L’académie de médecine rappelle l’importance de l’information sur le risque d’addiction en milieu professionnel.

Téléchargez le rapport complet 

L’Académie nationale de médecine recommande la réalisation en milieu professionnel « d’actions collectives d’information et de sensibilisation sur les dangers des drogues licites et illicites », dans un rapport adopté à la quasi-unanimité cette semaine.

Dans ce rapport produit par un groupe de travail dirigé par les Pr Jean-Pierre Goullé, et Françoise Morel, les académiciens estiment que « ces actions doivent s’appuyer sur les résultats d’enquêtes de prévalence à partir de dépistages anonymes et aléatoires des consommations dans l’entreprise. Les modalités de mise en œuvre de ces campagnes doivent être inscrites dans le règlement intérieur et la fiche d’entreprise ».

D’un point de vue pratique, le rapport préconise la réalisation d’un tableau de bord santé, protégé par l’anonymat, présenté en commission d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail. Ils ajoutent que des actions individuelles doivent être menées auprès des personnels occupant des postes mettant en jeu la sécurité individuelle ou collective. Le médecin du travail devant être chargé d’assurer un contrôle garantissant l’absence de consommation d’alcool ou de substance illicite par ces personnels.

Restauration, BTP et arts et spectacles

Les secteurs d’activité les plus touchés par la consommation de produits psychoactifs sont l’hébergement-restauration, (39,7 % des hommes qui y travaillent en consomment dans le mois écoulé). Il s’agit du deuxième secteur d’activité pour le tabagisme quotidien (42,8 %) ainsi que pour la consommation de cannabis dans l’année (17,6 %).

Dans le secteur du BTP, les hommes arrivaient en tête pour le tabagisme quotidien (45,3 %), en troisième position, pour l’ivresse dans l’année (35,7 %), ainsi que pour l’usage de cannabis dans l’année (13,9 %). Les personnels masculins des arts, spectacles et services récréatifs, occupaient la première place pour l’ivresse (44,8 %) et l’usage de cannabis dans l’année (24,6 %), la seconde place pour la consommation de cocaïne (12,4 %) et d’amphétamines au moins une fois dans la vie (7,9 %), la troisième place pour le tabagisme quotidien (40,4 %) et la quatrième place pour l’alcoolisation ponctuelle importante dans le mois (32,5 %).

Enfin, les hommes employés dans l’information et la communication occupaient la troisième place pour l’usage de cocaïne (8,2 %) et d’amphétamines au moins une fois dans la vie (6,6 %) et la quatrième place pour la consommation de cannabis dans l’année (12,8 %).

« Différentes enquêtes ont révélé que face aux difficultés rencontrées quotidiennement dans leur exercice professionnel, les actifs ont tendance à augmenter leur consommation de produits psychoactifs », constate les auteurs qui rappellent que « l’alcool serait à lui seul responsable de 10 à 20 % des accidents du travail, en cause dans 40 à 45 % des 545 accidents mortels du travail enregistrés au cours de l’année, chez les salariés du régime général, auxquels il faut ajouter les 269 décès intervenus sur le trajet entre le domicile et le travail, soit un total de 814 décès. »

Les demandeurs d’emploi plus fragiles

Selon l’enquête du « baromètre santé 2014 », les consommations des substances psychoactives chez les actifs occupés sont plus faibles que celles des demandeurs d’emploi tant pour les drogues licites (alcool et tabac), que pour les drogues illicites comme le cannabis.

Ainsi, 7,3 % des actifs occupés ont une consommation problématique d’alcool, contre 11,6 % des demandeurs d’emploi. Les demandeurs d’emploi sont en outre 48,2 % à consommer du tabac contre 30,4 % des actifs occupés. Le constat est le même pour la consommation de cannabis (16 % contre 9 %), de cocaïne (3,1 % contre 0,8 %) et d’ecstasy (1,9 contre 0,5 %).

Source : Le Quotidien du médecin

Publicités