Le cannabis à forte concentration lié à des dommages cérébraux

Psychomédia Publié le 28 novembre 2015

La consommation fréquente de cannabis à forte concentration de THC, tel que le « skunk », est liée à des dommages cérébraux, selon une étude publiée dans la revue Psychological Medicine. Le cannabis le plus couramment consommé contient des niveaux beaucoup plus élevés de THC qu’il y a dix ans, soulignent les chercheurs.

Paola Dazzan et ses collègues du King’s College London et de l’Université Sapienza de Rome ont utilisé deux technologies d’imagerie cérébrale pour examiner la matière blanche du cerveau de 56 personnes ayant rapporté un premier épisode de psychose ainsi que de 43 volontaires en bonne santé.

Ils ont examiné spécifiquement le corps calleux, la plus grande structure de substance blanche du cerveau, responsable de la communication entre les hémisphères droit et gauche. La matière blanche est constituée de fibres nerveuses (axones des neurones) qui relient les différentes régions du cerveau, permettant ainsi la communication entre elles.

Le corps calleux est particulièrement riche en récepteurs cannabinoïdes, sur lesquels le THC du cannabis agit.

« Cette atteinte de la substance blanche était significativement plus importante chez les grands utilisateurs de cannabis à forte puissance que chez les utilisateurs occasionnels ou utilisant du cannabis moins puissant, et était indépendante de la présence d’un trouble psychotique », indique la chercheuse.

Le type de cannabis, tout comme le type d’alcool (bière, vin, spiritueux…), doit être considéré dans l’évaluation des risques, souligne-t-elle.

Psychomédia avec sources : King’s College London, The Guardian

Publicités