Dépénalisation du cannabis : la position d’Emmanuel Macron

Par CNEWS Matin – Mis à jour le 11/05/2017 à 08:38 Publié le 11/05/2017

Dans son ouvrage « Révolution », l’ancien locataire de Bercy se montre très clair sur le sujet.[AFP]

Candidat très attendu lors de la prochaine élection à la présidentielle, Emmanuel Macron se montre favorable à la dépénalisation du cannabis, serpent de mer sociétal qui devrait être débattu lors de la campagne.

Dépénalisation oui, légalisation non. Dans son ouvrage «Révolution», l’ancien locataire de Bercy se montre très clair sur le sujet. «Je plaide pour une dépénalisation de la détention en petite quantité du cannabis afin de désengorger les tribunaux», écrit Emmanuel Macron.

Egalement interrogé à ce propos sur France Inter en septembre dernier, l’ex-ministre de l’Economie avait reconnu à cette occasion que la consommation de cette drogue dite doucepose à la fois «un problème de sécurité, de lien avec la délinquance dans les quartiers difficiles et de financement de réseaux occultes».

A l’époque, il demandait néanmoins un délai supplémentaire pour affiner sa réflexion. La sortie de «Révolution» lui a permis de mieux préciser son point de vue sur la question.

Source

—————————————-

CNEWS Matin – Mis à jour le 13/05/2017 à 13:29

Le président élu Emmanuel Macron, se montre particulièrement flou sur la question de la dépénalisation du cannabis, changeant totalement de position au cours de la campagne.

Dans son livre Révolution, paru en novembre, il se déclarait favorable à la dépénalisation «de la détention en petite quantité du cannabis afin de désengorger les tribunaux». Emmanuel Macron plaidait ainsi pour que le délit soit puni d’une simple contravention. Une mesure qu’il qualifiait alors de «bien plus dissuasive qu’une hypothétique peine de prison dont le monde sait qu’elle ne sera finalement jamais exécuté».

Virage à 180°

Mais au fil de sa campagne, le désormais président élu a opéré un virage à 180°. Lors d’un entretien au Figaro publié en février, il se prononçait ainsi en faveur de la «tolérance zéro». «Je ne crois pas à la dépénalisation des « petites doses » ni aux peines symboliques. Cela ne change rien», soulignait-il.

Dans la foulée, le député et porte-parole d’Emmanuel Macron, Arnaud Leroy, précisait sur Twitter que le candidat était bien favorable à une «contraventionalisation» du délit. Et d’ajouter qu’Emmanuel Macron restait «fidèle» à ce qu’il avait écrit dans son livre.

Source

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :