Dépistage cannabis : bientôt un test salivaire à la place d’une prise de sang

Les conducteurs contrôlés positifs au cannabis n’auront plus à se rendre à l’hôpital pour une prise de sang de confirmation.

Un simple prélèvement de salive, effectué sur place, sera effectué

Auparavant, lorsqu’un conducteur était suspecté par la police ou la gendarmerie d’avoir consommé du cannabis, il devait se soumettre à un test salivaire dont les résultats étaient immédiats. Si la consommation de drogue était détectée, le conducteur était emmené à l’hôpital pour une prise de sang de confirmation.

Désormais, la démarche va être simplifiée et accélérée. La méthode du premier test salivaire réalisé sur place va être conservée, mais elle sera complétée par un deuxième test, également salivaire, qui sera analysé dans un laboratoire ultérieurement. Plus besoin donc d’emmener le conducteur à l’hôpital.

Ce nouveau système va être expérimenté sur les conducteurs automobiles dans plusieurs départements, a annoncé le délégué interministériel à la sécurité routière Jean-Robert Lopez.

« Il sera envoyé dans un laboratoire pour confirmer d’une façon incontestable la prise d’une substance illicite », a-t-il ajouté.

Ce test qui se présente sous la forme d’un petit bâtonnet, « devrait nous permettre de pratiquer davantage de dépistages sur le bord de la route »,précise Jean-Robert Lopez, en rappelant que dans 4% des cas d’accidents, l’usage de stupéfiants est le facteur principal.

Les limites d’un test salivaire

Pour l’Académie de pharmacie, la fiabilité des tests salivaires n’est pas optimale, et n’égale pas celle des tests sanguins. Jusqu’à présent, l’analyse de sang confirmait le résultat du test dans 90% des cas. La suppression de cette démarche risque-t-elle d’augmenter les risques d’erreur ?

Les consommateurs de cannabis utilisent déjà les failles du système. Le THC, substance active de la drogue, ne passe pas dans la composition de la salive.Sa présence éventuelle est due à des résidus présents dans la bouchedu fumeur après consommation.

Plusieurs astuces existent donc pour « nettoyer » la bouche et empêcher ou limiter la détection du cannabis en cas de contrôle : faire un bain de bouche mentholé ou manger des aliments gras permettrait de tromper les tests.

Source

Publicités