CANNABIS: A usage en hausse, perception des risques en baisse

Cette vague 2012 de l’étude américaine MFT (Monitoring the Future Survey) conduite par des chercheurs de l’université du Michigan pour les National Institute on Drug Abuse (NIDA/NIH) montre une stabilité voire une diminution de la consommation d’un grand nombre de drogues, mais pas du cannabis qui voit son usage toujours très élevé mais avec une moindre conscience des risques possibles pour la santé.

Un usage en hausse à compter de la classe de 4è : Des résultats constatés chez des élèves de 4è, seconde et terminale (équivalents américains : 8è, 10è et 12è grades) qui aboutissent à un taux global d’usage quotidien de 6,5% à la fin du cycle secondaire, vs 5,1%, il y a 5 ans. Près de 23% déclarent avoir fumé au cours du mois précédant l’enquête et plus de 36% déclarent avoir fumé dans l’année précédente. Chez les élèves de seconde 3,5% consomment de la marijuana tous les jours, 17% dans le mois et 28% dans l’année. L’utilisation s’intensifie dès la classe de 4è, avec 1,1% d’usagers quotidiens mais plus de 11% de consommateurs, dans l’année écoulée. En Europe, à titre de comparaison, la dernière vague de l’étude ESPAD de 2011, indique que 17% des étudiants âgés de 15 à 17 ans, ont déjà consommé du cannabis.

Une perception en baisse de la nocivité, qui suggère une tendance à l’augmentation. Ainsi, seulement 41,7% des élèves de 4è considèrent l’usage occasionnel de cannabis comme nuisible mais les 2 tiers sont convaincus des dangers d’un usage régulier. Ces deux taux sont au plus bas depuis le début de l’enquête, il y a 20 ans. Alors que les adolescents vieillissent, leur perception du risque diminue. Seulement 20,6% des élèves de terminale considèrent une consommation occasionnelle comme nuisible et c’est le taux le plus bas depuis 1983.

Cannabis, baisse de Q.I. et déficiences neurologiques : Le NIDA rappelle cette étude publiée dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine, PNAS, qui concluait que les personnes qui avaient consommé du cannabis massivement dans leur adolescence présentaient une baisse significative de 8 points de QI aux âges de 13 puis de 38 ans. Les usagers de cannabis, avant l’âge de 18 ans, alors que le cerveau est encore en développement montrent aussi une déficience des capacités mentales et même longtemps après avoir arrêté de fumer. Des résultats confirmés par d’autres études confirmant le lien entre consommation prolongée de cannabis et déficience cognitive ou neurologique.

Cannabis et moindre qualité de vie : Le directeur du NIDA, le Dr Nora D. Volkow se dit préoccupée par l’effet de l’usage régulier ou quotidien de cannabis sur la capacité de nombreux jeunes à profiter pleinement de leur scolarité et de nombreux autres aspects de la vie. L’explication, le THC (tétrahydrocannabinol) modifie la capacité de l’hippocampe, une région du cerveau liée à l’apprentissage et à la mémoire, à communiquer efficacement avec les autres régions du cerveau.

Avec la précocité de l’usage, le risque de dépendance: Ce risque touche environ 1 usager sur 11 sur l’ensemble des usagers,  mais environ 1 sur 6 pour les usagers qui ont commencé à fumer à l’adolescence. C’est plus que chez les usagers quotidiens, mais plus tardifs.

Alors qu’aux Etats-Unis, l’utilisation d’autres drogues chez les adolescents suit plutôt une baisse régulière modeste, prouvant qu’une évolution sociale positive est possible chez les jeunes, l’abus de médicaments, par les jeunes suit les mêmes évolutions que l’usage du cannabis. L’abus de médicaments (Vicodin…) augmente ou se stabilise à des niveaux élevés (7 à 10% en fin de cycle secondaire) avec, simultanément une diminution de la perception des dommages liés à leur consommation. Tabac et alcool sont également passés en revue par ce rapport, avec des tendances globales plutôt encourageantes. Source

Publicités