Flakka, la nouvelle drogue qui fait des ravages en Floride

Addiction Plusieurs dizaines de personnes sont mortes en Floride depuis l’apparition d’une nouvelle substance addictive et dangereuse.

Elle a tout pour plaire aux consommateurs de drogue: la flakka est une substance bon marché et ses effets sont puissants, mais elle est aussi particulièrement addictive et mortelle. Cette drogue de synthèse fait des ravages en Floride et gagne du terrain aux Etats-Unis.

Plusieurs dizaines de personnes sont mortes dans cet Etat du sud-est des Etats-Unis et la consommation de la flakka – aussi appelée «folie à 5 dollars» à cause du prix d’une dose – gagne malgré tout en popularité. Ce stimulant fabriqué en Chine a l’apparence de sels de bain. Il a rencontré un certain succès dans le comté touristique de Broward.

«Broward est considéré comme le point d’origine de la flakka, ou alpha-PVP, le composant de la drogue», a expliqué Heather Clark, de l’association United Way, à l’initiative d’une campagne de sensibilisation sur les dangers de cette substance illégale aux Etats-Unis. Elle se consomme en général en fumant, mais elle peut également être injectée ou inhalée.

«C’est une drogue vraiment très dangereuse. Elle n’est pas récréative, ce n’est pas quelque chose qui se consomme sans créer d’effets néfastes», a relevé Mme Clark.

Tous les vices

Le nom flakka découle du mot espagnol «flaca», qui signifie «femme maigre». Elle s’achète sur internet pour 1500 dollars le kilo, arrive de Chine en petits conditionnements par courrier puis est vendue par des dealers dans la rue, selon un récent rapport des autorités de Floride sur la consommation de drogue à Broward.

A titre de comparaison, un kilo de cocaïne coûte au moins quinze fois plus cher.

«C’est une substance extrêmement toxique, qui peut avoir été intentionnellement conçue pour que ses effets durent plus longtemps et pour être plus addictive, parce que c’est bien pour les ventes», a souligné James Hall, épidémiologiste de la Nova Southeastern University qui étudie depuis plusieurs années le marché de la drogue en Floride.

Depuis son apparition en septembre dans les rues de Broward, 34 personnes sont mortes. Les services d’urgence des hôpitaux ont accueilli jusqu’à vingt patients par jour, d’après M. Hall. La flakka provoque des problèmes cardiaques, génère agressivité et paranoïa qui peuvent dégénérer en psychose.

Attitudes extrêmes

«La température du corps grimpe à 105 degrés Fahrenheit ou plus (40 degrés Celsius), les victimes se déshabillent, certaines pensent que leur corps est en feu, d’autres courent dans les rues convaincues qu’elles sont poursuivies par des personnes ou des animaux sauvages imaginaires cherchant à les tuer», a poursuivi James Hall.

Les comportements hors du commun se sont multipliés.

Un homme a couru, nu comme un ver, dans son quartier se pensant poursuivi par une meute de bergers allemands. Un autre a donné un coup de pied dans la porte d’un poste de police de Fort Lauderdale, non loin de là, pour échapper à un soi-disant agresseur. Et une personne s’est empalée quelques jours plus tard sur la grille du même poste de police en l’escaladant.

En mai, la police de Fort Lauderdale a tué un homme sous l’emprise de la flakka qui avait séquestré une femme, armé d’un couteau.

Une pour une autre

De nombreux autres cas, moins spectaculaires mais tout aussi dévastateurs, ont été répertoriés. Ainsi, Java Jackson est mort à l’hôpital le 25 mai quelques heures après avoir consommé cette drogue, a expliqué Rose Waters, la tante du jeune homme de 26 ans, lors d’un défilé de sensibilisation jeudi dernier.

«Cette drogue est très facile à obtenir, elle est très bon marché, ce qui la rend très attractive pour beaucoup de gens, mais elle est plus létale que n’importe quelle autre substance disponible dans la rue», a commenté Mme Waters.

A cause de son prix, elle séduit surtout les personnes à bas revenus ou vulnérables comme les sans domicile fixe, a relevé Dana Swisher, de la police de Fort Lauderdale. Les autorités locales tentent de couper les routes d’approvisionnement, même si elles ont conscience que lorsqu’une drogue de synthèse est endiguée, une autre apparaît.

«L’an dernier, c’était le molly. Aujourd’hui, c’est la flakka, et qui sait quel sera le nom demain», a relevé A.D. Wright, responsable du bureau de Miami de l’Agence de contrôle des stupéfiants (DEA). (ats/Newsnet)

Source : La Tribune de Genève

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s