Des milliers de jeunes hospitalisés en raison du cannabis

Le Québec en subit lui aussi les contrecoups, ce qui inquiète les professionnels de la santé.

En 2017-2018 au Canada, il y a eu près de 24 000 hospitalisations chez les jeunes de 10 à 24 ans, dont 40% en raison de la consommation de cannabis et 26% d’alcool.

D’autres substances, comme des benzodiazépines, des méthamphétamines, et des produits inconnus, étaient aussi en cause, mais en moins grand nombre.

Au pays, cette consommation a entraîné 65 hospitalisations par jour, soit 5% de toutes les admissions chez les 10 à 24 ans.

Quelque 17% ont été hospitalisés plus d’une fois. De plus, 59 sont morts à la suite de cette consommation.

Selon l’étude, ce n’est que la pointe de l’iceberg, car pour chaque adolescent et jeune adulte hospitalisé, on compte cinq visites qui se terminent aux urgences.

Entre 12 et 16 ans, ce sont les filles qui sont les plus affectées, mais pour le reste, les garçons viennent au premier rang, principalement après 19 ans.

Près de 30% de ces malades hospitalisés en raison de méfaits causés par des substances ont reçu des soins pour une dépendance, 15% pour un trouble psychotique. Au total, 7 admissions sur 10 ont nécessité à la fois des soins pour un problème de santé mentale et de consommation, presque le double du taux observé chez les adultes de 25 ans et plus.

Si le cannabis est la cause de 40% des hospitalisations chez les jeunes, ce chiffre tombe à 11% chez les adultes de 25 ans et plus, qui eux, éprouvent davantage de problèmes avec l’alcool dans 58% des cas.

Le Québec n’est pas le pire endroit. Chez les jeunes, les hospitalisations pour consommation sont estimées à 354 par 100 000 habitants, dont 193 pour du cannabis.

À l’Île-du-Prince-Édouard, il s’agit de 547 par 100 000 habitants, dont 257 reliées à cette substance.

En Saskatchewan, on parle de 667 sur 100 000 habitants, dont 345 à cause du cannabis.

Au Nunavut, elles atteignent 1095 par 100 000 habitants, dont 630 pour la marijuana.

Le taux d’hospitalisation est deux fois plus élevé chez les 10 à 24 ans qui demeurent dans un quartier pauvre et 1,7 fois plus important en région rurale.

La prévention et un accès à des services de qualité en santé mentale et en toxicomanie pour les jeunes devraient être une priorité des gouvernements, écrivent les chercheurs, qui viennent de relancer le débat sur les dangers que représentent le cannabis et toutes les autres substances.

Source

Publicités