Le cannabis contenant du THC favorise la paranoïa

La consommation de cannabis, bien qu’illégale, reste une réalité pour nombre de jeunes et moins jeunes. Considéré comme une drogue « douce », aux effets plutôt apaisants, le cannabis peut se révéler un puissant déclencheur de paranoïa.

Pour en savoir plus sur cet effet minoritaire mais qui touche certains consommateurs, des chercheurs ont testé leur capacité à traiter des données habituelles par rapport à des stimuli inhabituels, en fonction des taux de THC (Téteahydroncanabinol) et de CBD (Cannabidiol) consommés, deux substances présentes à des concentrations très variables dans le cannabis.  Ils ont donc montré aux volontaires des images avec des flèches dessinées. Certaines pointaient vers la droite, d’autres vers la gauche, mais la grande majorité gardait la même direction horizontale, à l’exception de certaines flèches légèrement inclinées.

Les participants ayant consommé du CBD ont repéré immédiatement les flèches inclinées. Mais ceux qui avaient pris du THC ont montré plus d’intérêt pour les flèches horizontales.

Normalement, toute personne qui n’est pas sous l’emprise d’une drogue repère les flèches inclinées, la répétition étant jugée inintéressante tandis que le changement est remarquable. Sous l’emprise de THC, les individus ont manifesté un intérêt élevé pour les flèches horizontales, se désintéressant des flèches inclinées. Autrement dit, le THC parasite notre capacité à dissocier la banal de l’exceptionnel, donnant une dimension exceptionnelle à ce qui ne l’est pas. Ceci peut expliquer un comportement  paranoïaque si le cannabis contient un fort taux de THC.

Le problème est que le cannabis contient de plus en plus de THC.

Dans les années 60-70, un joint contenait 10 mg de THC. Or ce taux peut s’élever  jusqu’à 150mg dans les pétards du nouveau millénaire.

Les effets psychoactifs sont donc bien plus importants aujourd’hui, d’autant qu’ils ne sont pas forcément contre-balancés par le cannabidiol, aux effets sédatifs.

Par Audrey Loubens, journaliste scientifique  Source

Publicités