Après avoir avalé du cannabis, un bébé de neuf mois tombe dans le coma

VERY BAD TRIP – Un couple habitant en Haute-Normandie a été condamné vendredi 15 mai à de la prison avec sursis pour « défaut de surveillance ». Leur tort ? Avoir laissé leur bébé de neuf mois absorber de la résine de cannabis, ce qui l’a plongé deux fois dans le coma.

Faut-il y voir un acte de maltraitance volontaire ? Ou l’accumulation d’inattentions successives qui ont failli provoquer un drame plus grave encore que ce qu’il s’est produit ? Toujours est-il qu’en Normandie, en octobre 2014, un bébé a été accueilli à deux reprises à l’hôpital après avoir ingurgité… du cannabis.

100 fois la dose d’un fumeur adulte

La première fois, la petite, âgée de seulement neuf mois, avait été hospitalisée au Havre. Tombée dans le coma, elle détenait dans son corps 114 nanogrammes de tétra-hydro-cannabinol, le THC, cette substance active du cannabis qui agit sur les neurones. Une forte quantité que le père attribue à la « très bonne qualité du shit » incriminé. Fort heureusement, le bébé finit par se réveiller. Impossible, pour autant, de déterminer si l’enfant était accompagné ou non à ce moment-là par ses parents. L’avocate du père, interrogée par Normandie Actu, déplorait lors de l’audience au tribunal correctionnel du Havre n’avoir jamais pu obtenir « d’explications claires de leur part ».

Deux semaines plus tard, le drame se reproduit. Cette fois, la petite fille se retrouve non pas avec 114 mais avec 162 nanogrammes de THC dans le corps ! Un taux « plus de cent fois supérieurs à celui relevé chez un adulte lui-même intoxiqué », avait expliqué un médecin légiste convoqué au procès.

Deux semaines après, nouvelle hospitalisation

Le nourrisson, qui était cette fois en compagnie de sa mère, a-t-il encore consommé de la résine de cannabis par défaut de surveillance ? Là encore, difficile de le savoir, tant les discours du couple, séparé à ce moment-là, peuvent varier. Si la mère opte pour l’hypothèse du « relargage » – un phénomène qui voit tout le THC concentré dans les graisses du consommateur s’en détacher, en quelque sorte, et faire revivre à ce dernier les mêmes effets que lors de la consommation initiale – le père, absent à ce moment-là, penche pour celle d’une nouvelle absorption.

Suite à ce nouvel incident, le bébé est de nouveau retombé dans le coma. Prise en charge à l’hôpital d’Avranches (Manche), la petite y passera quelques jours. Jugés cette semaine pour défaut de surveillance, les parents n’ont pas échappé à une sanction. 18 mois de prison dont six ferme pour le père, et pour la mère, six mois avec sursis et deux ans de mise à l’épreuve.

Source

 

Publicités