus aisément se détacher de la cigarette, (même si la dépendance au tabac n’est pas exclusivement le fait de la nicotine, dont les effets sont « boostés » par des aldéhydes volatils, qui inhibent une enzyme impliquée dans la dégradation de la dopamine, le neuromédiateur du plaisir). Cet apport de nicotine s’effectue sans combustion de l’élément végétal, génératrice de nombreux toxiques, dont en particulier des goudrons cancérigènes et de l’oxyde de carbone (le gaz des cokeries d’antan, qui était présent dans le gaz domestique, ou encore le gaz des poêles ayant un tirage défectueux) qui est un  poison de l’hémoglobine. Lié à l’hémoglobine des globules rouges, l’oxyde de carbone les empêche de transporter l’oxygène capté par les poumons, à tous les organes qui en ont un impérieux besoin.

Parmi les inconvénients du vapoteur notons : Lire la suite

Les chirurgiens anatomistes de Padoue

Académie de chirurgie

Séance du mercredi 13 novembre 2013 (14h30-17h00)

(Les Cordeliers, 15 rue de l’Ecole de médecine 75006 Paris)

Communications libres

Les chirurgiens anatomistes  de Padoue

au XVIème et XVIIème siècle

A.J. Fabre (Créteil)

 Padoue, loin d’être un simple faubourg de Venise compte parmi les plus grandes villes universitaires d’Europe. Depuis le haut Moyen Age,  Padoue a tenu une place prépondérante dans l’Histoire de la médecine, tout particulièrement en chirurgie et en anatomie.

Dès 1594 y est construit le premier amphithéâtre spécialement aménagé pour l’enseignement de l’anatomie.

Pendant des siècles, étudiants et professeurs sont venus de toutes parts d’Italie et de tous les pays d’Europe, attirés par la renommée de Padoue,  capitale de la chirurgie et de l’anatomie.

Emission sur Europe 1 : Guerre contre la drogue ? (2/11/2013 à 14h)

Cliquez ici pour écouter le sujet sur le site d’Europe 1

Le sujet commence à 7′ 14″ et se termine à 36′ 45″

La lettre du CNPERT de Novembre 2013

Pour lire la lettre du CNPERT de Novembre 2013

cliquez ci-dessus sur « Lettres du CNPERT » ou cliquez ici

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :