CANNABIS: Il enfume aussi la spermatogenèse (santelog.com)

Source

Au cœur de cette étude italienne, un récepteur cannabinoïde, appelé « CB2, » qui en fait, contribue aussi à réguler la production de sperme. Les chercheurs montrent ici que l’exposition au cannabis peut affecter la chromatine du sperme et avoir un impact sur la fertilité, le développement de l’embryon et la santé des enfants. En décryptant le processus en cause, dans le FASEB Journal (Revue de la Federation of American Societies for Experimental Biology), cette équipe apporte non seulement des preuves supplémentaires du rôle perturbateur du cannabis sur la fertilité des hommes, mais suggère aussi une nouvelle stratégie thérapeutique pour le traitement de l’infertilité masculine.

On sait que les effets pharmacologiques du cannabidiol, l’un des composés actifs du cannabis, sont médiés par des récepteurs cannabinoïdes de type I et II (CB1 et CB2), fortement exprimés dans l’hippocampe et d’autres zones du système nerveux central (SNC). On ne savait pas, avant cette étude que les cannabinoïdes pouvaient avoir un impact sur la spermatogenèse.

Avec l’objectif de développer de nouveaux traitements contre l’infertilité masculine, dont la prévalence est tout de même estimée à près de 15% des couples, les chercheurs de l’Université de Rome ont mené une étude sur 3 groupes de souris soumis à différents traitements sur 14 à 21 jours :

–         Traitement par activateur spécifique du récepteur CB2.

–         Traitement par inhibiteur spécifique du récepteur CB2.

–         Placebo.

Le groupe traité avec l’activateur CB2 présente une accélération de la spermatogenèse, tandis que le groupe traité avec l’inhibiteur montre un processus très ralenti. Ce qui suggère la nécessité d’un équilibre l’activation du CB2 pour un bon déroulement de la spermatogenèse. Or, il serait possible de réguler cet équilibre, via un agoniste des cannabinoïdes…

Bref l’étude montre que le déséquilibre de cette voie cannabinoïde via l’usage de cannabis peut en effet réduire la fertilité chez l’homme, mais suggère une nouvelle piste prometteuse pour la traiter.

Source: The FASEB Journal April 2016 doi:10.1096/fj.15-279034 Type 2 cannabinoid receptor contributes to the physiological regulation of spermatogenesis

 

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s