Les grandes manœuvres du cannabiz’ness font planer les indices boursiers.

 Pays-bas, Belgique, deux narco-Etats sous le règne de la terreur.

Repentis, témoins, enquêteurs, journalistes, magistrats et avocats assassinés, une princesse néerlandaise et un Premier ministre menacés par la mafia, des règlements de compte à la grenade en plein jour à Anvers, le ministre de la Justice belge victime d’une tentative d’enlèvement fin septembre…

A l’été 2020, la police hollandaise découvre, dans un conteneur dissimulé en pleine campagne, une salle de torture, où trône un fauteuil de dentiste, muni de sangles et d’accessoires coupants (scies, scalpels…). Parmi les sévices promis par les « narcos » figure la « cravate colombienne », qui consiste à trancher la gorge du supplicié, avant de tirer sa langue vers le bas. (Source : Le Monde)

Preuve pour Michel Claise, juge d’instruction belge, spécialiste dans la lutte contre la criminalité, que cette mafia n’a aucune limite.

Nous avons beaucoup de menaces du style : ’on sait où tes gosses habitent pour les dockers ou les gardiens de prison’, dit-il. Mais là, on a franchit autre chose. On est passé aux mutilations, aux doigts coupés, aux décapitations.

On se frotte les yeux, on ne parle pas de la Colombie mais de la Belgique et des Pays-Bas, deux pays membres fondateurs de l’UE, abritant le siège de la Commission européenne, le quartier général de l’OTAN ou encore la Cour pénale internationale. On est très loin de la carte postale où les vélos côtoient friteries et champs de tulipes.

La drogue, la violence sont partout dans des pays voisins de la France. Au point que la question se pose : sont-ils devenus des « narcos-États » ? accusation lancée dès 1996 par Jacques Chirac contre les Pays-Bas.

Accusée d’emblée, la désormais fameuse « Mocro Maffia » (mafia de Néerlandais d’origine marocaine) impose sa barbarie. Elle est sans doute la pointe visible et caricaturale d’un iceberg bien plus vaste, une vaste « narcoligarchie » (contraction de narco-oligarchie et un mot que je me permets de créer pour l’occasion) qui dispose des meilleurs technologies et profite de l’effacement de nos Etats et de la corruption qui les ronge.

 La vraie addiction : l’argent

Lire la suite en cliquant ici