Alcool, tabac, drogue : la carte étonnante des addictions

L’Inpes publie un atlas des addictions par régions. Il bat en brèche les idées reçues.

Le Languedoc-Roussillon particulièrement mal classé pour le tabac, l’alcool et le cannabis.

Alcool, tabac, drogue : la carte étonnante des addictions

La région où l’on consomme le plus d’alcool n’est ni la Bretagne ni le Nord – Pas-de-Calais mais… le Languedoc-Roussillon. Pas moins de 17 % de la population y boit tous les jours, nettement plus que la moyenne nationale de 11 %. C’est l’un des résultats parfois étonnants de l’« Atlas des usages de substances psychoactives », publié hier par l’Institut de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). A partir de données recueillies en 2010 auprès de 25.000 personnes, l’Inpes a dressé un tableau de la consommation de tabac, de vin, de bière ou encore d’ecstasy dans chaque région, qui met à mal certains clichés.

Ecarts importants

L’évolution générale était déjà connue. Entre 2005 et 2010, la consommation d’alcool a reculé, celle du cannabis est restée stable, tandis que le tabagisme a progressé. Analysés pour la première fois, les écarts entre les régions sont importants pour l’alcool. La consommation quotidienne varie du simple au double entre la Lorraine, où elle ne concerne que 8 % de la population, et le Languedoc, qui arrive nettement en tête. De fortes disparités existent aussi pour l’«  alcoolisation ponctuelle importante », c’est-à-dire le fait de boire plus de cinq verres en une même occasion au moins une fois par mois. Ou encore les ivresses répétées (au moins trois fois dans l’année). Ces types de consommation sont suivis de près par les autorités sanitaires, car ils sont en recrudescence chez les jeunes.

Sur ces indicateurs, les mauvais élèves sont encore une fois le Languedoc, mais aussi les Pays de la Loire et la Bretagne. Dans d’autres régions comme le Nord – Pas-deCalais, ces pratiques prisées des 15-30 ans progressent aussi, mais restent en dessous de la moyenne. « Dans cette région où l’alcoolisme fait des ravages sur les générations les plus âgées, les jeunes montrent peut-être une volonté de se détacher des pratiques de leurs aînés », avance François Beck, qui a piloté l’étude.

Les types d’alcool consommés sont eux aussi très différents. Plus de 40 % de la population boit du vin au moins une fois par semaine dans les régions viticoles comme les Pays de la Loire et le Languedoc (mais un peu moins en Aquitaine). Dans les régions de tradition brassicole comme l’Alsace, la Lorraine ou le Nord-Pas-de-Calais, c’est la bière qui prévaut. Pour les alcools forts, les Pays de la Loire arrivent en tête.

Les disparités régionales sont moins flagrantes pour le tabagisme. Le Languedoc est, là encore, la région la plus touchée : plus de 35 % de la population fume tous les jours. L’Alsace, les Pays de la Loire et l’Ile-de-France sont au contraire en dessous de la moyenne. Beaucoup moins répandue, la consommation de cannabis est trois fois plus importante dans le Languedoc-Roussillon que dans le Limousin ou en Bourgogne.

Comment expliquer le très mauvais classement de régions comme le Languedoc ? On est tenté de faire le lien avec les taux de chômage et de pauvreté élevés. Mais c’est aussi le cas du Nord – Pas-de-Calais, alors que cette région est moins touchée par les addictions. « C’est la limite de notre étude. On ne peut que faire des suppositions », souligne François Beck.

Vincent Collen

Source

Publicités