Cannabis de synthèse: les intoxications en hausse

Les appels aux centres anti-poison liés à la consommation de cannabis synthétiques ont plus que doublé sur les cinq premiers mois de l’année aux Etats-Unis, par rapport à la même période de 2014.

Ces centres ont reçu 3572 appels pour ce motif entre janvier et mai 2015, contre 1085 appels sur les mêmes mois de l’année précédente, soit une explosion de 229%. Leur nombre est passé de 349 en janvier à 1501 en avril, avant de retomber en mai au même niveau que l’an dernier, ont précisé les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), se disant très préoccupés par cette explosion.

Selon eux, quinze décès liés à l’usage de cette catégorie de drogue ont été répertoriés en avril, soit un triplement par rapport au même mois en 2014. Les CDC ont appelé à un renforcement des mesures pour retirer ces cannabis du marché.

Les cannabis de synthèse –plus dangereux et plus addictifs que la marijuana naturelle– contiennent des substances chimiques psychoactives, ou des mélanges de ces produits peuvent être vaporisés sur du cannabis avant d’être fumé ou ingéré de manière à obtenir des effets plus puissants.

Ces drogues portent notamment des noms comme le «K2», le «black mamba» et le «crazy clown», et sont parfois vendues dans des boutiques comme produits médicinaux à base de plantes. Les consommateurs de ces cannabis de synthèse se plaignent le plus souvent d’agitation, de tachycardie, de somnolence, de léthargie, de vomissements et de confusion mentale.

Sur les 2961 appels ayant mentionné ces symptômes, 11,3% ont présenté des effets graves ayant engagé le pronostic vital. Les hommes ont été les plus nombreux à faire part de problèmes de santé avec ces drogues (92,7%) et les 30 à 39 ans ont été les plus nombreux à subir les effets les plus sévères.

Source

Publicités