Sans doute avez vous eu connaissance, cet été, des menées, manifestement concertées, des prosélytes des drogues et toxicomanies, qui ont occupé le terrain médiatique pour requérir l’ouverture, en France, de salles d’injections de drogues (particulièrement d’héroïne), pour les toxicomanes. Une réprobation forte nous paraît nécessaire afin d’apporter une contradiction audible. C’est pourquoi le C.N.P.E.R.T. prend l’initiative d’une campagne nationale en adressant à de nombreuses personnes un manifeste justifiant différentes raisons de s’élever contre ce déplorable projet. Sa mise en oeuvre effondrerait une des dernières digues, visant à contenir le « tsunami » des toxicomanies en extension, spécialement dans notre pays.

Associé à la liste de ses signataires, ce manifeste sera transmis aux “décideurs”, “leaders d’opinions” et médias, afin de leur faire connaître nos arguments, leur montrant que nombre de nos concitoyens ne se reconnaissent pas dans les opinions bruyamment exprimées à cet égard.

Aussi, nous vous prions, non seulement de signer ce manifeste, mais aussi de le diffuser largement aux membres de vos associations, à vos collègues de travail, aux membres de votre famille, à vos amis…

Sur les problèmes cruciaux chacun(e) de nous sait faire l’effort de réagir, je vous convie à considérer qu’en la circonstance, il s’agit d’un problème crucial.

Avec l’espoir de votre concours déterminé, je vous exprime mes sentiments cordiaux et dévoués.

Jean Costentin – Président du CNPERT