La Journée internationale contre la drogue en Chine

26 juin 2017 : des officiers brûlent la drogue confisquée dans la ville de Mangshi, la capitale de la préfecture autonome dai et jingpo de Dehong, dans la province du Yunnan (sud-est de la Chine).

Un total de 5635 tonnes de drogue confisquée ont été détruites lundi, lors de la 30e Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues. [Crédit photo : Xinhua]

La Chine a marqué la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues par l’exécution de barons de la drogue et d’expositions visant à effrayer les utilisateurs potentiels de drogues, dans un contexte de renforcement des efforts dans la guerre contre les drogues.

Samedi, la cour intermédiaire de Shanwei, dans la province méridionale chinoise du Guangdong, a condamné à mort treize trafiquants dans un jugement, qui s’est déroulé dans un stade. Huit d’entre eux furent exécutés plus tard dans la journée. Tous étaient originaires de Lufeng, une ville hantée depuis longtemps par la production illégale de drogues.

La Chine met également en place des moyens créatifs pour traiter les addictions, incluant l’utilisation de films utilisant la réalité virtuelle et la médecine traditionnelle chinoise. Les officiels indiquent cependant que le problème de la drogue restait grave et complexe, du fait de l’émergence des réseaux sociaux.

Afin de sensibiliser la population, divers événements se sont déroulés à travers le pays pour marquer la Journée internationale contre les drogues, qui a lieu le 26 juin de chaque année.

La police de Beijing a notamment détruit 1,4 t de stupéfiants saisis entre 2014 et 2015.

Lundi, le ministre de la Sécurité publique, Guo Shengkun, a déclaré lors d’un forum, que tous les départements du pays devaient augmenter leur coopération et leur coordination dans les opérations de lutte contre les drogues. Il a également appelé à l’expansion des organisations sociales et à la mobilisation de la population pour participer à la guerre contre les drogues.

Lors d’un forum qui s’est tenu vendredi dernier, Xiong Desheng, le directeur adjoint de la Commission nationale chinoise de contrôle des stupéfiants (NNCC), a indiqué que la toxicomanie avait engendré des milliers de milliards de yuans de pertes. L’impact sur la main d’œuvre du pays a été significatif du fait de l’influence néfaste des drogues sur la santé, celles-ci engendrant notamment la propagation de maladies infectieuses.

En mars, la NNCC a indiqué qu’à la fin 2016, la Chine comptait 2,5 millions de toxicomanes, soit 6,8 % de plus par rapport à l’année précédente. Parmi eux, 58,4 % sont âgés entre 18 et 35 ans.

Trafic en ligne

Un rapport de la NNCC indique que la Chine continue de faire face à de nombreux défis concernant le contrôle des stupéfiants : « Le trafic de drogues se basant sur Internet se répand rapidement et les activités de trafic sont devenues plus dissimulées. »

Les plateformes de réseaux sociaux, comme WeChat et Momo, sont de plus en plus fréquemment utilisées pour le trafic de stupéfiants, indique Wang Wei, un professeur à l’Université de la sécurité publique du peuple de Chine, ajoutant que les trafiquants collectent l’argent par le biais de ces réseaux sociaux et envoient des photos du lieu où a été cachée la drogue : « Ces trafiquants peuvent opérer sans se rencontrer, ce que rend leur arrestation plus difficile. »

La NNCC indique également que le trafic de drogues est devenue plus transfrontalier et qu’il s’est internationalisé.

En 2016, les autorités chinoises ont dévoilé 1481 affaires de drogues impliquant des étrangers. Elles en ont arrêté 1876 et saisi 6,6 t de drogues diverses.

Lundi, la police de la préfecture autonome du Xishuangbanna dans la province du Yunnan, a remis quatorze trafiquants birmans à la police du Myanmar, qui a de son côté renvoyé douze toxicomanes chinois présumés en Chine.

La police du Xishuangbanna a indiqué que ces utilisateurs de drogues seraient envoyés dans des centres de désintoxication.

Une désintoxication basée sur la technologie

D’après Xiong Desheng, la Chine a construit 775 centres de désintoxication pouvant accueillir 361 000 toxicomanes, afin d’aider ceux-ci à traiter leur addiction.

Cao Xuejun, le directeur de l’administration en charge de la désintoxication affiliée au ministère de la Justice, a indiqué jeudi lors d’une conférence de presse, que la médecine traditionnelle chinoise et la réalité virtuelle seraient utilisées pour aider à réhabiliter les toxicomanes.

Les consommateurs de drogues doivent regarder des films, qui montrent les conséquences horribles de l’utilisation de drogues. Ils en regardent ensuite un autre leur montrant la beauté d’une vie saine, indique Mme Wang, une employée du Centre de réhabilitation obligatoire de Liangzhu.

La technologie de la réalité virtuelle rend tout plus frappant. De nombreux patients sont pris de vertiges et leur rythme cardiaque monte en flèche pendant le visionnage du film. En dehors de cela, il n’y a cependant aucun autre effet secondaire, explique Wang Wei, ajoutant que de nombreux patients étaient effrayés à l’idée de consommer des drogues après avoir reçu un tel traitement pendant quelques mois.

Lundi, le gouvernement de Beijing a également utilisé la technologie de la réalité virtuelle dans une campagne de lutte contre les drogues dans les stations de métro, afin d’exposer la population aux souffrances de la toxicomanie.

Publicités

2 Replies to “La Journée internationale contre la drogue en Chine”

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s