Drogue au volant : tolérance zéro et nouveaux tests salivaires

Comme nous le révélons, les contrôles de stupéfiants vont être renforcés avec de nouveaux kits salivaires. Les accidents impliquant des conducteurs sous l’emprise de drogue augmentent.

Lorsqu’il remonte des files de voitures, Maxime, motard au sein de la police parisienne, repère parfois «à l’odeur» un conducteur en train de fumer du cannabis, détectant de loin les effluves qui s’échappent depuis les fenêtres ouvertes du véhicule. Ce comportement, de plus en plus commun, est pourtant loin d’être anodin : d’après les dernières données officielles de la sécurité routière, 23 % des personnes décédées sur les routes en 2015 ont été tuées dans un accident impliquant un conducteur sous l’emprise de stupéfiants.

Alors que ce lundi de Pâques est classé rouge dans le sens des retours, et que le mois de mars s’est traduit par une nette hausse du nombre d’accidents mortels, le ministère de l’Intérieur a décidé de renforcer les contrôles de drogue au volant

«Dans les prochaines semaines, les commissariats et les brigades de gendarmerie vont recevoir les nouveaux kits de tests salivaires», nous annonce un haut responsable de la sécurité routière. Ces tests permettent de détecter en quelques minutes si un conducteur a consommé du cannabis, de la cocaïne, des opiacés, de l’ecstasy ou des amphétamines. Mais la vraie nouveauté est que les contrôles seront désormais bien plus rapides qu’auparavant

 Une nouvelle campagne télévisée de la sécurité routière

A l’heure actuelle, un peu plus de 100 000 contrôles de stupéfiants sont effectués chaque année contre plus de 11 millions de contrôles d’alcoolémie. «Alors que nous ne faisions quasiment pas de dépistage de la drogue au volant il y a dix ans, on mesure désormais systématiquement si le conducteur est sous l’emprise de stupéfiants lorsque le test d’alcoolémie est positif», explique Maxime, le policier parisien. C’est que le risque d’avoir un accident mortel est multiplié par quinze si l’automobiliste a mélangé cannabis et alcool.

«Le seul fait de conduire sous l’emprise du cannabis double le risque d’être responsable d’un accident mortel car cela réduit la vitesse de réaction aux situations d’urgence et provoque des effets sur la vigilance, souligne Didier Jayle, médecin addictologue et ancien président de la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie. J’ai déjà entendu des chauffeurs routiers me dire qu’ils prennent du cannabis car on n’a plus le droit de boire.»

«Beaucoup de conducteurs ne savent pas qu’il est interdit de conduire après avoir pris de la drogue et que c’est un délit passible de deux ans de prison», explique le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe. Ce rappel de la loi et des dangers encourus fera d’ailleurs l’objet d’une nouvelle campagne télévisée de la sécurité routière dans les semaines à venir. L’occasion aussi de rappeler que tout refus de se soumettre au test est équivalent à un test positif et que tous les usagers de la route sont concernés, y compris les cyclistes et les personnes qui accompagnent un élève conducteur en conduite accompagnée.

Source

Publicités