Poitiers : la recherche sur l’addiction à la drogue avance

Addiction aux drogues : la cocaïne produit des cicatrices durables dans le cerveau. C’est la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs de Poitiers et Tours
Des traces durables dans le cerveau

Des traces durables dans le cerveau
(Photo Université de Poitiers)

L’addiction est une pathologie chronique caractérisée par une perte de contrôle sur la prise de substance et par une forte probabilité de rechute. 

La nature récidivante de l’addiction a amené les chercheurs de l’équipe INSERM-Université de Poitiers « Neurobiologie et Neuropharmacologie de l’Addition » (Laboratoire de neurosciences expérimentales et cliniques – LNEC) en collaboration avec une équipe de l’Université de Tours, à proposer l’hypothèse que la consommation de drogue laisse des « traces » dans le cerveau.
Ces « traces » rendraient les individus particulièrement sensibles aux situations de stress, ainsi qu’aux stimuli environnementaux rappelant la prise de drogue. Mais quelles sont ces traces ? Perdurent-elles même en situation d’abstinence ?
Ces scientifiques viennent de publier un article dans le journal « Neuropsychopharmacology » qui commence à répondre à ces questions.

En effet, en utilisant un modèle animal d’addiction couplé à de l’imagerie cérébrale, les chercheurs poitevins ont pu démontrer que l’addiction à la cocaïne est associée à la dérégulation d’un réseau cérébral complexe incluant des régions corticales et sous-corticales.
Si une partie des altérations induites par la drogue disparaissent avec le temps, certaines modifications de l’activité cérébrale perdurent après une période d’abstinence d’au moins un mois chez le rat, ce qui pourrait correspondre à une période de 3-4 ans chez l’Homme.

La combinaison des techniques comportementales telles que l’auto-administration intraveineuse de drogue et les techniques de micro-imagerie cérébrale sont donc un outil unique pour étudier les mécanismes de l’addiction dans les modèles animaux et ainsi accélérer la découverte de nouvelles stratégies thérapeutiques qui pourront être transposées chez l’Homme. Ce projet a reçu un financement de la Fondation de la Recherche Médicale (FRM).

Delphine NOYON
Publicités