Illégales, les salles d’injection des toxicomanes ?

Editorial du 9 Juillet 2013

Nous nous attachons au CNPERT à démontrer, preuves à l’appui, que la création de ces salles ne répond à aucun objectif médical, n’apporte pas de solution humaine véritable et est un déni de santé publique.

Un de nos alliés, Monsieur Serge Lebigot, Président de Parents contre la drogue, attaque cette initiative sous un autre angle, celui de la loi. Il montre qu’une telle création est contraire à la législation en vigueur. C’est bien volontiers que nous lui ouvrons ces colonnes en reproduisant le message qu’il nous adresse :

 Nous avons déposé avec notre avocat : 

  1. Un recours administratif devant le Conseil d’Etat : Requête en annulation pour excès de pouvoir de la décision du Premier ministre en date du 5 février 2013 d’autoriser une « salle de shoot » à Paris.
  1. Une plainte auprès du Procureur de la République du Tribunal de Grande Instance de Paris : Plainte contre X pouvant être notamment Monsieur le Premier ministre, Jean-Marc AYRAULT, et Madame le ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol TOURAINE.
  1. Une plainte auprès de la Cour de Justice de la République : Plainte contre X pouvant être notamment Monsieur le Premier ministre, Jean-Marc AYRAULT, et Madame le ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol TOURAINE.

Ces actions ne sont qu’un début, si le Maire de Paris fait passer lundi le vœu de début des travaux, nous déposerons un référé auprès du Conseil d’Etat pour les faire stopper. Nous ajouterons également sur les plaintes contre X le Nom du maire de Paris.

Nous le félicitons pour son courage et sa ténacité.

Nous souhaitons vivement que toutes les initiatives qui se font jour pour s’opposer à l’ouverture de ces salles puissent rapidement ne parler que d’une seule voix, elles n’en seront que plus efficaces.

Jean-Paul Tillement

Publicités