Comment le «capitalisme limbique» se nourrit de notre cerveau accro

Le texte original en Anglais est à la suite de cette traduction Google

How ‘Limbic Capitalism’ Preys on Our Addicted Brains written by David Courtwright

Un jour d’été en 2010, un étudiant suédois diplômé du nom de Daniel Berg s’est approché de moi après une conférence que j’ai donnée au Christ’s Collège de Cambridge.Pendant la conférence, j’avais évoqué la dépendance à Internet avec désinvolture.

Beaucoup de ses amis masculins à l’Université de Stockholm avaient abandonné l’école et vivaient dans des crash pads, jouant compulsivement à World of Warcraft. Ils parlaient un argot plus anglais que suédois. Tout était raid, tout le temps.
« Comment se sentent-ils par rapport à leur situation? » J’ai demandé. « Ils se sentent en colère », a déclaré Berg.

« Mais ils continuent à jouer? » « Ils continuent à jouer. »Ce type de comportement semble être une dépendance, dans le sens d’une poursuite compulsive et remplie de regrets de plaisirs transitoires qui sont nocifs à la fois pour l’individu et la société.Pour les jeux, le coût personnel était le plus élevé pour les hommes suédois. « Berg a rapporté, » maintenant le seul homme dans mon programme d’études supérieures en histoire économique.  »

De retour à la maison en Floride, j’ai remarqué des distractions numériques exigeant un bilan académique plus uniforme.Les smartphones qui parsemaient les salles de conférence étaient aussi souvent utilisés par des femmes que par des hommes.Mais quand j’ai raconté l’histoire de Berg à mes étudiants, ils ont immédiatement reconnu le type. a admis qu’il avait perdu un an à cause du jeu compulsif.Il a dit qu’il était en convalescence – de manière précaire, à en juger par ses notes.Un autre élève connaissait des joueurs qui gardaient des boîtes de conserve près de leur ordinateur.
La boîte de conserve par ordinateur est devenue pour moi un symbole du sens changeant de la toxicomanie.

Dans les années 1970, le mot faisait rarement référence à autre chose qu’à la consommation compulsive de drogues.Cependant, au cours des quarante années suivantes, le concept de toxicomanie s’est élargi. Les sexologues allemands qualifiaient le porno d’Internet de «drogue de passerelle» qui captivait les jeunes.

Un éditorial du New York Times a déclaré que le sucre provoquait une dépendance, «littéralement, de la même manière que les drogues. Une jeune mère néo-zélandaise édentée a bu jusqu’à dix litres de coca par jour, puis a fait la une des journaux lorsqu’elle est morte d’une arythmie coronarienne. Un élu de dix-neuf ans dans la province du Jiangsu a fait la une des journaux lorsqu’il a coupé sa main gauche pour guérir sa dépendance à Internet.Les autorités chinoises ont jugé jusqu’à 14 pour cent de ses pairs comme étant accro, et ont mis en place des camps de réadaptation à la dépendance à Internet.

La Corée du Sud et le Japon ont emboîté le pas. leurs enfants passent trop de temps en ligne à mettre à jour une loi interdisant aux mineurs de fumer, de boire, de consommer des drogues et de mâcher du bétel.Seule la dernière habitude n’a pas séduit les Américains, dont 47 pour cent ont montré des signes d’au moins une dépendance au comportement ou à la toxicomanie. au cours d’une année donnée au début des années 2000.

Souvent, ils ont montré des signes de plus d’un: les chercheurs en médecine ont découvert que les toxicomanies et les dépendances comportementales ont des histoires naturelles similaires. Ils produisent des changements cérébraux similaires; des modèles de tolérance similaires; et des expériences similaires d’envie, d’intoxication et de sevrage. Et ils révèlent des tendances génétiques similaires vers des troubles de la personnalité et des compulsions similaires.

Le joueur maniaque et le barfly du casino sont susceptibles d’être une seule et même chose.En 2013, la nouvelle édition de la bible de la psychiatrie, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux: DSM-5, décrit le jeu troubles du langage indiscernables de la toxicomanie. Les éditeurs ont introduit le «trouble du jeu sur Internet» dans la salle verte de la toxicomanie en le qualifiant de «condition pour une étude plus approfondie».

En 2018, l’OMS l’a officialisé en ajoutant «trouble du jeu» à la version révisée Classification internationale des maladies.
Tout le monde n’était pas satisfait de tous les discours sur la toxicomanie, les cliniciens l’ont évité par crainte de décourager ou de stigmatiser les patients et les libéraux l’ont rejeté comme prétexte pour manque de discipline. le même mot pour décrire des choses différentes.

Je donne à ces critiques une audition. Mais dans mon propre usage, je m’en tiendrai à la «dépendance». Le mot fournit une manière utilement concise et universellement comprise de se référer à un modèle de comportement compulsif, conditionné, sujet à la rechute et nuisible. travail et le but de mon nouveau livre, L’âge de la toxicomanie: comment les mauvaises habitudes sont devenues de grandes entreprises, est d’expliquer pourquoi ce modèle de comportement nuisible est devenu plus visible et varié au fil du temps.

Les dépendances commencent comme des voyages, généralement non planifiés, vers un point final nocif sur un spectre de consommation.Le voyage peut être rapide, ou lent ou interrompu.L’indulgence occasionnelle, même d’une drogue comme l’héroïne, ne conduit pas toujours à la toxicomanie. la condition n’est pas nécessairement permanente.Les toxicomanes peuvent cesser de fumer, de façon permanente ou pendant de longues périodes.

Non toute consommation excessive n’est pas nécessairement une dépendance.Les gens peuvent trop jouer sans être compulsifs, tout comme ils peuvent surcharger leur balance sans être des toxicomanes alimentaires. Pourtant, et c’est là le point crucial, une consommation régulière et abondante a un moyen de se transformer en dépendance, comme lorsque l’envie d’un buveur régulier s’intensifie, débouchant sur un alcoolisme à part entière.

Une dépendance est une habitude qui est devenue une très mauvaise habitude, dans le sens d’être fort, préoccupant et dommageable, pour soi-même et pour les autres.Le type de dommage dépend de la substance ou du comportement.Les joueurs compulsifs peuvent ruiner leur perspective scolaire et conjugale Ils ne détruisent ni leur foie ni leurs poumons.

Le processus de dépendance est à la fois social et biologique.Les conditions telles que le stress et le comportement des pairs contribuent à faire basculer les individus dans la dépendance, bien que le processus se manifeste finalement dans le cerveau.Le recours fréquent à l’alcool, aux drogues et aux comportements similaires entraîne des changements dans les neurones, y compris altération de l’expression des gènes.

Au fil du temps, ces changements se produisent dans de plus en plus de régions du système nerveux central, comme des gouttes de colorant qui s’étalent sur une feuille tendue.Les changements sont durables, en particulier dans le développement du cerveau.Les enfants et les adolescents plus tôt éprouvent une substance addictive ou passe-temps, plus ils sont susceptibles de conserver, même en s’abstenant, une puissante mémoire émotionnelle du comportement qui leur faisait autrefois si bien.

La nature de la toxicomanie a des implications – plus précisément, des tentations – pour les entreprises qui vendent des produits habitués. L’une consiste à encourager une consommation précoce et fréquente. Traitez les gars, avaient l’habitude de dire les saloonkeepers, et vous aurez leur argent dans la caisse quand ils sont des adultes. Et plus ils boivent, plus les bénéfices sont élevés.

À ce jour, 80% des ventes d’alcool vont aux 20% des clients qui sont les plus gros utilisateurs, un modèle qui s’applique à l’ensemble de l’activité de récompense cérébrale. la moitié de toute la marijuana pénètre dans les poumons et l’estomac de ceux qui passent plus de la moitié de leurs heures d’éveil par lapidation.Dans la mesure où les addictions à la marijuana ou à toute autre chose se développent le plus souvent parmi les pauvres, les marginaux et les génétiquement vulnérables, ils sont sources d’inégalités et d’injustices ainsi que de maladies.

Ces réalités sont bien comprises dans les communautés de la recherche sur la toxicomanie et de la santé publique.Mais moins bien compris comment nous sommes arrivés à ce correctif et pourquoi il continue de s’aggraver, malgré les meilleurs efforts de ces communautés.Je propose que la principale source du problème soit ce que j’appelle le capitalisme limbique. Il s’agit d’un système commercial technologiquement avancé mais socialement régressif dans lequel les industries mondiales, souvent avec l’aide de gouvernements complices et d’organisations criminelles, encouragent la consommation excessive et la toxicomanie.

Elles le font en ciblant le système limbique, le partie du cerveau responsable de la sensation et de la réaction rapide, à la différence de la pensée impartiale.Les voies du système limbique de neurones en réseau rendent possible le plaisir, la motivation, la mémoire à long terme et d’autres fonctions liées aux émotions cruciales pour la survie.Paradoxalement, ces mêmes circuits neuronaux permettre des profits d’activités qui travaillent contre la survie, les entreprises ayant transformé le han de l’évolution diwork à leurs propres fins.

Le capitalisme limbique était lui-même un produit de l’évolution culturelle.Il s’agissait d’un développement tardif d’un long processus historique qui a vu la propagation accélérée de nouveaux plaisirs et de leurs compagnons jumelés de vice et de dépendance.Les plaisirs, les vices et les dépendances les plus manifestement associés au capitalisme limbique étaient

Les consommateurs privés et les recettes publiques encourageaient la consommation d’alcool et de drogues jusqu’à ce que la hausse des coûts sociaux oblige les gouvernements à restreindre ou à interdire au moins certaines drogues, du moins je plaide dans Forces of Habit: Drugs and the Making of the Modern World, un Livre de 2001 sur l’histoire de l’alcool et des drogues. Pourtant, même si j’ai exposé mon cas, j’ai vu qu’il s’appliquait à plus que les suspects psychoactifs habituels. Il s’appliquait à tous les plaisirs, vices et dépendances qui étaient entrelacés dans le système émergent de capitalisme limbique.

 

How ‘Limbic Capitalism’ Preys on Our Addicted Brains

One summer day in 2010, a Swedish graduate student named Daniel Berg approached me after a talk I gave at Christ’s College, Cambridge. During the talk, I had casually mentioned internet addiction. Berg told me that I had spoken a truth larger than I knew. Many of his male friends at Stockholm University had dropped out of school and were living in crash pads, compulsively playing World of Warcraft. They spoke an argot more English than Swedish. It was all raiding, all the time.

“How do they feel about their circumstances?” I asked. “They feel angst,” Berg said.

“But they keep playing?” “They keep playing.”

This sort of behavior does seem like an addiction, in the sense of a compulsive, regret-filled pursuit of transient pleasures that are harmful to both the individual and society. For gaming, the personal cost was highest for Swedish men. “I am,” Berg reported, “now the only male in my graduate program in economic history.”

Back home in Florida, I noticed digital distractions exacting a more even academic toll. The smartphones that dotted the lecture halls were as often wielded by women as by men. But when I told Berg’s tale to my students, they instantly recognized the type. One admitted that he had lost a year to compulsive gaming. He said that he was in recovery—precariously, to judge by his grades. Another student knew gamers who kept cans by their computers. They used them to avoid having to take bathroom breaks.

The can by the computer became for me a symbol of the shifting meaning of addiction. As late as the 1970s, the word seldom referred to anything other than compulsive drug use. Over the next forty years, however, the concept of addiction broadened. Memoirists confessed to addictions to gambling, sex, shopping and carbs. German sex therapists called internet porn a “gateway drug” that ensnared the young. A New York Times op-ed declared sugar to be addictive, “literally, in the same way as drugs.” A toothless young New Zealand mother drank up to ten liters of Coke a day, then splashed the headlines when she died of coronary arrhythmia. A nineteen-year-old truant in Jiangsu Province made the news when he hacked off his left hand to cure his internet addiction. Chinese officials judged as many as 14 percent of his peers to be similarly hooked, and set up internet addiction rehabilitation camps. South Korea and Japan followed suit. Taiwanese legislators voted to fine parents who let their children spend too much time online, updating a law forbidding minors’ smoking, drinking, drug-taking and betel-chewing. Only the last habit failed to appeal to Americans, 47 percent of whom showed signs of at least one behavioral or substance addiction disorder in any given year in the early 2000s.

Often they showed signs of more than one: Medical researchers have discovered that substance and behavioral addictions have similar natural histories. They produce similar brain changes; similar patterns of tolerance; and similar experiences of craving, intoxication and withdrawal. And they reveal similar genetic tendencies toward similar personality disorders and compulsions. The manic gambler and the casino barfly are apt to be one and the same. In 2013, the new edition of the bible of psychiatry, the Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders: DSM-5, described gambling disorders in language indistinguishable from drug addiction. The editors ushered “internet gaming disorder” into the green room of addiction by designating it a “condition for further study.” In 2018, the WHO made it official by adding “gaming disorder” to the revised International Classification of Diseases.

Not everyone was happy with all the talk of addiction. Clinicians avoided it for fear of discouraging or stigmatizing patients. Libertarians dismissed it as an excuse for lack of discipline. Social scientists attacked it as medical imperialism. Philosophers detected equivocation, the misleading practice of using the same word to describe different things.

I give these critics a hearing. But in my own usage, I will stick to “addiction.” The word provides a usefully concise and universally understood way of referring to a pattern of compulsive, conditioned, relapse-prone and harmful behavior. The important job, and the goal of my new book, The Age of Addiction: How Bad Habits Became Big Business, is to explain why that pattern of harmful behavior has become more conspicuous and varied over time.

* * *

Addictions begin as journeys, usually unplanned, toward a harmful endpoint on a spectrum of consumption. The journey can be rapid, or slow or interrupted. Casual indulgence, even of a drug like heroin, does not always lead to addiction. When it does, the condition is not necessarily permanent. Addicts can and do quit, either permanently or for long stretches of time. Nor is all excessive consumption necessarily addiction. People can gamble too much without being compulsive, just as they can burden their scales without being food addicts. Yet—and this is the crucial point—regular, heavy consumption has a way of shading into addiction, as when a steady drinker’s craving intensifies, erupting into full-blown alcoholism. An addiction is a habit that has become a very bad habit, in the sense of being strong, preoccupying and damaging, both to oneself and to others. The type of damage depends on the substance or behavior. Compulsive gamers may ruin their scholastic and marital prospects. They do not ruin their livers or lungs.

The addiction process is social as well as biological. Conditions such as stress and peer behavior help tip individuals into addiction, though the process ultimately manifests itself in one’s brain. Frequent resort to alcohol, drugs and drug-like behaviors causes changes in neurons, including altered gene expression. Over time, these changes occur in more and larger regions of the central nervous system, like drops of dye spreading on a taut sheet. The changes are long-lasting, particularly in developing brains. The earlier children and adolescents experience an addictive substance or pastime, the likelier they are to retain, even when abstaining, a powerful emotional memory of the behavior that once made them feel so good.

The nature of addiction has implications—more precisely, temptations—for businesses that sell habituating products. One is to encourage early and frequent consumption. Treat the lads, the saloonkeepers used to say, and you’ll have their money in the till when they’re adults. And the more they drink, the greater the profits. To this day, 80 percent of alcohol sales go to the 20 percent of customers who are the heaviest users, a pattern that applies across the business of brain reward. More than half of all marijuana finds its way into the lungs and stomachs of those who spend more than half their waking hours stoned. Insofar as addictions to marijuana, or to anything else, develop most often among the poor, the marginal and the genetically vulnerable, they are sources of inequality and injustice as well as illness.

These realities are well understood in the addiction-research and public health communities. Less well understood is how we got into this fix and why it keeps getting worse, despite the best efforts of those communities. I propose that the main source of the problem has been what I call limbic capitalism. This refers to a technologically advanced but socially regressive business system in which global industries, often with the help of complicit governments and criminal organizations, encourage excessive consumption and addiction. They do so by targeting the limbic system, the part of the brain responsible for feeling and for quick reaction, as distinct from dispassionate thinking. The limbic system’s pathways of networked neurons make possible pleasure, motivation, long-term memory and other emotionally linked functions crucial for survival. Paradoxically, these same neural circuits enable profits from activities that work against survival, businesses having turned evolution’s handiwork to their own ends.

Limbic capitalism was itself a product of cultural evolution. It was a late development in a long historical process that saw the accelerating spread of novel pleasures and their twinned companions of vice and addiction. The pleasures, vices and addictions most conspicuously associated with limbic capitalism were those of intoxication. Considerations of private profit and state revenue encouraged alcohol and drug consumption until rising social costs forced governments to restrict or prohibit at least some drugs. Or so I argued in Forces of Habit: Drugs and the Making of the Modern World, a 2001 book on the history of alcohol and drugs. Yet, even as I stated my case, I saw that it applied to more than the usual psychoactive suspects. It applied to all pleasures, vices and addictions that had become entwined in the emerging system of limbic capitalism.