Avec un taux de prévalence du tabac chez les plus de 18 ans à 29%, la France est le troisième plus grand pays fumeur en Europe, derrière la Grèce et la Bulgarie.

Pourtant, c’est l’un des pays avec les mesures les plus contraignantes concernant le tabagisme, aussi bien au niveau de la sensibilisation publique concernant la santé, que de la commercialisation et le prix de vente. Ce qui explique cette différence, c’est peut-être aussi que les Français ont des habitudes très diversifiées en matière de tabac. Retour sur ces tendances françaises.

Une consommation en hausse constante

La France impose des restrictions importantes en matière de tabagisme, qui peuvent parfois être très répressives. En effet, D’autre part, le cannabis n’est pas légal dans sa version récréative. Cependant, cela n’empêche pas d’avoir les chiffres suivants : tandis que 27% des plus de 18 ans consomment du tabac tous les jours, près de 9% consomment régulièrement du cannabis, selon une étude menée l’année dernière par l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies.

Ce chiffre est en hausse, tout autant que les prix de vente, qui ont explosé au cours des 10 dernières années. Ainsi, la France se place parmi les pays consommateurs les plus importants au monde, aussi bien du côté du tabac que du cannabis.

Envie de détente ? Attrait pour l’interdit ? Difficile de décrire les raisons de ces tendances de consommation. Une autre tendance, plus inquiétante pour les services publics, se distingue : les consommateurs sont de plus en plus jeunes, commencent parfois à 13 ans pour le tabac, et 15 pour le cannabis.

Fumer : ennemi public n°1

Bien sûr, certains mélanges avec la nicotine ne font pas bon ménage, qu’il s’agisse d’alcool ou de cannabis, ou même d’autres substances. Mais les Français ne reculent devant rien, pas même la hausse des prix, pour changer leurs habitudes. En effet, l’une des principales mesures prises en France pour éliminer le tabac (et dérivés), cela a été de jouer sur le prix de ce dernier, afin de dissuader la consommation. Ainsi, les prix ont été augmentés de 39% entre 2000 et 2004, et d’environ 10% chaque année suivante, sans que cela n’inverse la courbe de consommation.

C’est assez naturellement que le débat autour de la légalisation du cannabis, et du prix du tabac, s’est relancé en France au cours des dernières années. Ce débat est d’autant plus important qu’il focalise sur deux aspects du cannabis : sa version récréative (celle qui fait planer) et la commercialisation de sa version non-récréative (avec, par exemple, le CBD). Bien connaître les informations de base concernant l’usage, la culture et les effets du cannabis, sous toutes ses formes, est essentiel d’un point de vue éducatif.

Ainsi, de nouveaux développements sont à prévoir.

Possibles développements

Dans certains pays, la législation favorable à la commercialisation du cannabis, sous toutes ses formes, a eu des effets positifs sur les courbes de consommation. Mais ce n’est pas forcément ce qui est attendu pour le cas français, où une dépénalisation s’accompagnerait plus d’une hausse.

Dans un monde où la moitié des pays ont le cannabis illégal et le tabac très encadré, la France s’engage dans un long chemin qui devra se faire à l’échelle politique, publique, mais aussi au niveau des mentalités.

Source