Le cannabis échoue à démontrer une efficacité contre la douleur chez des patients cancéreux

cannabis

L’utilisation médicale du cannabis a très souvent été mise en avant par les apôtres de la libéralisation de cette drogue non seulement pour appuyer leur tentative de normalisation mais aussi pour en améliorer l’image en faisant passer cette drogue destructrice pour une alliée de la santé humaine. Cet argument médical est souvent utilisé par certain médias et personnages politiques en particulier de gauche. Le think tank Terra Nova, proche du Parti Socialiste, avançait récemment qu’un cadre moins répressif pourrait avoir un résultat plus satisfaisant pour limiter la consommation. Dans ce contexte,  une nouvelle étude menée chez des patients cancéreux et démontrant que le cannabis ne soulage absolument pas les douleurs de ces patients doit être considérée.

 

En 2009, le journal Le Monde publiant un article au titre évocateur, “Le cannabis, une drogue aux vertus thérapeutiques“. Il récidivait le 19 décembre 2014 prônant la libéralisation du cannabis, dans un article incluant (online) une vidéo avec ce commentaire «Cannabidiol au Brésil: des familles dans l’illégalité pour leurs enfants : Le cannabidiol, dérivé du cannabis, est l’un des médicaments utilisé pour traiter des patients atteints d’épilepsie grave». Cela sous-entendait évidemment au sein de ce dossier ouvert par un éditorial intitulé “Pour la légalisation du cannabis”, que refuser le cannabis, revenait à refuser un traitement médical efficace à ces malades, en particulier ici des enfants. Qui ne s’exclamerait pas à ce moment, libéralisation au moins médicalement ! La manipulation était grossière ; mais elle reste très utilisée dans cette stratégie de tentatives répétées de légalisation du cannabis. Pour en revenir à cet exemple de l’utilisation des dérivés des cannabinoïdes dans l’épilepsie, il n’existe actuellement aucune étude sérieuse randomisée, contrôlée, en double-aveugle, sur les effets du THC ou du cannabidiol dans l’épilepsie. L’intérêt des dérivés du canabinnoïde dans la prévention des récidives de crises d’épilepsies est à ce jour pure spéculation, et bien sur aucun pays au Monde n’a jamais autorisé l’utilisation de ce dérivé du cannabis chez ces patients, encore moins chez des enfants. Une étude chez des mineurs épileptiques est prévue au Etats-Unis mais avec un produit dénommé Epidiolex, purifié de tout tetrahydrocannabinol (THC). Il existe également quelques publications de cas individuels mais rien de suffisant pour affirmer un effet favorable.

l’intérêt du cannabis a également souvent été évoqué dans le soulagement des douleurs cancéreuses.Le Sativex, un traitement dérivé du cannabis (delta-9-tétrahydrocannabinol + cannabidiol) produit par la société GW Pharmaceuticals/Otsuka a obtenu une indication chez certains patients atteints de sclérose en plaques, pour soulager les contractures sévères (spasticité), résistantes aux autres traitements. Afin d’évaluer son intérêt chez les patients cancéreux, il a été évalué chez des 399 patients ayant un cancer à un stade avancé et insuffisamment soulagés par les opiacés. Ces patients ont donc été séparés en deux groupes, l’un recevant le Sativex et l’autre un placebo, en plus des opiacés. Le soulagement de la douleur était mesuré sur échelle analogique (de 0 à 10). Après 5 semaines de traitement, il n’y avait aucune différence entre l’intensité des douleurs ressenties par les patients traités par Sativex et les patients traités par le placebo, indique un communiqué de presse rendu public avant la publication de l’étude. Les résultats pour les critères secondaires suivent la même tendance.

Les patients traités par Sativex avaient par ailleurs plus de somnolence, (12% vs 4%) et plus de vertiges (8% vs 5%).

Cette étude démontre une nouvelle fois que l’intérêt médical du cannabis et de ses dérivés n’est toujours pas démontré et qu’avant de prêter attention aux apôtres de la libéralisation du cannabis sous prétexte d’aider à soulager des patients, des études doivent sérieusement en démontrer l’intérêt.

Source

Publicités