La consommation du cannabis n’est pas anodineSurtout pour le cerveau. Et ses effets néfastes se font sentir des années plus tard, notamment quand on en a fait usage dès l’adolescence.

Voir la vidéo (1’05 »)

Le cannabis modifie le fonctionnement du cerveau quand il est consommé à un âge précoce. « L’adolescence est un moment pendant lequel le cerveau croît énormément. Le nombre des récepteurs sensibles à l’action du cannabis va augmenter », explique le professeur Jean-Luc Martinot.

C’est une période « où tout un tas de fonctions sont immatures, comme celles du contrôle de l’impulsivité, du plaisir, de la frustration… Et toutes ces fonctions immatures vont être très sensibles à l’effet du cannabis », précise ce directeur de recherches à l’Inserm.

Les résultats des tests de mémoire sont sans appel

Des effets se font sentir dès années plus tard, notamment mesurés par des tests de mémoire effectués dans trois groupes d’adultes : ceux qui ont fumé du cannabis à 14 ans, à 18 ans, et ceux qui n’en ont jamais fait usage. Les résultats sont sans appel.

« Une personne qui a débuté tôt à l’adolescence, en moyenne, il y a une baisse des performances plus forte que celle qui a commencé plus tard », selon le médecin. D’où l’importance, pour les parents, de réagir très vite au fait que leur enfant consomme du cannabis.

Extrait du magazine « Un Œil sur la planète » diffusé le 18 mai à 23h20, sur France 2.

Source France 2