Montereau : du théâtre interactif pour prévenir des dangers de la drogue

Sophie Bordier | 19 Janv. 2016, 17h08 | MAJ : 19 Janv. 2016, 17h08

Montereau, ce lundi. France-Lise, jeune femme suivie par la Mission locale, improvise avec l’acteur pour le convaincre de ne plus toucher à l’héroïne.
Montereau, ce lundi.
France-Lise, jeune femme suivie par la Mission locale, improvise avec l’acteur pour le convaincre de ne plus toucher à l’héroïne.(LP/Sophie Bordier)

C’est l’histoire d’une descente aux enfers, celle de Julien, un jeune qui consomme des joints de cannabis, puis passe à l’ecstasy… jusqu’à l’héroïne. Une addiction qui l’envoie six mois en prison pour vol (pour se payer sa came) et se termine par l’overdose et la mort.

Lundi, à la Mission locale de Montereau, trente-cinq jeunes, âgés de 16 à 25 ans, ont pu suivre cette pièce de théâtre interprétée par la Compagnie du Chaos. Tout est évoqué : l’influence des copains dans le passage à l’acte, l’ambiguïté entre l’envie d’aventure et les limites du corps et du psychisme, la liberté que l’on croit avoir alors qu’on ignore la dépendance à venir et même souvent les composants des produits consommés…

Les jeunes de la Mission locale sur scèneSelon Elise Roth, de la Compagnie du Chaos, « l’ecstasy est parfois coupée à la lessive ou l’aspirine et présente le risque de déshydratation, d’arrêt cardiaque, de rester perché à vie… » Dans ce théâtre interactif, les jeunes présents ont pu improviser sur scène pour donner leur vision des choses. Ainsi, France-Lise admet mal que le personnage de Julien replonge dès que son dealeur lui laisse une dose « pour un dernier trip d’enfer » alors qu’il a dit vouloir aller au centre de désintoxication. Avec ses mots, elle donne la réplique à l’acteur : « Tu arrêtes une fois, deux fois, trois fois… Si tu as vraiment la volonté, tu arrêteras. Mais là, tu te fous de ma gueule ! » Rires et applaudissements. A la fin, le public repart satisfait. « Cela raconte ce qui se peut se passer si on y touche », commente Cidji, 18 ans. Pour Willem, 21 ans, « C’est du concret pour montrer la dangerosité dans le temps… »

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s