L’âge d’apparition de la schizophrénie est plus précoce en cas de toxicomanie

On sait que le pronostic évolutif de la schizophrénie est d’autant moins favorable que l’apparition de cette psychose est plus précoce. Or l’actuel accroissement mondial des addictions à certaines substances (cannabis, amphétamines, cocaïne) peut susciter une avancée de l’épisode « inaugural » de schizophrénie, donc aggraver son profil évolutif, puisque ces drogues constituent des facteurs de risque avérés en termes de psychopathologie. Ce danger est confirmé à nouveau par une étude réalisée à l’Université d’Australie Occidentale (à Perth) sur une population de 167 patients schizophrènes, répartis en quatre groupes, en fonction de leurs antécédents en matière de toxicomanie durant l’année précédant l’apparition de la symptomatologie psychiatrique :

  • Aucune addiction (65 sujets) ;
  • Addiction au cannabis : (68 sujets) ;
  • Addiction mixte au cannabis et aux amphétamines (25 sujets) ;
  • Addiction mixte à la cocaïne et au cannabis ou aux trois drogues associées : cocaïne + cannabis + amphétamines (9 sujets).

Une analyse de variance a été réalisée pour analyser les modalités statistiques et un modèle de régression linéaire a évalué comment la consommation de chaque type de drogue peut représenter un facteur prédictif de l’âge d’entrée dans la psychose. Les auteurs observent, à l’entrée (diagnostiquée) dans la schizophrénie, un âge moyen de :

  • 23,34 ans (déviation-standard = 6,91 ans), chez les sujets ne consommant aucune drogue ;
  • 22,51 ans (déviation-standard = 5,27 ans), chez les consommateurs exclusifs de cannabis ;
  • 20,84 ans (déviation-standard = 3,48 ans), chez les sujets consommant à la fois du cannabis et des amphétamines ;
  • et 19,56 ans (déviation-standard = 3,54 ans), en cas d’association simultanée de cocaïne et de cannabis ou des trois substances à la fois (cocaïne + cannabis + amphétamines). Et la variation observée dans ces moyennes se révèle statistiquement significative (p=0,008).

Confirmant donc que les consommations d’amphétamines ou/et de cocaïne aggravent le risque de psychose lié à l’usage du cannabis, en avançant encore (en moyenne de 1,2 ans) l’âge d’apparition des premiers troubles psychiatriques, cette étude rappelle ainsi qu’en matière de drogues également, « un train peut en cacher un autre », car la consommation de cannabis peut préluder à celle de substances ou d’associations encore plus dangereuses.

Dr Alain Cohen

Brian D Power & col.: “Does accumulating exposure to illicit drugs bring forward the age at onset in schizophrenia?” Australian & New Zealand Journal of Psychiatry 47(1) 51–58.

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s