Editorial: la réaction d’un de nos collègues et amis

Le CNID agit comme nous pour mettre en garde les jeunes, leurs éducateurs et les élus contre les dangers des drogues. 

Son indignation rejoint la nôtre devant la déferlante des nouvelles drogues en particulier du captagon; nous pensons utile de vous en faire part

Au fait, nos lecteurs savent-ils que cette drogue déshumanisante, générant la fureur….est fabriquée par Daesch en Syrie et qu’elle est utilisée par les djihadistes. On attend avec impatience les résultats des analyses faites sur les cadavres des tueurs du Bataclan. On vous tiendra au courant

Jean Paul Tillement

 

L’Intolérable

Les terribles événements terroristes que notre pays subit depuis ces dernières années sont en partie les conséquences du commerce et de l’usage de la drogue dans notre pays où la consommation de cannabis est une des plus importantes en Europe. Sur les mêmes bases que le groupe Action Directe dans les années 70, groupe d’extrême gauche dont les membres étaient de gros consommateurs de cannabis et de LSD, les nouvelles générations développent leur déviance vers une nouvelle idéologie radicale, celle du Califat (DAESH). La haine de notre société occidentale est révélée et alimentée par la consommation de drogue qui provoque chez les adolescents fragiles une accélération vers une dérive idéologique radicale.

Hier l’extrême gauche frappait des cibles, aujourd’hui le culte du Califat exécute toujours plus d’innocents avec des produits psychotropes plus puissants et mobilise des tueurs de plus en plus nombreux.
L’achat et l’usage de drogue favorisent la déviance. Ils permettent le financement des actes de ces organisations destructrices, et parachèvent l’acte meurtrier. Le captagon (une amphétamine) permet de fabriquer des tueurs sans âme. Autrefois la pervitine pour l’armée nazie.

Lutter contre la drogue c’est lutter contre le terrorisme
Hélas un puissant lobby en France où les générations adolescentes consomment énormément de cannabis, voudrait remettre en cause la loi de 70, qui proscrit la fabrication, l’usage et le commerce de la drogue.

Des associations plaident pour la dépénalisation du cannabis et plaident pour la légalisation de toutes les drogues. Elles sont malheureusement appelées à rencontrer les adolescents dans nos établissement scolaires ou dans le cadre des collectivités locales.

Le Comité National d’Information sur la Drogue, CNID, s’élève contre ce qui devient maintenant intolérable. Il n’est plus supportable de voir des associations militantes rencontrer les jeunes pour remettre en cause l’autorité du père et de l’interdit et s’interroger avec eux sur le bien-fondé de la pénalisation de l’usage du cannabis.

Nous supplions solennellement les politiques et autorités et administrations responsables, afin qu’ils puissent réorganiser la politique de prévention contre la drogue telle qu’elle est jusqu’à présent organisée en France et en particulier dans nos collèges et nos lycées et dans nos communes dans une parfaite inefficacité.

Si des parents sont témoins d’informations déviantes qu’auraient subis leurs enfants, ils peuvent prendre contact avec le Comité National d’Informations sur la Drogue (cnid32@cegetel.net).
Il faut développer une vrai prévention primaire telle qu’elle est mise en œuvre dans les pays scandinaves.

Dr Faraj DAHER,
Président du CNID 32

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s