La lutte antidrogue a « échoué » et des changements sont « urgents » dans ce domaine, indique un rapport de la Commission mondiale sur la politique des drogues (Global Commission on Drug Policy). Plusieurs personnalités ayant participé à l’élaboration de ce rapport, dont des anciens présidents latino-américains, préconisent une dépénalisation des drogues et une légalisation du cannabis. « Cinquante ans après la signature de la Convention de l’ONU sur les drogues et quarante ans après que le président [Richard] Nixon eut lancé la guerre antidrogue du gouvernement nord-américain, il est urgent de réformer les politiques nationales et mondiales de contrôle des drogues », indique le document qui sera présenté jeudi à ….. suite

Commentaire du Professeur Tillement

Ce  rapport aberrant émane d’anciens  décideurs internationaux dont certains ont représenté  ou dirigé des pays où la drogue est synonyme de violence et de crime.

Est-ce une raison pour ouvrir les vannes et capituler sans condition ?

Le rapport affirme que :

La lutte contre la drogue a échoué…car les consommations de drogue augmentent !

Cette lutte a t’elle été à la hauteur de l’enjeu ? Dans notre pays sûrement pas, comme nous l’avons dénoncé à maintes reprises

On n’a pas la contre-expérience, mais néanmoins on pense qu’en France, on en a limité la progression, mais :

La lutte a t elle véritablement commencé, lui a-t-on donné une chance ?  NON, les fournisseurs développent une politique commerciale agressive multipliant les offres quantitatives : héroïne, cocaïne (prix sacrifiés !), cannabis…et qualitatives variées, produits de synthèse, amphétamines et dérivés..  dans un silence médiatique impressionnant, minimisant ou ridiculisant les opposants, présentés comme ringards, idéologues, moralistes..  Les média sélectionnent  de façon toute biaisée les intervenant sur ce sujet   

Les politiques répressives vis-à-vis des consommateurs de drogue ont surtout mis à mal les actions de santé publique  ……système purement répressif !

Comment peut- on oublier l’action courageuse, quotidienne et efficace de tous ceux qui en France et à l’étranger luttent contre la drogue ? Quelles punitions sont prononcées contre et véritablement effectuées par les trafiquants ?

La légalisation du cannabis couperait « l’herbe sous les pieds des trafiquants » !

Quelle naïveté, pour ne pas dire plus, de ne considérer parmi les drogues que le seul cannabis, sachant que l’offre est de plus en plus diversifiée. Accepter le cannabis serait ouvrir les vannes à toutes les autres drogues, qu’il faudra à leur tour légaliser. Qui peut imaginer que n’ayant plus accès aux ressources du commerce du cannabis, ces dealers s’engageraient aussitôt dans des métiers honnêtes payés au SMIC?

 Sait-on que les toxicomanes injecteurs d’héroïne ont pratiquement tous commencé par la triple association, alcool, tabac, cannabis. Seul le dernier est interdit, maintenons le.

La transgression qui se faisait chez l’adolescent au niveau du cannabis s’effectuerait alors un ou deux barreaux au dessus ; au niveau de la cocaïne ou de l’héroïne

A l’heure où le tabac, , et l’alcool continuent de faire des dégâts; que l’on est incapable d’en prévenir l’usage chez les plus jeunes qui peut imaginer que l’on ferait mieux avec le cannabis ?

Ressortir en 2011 les vieilles lunes « soixantehuitattardées » de la légalisation du cannabis, c’est faire fi des multiples informations scientifiques et épidémiologiques accumulées depuis quarante ans ; attitude aberrante sinon criminelle.. Quelle place est faite dans ces envolées démagogiques aux toxicités physique et psychique du cannabis désormais bien cernées (toxicité O.R.L. et broncho-pulmonaires par cancers, affaiblissement de l’immunité, infarctus du myocarde, artérites, accidents vasculaires cérébraux, perturbations de la grossesse et du bébé qui en est issu, perturbations de la mémoire, des capacités éducatives, anxiété, dépression, relation de mieux en mieux établies avec les psychoses (folie), perturbation de la conduite des véhicules, induction d’autres toxicomanies….

Que deviendrait la pédagogie de la lutte contre le tabac, alors que l’ on autoriserait pire que lui?

Le rapport vante les «  résultats » du Portugal, le plus mauvais élève de l’Europe qui a tout permis avec des consommations record mais qui n’augmenteraient plus (ce qui ne nous apprend rien en l’absence des chiffres absolus). Pourquoi ne pas citer les bons exemples, la Finlande et la Suède (Voir CNPERT N°12)

Le rapport propose aussi une prise en charge Médicale et Psychologique ; n’est ce pas ce qui est déjà fait en France et dont nous souhaitons le développement, mais sur un mode mieux encadré et évalué. Un toxicomane avant d’être considéré comme délinquant est un malade qu’il faut soigner ; offrons lui ces soins; mais surtout développons une prophylaxie sans laxisme; Soins aux drogués, guerre à la drogue et à ses dealers

On pourrait citer beaucoup d’autres arguments, certains ont déjà été développés dans le blog .

Ce rapport indique manifestement qu’il recherche la paix à n’importe quel prix, en particulier dans les pays où l’appât des profits de la drogue entretient un climat de terreur ; On ne l’obtiendra pas en cédant à la violence et en oubliant que toute politique doit d’abord protéger les citoyens des véritables maux et non de leurs conséquences 

Prophylaxie sans laxisme !